All posts tagged: Roman

Le fil rouge, le fil rouge lit, #lefilrougelit, bibliothérapie, lecture, littérature, contes, La belle et la bête, cinéma, Il était une fois, Perrault, Grimm, Cendrillon, Andersen, Mme de Villeneuve, Mme Leprince de Beaumont, Nicole Belmont, Javotte, Simon Boulerice, Les sangs, Audrée Wilhelmy, Les contes de la chatte rouge, Elizabeth Vonarburg, Trois princesses, Guillaume Corbeil, Là où la mer commence, Dominique Demers, Fables, Revue XYZ, les livres qui font du bien,

« Tale as old as time… » La Belle et la Bête et autres contes à (re)découvrir!

À moins d’avoir passé l’hiver dans une grotte à la manière d’un ours qui hiberne, ou dans un village reculé sans électricité ni internet, vous avez très certainement entendu parler de l’immense « buzz » entourant la sortie au cinéma de la dernière adaptation de Disney, La Belle et la Bête. Mettant en scène Emma Watson, l’héroïne féminine de la saga Harry Potter, le film, un « remake » en prises de vue réelles du film d’animation de Disney réalisé en 1991, a maintenu un réel suspense pendant plusieurs mois, nous faisant attendre (bien trop!) impatiemment sa sortie. Donc, la nouvelle adaptation d’un de mes contes préférés m’a amenée au cinéma, un dimanche après-midi, avec ma sœur. Considérant mon intérêt académique envers les contes et surtout pour les réécritures et les détournements – j’y consacre, en effet, l’entièreté de mon mémoire – plusieurs de mes amis, de ceux qui m’appelaient déjà « princesse » depuis quelque temps, ont suggéré, visiblement soucieux de me déculpabiliser, que j’y allais [et je les cite] « probablement pour un …

pourquoi lire, importance de la lecture, bd, manga, revue, magazines, passion, intêret, littérature, choix, aimer lire, activité, roman,

Vous n’aimez pas lire? C’est faux

Plusieurs croient qu’aimer la lecture ce n’est pas donné à tout le monde, mais c’est faux. Vous me voyez venir et avez probablement déjà entendu maintes et maintes fois cette phrase-là : « T’as juste pas encore trouvé LE bon livre. » Dans un sens, cette expression est vraie, mais reste que pour se donner la peine de chercher, un certain intérêt doit déjà être là. Voici donc quelques conseils tous simples qui pourraient vous motiver à vous adonner à ce passe-temps plus souvent. Vous lisez sans le savoir Les mots sont partout. Que vous scrolliez sur votre fil d’actualité Facebook ou que vous soyez en train d’écouter une série sous-titrée sur Netflix, vous lisez. Même chose pour les mangas, les revues, les textos de votre amoureux et les lettres que vous recevez par la poste. Cessez donc de proclamer haut et fort que vous détestez cette activité ludique et mettez-vous-y! Des défis à relever Le but étant de vous donner envie de lire, évitez les lectures d’envergure et tout ce qui vous semble trop complexe. …

Sauf que j’ai rien dit… Le premier roman de Lily Pinsonneault = une laine réconfortante

Je venais de finir ma dernière session au bac en littérature de l’UQAM, cela devait faire des mois et des mois que je n’avais pas lu un livre par simple plaisir… Bref, mes antidépresseurs (et l’anxiété!!!) m’installaient dans un flou perpétuel et peu agréable qui me paralysait dans mes désirs de lectrice. Si je n’étudiais pas, je dormais. Bref, quand Marjorie – l’une des fondatrices du blogue – m’a offert le premier roman de Lily Pinsonneault pour en faire la critique, j’étais bien heureuse de pouvoir recommencer à lire pour le plaisir, mais aussi nerveuse à l’idée de recommencer à écrire… quelque chose (même si je commence ma maîtrise en création littéraire en septembre!). En un après-midi je refermais le livre : je venais de le terminer. En l’espace de quelques heures, j’avais lu le roman d’une seule traite. Disons que pour un premier roman, Lily Pinsonneault coupe le souffle. Voici ma (petite) critique de son roman Sauf que j’ai rien dit… Deux êtres humains qui s’effleurent à travers le temps. L’histoire (un peu classique, un peu …

