All posts filed under: Autour des livres

le fil rouge, le fil rouge lit, les éditeurs en feu, éditeurs en feu, Florence Falgueyret, Simon Harvey, littérature québécoise, les livres qui font du bien, David Fiore Laroche, les réserves, journal d'un étudiant en lettres

Autour des livres : Les éditeurs en feu

C’est en septembre dernier que Florence Falgueyret et Simon Harvey ont lancé leur toute nouvelle maison d’édition, Les éditeurs en feu. L’ambiance était chaleureuse et festive au Zaz Bar, où la soirée avait lieu. Plusieurs sont repartis avec les deux premiers livres de la maison d’édition lancés ce soir-là, soit Les Réserves, de Florence Falgueyret et Journal d’un étudiant en lettres, de David Fiore Laroche. Je suis moi-même tombée sous le charme de ces œuvres qui se distinguaient par le fond et la forme de tout ce que j’avais lu jusqu’à présent. Petite entrevue enflammée avec les deux éditeurs passionnés. 1. Quel est votre premier souvenir en lien avec la lecture ? SH : Mon parrain m’avait offert Tintin en Amérique. C’est une lecture fondatrice pour moi qui m’accompagne encore dans ma démarche d’écriture. Je suis obsédé par l’alliance entre image, récit et dialogue. FF : Dans la maison, nous avions un gros livre illustré des Fables de La Fontaine. Je les lisais tellement que j’en avais mémorisé quelques-unes et dès que c’était possible, pour « faire mon show », …

théâtre, réal bossé, livres ,place des arts, mise en scène, Festival international de la littérature, improvisation, lecture, littérature québécoise, roman, simon bouderie, india desjardins, yves beauchemin, claudia larochelle, yves morin,

LIL : ligue d’improvisation littéraire

Avez-vous déjà assisté à un match d’improvisation ? Personnellement, c’est une branche du théâtre qui me plaît : le rythme, la répartie des comédiens, les tournures inattendues que peuvent prendre les différents sketchs… Il y a quelque chose d’impressionnant, du moins pour la non-comédienne que je suis, à être témoin de cette forme de jeu. Bien qu’il existe des règlements et des contraintes en impro, ces joutes oratoires où tous se répondent du tac au tac, me semblent libératrices. Au théâtre, les textes sont étudiés, appris, pratiqués… En impro, les comédiens se livrent spontanément, en suivant leur inspiration du moment. Chose certaine, c’est une démarche très différente de celle des auteurs lorsqu’ils écrivent un roman. Ces derniers brouillonnent, écrivent, effacent, réécrivent, corrigent, peaufinent – et j’en passe – leurs textes avant d’éventuellement, en arriver à la publication de leur travail. Dans le cadre du Festival international de littérature, en septembre dernier, j’ai assisté à une soirée d’improvisation particulière: celle de la ligue d’improvisation littéraire, qui m’a amenée à faire cette comparaison. Le concept était le suivant : …

Les fileuses conseillent : Quoi voir pendant le FIL

Le Festival FIL, avec qui on partage une partie de nom, est l’un de nos préférés ! Ce Festival International de la Littérature occupe une place importante dans le monde du livre au Québec. Et nous sommes toujours heureuses, année après année, de découvrir leur programmation. Cette année encore, ils nous offrent de nombreux événements littéraires qui valent le détour! Le festival a lieu du 21 au 30 septembre 2018. Voici ce qu’on vous recommande cette année : (À leur tour de) Larguer les amours Mardi 25 septembre – 20 h- Lion d’or « Personne n’est à l’abri d’une peine d’amour. On se souviendra du spectacle présenté en 2017 qui illustrait la « manière féminine » de vivre la rupture amoureuse, à partir d’une série de textes écrits par des femmes ; or, voilà que cette année (c’est à leur tour de) Larguer les amours ! Des hommes issus de différents horizons – dont Stanley Péan, Christian Vézina, Alexandre Jardin, Luc Boulanger et Mauricio Segura – ont accepté de raconter ce moment parfois incompréhensible, souvent …

écrire à la main, Correspondances d'Eastman, 2018, entrevue, Le fil rouge, Le fil rouge lit, Littérature québécoise, porte-parole, Stéphanie Boulay, bibliothérapie, lecture, littérature, livres, les livres qui font du bien, festival, Eastman, Québec, Kim Renaud-Venne

Mes 5 questions posées à Stéphanie Boulay, porte-parole pour les Correspondances d’Eastman, mais pas seulement!

