All posts filed under: Autour des livres

les bibliothèques en voyage, les bibliothèques à travers le monde, voyage, visiter une bibliothèque, le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, lecture, les livres qui font du bien, les bibliothèques: arrêt obligé en voyage

Les bibliothèques : un arrêt obligé lors d’un voyage

Depuis 2014, je voyage plus fréquemment à travers le monde afin de découvrir d’autres cultures, coutumes, gastronomie et paysages. Souvent, en voyage, j’en profite pour visiter des bibliothèques pour justement entrer en contact avec la culture locale. Récemment, alors que je débutais un voyage d’un an à travers le monde, j’ai poursuivi mon habitude de visiter une bibliothèque de la place. Et vous, visitez-vous des bibliothèques en voyage? Quelle est votre bibliothèque coup de cœur que vous avez visité? 

Advertisements
personnages, protagonistes, affection fictive, personnages fictifs, Harry Potter, Le Fil Rouge lit, Le Fil Rouge, Le Fil Rouge réfléchit,

Ces personnages qu’on refuse de laisser partir

J’ai toujours été très imaginative. Les jeux de rôle ont occupé une grande partie de mon enfance. J’avais besoin de peu pour stimuler mon pouvoir créatif. Dès que j’ai su manier l’écriture, je me suis mise à inventer des mondes où les pirates s’affrontaient afin d’acquérir l’île de la Tortue et à monter des pièces de théâtre dans lesquelles j’incluais mes camarades de classe. Vous pouvez donc vous imaginer que mon attachement pour les personnages des romans que je lisais se faisait tout naturellement, parfois même un peu trop. Malgré les années qui ont passé, rien de cela n’a vraiment changé. J’ai pour mon dire que ce sont les protagonistes qui font les récits. Leur contribution à l’intrigue est majeure. Que serait l’univers des sorciers sans Sirius Black, Hermione Granger, Voldemort et Luna Lovegood? Oui oui, je traiterai encore de Harry Potter – vous commencez à me connaître, je crois. Nous n’avons qu’à penser aux œuvres qui portent pour titre le nom ou le pseudonyme de leurs protagonistes: Madame Bovary, Roméo et Juliette, Macbeth, L’étrange …

livre, librairie Lello, le monde des livres, littérature, Portugal, voyage, bibliothérapie, Petit Prince, Alice au pays des merveilles

Ma visite à la librairie Lello

J’ai récemment eu la chance de voyager au Portugal et, en passant par Porto, je me devais d’aller visiter la librairie Lello, vantée dans plusieurs vidéos portant sur les attraits touristiques de la ville. Ma curiosité était piquée avant même que je monte dans l’avion. En plus de son architecture sortant de l’ordinaire, ce lieu aurait été une source d’inspiration pour J. K. Rowling lorsqu’elle enseignait l’anglais au Portugal. Un peu d’histoire La librairie telle que nous la connaissons aujourd’hui a été inaugurée en 1906, après plusieurs années de réflexions et de labeur des frères Josè et Antonio Lello, qui souhaitaient ouvrir un commerce dédié à la vente et à l’édition de livres. L’architecte derrière la structure même du bâtiment se nomme Xavier Esteves. Il s’est assuré d’inclure les portraits des frères Lello et de plusieurs auteurs portugais renommés de l’époque dans la construction. Ce qui en fait l’une des plus belles librairies du monde, c’est principalement son architecture. Le plafond sculpté finement, les vitraux impressionnants et surtout le majestueux escalier trônant au milieu de …

lulunetv, youtube, bande dessinée, le fil rouge, le fil rouge lit, autour des livres, les livres qui font du bien, blogue littéraire

Autour des livres : rencontre avec Marilyn Frenette, youtubeuse pour la chaîne LuluneTV

Qui est Marilyn Frenette ? Elle est la booktubeuse de la chaîne spécialisée en bande dessinée qu’elle a créée il y a 3 ans; LuluneTV.  La Bachelière en Arts et design – concentration bande dessinée nous parle de BD qu’elle a lues, espérant nous faire découvrir de nouveaux artistes et auteurs-autrices. Ses capsules vidéo intelligentes, dynamiques et punchées sont à découvrir absolument. Marilyn a accepté de répondre à notre questionnaire… sous forme de vidéo, évidemment! Quel est ton premier souvenir en lien avec la lecture? Je pense que c’était Le petit prince, d’Antoine de Saint-Exupéry. Je l’avais même en vinyle 33 tours! Mon premier souvenir serait l’incompréhension que j’éprouvais en écoutant le disque et de constater que ça ne suivait pas exactement le livre… (Ils ont probablement coupé beaucoup de texte pour le faire rentrer sur un 33 tours.) Avais-tu un rituel de lecture enfant ou un livre marquant? Et maintenant, as-tu un rituel de lecture? Un rituel? Non. C’est davantage une question de temps libre. Je n’aime pas briser l’immersion et, que ce soit pour un livre, …

