All posts filed under: Réflexions littéraires

Bibliothérapie, Camilla Lackbërg, Lisa Gardner, Jusqu'à ce que la mort nous sépare, le fil rouge, le fil rouge lit, genre littéraire policier, les livres qui font du bien, livres, paralittérature, genre littéraire, policier, lecture, réflexion littéraire

Le genre littéraire policier: le mal-aimé?

J’ai toujours affectionné le genre littéraire policier, et ce, depuis le jour où ma mère m’a acheté une boîte pleine de romans d’Agatha Christie à la bouquinerie de la Terrasse Dufferin alors que j’étais âgée de dix ans. En vieillissant, toutefois, je me suis rendu compte que mon genre littéraire «chouchou» était plutôt mal aimé, comme un sous-genre peu appréciable. Souvent, le genre policier est considéré comme de la paralittérature. Est-ce que ce genre littéraire a moins de sens esthétique pour l’exclure des œuvres faisant partie de la littérature?  Cela m’a parfois amené à être complexée d’aimer tant ce genre.

Et vous, avez-vous un genre littéraire dont vous êtes mal à l’aise de dévoiler votre passion pour celui-ci?

Advertisements

Les coups de coeur littéraires des fileuses en 2018

Ariane  Castagnettes, de Marie-Élaine Guay, un recueil de poèmes qui m’a tour à tour fait rire et pleurer… et le tout, en public. Les prénoms épicènes, d’Amélie Nothomb, qui m’a fait renouer avec cette autrice que j’ai pratiquement adulée toute mon adolescence pour ensuite la bouder. Konbini, de Sayaka Murata, un roman empreint d’humanité, qui parle du fait que certaines personnes sont plus heureuses dans une vie toute simple qui sort des cadres de la «normalité». Les furies, de Lauren Groff, un roman aux personnages complexes, où il est jouissif de pouvoir lire les deux versions différentes de la même histoire. Frédérique  L’étang, de Claire-Louise Bennett, roman qui rend hommage aux détails quotidiens avec un mystère et un cynisme décapants. Hôtel Lonely Hearts, d’Heather O’Neill, dont l’ambiance est demeurée en moi, même plusieurs mois après avoir terminé le livre. Grosse, de Lynda Dion, qui m’a ouvert tout un pan de réflexions sur la manière de voir son propre corps. Virginie  Le chant de la terre blanche, de Jean Bédard, un roman qui m’a happée, et …

Les résolutions littéraires des fileuses pour 2019

Ariane : En 2019, j’aimerais privilégier la lenteur. Prendre le temps de savourer les œuvres littéraires, de décortiquer des essais complexes, d’errer longtemps dans chaque case de bd. Donc, pas de nombre de livres précis comme but à atteindre pour moi cette année! Frédérique L. : Ma résolution personnelle pour l’année à venir est de terminer la suite d’À la recherche du temps perdu de Marcel Proust, que j’ai déjà entamée. Aussi, j’aimerais partir à la découverte d’Elena Ferrante pour approfondir, avec ses romans, le thème de l’amitié. Virginie : Juste garder l’équilibre et ne tomber ni dans le trop ni dans le trop peu. Continuer à lire de tout sans préjugés. Enfin finir Dune. Marie Anne : Mes résolutions ont toujours porté sur la quantité de livres que je pouvais gober en une année, et je crois qu’il est temps que j’arrête de me créer un univers de compétition autour du nombre de lectures que je fais. Cette année, je prends le temps de me poser quand je lis. Camille B : en 2019, j’aimerais …

La Servante écarlate, Margaret Atwood, le Fil Rouge, le Fil Rouge lit, le Fil Rouge réfléchit, réflexion littéraire, lecture, littérature,

