Month: juin 2020

Art et créativité, Bibliothérapie, Fête thématique, Harry Potter, Le fil rouge, le fil rouge lit, lecture, les livres qui font du bien, littérature, livres, Poudlard

Créer une soirée magique à Poudlard (partie 1)

Vous connaissez un geek ou une geekette qui a lu tous les livres de la série Harry Potter et qui vous explique les différences entre les livres et les films chaque fois que vous écoutez ces derniers? Cette personne ne peut s’empêcher de dire Wingardium Leviosa lorsqu’elle tient un objet en forme de baguette et rêve d’aller visiter les lieux de tournage en Angleterre? Ma mère fait partie de ces fans qu’on appelle les Potterheads. Pour son anniversaire, nous avons décidé de lui faire plaisir en la transportant dans cet univers magique le temps d’une soirée. Bien que cet article suggère des idées pour organiser une fête sur le thème Harry Potter, plusieurs conseils peuvent s’appliquer à d’autres thèmes littéraires. Il suffit de faire quelques recherches pour trouver des éléments clés de l’univers qu’on veut reproduire. Je vous propose aujourd’hui d’embarquer dans le jeu et de préparer une belle surprise à vos proches fans de lecture. La planification Dans un premier temps, nous avons dû chercher un emplacement pour recevoir la fête. Nous savions que …

#amour#classique#soeurs#famille#cinéma#adaptationcinématographique#littératureaméricaine#arts#deuil#enfance#adolescence#souvenirs#guerre

S’aimer un peu plus, à tout jamais

Il y a de ces livres qui nous bercent depuis l’enfance. Ceux qui façonnent notre manière de penser, d’agir et de vivre en société. Ce sont des histoires simples qui nous font rire et pleurer par leur façon de traiter le quotidien avec autant de distinction. Et par leur sensibilité, ils traversent les années et les courants pour marquer les générations à venir. Parmi ces rares œuvres se distingue un récit éternel : Little Women, de Louisa May Alcott. Qui n’a jamais rêvé de faire partie d’une telle famille? D’être de ces bals, d’écouter Beth jouer au piano ou de s’enflammer comme Jo sait si bien le faire? Encore aujourd’hui, nombre de mes amies me rappellent que Little Women a été un point tournant dans leur vie; c’est ce qui leur a permis de s’aimer en tant que femme dans une société dictée par des hommes. Porté à l’écran par la talentueuse Greta Gerwig et regroupant une distribution cinq étoiles, Little Women bénéficie d’un élan de popularité auprès des jeunes et des plus vieux. Snobé …

Heather O'Neill Alto Hôtel Lonely Hearts Mademoiselle Samedi soir Lullabies for little criminals litterature litterature québécoise le fil rouge lit les livres qui font du bien le fil rouge

Une autrice et son œuvre : Heather O’Neill

Heather O’Neill fait partie de ces écrivains dont le talent s’apparente à celui des magiciens. Née à Montréal en 1973 d’un père québécois et d’une mère américaine, Heather O’Neill connaît une enfance difficile. Après le divorce de ses parents et quelques années à suivre sa mère dans ses péripéties en Amérique, Heather O’Neill s’établit à Montréal avec ses sœurs et leur père. Ce dernier, très pauvre, trimbale ses enfants d’appartement en appartement, chacun aussi minable que le précédent. La vie de la future autrice est alors ponctuée de violence, entre les explosions colériques du paternel, ses punitions absurdes et les tribulations des quartiers défavorisés de la ville. Mais la petite Heather a une force inébranlable en elle : elle sait déjà qu’elle va écrire. Elle se voit devenir une grande écrivaine et y croit dur comme fer. Elle avait bien raison. Lullabies for Little Criminals Avant de connaître un franc succès, ce livre fut d’abord rejeté plusieurs fois, qualifié d’impossible à publier et bon pour la poubelle par certains éditeurs. Premier roman d’Heather O’Neill, il est …

Vers d'autres rives, Dany Laferrière, Boréal, autobiographie, dessins, le fil rouge, le fil rouge lit, littérature québécoise