Paul Auster et les livres de ma vie, 4321, Autour des livres, bibliothéraphie, Brooklyn Follies, chez le fil rouge, Chroniques d'hiver, Dans le scriptorium, Excursion dans la zone intérieure, L'invention de la solitude, La Trilogie New-yorkaise, Le fil rouge, le fil rouge lit, lefilrouge, lire, livres, Lulu on the bridge, Moon Palace, Paul Auster, Siri Hustvedt, Sunset Park, Tombouctou

Paul Auster et les livres de ma vie

Il y a tout juste un an paraissait chez Acte Sud le dernier ouvrage de Paul Auster : 4321. Ce récit, consacré aux hasards de la vie et aux multiples bifurcations du destin, me ramène aux premières lectures de cet auteur incroyable, que j’ai découvert il y a maintenant vingt ans… Il est difficile d’écrire succinctement sur un auteur qui a accompagné la quasi-moitié de mon existence. Pour cela, il me faudrait écrire toute une thèse! J’aurais tellement à dire… Dis, c’est qui ton auteur préféré? Je ne suis pas du genre à avoir un auteur, une chanson ou un film préféré. En général, lorsqu’on me pose la question, j’ai bien du mal à y répondre, car j’ai une multitude de références qui me viennent à l’esprit. Je vais aimer le style d’untel, l’originalité d’un autre, et tout cela va, en général, me conduire à quelque chose de tout à fait personnel. Pourtant, avec Paul Auster, c’est différent. J’ai découvert cet auteur lorsque j’étais étudiante à l’université, en cours de littérature comparée. J’étudiais alors La Trilogie new-yorkaise …

le fil rouge, le fil rouge lit, les éditeurs en feu, éditeurs en feu, Florence Falgueyret, Simon Harvey, littérature québécoise, les livres qui font du bien, David Fiore Laroche, les réserves, journal d'un étudiant en lettres

Autour des livres : Les éditeurs en feu

C’est en septembre dernier que Florence Falgueyret et Simon Harvey ont lancé leur toute nouvelle maison d’édition, Les éditeurs en feu. L’ambiance était chaleureuse et festive au Zaz Bar, où la soirée avait lieu. Plusieurs sont repartis avec les deux premiers livres de la maison d’édition lancés ce soir-là, soit Les Réserves, de Florence Falgueyret et Journal d’un étudiant en lettres, de David Fiore Laroche. Je suis moi-même tombée sous le charme de ces œuvres qui se distinguaient par le fond et la forme de tout ce que j’avais lu jusqu’à présent. Petite entrevue enflammée avec les deux éditeurs passionnés. 1. Quel est votre premier souvenir en lien avec la lecture ? SH : Mon parrain m’avait offert Tintin en Amérique. C’est une lecture fondatrice pour moi qui m’accompagne encore dans ma démarche d’écriture. Je suis obsédé par l’alliance entre image, récit et dialogue. FF : Dans la maison, nous avions un gros livre illustré des Fables de La Fontaine. Je les lisais tellement que j’en avais mémorisé quelques-unes et dès que c’était possible, pour « faire mon show », …

théâtre, réal bossé, livres ,place des arts, mise en scène, Festival international de la littérature, improvisation, lecture, littérature québécoise, roman, simon bouderie, india desjardins, yves beauchemin, claudia larochelle, yves morin,

LIL : ligue d’improvisation littéraire

Avez-vous déjà assisté à un match d’improvisation ? Personnellement, c’est une branche du théâtre qui me plaît : le rythme, la répartie des comédiens, les tournures inattendues que peuvent prendre les différents sketchs… Il y a quelque chose d’impressionnant, du moins pour la non-comédienne que je suis, à être témoin de cette forme de jeu. Bien qu’il existe des règlements et des contraintes en impro, ces joutes oratoires où tous se répondent du tac au tac, me semblent libératrices. Au théâtre, les textes sont étudiés, appris, pratiqués… En impro, les comédiens se livrent spontanément, en suivant leur inspiration du moment. Chose certaine, c’est une démarche très différente de celle des auteurs lorsqu’ils écrivent un roman. Ces derniers brouillonnent, écrivent, effacent, réécrivent, corrigent, peaufinent – et j’en passe – leurs textes avant d’éventuellement, en arriver à la publication de leur travail. Dans le cadre du Festival international de littérature, en septembre dernier, j’ai assisté à une soirée d’improvisation particulière: celle de la ligue d’improvisation littéraire, qui m’a amenée à faire cette comparaison. Le concept était le suivant : …

