Mois : juillet 2018

Ce qui se cache au fond des bois

La curiosité est un vilain défaut à bien des égards. Elle alimente notre soif de savoir, de vérité et de justice. Si bien que parfois, elle rend le quotidien moins perceptible. Ainsi, nous ne sommes plus autant ancrés dans notre réalité, mais plutôt dans celle que nous cache l’autre. La curiosité nous pousse à nous ouvrir de manière peu conventionnelle à ce qui nous est inconnu, mais il n’en demeure pas moins qu’elle est le fantasme de nos questions sans réponses. Si bien qu’il faut souvent apprendre à gérer ce spasme, cette idée si peu rationnelle de tout savoir, au risque de se faire mal. Je suis une personne de nature très curieuse. Je me fais un mandat de découvrir et de rester à l’affût des nouveautés culturelles. Mais lorsqu’il s’agit de celui ou celle qui me fait face et des sentiments qu’il ou qu’elle ressent, j’éprouve toujours un certain malaise. Un sentiment de voyeurisme qui me pousse à me replier souvent sur moi-même et sur mes propres peurs. Drôle de sentiment ce que nos …

le fil rouge, le fil rouge lit, livres, lecture, bibliothérapie, les livres qui font du bien, autour des livres, audio-livres, livres audio, fiction sonore

Écouter des histoires pour mieux les ressentir

Les derniers mois, j’ai eu quelques moments difficiles. Ni aussi durables et intenses que ce dont parle Julie dans son article, mais tout de même assez lourds pour que, tout comme elle, je remette en question mes habitudes de lecture. Devant mon incapacité à lire, on m’a conseillé de tenter les livres audio. Mais pour être sincère, ça ne m’intéressait pas follement. En effet, les livres audio, c’est bon pour mes grand-parents, ou pour mon fils, à la limite. Mais quand on est adulte et dans une relative bonne santé, quel intérêt de se faire lire une histoire ? La fiction sonore C’est un fait indéniable : je suis plus sensible à l’écrit qu’à l’oral. Si tu te contentes de me lire l’histoire, je ne rentre pas dedans. Encéphalogramme à plat, je serai aussi réceptive qu’une huître (ce qui est tout de même un comble pour moi qui lis tant à voix haute avec le loulou). Par contre, si tu me joues l’histoire, c’est totalement autre chose. C’est là que la fiction sonore m’a saisie. …

le fil rouge, le fil rouge lit, littérature, lecture, bibliothérapie, mardi comme mardi, michèle nicole provencher, famille

Mardi comme mardi : Toujours de trop

Mardi comme mardi est une autofiction et le premier roman de Michèle Nicole Provencher. Dans une trame narrative dramatique, l’autrice désarticule sa jeunesse avec une touche d’humour. Par  dramatique, je ne veux pas laisser entendre que c’est un livre qui fait brailler, non; c’est plutôt l’histoire d’une jeune fille plus-ou-moins rejetée par sa famille à la suite de la mort de sa mère. Elle doit apprendre à vivre sa vie à sa façon au détriment de sa «nouvelle» famille adoptive. Privée d’un amour maternel, Michèle ne trouvera celui-ci nulle part, à défaut d’avoir bien cherché. C’est une histoire d’auto-suffisance au niveau de l’amour, de bien s’entourer et de choisir sa famille, contrairement au dicton qui dit: « on ne choisit pas sa famille». Ce que raconte Michèle Nicole n’est pas atroce, mais c’est pourtant teinté de tristesse et parfois de désespoir. L’autrice réussi à traiter cette tristesse avec humour, ne rendant pas la lecture du roman lourde, au contraire; c’est un livre fort agréable à découvrir. « Je me suis toujours vue comme le genre …

Le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, les livres qui font du bien, Bloody Mary, France Théoret, Typo poésie, femmes, féminisme, féministe, féminité, poésie, poésie québécoise

Et si Bloody Mary était féministe?

