All posts filed under: Au-delà des livres

Mary-Lee Picknell théâtre

Vivre la littérature — Entrevue avec Mary-Lee Picknell

Dernièrement, j’ai lu Le songe d’une nuit d’été de Shakespeare, qui a toujours été l’une de mes pièces préférées. J’adore sa féérie onirique, qui donne inévitablement lieu à des costumes et des décors magiques, et bien sûr le personnage de Puck, archétype même du trickster jungien. Que serait le théâtre sans un peu de comique de situation? J’ai été agréablement surprise par mon expérience de lecture, car si j’aime beaucoup assister à une pièce, je dois avouer que, pour moi, lire le théâtre s’est souvent révélé une expérience insatisfaisante. L’absence de chair autour de l’os m’empêche généralement de savourer pleinement les dialogues, même les plus juteux! Après tout, le théâtre n’est pas conçu pour être lu, mais pour être mis en scène, interprété, regardé et écouté. Ce n’est pas une littérature qui se lit, mais qui se vit! Dernièrement, j’ai eu la chance de discuter avec quelqu’un dont le travail consiste justement à donner vie aux mots — et même à vivre les mots! Mary-Lee Picknell a généreusement accepté de me rencontrer dans un sympathique café du quartier …

Annihilation Jeff VanderMeer Alex Garland roman film cinéma adaptation science-fiction aventure horreur épouvante suspense nature écologie génétique livre le Fil rouge lecture bibliothérapie les livres qui font du bien au-delà des livre

Annihilation : l’hybridation symbiotique du roman et de l’écran

Comme bien d’autres avant moi, je suis entrée dans le merveilleux monde de la littérature par la grande porte du roman à suspense. Adolescente, je passais mes nuits agrippée comme si ma vie en dépendait aux pages d’un Frissons, incapable de m’arrêter de lire et encore moins de trouver le sommeil, tant et aussi longtemps que je ne connaissais pas le fin mot de l’histoire. J’adore être prise en otage par une bonne intrigue! S’il arrive parfois que les récits de ce type manquent d’originalité, heureusement, des romans comme Annihilation de Jeff VanderMeer existent pour sauver la réputation du genre. Avant d’avoir lu le livre, le film, tu ne visionneras point Attirée par sa couverture aux couleurs contrastantes et sa quatrième de couverture intrigante, j’avais acheté Annihilation sans trop savoir à quoi m’attendre. Il dormait dans ma pile à lire depuis un bon moment déjà quand j’ai vu qu’une adaptation avait été produite. L’envie de voir le film m’a donné envie de lire le livre : hors de question de commettre l’odieux sacrilège de procéder …

le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, université, pression, compétition, lire, école, bacc, futur, carrière, étudier en littérature, les livres qui font du bien

Mon expérience comme étudiante en littérature

Étudier en littérature a été pour moi un rêve accompli. Je finis présentement mon baccalauréat en écriture de scénarios et création littéraire et je sais maintenant que même si j’aime bien écrire, je ne veux pas être scénariste et je ne me mets pas de pression pour écrire un chef-d’œuvre québécois d’ici cinq ans. Au secondaire, les professeurs nous demandaient ce que l’on voulait être lorsqu’on serait adulte, j’ai trouvé la réponse lors de ma quatrième année de bac. Oui, vous avez bien lu. Étudier en littérature et en cinéma, c’est un vrai plaisir, mais la pression et la compétition sont fortes. En cours d’études cinématographiques, j’étais entourée d’étudiants travaillant sur un projet de scénario et tous mes collègues de classe voulaient devenir réalisateurs. J’angoissais constamment dans mon coin, car je ne savais pas quoi faire. Je savais que j’aimais mon programme d’études, mais je n’étais pas convaincue que j’en ferais une carrière. En cours de création littéraire, j’étais confrontée à celles et ceux qui ont un véritable talent, qui pensent en prose, qui n’ont …

le fil rouge, le fil rouge lit, livres, lecture, littérature, les livres qui font du bien, bibliothérapie, Lydia Képinski, Premier Juin, Livre-CD, Musique québécoise, Chansons,

