Le monde du livre
Laisser un commentaire

Elles l’ont proposé, nous le ferons

ef96a6_dfbe02e3a1ea46189aaa77b95ab58257.jpg_srz_570_713_75_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srz

Comme vous le savez déjà, le Fil Rouge participera à l’événement « On oublie un livre quelque part » qui se déroulera en septembre prochain. L’équipe du Fil Rouge, curieuse de savoir qui se cachait derrière cette magnifique initiative, a décidé de poser quelques questions à ses instigatrices.

Pour les lecteurs qui auraient lu notre article sur la journée destinée à acheter un livre québécois, et qui se souviennent des questions que nous avions posées aux créateurs de l’événement, et bien, sachez que nous avons posé les mêmes questions dans le cadre de cette entrevue-ci. Pour ceux qui ne l’auraient pas lu, alors bonne découverte !

Premièrement, qui sont-elles ?
Julie Patenaude et Kim Vincent, deux jeunes femmes québécoises. L’une est étudiante à la maîtrise en psychologie, l’autre est enseignante au primaire. Toutes deux amies de longue date et passionnées de littérature.

Qu’est-ce qui vous a motivées à créer l’événement ?
C’est grâce à la succession de quelques événements qu’elles ont décidé de lancer leur projet. Tout d’abord, lors d’un voyage qu’elles faisaient ensemble à l’étranger, elles ont décidé de laisser un livre québécois à leur hôtel. Puis, à leur retour de voyage, ce fut la journée « J’achète un livre québécois ». Elles ont alors eu envie de créer un événement, elles aussi, pour faire découvrir leurs œuvres préférées et pour promouvoir la littérature. Kim s’est alors souvenu d’un événement ayant eu lieu quelques années plus tôt à Montréal et qui proposait aux Montréalais de laisser un livre quelque part et de laisser ce dernier trouver preneur. C’est ainsi qu’elles ont eu l’idée et l’envie de recréer cet événement.

Pensiez-vous avoir une aussi grande portée en créant cet événement ?
Il est évident qu’avec les réseaux sociaux, tout peut voyager à une vitesse folle. Les deux se disaient contentes de voir que beaucoup de gens voulaient s’embarquer avec elles dans ce projet et surprises de constater que les gens, sur la page Facebook de l’événement, se donnaient déjà des idées de livres à partager et d’endroits où les partager. Reste néanmoins le fait qu’elles espéraient un taux de participation plus élevé. Elles sont cependant conscientes qu’il reste quelques jours avant la date prévue et que le taux de participation a le potentiel d’augmenter ! D’ailleurs, de façon à avoir une idée plus précise du nombre de participations lors de la semaine du 8 au 14 septembre, elles ont insisté sur le fait qu’il ne faut pas oublier de publier une photo du livre trouvé avec le mot clé : #Partagelitt !

Quelle est votre perception du marché littéraire québécois ?
La réponse fut unanime : pas assez connu ! Les grands auteurs très connus au Québec ne sont souvent pas québécois… et c’est dommage puisqu’il y a des auteurs fabuleux dans notre belle province. De plus, les romans québécois, comme elles l’ont mentionné, présentent des lectures très riches auxquelles il est possible de s’identifier en tant que Québécois. Elles espèrent d’ailleurs que la journée destinée à acheter un livre québécois aura permis aux lecteurs de découvrir de nouveaux talents de chez nous.

Quel livre québécois aimez-vous particulièrement ?
Les deux femmes nous ont confié qu’elles aimaient particulièrement les œuvres écrites par Matthieu Simard. Pour Kim, il est certain que sa profession d’enseignante fait en sorte qu’elle s’intéresse beaucoup à la littérature jeunesse. Julie, elle, nous a plus précisément indiqué qu’elle avait beaucoup apprécié l’œuvre collective L’Orphéon, qui lui a d’ailleurs permis de découvrir Stéphane Dompierre.

Et finalement, que souhaitez-vous à la littérature québécoise ?
« Je souhaite que la littérature québécoise prenne son envol! Que les gens pensent d’abord et avant tout à acheter un livre écrit par un auteur de chez nous. Qu’on en parle plus! J’étais très fière lorsque j’ai entendu parler à la radio de l’événement d’achat de livre québécois, je me suis dit: enfin, les gens vont faire de belles découvertes! »
– Julie Patenaude

« Je souhaite d’abord qu’il y ait plus d’auteurs d’invités aux différents talk show et autres émissions télé ou radio… Souvent, si les gens n’en entendent pas parler, ils ne vont pas aller en librairie pour fouiner… C’est en partageant nos émotions et notre bonheur d’avoir lu un livre québécois qu’on va continuer à faire vivre nos auteurs! »
– Kim Vincent

Nous voudrions prendre quelques lignes pour remercier Julie Patenaude et Kim Vincent. Merci d’avoir pris le temps de répondre à nos questions avec tant de passion, mais surtout, merci d’avoir mis sur pied un événement du genre avec tant d’ambition.
Chez Le Fil Rouge, nous sommes fières d’avoir pu prendre part, à notre manière, à la promotion de cette belle initiative.
Nous souhaitons à cet événement un nombre de participations phénoménal. Nous nous souhaitons, à nous, Québécois, un nombre de partages et de découvertes grandiose. Il est important de promouvoir la littérature et c’est avec des projets comme celui-ci que nous protégerons notre culture et notre identité littéraire.

Bon partage et… bonne découverte !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s