All posts filed under: Au-delà des livres

L’univers des podcasts: quelques découvertes littéraires

Les podcasts – baladodiffusions, pour utiliser le terme français – sont en plein essor. Dans les dernières années, il me semble en entendre de plus en plus parler. Il y a l’immense succès des séries sur le crime, les grands journaux qui utilisent ce médium pour approfondir un sujet d’actualité et les histoires et séries de fiction qui se font aussi une place non négligeable sur le marché. Ça ne fait pas si longtemps que la baladodiffusion fait partie de mon quotidien, mais depuis que j’ai découvert ce médium, j’ai trouvé mon fidèle compagnon pour me rendre au boulot le matin quand je trouve le nouvel album de Safia Nolin trop triste pour mon «mood» du jour.  Évidemment, je me suis vite mise à la recherche de podcasts qui parlent de livres ! Mis à part mes émissions de radio favorites comme Plus on est de fou, plus on lit et Les Herbes Folles, qu’on peut aussi retrouver en balado, je cherchais à découvrir de nouveaux univers, à me laisser surprendre par des sujets que je connaissais moins, des …

Québec en toutes lettres, La splendeur du vertige, cabaret désobéissant, Impérial, littérature, poésie, slam, Festival

Le cabaret désobéissant de Québec en toutes lettres

Encore une fois cette année, le festival de littérature Québec en toutes lettres a réussi à proposer aux habitants de la ville de Québec une programmation diversifiée et originale. Animations pour enfants, conférences, animations de rue, performances théâtrales, poésie, arts visuels et plusieurs autres choses étaient au menu. Bref, il y en avait pour tous les goûts. L’expérience du Cabaret désobéissant Pour ma part, j’ai décidé d’assister au spectacle intitulé Cabaret désobéissant qui était présenté dans la programmation comme «une soirée irrévérencieuse réunissant une brochette d’artistes littéraires et musicaux autour du thème de la désobéissance». Cette phrase était suffisante pour piquer ma curiosité. En fait, le thème avait été inspiré par la désobéissance des signataires du Refus global, en cette année où l’on souligne les 50 ans de ce manifeste. Ce soir-là, la scène de l’Impérial avait pris des allures de salon habité par des artistes et des musiciens. Les deux animatrices, Frédérique Bradet et Sophie Thibeault, veillaient à la présentation des artistes et à l’enchaînement des numéros. En tout, ce sont dix artistes qui ont …

bibliothérapie, café chez l'éditeur, le fil rouge, le fil rouge lit, les livres qui font du bien, livre, lecture, café littéraire, lecture publique, les intimistes, collectif, littéraire, soirée littéraire, histoire d'été,

Soirée littéraire en compagnie du collectif Les Intimistes

Pour la rentrée et le début de l’automne, le collectif Les Intimistes – composé uniquement de comédiennes – a convié Le fil rouge à leur onzième prestation de lecture publique au café littéraire Chez l’Éditeur, à Montréal. Ce onzième chapitre explorait les histoires d’été en long et en large, en passant du premier amour de vacances aux voyages mémorables en Europe. Chacune des sept intimistes ont partagé sur scène un récit d’autofiction, touchant de près ou de loin à la saison estivale, dans une ambiance chaleureuse et détendue. Je suis allée à cette soirée littéraire sans trop savoir à quoi m’attendre, n’étant jamais allée à une soirée de ce genre, mais j’ai été agréablement surprise. Le sujet des histoires d’été a été abordé de toutes sortes de manières différentes et je n’y ai ressenti aucune redondance. Une a raconté son besoin de «devenir femme» à 18 ans, une autre a parlé de son expérience de psychotrope avec de l’ayahuasca – une boisson hallucinogène d’Amérique du Sud -, une autre, de sa recherche de reconnaissance perpétuelle en ne se donnant pas une seconde …

le fil rouge, le fil rouge lit, livres, lecture, bibliothérapie, les livres qui font du bien, autour des livres, audio-livres, livres audio, fiction sonore

Écouter des histoires pour mieux les ressentir

Les derniers mois, j’ai eu quelques moments difficiles. Ni aussi durables et intenses que ce dont parle Julie dans son article, mais tout de même assez lourds pour que, tout comme elle, je remette en question mes habitudes de lecture. Devant mon incapacité à lire, on m’a conseillé de tenter les livres audio. Mais pour être sincère, ça ne m’intéressait pas follement. En effet, les livres audio, c’est bon pour mes grand-parents, ou pour mon fils, à la limite. Mais quand on est adulte et dans une relative bonne santé, quel intérêt de se faire lire une histoire ? La fiction sonore C’est un fait indéniable : je suis plus sensible à l’écrit qu’à l’oral. Si tu te contentes de me lire l’histoire, je ne rentre pas dedans. Encéphalogramme à plat, je serai aussi réceptive qu’une huître (ce qui est tout de même un comble pour moi qui lis tant à voix haute avec le loulou). Par contre, si tu me joues l’histoire, c’est totalement autre chose. C’est là que la fiction sonore m’a saisie. …