L’Adversaire, le récit d’un homme insaisissable

L’œuvre postmoderne se caractérise par des personnages marginaux, un mélange de plusieurs genres accompagné d’une fragmentation du style d’écriture. Retrouver tout ça dans un même ouvrage, ça reste assez rare et en faire une très bonne histoire, encore plus. Or L’Adversaire d’Emmanuel Carrère y parvient. Le coeur du récit L’Adversaire, c’est l’histoire d’un homme : Jean-Claude Romand. Mélangeant fait divers, roman policier, autobiographie et biographie, Carrère y relate le meurtre sanglant de la femme et des deux enfants de Romand. Toutefois, ce crime terrible en cache d’autres. En effet, Jean-Claude Romand, réputé médecin de l’OMS à Genève en Suisse s’avère n’avoir jamais mis les pieds dans cette organisation. Plus le procès approche, plus des éléments déroutants sur sa vie sont découverts. Celui-ci n’a jamais terminé ses études en médecine, mais assistait tout de même aux cours faisant croire à ses camarades qu’il faisait partie des leurs. Jean-Claude Romand est même allé jusqu’à s’inventer un cancer.  Les mensonges s’empilent et se multiplient, mais en réalité, qui est donc cet homme ? Comment se fait-il que personne n’ait …

Bibliothérapie, Leméac, Littérature québécoise, Les livres qui font du bien, Roman, Le ciel, Sylvie Drapeau, littérature, livre, le fil rouge, le fil rouge lit, littérature, mère, amour, deuil, fille, livres

Le ciel de Sylvie Drapeau : entre voix de mère et de fille

Je porte un grand amour aux petits livres blancs des éditions Leméac, ces plaquettes d’environ cent pages qui portent des voix fortes et singulières, mais qui demeurent, par leur format, en marge, presque timides des grandes œuvres qui s’affirment. Mais on y trouve toujours des bijoux, et leur petitesse de format vient, au contraire, renforcer le lien d’intimité que nous développons à leur égard. Le ciel, de la comédienne Sylvie Drapeau, deuxième opus d’une séquence de quatre, mais dont chacun est indépendant, est un de ces « petits » livres qui résonnent fort et en grand. Le fleuve, premier roman de l’auteure, racontait le drame familial qu’est la noyade d’un enfant au sein d’un clan tissé serré, de cette meute dont la narratrice, qui a cinq ans, fait partie. Dans Le ciel, cette jeune fille, qui a maintenant 20 ans, construit désormais tranquillement sa vie dans la grande ville, loin de sa Côte-Nord natale à laquelle elle revient pourtant souvent pour se réfugier, se retrouver. Elle se veut forte, mais elle est surtout fragile, à la recherche d’elle-même, …

accord bière et livre, Amour, Bibliothérapie, couple ouvert, espace public, Le fil rouge, le fil rouge lit, lecture, les livres qui font du bien, littérature, Littérature canadienne, livre, next year for sure, polyamour, polygamie, Roman, Scribner, sexe, zoey leigh peterson

Accord bière et livre : polyamour et bière sûre

Kathryn et Chris, les principaux personnages de Next Year for Sure de Zoey Leigh Peterson, s’aiment depuis neuf ans et cohabitent dans un douillet petit nuage routinier et affectueux, jusqu’à ce que Chris confie à sa conjointe son attirance (affectueuse et mentale, et non sexuelle en premier lieu) pour Emily. Ils décident donc mutuellement d’ouvrir leur couple, et c’est ainsi que Chris commencera à donner rendez-vous à Emily, avec l’approbation et l’encouragement de son amoureuse. Bien sûr, les choses sont rarement aussi simples lorsque l’on s’engage dans une relation polyamoureuse…

roman, le fil rouge, le fil rouge lit, #lefilrouge #lefilrougelit, lecture, littérature, québec, Dominique Demers, Mon fol amour, chalet, nature, amour

Mon fol amour de Dominique Demers ou comment se retrouver à vivre des mésaventures en suivant les élans de son coeur