L’intemporalité de La Servante écarlate

Il y a de ces livres qui traversent les années et qui laissent dans leur sillage une trace indélébile. Et malgré le passage du temps, les lecteurs et les lectrices se souviennent précieusement de ces histoires qui les ont fait réfléchir et qui les ont marqués d’une façon souvent très personnelle et subjective. Ces personnes, elles sont de tous âges et de tout temps. Elles ont lu les œuvres en question à une époque différente de leur vie, époque qui, sans le savoir, avait parfois elle-même un impact sur la réception. Je fais partie de ces privilégiés. D’une catégorie bien précise, en fait ; celle qui a lu sur le tard une œuvre dont l’essence est toujours encore autant d’actualité, voire davantage aujourd’hui qu’au moment de l’écriture. Une lecture toute fraîche La Servante écarlate de Margaret Atwood est l’exemple par excellence de ce que je tentais d’expliquer dans les lignes qui précèdent. Je vous passe le résumé du roman que vous pouvez d’ailleurs retrouver dans un autre article sur Le fil rouge, intitulé Un petit …

le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, les livres qui font du bien, margaret atwood, captive, dominique fortier, les villes de papier, le meilleur dernier roman, claude la charité, michel tremblay, anne hébert, réjean ducharme, réflexions littéraires, liens entre les livres, connexion entre les livres

Une ficelle qui relie tous les livres

L’autre jour, je lisais Captive de Margaret Atwood et j’ai réalisé qu’il y avait beaucoup de citations d’auteurs en début de chapitres. Celles qui ont davantage attiré mon attention étaient d’Emily Dickinson. Pourquoi? Parce qu’une de mes récentes lectures portait sur sa vie, Les villes de papier de Dominique Fortier (vous pouvez d’ailleurs lire ici mon article au sujet de cette œuvre remarquable). Je me disais : quelle coïncidence! Captive était dans ma bibliothèque depuis plus de six mois mais j’ai choisi par hasard de le lire tout juste après avoir lu un livre sur la poète. La révélation Je me suis rappelé une phrase frappante que m’a déjà dite une amie : tous les livres sont liés entre eux. À cette époque, je lisais très peu et je ne savais jamais quoi choisir comme lecture. Cette amie m’avait répondu qu’elle en avait trop à lire et que chaque livre la menait vers un autre… J’étais restée figée sur place, me demandant si c’était vrai. Puis, j’ai commencé à lire un roman qu’elle m’avait recommandé qui, par …

le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, livres, les livres qui font du bien, lecture, réflexion littéraire, réseaux sociaux, anxiété de performance, internet

Les réseaux sociaux et l’anxiété de performance en littérature

Il n’y a plus rien d’étonnant lorsque vient le temps d’aborder la question de l’anxiété de performance liée à l’avènement des réseaux sociaux . Depuis Facebook, Instagram et tutti quanti, l’expression «l’herbe est toujours plus verte chez le voisin» prend des proportions ridicules directement liées au nombre de gens auxquels nous sommes en mesure de nous comparer. Malheureusement, ces gens, pour la plupart des inconnus, sont maintenant des millions, et ce, à quelques clics seulement. L’uniformité stylistique qui s’étend à nos gardes-robes, à nos maisons ou à notre manière de cuisiner s’étend également à nos lectures. Combien de photos soigneusement mises en scène de livres peut-on trouver sur Instagram? Il n’y a pas de limites. C’est parfois inspirant, ça nous permet peut-être de trouver des idées pour nos prochaines lectures ou d’avoir plus facilement accès à des auteurs auto-publiés. Par contre, bien souvent, les mêmes titres à la mode reviennent sans cesse dans nos newsfeeds, créant une impression de répétition lassante. Depuis quelques années, j’ai l’impression que les gens s’efforcent d’avoir tous les mêmes goûts …

Bandes dessinées, BD, romans, lecture, réflexion littéraire, le fil rouge réfléchit, le fil rouge lit, paralittérature, la vraie lecture?, le fil rouge,

La lecture de bandes dessinées est-elle moins valorisante que la lecture de romans?