Les fileuses conseillent : Quoi voir pendant le FIL

Le Festival FIL, avec qui on partage une partie de nom, est l’un de nos préférés ! Ce Festival International de la Littérature occupe une place importante dans le monde du livre au Québec. Et nous sommes toujours heureuses, année après année, de découvrir leur programmation. Cette année encore, ils nous offrent de nombreux événements littéraires qui valent le détour! Le festival a lieu du 21 au 30 septembre 2018. Voici ce qu’on vous recommande cette année : (À leur tour de) Larguer les amours Mardi 25 septembre – 20 h- Lion d’or « Personne n’est à l’abri d’une peine d’amour. On se souviendra du spectacle présenté en 2017 qui illustrait la « manière féminine » de vivre la rupture amoureuse, à partir d’une série de textes écrits par des femmes ; or, voilà que cette année (c’est à leur tour de) Larguer les amours ! Des hommes issus de différents horizons – dont Stanley Péan, Christian Vézina, Alexandre Jardin, Luc Boulanger et Mauricio Segura – ont accepté de raconter ce moment parfois incompréhensible, souvent …

écrire à la main, Correspondances d'Eastman, 2018, entrevue, Le fil rouge, Le fil rouge lit, Littérature québécoise, porte-parole, Stéphanie Boulay, bibliothérapie, lecture, littérature, livres, les livres qui font du bien, festival, Eastman, Québec, Kim Renaud-Venne

Mes 5 questions posées à Stéphanie Boulay, porte-parole pour les Correspondances d’Eastman, mais pas seulement!

Les Correspondances d’Eastman, le plus grand festival littéraire en Amérique du Nord, sont revenues pour une 16e édition du 9 au 12 août dernier. Cet événement a pour but d’offrir au public un accès bien privilégié aux coulisses de la littérature, et c’est Stéphanie Boulay qui a eu l’honneur cette année d’en être la porte-parole. J’en ai alors profité pour lui poser quelques questions! Depuis ton premier roman À l’abri des hommes et des choses qui est paru en 2016, tu ne cesses d’avoir des projets artistiques! Ton livre jeunesse Anatole qui ne séchait jamais sortira le 4 octobre 2018 et un EP solo verra le jour à l’automne prochain, un projet parallèle au duo folk (Les sœurs Boulay) que tu formes avec ta sœur, Mélanie Boulay, depuis 2012. Tu es à la fois chanteuse, musicienne et autrice (et même chroniqueuse!). Occupée comme tu es, pourquoi as-tu accepté d’être porte-parole pour la 16e édition des Correspondances d’Eastman? J’aimerais aussi connaître ta réaction quand on te l’a proposé. Au départ, j’ai pensé que j’étais indigne de prendre ce rôle …

autour des livres, festival littéraire, Stéphanie Boulay, bibliothérapie, livres, littérature, féminisme, les livres qui font du bien, Eastman, Correspondances d'Eastman, les coulisses de la littérature, rencontres littéraires, conférences littéraires, le fil rouge, le fil rouge lit, lecture

Les coulisses de la littérature aux Correspondances d’Eastman

J’ai eu l’immense bonheur de couvrir les Correspondances d’Eastman pour leur 16ème édition, portant le thème « Les coulisses de la littérature ». J’avais en tête le doux souvenir d’un après-midi d’été passé là-bas en 2011 avec ma mère. Nous nous promenions dans le parc près du théâtre de la Marjolaine et avions écrit des lettres à de purs inconnus selon notre inspiration du moment. Un concept (quelque peu) farfelu Cette année, je me voyais déjà profiter d’une manière bien différente des correspondances en m’y impliquant davantage : la programmation était tentante et la thématique intrigante se laisserait manipuler, ai-je pensé, par chacune et chacun des écrivain.es invité.es. La porte-parole de cette édition, Stéphanie Boulay musicienne et écrivaine, était un autre élément qui stimulait chez moi la hâte de m’y rendre! Le concept est agréable, bien pensé et un peu farfelu : le village devient un paysage aménagé pour recevoir les lecteurs et lectrices ainsi que les écrivains et écrivaines qui sommeillent en chacun de nous. Des boîtes aux lettres sont dispersées dans les rues et près des parcs, dans …