Les Correspondances d’Eastman, le plus grand festival littéraire en Amérique du Nord, sont revenues pour une 16e édition du 9 au 12 août dernier. Cet événement a pour but d’offrir au public un accès bien privilégié aux coulisses de la littérature, et c’est Stéphanie Boulay qui a eu l’honneur cette année d’en être la porte-parole. J’en ai alors profité pour lui poser quelques questions! Depuis ton premier roman À l’abri des hommes et des choses qui est paru en 2016, tu ne cesses d’avoir des projets artistiques! Ton livre jeunesse Anatole qui ne séchait jamais sortira le 4 octobre 2018 et un EP solo verra le jour à l’automne prochain, un projet parallèle au duo folk (Les sœurs Boulay) que tu formes avec ta sœur, Mélanie Boulay, depuis 2012. Tu es à la fois chanteuse, musicienne et autrice (et même chroniqueuse!). Occupée comme tu es, pourquoi as-tu accepté d’être porte-parole pour la 16e édition des Correspondances d’Eastman? J’aimerais aussi connaître ta réaction quand on te l’a proposé. Au départ, j’ai pensé que j’étais indigne de prendre ce rôle …

autour des livres, festival littéraire, Stéphanie Boulay, bibliothérapie, livres, littérature, féminisme, les livres qui font du bien, Eastman, Correspondances d'Eastman, les coulisses de la littérature, rencontres littéraires, conférences littéraires, le fil rouge, le fil rouge lit, lecture

Les coulisses de la littérature aux Correspondances d’Eastman

J’ai eu l’immense bonheur de couvrir les Correspondances d’Eastman pour leur 16ème édition, portant le thème « Les coulisses de la littérature ». J’avais en tête le doux souvenir d’un après-midi d’été passé là-bas en 2011 avec ma mère. Nous nous promenions dans le parc près du théâtre de la Marjolaine et avions écrit des lettres à de purs inconnus selon notre inspiration du moment. Un concept (quelque peu) farfelu Cette année, je me voyais déjà profiter d’une manière bien différente des correspondances en m’y impliquant davantage : la programmation était tentante et la thématique intrigante se laisserait manipuler, ai-je pensé, par chacune et chacun des écrivain.es invité.es. La porte-parole de cette édition, Stéphanie Boulay musicienne et écrivaine, était un autre élément qui stimulait chez moi la hâte de m’y rendre! Le concept est agréable, bien pensé et un peu farfelu : le village devient un paysage aménagé pour recevoir les lecteurs et lectrices ainsi que les écrivains et écrivaines qui sommeillent en chacun de nous. Des boîtes aux lettres sont dispersées dans les rues et près des parcs, dans …

Le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, livres qui font du bien, Librairie l'Exèdre, librairie indépendante, livres-mystères

Livres-mystères à la librairie l’Exèdre

Dans le cadre de la journée des librairies indépendantes qui se tenait le 2 juin dernier, la Libraire L’Exèdre de Trois-Rivières proposait à ses clients l’achat de livres-mystères : des livres emballés dans du papier kraft et identifiés en fonction des thèmes qu’ils abordent, sans indices suffisants pour découvrir un titre ou un auteur. Il s’agissait d’achats à l’aveuglette! L’idée m’a immédiatement charmée et je me suis dit que l’occasion était parfaite d’enfin découvrir cette librairie dont j’entendais parler depuis mon arrivée en Mauricie. L’endroit est chaleureux et il me surprend agréablement avec sa grande sélection de livres d’occasion. J’ai l’impression de découvrir une mine d’or! Je n’ai pas encore jeté un œil à la corbeille qui contient les livres-mystères que déjà, je sais que je ne pourrais pas résister à la tentation de prendre autre chose. Après avoir analysé et sous-pesé le contenu de la corbeille, je choisis finalement 4 livres-mystères. Le premier est identifié : « Œuvre majeure de la littérature mondiale parue en 1857. Roman d’amour qui questionne la maternité, la vie conjugale et la vie …

Le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, les livres qui font du bien, voyage littéraire, New England, littérature Nouvelle-Angleterre, découvertes littéraires, coups de cœur, Brattleboro, Vermont