Depuis quelque temps, j’entends un commentaire récurrent qui me titille les oreilles. Il prend la forme suivante : « Je ne lis que des bandes dessinées ces temps-ci, mais ça ne compte pas pour de la lecture. » Ce à quoi je rétorque : « Ah oui? Pourtant, la lecture c’est de la lecture, non? » Je ne comprends pas cette tendance à considérer la lecture de bandes dessinées comme moins valorisante, moins pertinente. Ce genre de propos me donne l’impression que les seules lectures qui valent la peine d’être mentionnées comme telles sont celles issues des grands classiques. Bref, j’entends : « Tu ne lis pas si tu ne lis pas du Proust, du Flaubert ou du Zola. » Évidemment, vous l’avez peut-être déjà compris, je suis totalement en désaccord avec cette façon de penser et je tiens à vous prouver en quoi la lecture de bandes dessinées compte à mes yeux comme de la lecture à part entière. Valoriser la diversité Je ne le dirai jamais assez, s’ouvrir à la diversité est le moyen le plus sûr pour devenir …

Nos mères et marraines, les fileuses d’un jour

Pour célébrer la fête des Mères, nous avons demandé aux mères (et marraines) des collaboratrices du Fil rouge de jouer aux fileuses en nous écrivant quelques lignes au sujet d’une de leurs lectures préférées. Lise, maman de Martine Quand on m’a proposé de faire une petite critique sur un livre, j’ai immédiatement pensé à Le Cri des oies de Joanne Gauthier. Ce livre m’a grandement touchée, il m’a aussi séduite par la beauté de ses phrases. J’ai tellement aimé la façon dont l’auteure aborde son deuil, sa peine, sa colère, ses incertitudes, l’amour qu’elle ressent pour son fils, son fils qui devient grand avant le temps, maintenant qu’il n’a plus son papa. La façon dont elle décrit les événements est d’une grande beauté, d’une grande sincérité, elle réussit à nous faire ressentir ses émotions, et ce, même si nous n’avons jamais vécu ce genre de deuil. On peut facilement se mettre dans sa peau et surtout la comprendre, comprendre sa peine et toutes les émotions qui l’habitent. Événement tragique qui déchire tout sur son passage, qui anéantit sa …

Amélie Nothomb, Autrice, Littérature, Lecture, Autrice belge, Lefilrougelit, lefilrouge, maîtrise, mémoire, études littéraires, livres

La fin de mon parcours à la maîtrise

C’est la fin. Il y a maintenant deux ans, presque jour pour jour, je vous faisais part de ma décision de commencer mes études aux cycles supérieurs en études littéraires. Rappelez-vous, je venais de trouver mon directeur de maîtrise, je lisais toute l’oeuvre de Nothomb et je voguais tranquillement sur les eaux tumultueuses de l’esthétique de la laideur. Cela ne vous dit rien? Je vous réfère au texte Un long voyage de solitude : mon parcours à la maîtrise pour vous mettre à jour. En fait, ce que vous êtes en train de lire est la suite. Qu’est-ce qu’il y a en eu du chemin de fait depuis le 7 mars 2016! C’est la fin. Vraiment. Ma date de dépôt est le 4 mai. La vie est bien faite. Le 4 mai, c’est le May the 4th be with you, la journée mondiale de Star Wars. En ce jour de mai, je serai adoubée grande Jedi de la galaxie. Mon entraînement de Padawan sera enfin complété. Un crayon pour sabre laser et la force mentale …

Autour des livres, Bibliothèque, Bibliothérapie, le fil rouge lit, Le monde du livre, lecture, les livres qui font du bien, littérature, livres, Bibliothèque de rue, Bilinguisme, Whitehorse

Whitehorse et ses bibliothèques de rue

Lorsque je suis arrivée à Whitehorse en septembre, j’ai tout de suite remarqué la petite maison de livres à côté de notre gîte. Parce qu’ici aussi, comme à Montréal, les mini-bibliothèques ont envahi les rues. Passer d’une métropole de plus d’un million d’habitants à une petite ville nordique de 25 000 habitants a demandé une certaine adaptation. Le plus difficile a peut-être été la diminution de l’offre culturelle, notamment en ce qui concerne les livres. Je suis partie d’une ville où on compte un réseau de 45 bibliothèques, une bibliothèque nationale et de nombreuses bibliothèques universitaires pour vivre dans une ville où il n’y a qu’une seule bibliothèque municipale dans laquelle la collection de livres en français se résume à un rayon. Cette offre restreinte de livres rend le phénomène des bibliothèques de rue d’autant plus important. Forme de démocratisation de la lecture, les mini-bibliothèques sont des lieux d’échange de livres anonymes entre les résidents de la ville. On ne sait pas d’où vient le livre qu’on « emprunte »; on ne sait pas où va le livre …