De retour aux sources

Laferrière me manquait. Il y avait si longtemps que je n’avais pas visité son œuvre. Journal d’un écrivain en pyjama remontait déjà à si loin. On ne pouvait pas m’en vouloir : j’avais tellement accordé de temps à ses livres durant plusieurs années. À une époque de ma courte vie, je ne faisais que lire Laferrière. J’ai d’ailleurs presque tout ratissé, en commençant par Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer, évidemment, en lisant encore et encore Chronique de la dérive douce, en passant par L’énigme du retour et en m’arrêtant un instant pour L’Art presque perdu de ne rien faire. Puis, j’ai fini par prendre une pause et je suis allée « vers d’autres rives », voir ce qu’on y faisait de bon. Il n’est jamais trop tard pour faire un retour aux sources, et c’est donc tranquillement que je suis revenue dans ce lieu qui m’est si familier, l’œuvre de Laferrière, en l’occurrence son tout dernier roman, Vers d’autres rives. L’art de maîtriser les images comme les mots Aucun doute, tout ce …

La trilogie gothique de Joyce Carol Oates Bellefleur La légende de Bloodsmoor Les mystères de Winterthurn roman historique satire fantastique surnaturel famille secrets livre lecture Le fil rouge saga série

La trilogie gothique de Joyce Carol Oates

« Découvrir » un auteur célèbre en lisant un de ses livres pour la première fois est toujours une expérience intéressante. Plus la réputation de l’auteur en question est grande, plus nos attentes sont élevées… et plus on risque d’être déçu. Mais lorsque les attentes sont satisfaites, c’est souvent le début d’une longue série de lectures passionnantes! J’avais souvent vu le nom de Joyce Carol Oates, mais je ne savais pas grand-chose à son sujet. J’ai appris depuis que c’est une écrivaine incroyablement prolifique qui donne dans tous les genres littéraires, reconnue pour sa prose luxuriante qui aboutit généralement à de grosses briques bien lourdes. Sa trilogie gothique, parue dans les années 1980, se veut un pastiche des romans gothiques anglais – et on y trouve tous les ingrédients nécessaires: des manoirs inquiétants, des personnages tourmentés par un passé trouble, de sombres mystères et, bien sûr, un soupçon de surnaturel –, mais elle y ajoute sa touche personnelle, ce qui donne à ces romans un souffle résolument moderne. Bellefleur Ce premier tome est une grande …

Tous mes amis sont des super héros

Tous mes amis sont des superhéros, ou le super pouvoir d’Andrew Kaufman

Au dernier salon du livre, j’ai passé beaucoup de temps à jaser avec Antoine Tanguay, le directeur des Éditions Alto. J’étais avec mon copain et ma belle-mère, et cette dernière, qui n’aime habituellement pas vraiment lire, lui a demandé une suggestion de lecture. À la suite de son conseil, Tous mes amis sont des superhéros d’Andrew Kaufman a réussi l’impossible : en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, ma belle-mère m’a prêté le livre en me disant qu’elle l’avait déjà terminé. Il s’agit d’une toute petite plaquette, mais elle l’a dévorée… et moi aussi! Comme chaque fois, ce (micro) roman des Éditions Alto (ma maison d’édition préférée parce qu’elle a toujours LE roman parfait selon mon humeur) m’a complètement subjuguée. L’origine des super pouvoirs Comme le résume si bien Virginie Pérucaud dans une précédente critique de Kaufman : « C’est l’histoire d’amour entre Tom et Super-Perfectionniste. Le jour de leur mariage, Super-Hypno, jaloux, hypnotise Super-Perf pour qu’elle ne voit plus Tom. Celui-ci devient donc sélectivement invisible, ce qui est bien ennuyeux. » …

#amour#voyage#littératureétrangère#cinéma#amitié#passion#souvenir#nostalgie#suite#bestseller

Find Me, au détour de nos vies

La nostalgie est un sentiment bien contradictoire. Elle éveille en nous un amour profond, une fascination digne de l’enfance face aux jours lointains. On rit d’elle, on la pleure, on se remémore et on caresse le lointain souvenir d’un passé simple et sans entraves. Mais parfois, on y plonge tête première avec tellement de conviction qu’il est parfois difficile d’accepter ses répercussions sur l’instant présent et de saisir ce qui nous entoure à l’heure actuelle. Le passé définit-il notre présent et notre avenir? Sommes-nous vraiment prisonniers du temps ou bien sommes-nous capables de le défier par amour? Chaque seconde, chaque minute nous écarte de celui que nous étions et de celui que nous voulons devenir. Par amour, il faut parfois accepter que le temps n’existe pas, que les différences d’âge et le temps ne sont pas les ennemis du cœur. Ils sont plutôt les raisons qui nous forcent à nous retrouver et à nous redécouvrir.  Happée par la beauté du roman et du film Call Me By Your Name, j’ai eu envie de me plonger …

bande dessinée, roman graphique, sabrina, nick drnaso, fake news, désinformation, théories du complot, le fil rouge, le fil rouge lit