Le livre-CD de Lydia Képinski: de la musique qui se lit

« Plus personne n’achète de livre et plus personne n’achète de CD. » C’est ce qui est écrit sur la reliure de cet objet, fusion entre livre et album de musique, que j’ai acheté dès sa sortie. Je suis une très grande fan de Lydia Képinski, une autrice-compositrice-interprète québécoise. Je la suis depuis ma première écoute de sa chanson Andromaque, un titre de son premier EP, qui est un savant mélange entre poésie, tragédie grecque et musique héroïque. Je tiens à dire que le texte de cette chanson m’a fait lire la pièce de théâtre de Racine du même nom, et découvrir toutes ses œuvres, un exploit qu’aucun professeur de français au cégep n’a réussi avec moi. La musique Lydia Képinski fait de grosses chansons. Elle ne va jamais en demi-mesure dans l’intensité, et c’est ça que j’adore chez elle. Il n’y a pas de fla-fla, que l’authenticité d’une personne qui a de grandes choses à dire, parfois même assez gigantesques. On n’a qu’à penser à Pie-IX et les vers : « La lumière est au bout du …

L’univers des podcasts: quelques découvertes littéraires

Les podcasts – baladodiffusions, pour utiliser le terme français – sont en plein essor. Dans les dernières années, il me semble en entendre de plus en plus parler. Il y a l’immense succès des séries sur le crime, les grands journaux qui utilisent ce médium pour approfondir un sujet d’actualité et les histoires et séries de fiction qui se font aussi une place non négligeable sur le marché. Ça ne fait pas si longtemps que la baladodiffusion fait partie de mon quotidien, mais depuis que j’ai découvert ce médium, j’ai trouvé mon fidèle compagnon pour me rendre au boulot le matin quand je trouve le nouvel album de Safia Nolin trop triste pour mon «mood» du jour.  Évidemment, je me suis vite mise à la recherche de podcasts qui parlent de livres ! Mis à part mes émissions de radio favorites comme Plus on est de fou, plus on lit et Les Herbes Folles, qu’on peut aussi retrouver en balado, je cherchais à découvrir de nouveaux univers, à me laisser surprendre par des sujets que je connaissais moins, des …

Québec en toutes lettres, La splendeur du vertige, cabaret désobéissant, Impérial, littérature, poésie, slam, Festival

Le cabaret désobéissant de Québec en toutes lettres

Encore une fois cette année, le festival de littérature Québec en toutes lettres a réussi à proposer aux habitants de la ville de Québec une programmation diversifiée et originale. Animations pour enfants, conférences, animations de rue, performances théâtrales, poésie, arts visuels et plusieurs autres choses étaient au menu. Bref, il y en avait pour tous les goûts. L’expérience du Cabaret désobéissant Pour ma part, j’ai décidé d’assister au spectacle intitulé Cabaret désobéissant qui était présenté dans la programmation comme «une soirée irrévérencieuse réunissant une brochette d’artistes littéraires et musicaux autour du thème de la désobéissance». Cette phrase était suffisante pour piquer ma curiosité. En fait, le thème avait été inspiré par la désobéissance des signataires du Refus global, en cette année où l’on souligne les 50 ans de ce manifeste. Ce soir-là, la scène de l’Impérial avait pris des allures de salon habité par des artistes et des musiciens. Les deux animatrices, Frédérique Bradet et Sophie Thibeault, veillaient à la présentation des artistes et à l’enchaînement des numéros. En tout, ce sont dix artistes qui ont …

bibliothérapie, café chez l'éditeur, le fil rouge, le fil rouge lit, les livres qui font du bien, livre, lecture, café littéraire, lecture publique, les intimistes, collectif, littéraire, soirée littéraire, histoire d'été,

Soirée littéraire en compagnie du collectif Les Intimistes

Pour la rentrée et le début de l’automne, le collectif Les Intimistes – composé uniquement de comédiennes – a convié Le fil rouge à leur onzième prestation de lecture publique au café littéraire Chez l’Éditeur, à Montréal. Ce onzième chapitre explorait les histoires d’été en long et en large, en passant du premier amour de vacances aux voyages mémorables en Europe. Chacune des sept intimistes ont partagé sur scène un récit d’autofiction, touchant de près ou de loin à la saison estivale, dans une ambiance chaleureuse et détendue. Je suis allée à cette soirée littéraire sans trop savoir à quoi m’attendre, n’étant jamais allée à une soirée de ce genre, mais j’ai été agréablement surprise. Le sujet des histoires d’été a été abordé de toutes sortes de manières différentes et je n’y ai ressenti aucune redondance. Une a raconté son besoin de «devenir femme» à 18 ans, une autre a parlé de son expérience de psychotrope avec de l’ayahuasca – une boisson hallucinogène d’Amérique du Sud -, une autre, de sa recherche de reconnaissance perpétuelle en ne se donnant pas une seconde …

le fil rouge, le fil rouge lit, livres, lecture, bibliothérapie, les livres qui font du bien, autour des livres, audio-livres, livres audio, fiction sonore