Je me confesse, je suis une mordue de poésie. Sous toutes ses coutures, de tous les genres. Il n’y a pas grand-chose que j’aime plus que de lire un poème et de me sentir connectée à celui-ci, comme s’il avait été écrit pour moi, pour ce que je ressens. J’aime découvrir de nouveaux artistes, de nouveaux vers, mais aussi relire ceux de mes auteurs préférés. C’est pourquoi le recueil de France Théoret, Bloody Mary, n’est jamais bien loin. Celui-ci, publié en 2011, est un amalgame de plusieurs œuvres de l’auteure, parues entre 1977 et 1992. Féminité crue L’image de la femme parfaite, de la femme toujours posée, jolie, épilée et prête à se donner est détruite dans ce recueil, parce qu’elle n’a en fait jamais existé. Cette femme, qu’on nous montre comme étant le modèle idéal dès un jeune âge, n’est qu’une illusion. Un mirage qui veut créer des femmes en séries, toutes pareilles et sans débordements. Sans désir autre que de satisfaire l’homme et de se faire envier par les autres femmes. « Image …

Le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, les livres qui font du bien, voyage littéraire, New England, littérature Nouvelle-Angleterre, découvertes littéraires, coups de cœur, Brattleboro, Vermont

Coups de cœur en Nouvelle-Angleterre

Ah! la Nouvelle-Angleterre! Cette région du nord-est des États-Unis est vieille comme l’Amérique et renferme une longue histoire riche en mystères. Pas étonnant qu’elle ait inspiré plusieurs artistes et auteurs. Il parait même que l’école de sorcellerie Ilvermorny se trouve sur le mont Greylock au Massachusetts. Au moment d’écrire ces mots, j’arrive tout juste d’un voyage dans ce coin de pays. Je vous partage mes coups de cœur, pour ceux qui cherchent des idées de voyage littéraire cet été. Mystery on Main Street, Brattleboro (VT) Les librairies sont légion dans cette charmante ville du sud du Vermont. Juste au moment de descendre de la voiture, je pouvais voir les enseignes de trois d’entre elles. Un peu plus loin sur la Main, je suis entrée chez Mystery. Cette librairie se spécialise en littérature noire, policière et horrifique. J’étais donc dans mon élément! Ils ont aussi des jeux de table et une belle section de livres écrits par l’auteur et illustrateur Edward Gorey. Lovecraft Arts and Sciences, Providence (RI) Il s’agit à la fois d’une librairie spécialisée …

bibliothérapie, le fil rouge, le fil rouge lit, les livres qui font du bien, lecture, livres, théâtre, littérature québécoise, Mélodie Nelson, Éditions de Ta Mère, Juicy, roman, amour, trash, rose bonbon

Juicy: un bonbon sûrette qui chatouille le palais

Quand ça pétille comme ça dans le soleil californien, pas le choix de se sucrer les lèvres dans le mousseux et de se laisser prendre par la légèreté satinée des mots de Mélodie Nelson. Dans un cocktail d’expressions franchouillardes et de trash rose nanane, elle raconte le parcours d’Alexis, une Miss Teen America qui tombe amoureuse d’un has been à la coiffure douteuse, qui se fait prendre à la frontière mexicaine avec du crystal meth, qui investit le monde de la porno et qui n’oublie jamais, jamais de s’occuper de la garde-robe de son chihuahua.  Cherrylicious, c’est le nom du chien, accompagne Alexis dans les succès et les revers de fortune, les péripéties amoureuses et la lente prise de conscience que sa mère ne l’aime peut-être pas. La narratrice se glisse dans un roman d’apprentissage qui court-circuite le classique pour s’enrouler dans l’excès, celui des amours qui font mal et des belles choses qui consolent. Alexis est un personnage volontairement caricatural, mais la prose de Nelson est si vivifiante qu’elle lui donne des nuances presque …

le fil rouge; le fil rouge lit; bibliothérapie; littérature; lecture; livres; les livres qui font du bien; ne faites pas honte à votre siècle; daria colonna; poètes de brousse; poésie; colère; violence

Ne faites pas honte à votre siècle : une juste colère

La poésie est un genre littéraire que je connais très peu, pour ne pas dire trop peu. Dans une chronique parue en mars dernier, j’avais d’ailleurs exposé mon souhait de lire davantage de poésie en 2018 afin d’élargir mes horizons littéraires. La découverte du dernier recueil de Daria Colonna, intitulé Ne faites pas honte à votre siècle et finaliste au prix des libraires 2018, s’inscrit dans cette quête. D’emblée, je me dois de souligner le titre judicieux de ce recueil, un titre qui suggère une réflexion sur notre legs à l’histoire et notre inscription dans la longue durée. Bien qu’il soit plutôt rare que j’acquière une œuvre littéraire en raison de son titre, c’est pourtant ce qui s’est produit à l’égard de cette plaquette publiée chez Poètes de brousse. Je me suis dit que si le contenu du livre reflétait la finesse de son titre, l’expérience littéraire en vaudrait le coup. Et je n’ai pas été déçue. Une poésie d’une violente lucidité Les textes de Daria Colonna frappent par leur analyse d’une grande justesse à …

le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, les livres qui font du bien, littérature, littérature québécoise, Dany Laferrière, Autoportrait de Paris avec chat, Boréal, roman illustré, écrit à la main