Coups de cœur en Nouvelle-Angleterre

Ah! la Nouvelle-Angleterre! Cette région du nord-est des États-Unis est vieille comme l’Amérique et renferme une longue histoire riche en mystères. Pas étonnant qu’elle ait inspiré plusieurs artistes et auteurs. Il parait même que l’école de sorcellerie Ilvermorny se trouve sur le mont Greylock au Massachusetts. Au moment d’écrire ces mots, j’arrive tout juste d’un voyage dans ce coin de pays. Je vous partage mes coups de cœur, pour ceux qui cherchent des idées de voyage littéraire cet été. Mystery on Main Street, Brattleboro (VT) Les librairies sont légion dans cette charmante ville du sud du Vermont. Juste au moment de descendre de la voiture, je pouvais voir les enseignes de trois d’entre elles. Un peu plus loin sur la Main, je suis entrée chez Mystery. Cette librairie se spécialise en littérature noire, policière et horrifique. J’étais donc dans mon élément! Ils ont aussi des jeux de table et une belle section de livres écrits par l’auteur et illustrateur Edward Gorey. Lovecraft Arts and Sciences, Providence (RI) Il s’agit à la fois d’une librairie spécialisée …

le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, lecture, littérature, lecture aux enfants, lecture du soir, autour des livres

Oma lit, ou les livres comme liens entre les générations

Si on devait faire un personnage à partir de ma mère, ses attributs seraient le peignoir, la tasse de café et le livre. Bien qu’étant une grosse dormeuse, elle se lève bien plus tôt que nécessaire, juste pour avoir le plaisir de traîner à la table du déjeuner en peignoir avec sa 4e tasse de café devenue froide et son roman. La lecture selon ma mère Il y a 2 choses essentielles dans ses habitudes de lecture : La première est qu’elle préfère les livres qui finissent bien. Ainsi, elle n’a jamais lu la fin de La petite sirène d’Andersen, et elle a une attirance particulière pour les romans policiers (qui finissent bien par définition, puisque le coupable est toujours découvert). D’ailleurs, les polars, elle les commence souvent par les dernières pages, comme un épisode de l’inspecteur Columbo : le nom du coupable n’a pas d’importance réelle, tout l’intérêt est dans l’enquête. La deuxième est qu’elle ne sait pas choisir. Alors un jour, elle a décidé de lire les livres de la bibliothèque du village par …

le fil rouge, le fil rouge lit, littérature, livres, les livres qui font du bien, bibliothérapie, Harry Potter, Harry Potter l'intégrale, J.K Rowling, lecture du soir

Comment j’ai appris à aimer Harry Potter

Au printemps l’année dernière, le loulou est rentré de l’école avec une demande précise : « Dis maman, on pourrait lire Harry Potter ? La grande sœur de mon meilleur copain est en train de le lire et elle lui raconte tout. Moi aussi je voudrais connaître l’histoire. » Je dois reconnaître que j’étais pas contente-contente. Sincèrement, j’avais beaucoup de préjugés sur Harry Potter, et n’avais absolument pas envie de les lire. Et puis, il n’était qu’en première année, serait-il capable de rester accroché à un même récit pendant une longue période ? J’ai tenté de me défiler en lui montrant les films. Mais ce n’était pas suffisant pour lui, au contraire : ils avaient éveillé son intérêt, et il avait encore plus envie d’avoir tous les détails. Il fallait que je le reconnaisse : quoique mes préjugés me fassent en penser, Harry Potter est entré dans la culture générale de base, il est devenu un incontournable. Pis, comme la règle de nos séances de lecture du soir veut que ce soit lui qui choisisse la lecture, j’ai donc …

Autour des livres, Aria de laine, Bibliothérapie, Le fil rouge, le fil rouge lit, lecture, les livres qui font du bien, littérature, livres, Meb, Moult Éditions

Autour des livres: Rencontre avec Meb

Meb a peut-être seulement un livre à son actif, mais elle fait déjà beaucoup parler d’elle. En décembre dernier, elle a lancé Aria de laine, un livre constitué de poèmes découpés dans Maria Chapdelaine, de Louis Hémon. Le recueil a été bien reçu par la critique. J’ai écrit un article sur son premier livre ici. L’autrice a gentiment accepté de répondre au questionnaire Autour des livres. 1. Quel est ton premier souvenir en lien avec la lecture? Un livre sur l’évolution du cheval de l’époque préhistorique à maintenant. J’adorais ce livre. Voir l’évolution des sabots, de la taille, etc., ça me fascinait. Je l’ai encore. 2. Avais-tu un rituel de lecture enfant ou un livre marquant ? Et maintenant, as-tu un rituel de lecture? Enfant, je lisais un peu tout ce que je trouvais dans la maison. J’étais très curieuse. Adolescente, j’ai lu beaucoup de John Irving et j’ai dévoré tous les romans de Sherlock Holmes. Maintenant, il y a de longues périodes où je ne lis pas et d’autres où je lis beaucoup. J’aime beaucoup écouter des livres audio …