Sabrina : illustration d’un monde hyper connecté

Chaque jour, c’est inévitable, nous sommes submergés de toutes sortes d’informations via différents médias de communication. C’est d’ailleurs ce sujet que Nick Drnaso a décidé d’aborder dans Sabrina, un roman graphique dont la lecture s’avère, à mon avis, fort pertinente. Voici pourquoi! D’abord, un petit résumé L’histoire débute avec le meurtre d’une jeune femme, Sabrina. Teddy, son amoureux, est sous le choc et va vivre chez un ami d’enfance qu’il n’a pas vu depuis longtemps, Calvin, qui travaille pour l’armée américaine. Or, non seulement le meurtre de Sabrina viendra les hanter, mais également toutes les fake news et théories du complot qui surgissent… Dérape Je lève mon chapeau à Nick Drnaso pour avoir su illustrer avec brio le côté moins «alléchant» d’un monde hyper connecté comme le nôtre. En effet, le bédéiste aborde, à travers ses personnages, les diverses conséquences que la rapidité de la diffusion d’information, les fake news, la désinformation et les théories du complot peuvent avoir sur nos vies, mais aussi le fait que les technologies de l’information sont une plateforme idéale …

Littérature, le file rouge, le fil rouge lit, les livres qui font du bien, Olga Ravn, littérature danoise, La Peuplade, fictions du nord, Danemark, dystopie, humains, robots, régime totalitaire, bibliothérapie

Les employés d’Olga Ravn, être humain ou pas?

Au début de l’année, je me suis donné comme « résolution » de lire plus de genres que je n’ai pas l’habitude de lire, comme du fantastique, de l’horreur, du policier et de la science-fiction. J’ai une amie qui est probablement la plus grande admiratrice de la maison d’édition La Peuplade. Elle m’a rapidement convaincue de lire Les employés d’Olva Ravn, une danoise de 33 ans, quand il est sorti en librairie début février. Il est publié sous la collection « Fictions du Nord » où l’on retrouve d’ailleurs Agathe d’Anne Cathrine Bomann et Fair-Play de Tove Jansson. Une dystopie où le mystère est maître Dans une écriture en fragments, la plume d’Olga Ravn nous plonge à l’intérieur d’une dystopie moderne. Dans un futur plus ou moins lointain, à des centaines de milliers de kilomètres de la planète Terre, des humains et des ressemblants (que l’on peut comparer à des robots hyper réalistes) travaillent sur le six millième vaisseau et viennent de découvrir la Nouvelle Découverte où la neige brûle la langue. Les humains et les ressemblants …

le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, les livres qui font du bien, Trente Arpents, Ringuet, Philippe Panneton, Bibliothèque québécoise, exode rural, terre, terroir, campagne, agriculture, industrialisation, littérature québécoise

Trente arpents de terre

J’ai une affection particulière pour tout ce qui entre dans la catégorie de littérature québécoise. J’aime encourager les auteurs d’ici qui n’ont rien à envier aux autres auteurs francophones. Je choisis la plupart du temps des œuvres récentes, mais il m’arrive de me laisser tenter par des livres plus anciens. Publié en 1938, Trente arpents de Philippe Panneton, plus communément appelé Ringuet, est un de ces classiques québécois indémodables qui traverse les époques. Un homme et sa terre On suit Euchariste Moisan à travers les années, passant d’un jeune homme plein d’ambition et de volonté à un vieil homme borné et étouffé par sa vieillesse. Au fil des saisons, des enfants et de la rude vie d’un homme de campagne, ce personnage se perd et ne finit que par vivre à travers sa terre, son véritable amour. Cette terre, qui lui a été léguée par son oncle, devient sa seule raison d’exister et c’est pour elle qu’il fait des choix qui briseront tout ce qu’il a bâti, y compris lui-même. « Il était content de …