Écouter des histoires pour mieux les ressentir

Les derniers mois, j’ai eu quelques moments difficiles. Ni aussi durables et intenses que ce dont parle Julie dans son article, mais tout de même assez lourds pour que, tout comme elle, je remette en question mes habitudes de lecture. Devant mon incapacité à lire, on m’a conseillé de tenter les livres audio. Mais pour être sincère, ça ne m’intéressait pas follement. En effet, les livres audio, c’est bon pour mes grand-parents, ou pour mon fils, à la limite. Mais quand on est adulte et dans une relative bonne santé, quel intérêt de se faire lire une histoire ? La fiction sonore C’est un fait indéniable : je suis plus sensible à l’écrit qu’à l’oral. Si tu te contentes de me lire l’histoire, je ne rentre pas dedans. Encéphalogramme à plat, je serai aussi réceptive qu’une huître (ce qui est tout de même un comble pour moi qui lis tant à voix haute avec le loulou). Par contre, si tu me joues l’histoire, c’est totalement autre chose. C’est là que la fiction sonore m’a saisie. …

Bibliothérapie, conte, littérature orale, Le fil rouge, le fil rouge lit, lecture, Lectures, littérature, littérature québécoise, livres, livres qui font du bien, Évelyne Ménard, Yukon, Contes et légendes, Andersen, Légendes du Saint-Laurent, Jean-Claude Dupont, Contes et légendes du Québec, Contes de sorcières et d’ogresses

Il était une fois… un atelier sur le conte

« Papa, raconte-moi une histoire » : souvenirs d’enfance Mon père était un conteur extraordinaire qui brisait l’ennui des longs voyages en voiture et des étés pluvieux au chalet. Mythologies grecques, contes populaires adaptés et revisités ou épopées merveilleuses de son cru faisaient partie de son répertoire. Ma sœur et moi étions bon public et en redemandions sans cesse. Nous voulions entendre et réentendre ces histoires merveilleuses. Cette littérature orale, qui m’a accompagnée tout au long de mon enfance, a en partie construit mon identité et m’a amenée à la littérature. J’ai d’ailleurs commencé à lire sur le tard. Ces histoires me suffisaient avant qu’arrive le moment fatidique où on doit s’émanciper de l’enfance pour traverser la période douloureuse de l’adolescence. Les histoires de mon père se sont perdues dans les reliques du passé. Et, après avoir résisté, j’ai dû réapprendre à lire pour retrouver ce sentiment d’évasion unique que procure la fiction. Quand je repense à cette époque, aux origines de mon intérêt pour la littérature, je me questionne sur la place de l’oralité dans les œuvres …

motsetbouchées leslivresquifontdubien lefilrouge lefilrougelit lecture littérature livres Autourdeslivres MaisondelaculturedeLongueuil associationdesauteursdelaMontérégie PaulineGill PaulineVincent KimThuy FrançoisBarcelo YvesBeauchemin Jean-FrançoisSénéchal ArletteCousture

Rencontres littéraires au 5 à 7 des auteurs de la Montérégie

La Rive-Sud de Montréal accueillait ce mercredi 11 avril quelques-uns des plus grands auteurs du Québec et j’étais parmi les invités. L’événement était une soirée bénéfice pour soutenir les activités de l’Association des auteurs de la Montérégie. Cette dernière vise,  entre autres, à faire connaître les auteurs de la région et à stimuler la vie littéraire de la Montérégie. J’en ai donc profité pour discuter de littérature avec ceux qui contribuent à sa vivacité au Québec – à mon grand plaisir. Mots et bouchées Le format du cocktail dînatoire demeure une valeur sûre pour favoriser les échanges et les nouvelles rencontres. Ainsi, c’est dans la Maison de la culture de Longueuil, verre de vin à la main, que chacun et chacune allaient vers les différents écrivains présents ce soir-là. Durant la soirée, il y avait simultanément des speed-dating littéraires avec les auteurs, des prises de photos Polaroid et un encan des livres favoris des écrivains et écrivaines présents, directement sélectionnés dans leur bibliothèque personnelle. Dès le départ, tous se heurtent à la malheureuse nouvelle : Kim Thúy …