La littérature naît de la main aussi

Que dire du nouveau livre de Dany Laferrière, son trentième en carrière, mais surtout son premier depuis sa nomination à l’Académie française? Autoportrait de Paris avec chat, «une oeuvre imposante» que j’ai pensé quand je l’ai eu dans les mains et pas juste par sa forme surdimensionnée. Une oeuvre nouveau genre, un livre oeuvre d’art, un objet littéraire non identifié. C’est un objet littéraire oui : un roman dessiné, un fouillis de mots, de dessins, un ramassis de petites pensées, de récits éparpillés. Un carnet où il s’est permis d’explorer une forme d’écriture différente où il mêle la calligraphie au dessin. Une oeuvre artisanale Un livre 100% écrit à la main, et avec les dessins de l’auteur en plus. Think outside the box, j’ai envie de dire. Qu’est-ce que la littérature? Sous quelle forme naît-elle? Pourquoi ne pas se permettre de la vivre, de la ressentir, de la dessiner, de la faire naître d’un trait de crayon plutôt que des touches d’un clavier? C’est un travail intellectuel écrire, mais ici, on parle surtout d’un travail physique, un …

le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, les livres qui font du bien, Les 12 travaux d’Émeraude Kelly qui voulait changer de vie, Carole-Anne Eschenazi, éditons Libre Expression, développement personnel, psychologie, littérature étrangère, changer de vie,

Suivre les 12 travaux d’Émeraude Kelly pour changer ta vie

Qui n’a jamais rêvé d’opérer un changement majeur dans sa vie pour la rendre merveilleuse et fidèle à ses idéaux? Mais tous ces livres de développement personnel semblent bien loin de notre réalité ou difficiles à mettre en pratique. Alors on laisse tomber et on continue d’imaginer avec envie ce que pourrait être notre vie si on se donnait la peine de lire ces satanés bouquins de psychologie. Et si le livre idéal pour changer de vie existait déjà mais sous une forme inattendue? Une vie ordinaire Les 12 travaux d’Émeraude Kelly qui voulait changer de vie, écrit par Carole-Anne Eschenazi, raconte l’histoire d’une trentenaire qui travaille comme assistante marketing dans une compagnie d’arrosoirs à Paris. Sa vie n’a rien d’extraordinaire, mais elle n’a pas à se plaindre non plus. Émeraude Kelly, Emmy pour les intimes, a un emploi stable, un chat affectueux, un petit appart sympa et de bons amis (qu’elle surnomme ses Fantastiques). Mais elle n’est pas vraiment heureuse, elle n’a pas d’amoureux, son emploi l’ennuie, elle trouve qu’elle a quelques kilos en …

le fil rouge, le fi rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, les livres qui font du bien, Même le silence a une fin, Ingrid Betancourt, Gallimard, littérature étrangère, Colombie, forêt amazonienne, captivité, farc

Six années de captivité racontées

Lorsqu’Ingrid Betancourt a été capturée en 2002, j’étais beaucoup trop jeune pour même me rendre compte que quelque chose de grave venait de se dérouler. Même quand elle a été libérée, en 2008, je ne comprenais pas vraiment les événements. Par contre, du haut de mes neuf ans, je réalisais tout de même que cette femme avait vécu beaucoup de choses et qu’elle avait toute une histoire. Ce n’est que dix ans plus tard que je me suis décidée à comprendre les événements, donc j’ai lu Même le silence a une fin. Le monde des FARC D’abord, cette autobiographie relatant les six ans de captivité de la politicienne franco-colombienne dans la forêt amazonienne explique le climat politique du début des années 2000. À l’époque, les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) sont en conflit avec les autorités en place et kidnappent plusieurs personnalités politiques pour faire pression sur le gouvernement colombien, afin d’obtenir la libération de soldats de leur organisation. La narratrice – donc Ingrid Betancourt – raconte les jours et même les heures qui …