Dominique Demers est mon auteure presque-préférée. « Presque », parce que j’ai plusieurs auteur.e,s préféré.e.s et que je ne pourrais jamais choisir vraiment celui ou celle que je préfère. C’est toujours la même chose à chaque fois qu’on me pose la question: « Mais tsé, genre, l’auteur.e préféré.e de tes préférés, c’est qui?» (Soupir!) En bref, en tant qu’auteure presque-préférée, Dominique Demers se trouve sur mon top dix des voix qui ont marqué mon imaginaire littéraire et a une place privilégiée sur la liste de ceux et celles qui ont participé à nourrir mon amour pour la lecture depuis que je suis petite. Grande auteure prolifique à l’oeuvre incommensurable, je suis également envieuse de la façon dont elle a réussi à se tailler une place comme auteure québécoise, l’écriture ayant toujours été, comme c’est le cas pour moi, fondamentale dans sa vie. Son petit dernier, Mon fol amour, est un roman pour adultes à forte saveur autobiographique qui raconte l’histoire de Dominique (elle-même), une femme fonceuse et indépendante qui, suite à l’achat impulsif d’un chalet pour lequel …

#bibliothérapie : les lectures salvatrices des abonné.e.s instagram (partie 1)

Les hashtags concernant les livres et la lecture gagnent en popularité sur instagram : #lefilrougelit, #littqc, #lecturedumoment, #liretv, #instalecture, #bookstagram, #bookish, etc. Une communauté de lectrices et de lecteurs est bien présente afin d’y partager ses coups de cœur littéraires ou simplement afficher ses lectures pour en discuter avec d’autres amoureux des mots. À la mi-mars, j’ai fait un appel de textes sur instagram : Je suis à la recherche d’utilisateurs instagram qui aimeraient participer à un article sur le blogue littéraire Le fil rouge. Le concept est simple : j’aimerais que vous nous parliez d’une lecture qui fut salvatrice pour vous à un certain moment de votre vie, ou qui vous a fait du bien, tout simplement. Huit grands lecteurs se sont prêtés au jeu : Delphine Larose (@delphiii22), 26 ans, Muséologue  À l’aube de mes 21 ans, j’ai décidé de partir pour la première fois de ma vie seule en voyage, à l’autre bout de l’océan. Je me suis donc envolée vers la Grande-Bretagne, où j’allais passer trois semaines à visiter les musées et m’imprégner …

Les corps extraterrestres, Pierre-Luc Landry, roman, Éditions Druide, littérature, lecture, livres, Le fil rouge, Le fil rouge lit

À combustion lente : Les corps extraterrestres

Quand Stella est arrivée avec ses bordées de neige invraisemblables, à la mi-mars, j’ai repensé au deuxième roman de Pierre-Luc Landry. Dans Les corps extraterrestres, le récit alterne entre les mondes de deux personnages, Hollywood et Xavier, qui ne communiquent qu’en rêve. Pour l’un d’entre eux, la planète suffoque de chaleur; pour l’autre, la neige n’arrête jamais de tomber. Je lisais les comptes rendus catastrophistes des médias, au lendemain de la tempête du 14 mars, et tout d’un coup j’ai pensé à Xavier, dont tous les déplacements sont ralentis par un hiver ininterrompu et lourd de précipitations. Je me suis souvenue de la ouate qui l’enveloppe et qui, un peu comme la neige quand elle tombe, assourdit pour Xavier les bruits du monde. Je me suis sentie replonger dans la nébuleuse de cette histoire, faite de rencontres impossibles et de grandes fatigues. Les corps extraterrestres est paru en 2015; je l’ai lu au tout début 2017. La vie publique des livres, celle des critiques et des chroniques, des listes de fin de saison et des …

La mort d’une princesse, ce n’est pas de la chick-lit et on aime ça !

Je le dit d’emblée, car j’avoue qu’avec India Desjardins (que j’aime de tout mon coeur,) je m’attendais avec son dernier roman à tomber dans de la fameuse chick-lit/littérature de poulettes et ce n’est pas du tout ce qui s’est produit. La mort d’une princesse est de loin le livre le plus mature d’India à mon avis, et je le décrirais plutôt comme un roman d’amour ultra moderne. Franchement, si vous n’avez jamais lu du India Desjardins, c’est vraiment le bon moment de commencer. Rapidement, voici l’histoire du roman. Sarah, trentenaire, femme d’affaires accomplie, vient de se faire larguer par l’homme de sa vie qui lui a été infidèle. Elle décide donc de tuer sa princesse intérieure qui rêve de prince charmant et d’amour qui durera toujours et choisit de prendre sa vie en main. L’amour, elle n’a pas besoin de ça, elle est une femme d’affaires qui a du succès et à qui tout réussit, a-t-elle vraiment besoin d’un homme à ses côtés ? Cette situation durera 7 ans. On pourrait croire que notre Sarah est désillusionnée, mais c’est, …