Bibliothérapie, conte, littérature orale, Le fil rouge, le fil rouge lit, lecture, Lectures, littérature, littérature québécoise, livres, livres qui font du bien, Évelyne Ménard, Yukon, Contes et légendes, Andersen, Légendes du Saint-Laurent, Jean-Claude Dupont, Contes et légendes du Québec, Contes de sorcières et d’ogresses

Il était une fois… un atelier sur le conte

« Papa, raconte-moi une histoire » : souvenirs d’enfance Mon père était un conteur extraordinaire qui brisait l’ennui des longs voyages en voiture et des étés pluvieux au chalet. Mythologies grecques, contes populaires adaptés et revisités ou épopées merveilleuses de son cru faisaient partie de son répertoire. Ma sœur et moi étions bon public et en redemandions sans cesse. Nous voulions entendre et réentendre ces histoires merveilleuses. Cette littérature orale, qui m’a accompagnée tout au long de mon enfance, a en partie construit mon identité et m’a amenée à la littérature. J’ai d’ailleurs commencé à lire sur le tard. Ces histoires me suffisaient avant qu’arrive le moment fatidique où on doit s’émanciper de l’enfance pour traverser la période douloureuse de l’adolescence. Les histoires de mon père se sont perdues dans les reliques du passé. Et, après avoir résisté, j’ai dû réapprendre à lire pour retrouver ce sentiment d’évasion unique que procure la fiction. Quand je repense à cette époque, aux origines de mon intérêt pour la littérature, je me questionne sur la place de l’oralité dans les œuvres …

motsetbouchées leslivresquifontdubien lefilrouge lefilrougelit lecture littérature livres Autourdeslivres MaisondelaculturedeLongueuil associationdesauteursdelaMontérégie PaulineGill PaulineVincent KimThuy FrançoisBarcelo YvesBeauchemin Jean-FrançoisSénéchal ArletteCousture

Rencontres littéraires au 5 à 7 des auteurs de la Montérégie

La Rive-Sud de Montréal accueillait ce mercredi 11 avril quelques-uns des plus grands auteurs du Québec et j’étais parmi les invités. L’événement était une soirée bénéfice pour soutenir les activités de l’Association des auteurs de la Montérégie. Cette dernière vise,  entre autres, à faire connaître les auteurs de la région et à stimuler la vie littéraire de la Montérégie. J’en ai donc profité pour discuter de littérature avec ceux qui contribuent à sa vivacité au Québec – à mon grand plaisir. Mots et bouchées Le format du cocktail dînatoire demeure une valeur sûre pour favoriser les échanges et les nouvelles rencontres. Ainsi, c’est dans la Maison de la culture de Longueuil, verre de vin à la main, que chacun et chacune allaient vers les différents écrivains présents ce soir-là. Durant la soirée, il y avait simultanément des speed-dating littéraires avec les auteurs, des prises de photos Polaroid et un encan des livres favoris des écrivains et écrivaines présents, directement sélectionnés dans leur bibliothèque personnelle. Dès le départ, tous se heurtent à la malheureuse nouvelle : Kim Thúy …

Liseuse, Kobo, légerté, le fil rouge, le fil rouge lit, Bibliothérapie, littérature numérique, Les livres qui font du bien, #Lefilrougelit, #Lefilrouge, 7 raisons d'acheter une liseuse, lecture, livres, #leslivresquifontdubien

7 raisons pour lesquelles je suis heureuse de m’être (enfin) acheté une liseuse

Je suis une personne un peu « archaïque ». Je n’ai jamais été très technologique ni souhaité être à la fine pointe. Au contraire. Les gens qui me connaissent le savent : cela me prend toujours beaucoup de temps avant de me décider enfin à accéder à un niveau supérieur de technologie et, disons-le, de facilité. J’ai si souvent entendu les commentaires de mes proches à propos de mon légendaire néophisme technologique : « Marion, franchement, tu perds ton temps en faisant [telle chose] à la main! Avec [tel] ou [tel] logiciel/objet/façon de faire, ce serait tellement plus facile! » Disons que, pour ce qui est des objets que je possède, je suis un peu récalcitrante aux changements. Je n’aime pas remplacer pour rien ce qui fonctionne déjà, et surtout, je n’aime pas m’encombrer d’objets trop intelligents, préférant de loin la simplicité des trucs mille fois éprouvés. Quant aux livres, j’aime les tenir dans mes mains, j’aime voir la progression de ma lecture. J’aime y mettre des signets. J’aime ouvrir un livre. J’aime aller dans les bibliothèques. Cependant, avec mes études …

lecture, bibliothérapie, le fil rouge, le fil rouge lit, littérature, les livres qui font du bien, livres, mémoire, the glass castle, du livre au film, jeanette walls, film,

Du livre au film : The Glass Castle

À Noël dernier, une pluie de livres s’est abattue sur moi à mon plus grand plaisir, et à celui de mon portefeuille. J’avais demandé les mémoires de Jeannette Walls, The Glass Castle (Le château de verre), car j’avais vu le film sorti en 2017 quelques mois auparavant, et je l’avais bien aimé. J’aime toujours comparer une œuvre d’un médium à l’autre me permettant ainsi d’unir une œuvre à travers deux de mes passions. Normalement, je lis le livre en premier et ensuite j’écoute le film, mais cette fois-ci, j’ai su qu’un livre existait après le visionnement de l’œuvre cinématographique seulement. Laissez-moi donc vous présenter ce livre que j’ai adoré et ce film qui ne m’a pas déçue. Le livre où Jeannette se dévoile Le livre dépeint la vie de Jeannette Walls, une vie de nomade favorisée par ses parents marginaux : sa mère, artiste en tout genre (peinture, écriture de théâtre, de romans, de nouvelles) et son père, inventeur alcoolique ayant pour but de construire un château de verre qui révolutionnera leurs vies et leurs problèmes …

Bibliothérapie, C'est de la faute des livres, Côte-Nord, Le fil rouge, le fil rouge lit, lecture, lire et voyager, livres, livres qui font du bien, plaisir de lire, rituels de voyage, voyages

La lecture s’invite dans nos rituels de voyage

On dit souvent que les livres sont les meilleurs moyens de s’évader. Il n’est donc pas étonnant de découvrir que les actions de lire et de voyager sont plus intimement liées qu’on pourrait le croire. Ces livres qui guident tes pas… Au commencement, il y a ce lieu mythique qui jaillit d’une histoire, comme une étincelle. Je me mets à rêver de cet endroit, à regarder où ça se trouve sur une carte, à calculer le nombre d’heures que ça prend pour s’y rendre… La première fois, c’était la faute d’Anne, la maison aux pignons verts si j’ai choisi la merveilleuse Île-du-Prince-Édouard comme destination. C’est la faute de Moi, Tituba sorcière… Noire de Salem, si je prépare cette année une escapade en Nouvelle-Angleterre. Et c’est encore la faute de Dracula si mon voyage de rêve consiste à aller marcher dans le cimetière de Whitby en Angleterre… Compagnons de route Emporter de la lecture dans nos bagages est un incontournable pour tous les amoureux des livres. Cela peut même causer un problème lorsqu’on doit faire un …

Autour des livres, Bibliothérapie, Chloé Legeay, enfance, Famille, Imagination, J.K Rowling, la place des livres, Le fil rouge, le fil rouge lit, lecture, les livres qui font du bien, lire, lire des histoires, Littérature jeunesse, livre pop-up, livres, Tomie dePaola

La place de la lecture et des livres quand on a des enfants, toute une histoire!

Que font les enfants quand ils ne vont pas à l’école? Ils jouent, ils expérimentent, ils s’inventent des histoires… et ils lisent. Assis, debout, allongés, par terre, sur le canapé, dans leur lit, aux toilettes, dans leur cabane, dans la voiture, à table… Dans notre quotidien non-scolarisé et dans celui de maman à plein temps, j’aimerais vous parler de la place qu’occupent les livres pour nous. Je suis une fervente lectrice. Pas depuis toujours, car j’ai découvert la littérature sur le tard, juste au moment de choisir mon cursus universitaire. Je ne me souviens pas avoir passé des heures entières, dans mon enfance, plongée dans un bouquin. Je lisais, oui, mais parce que l’école me le demandait. Je lisais les ouvrages du corpus, ceux qu’il fallait présenter à la fin de mes études en vue d’un diplôme. Je ne me souviens pas d’avoir passé des heures de pur plaisir comme je peux en passer aujourd’hui et comme je vois ma fille de neuf ans en passer devant le huitième tome du Journal d’un dégonflé ou …