All posts tagged: Roman

roman, le fil rouge, le fil rouge lit, #lefilrouge #lefilrougelit, lecture, littérature, québec, Dominique Demers, Mon fol amour, chalet, nature, amour

Mon fol amour de Dominique Demers ou comment se retrouver à vivre des mésaventures en suivant les élans de son coeur

Dominique Demers est mon auteure presque-préférée. « Presque », parce que j’ai plusieurs auteur.e,s préféré.e.s et que je ne pourrais jamais choisir vraiment celui ou celle que je préfère. C’est toujours la même chose à chaque fois qu’on me pose la question: « Mais tsé, genre, l’auteur.e préféré.e de tes préférés, c’est qui?» (Soupir!) En bref, en tant qu’auteure presque-préférée, Dominique Demers se trouve sur mon top dix des voix qui ont marqué mon imaginaire littéraire et a une place privilégiée sur la liste de ceux et celles qui ont participé à nourrir mon amour pour la lecture depuis que je suis petite. Grande auteure prolifique à l’oeuvre incommensurable, je suis également envieuse de la façon dont elle a réussi à se tailler une place comme auteure québécoise, l’écriture ayant toujours été, comme c’est le cas pour moi, fondamentale dans sa vie. Son petit dernier, Mon fol amour, est un roman pour adultes à forte saveur autobiographique qui raconte l’histoire de Dominique (elle-même), une femme fonceuse et indépendante qui, suite à l’achat impulsif d’un chalet pour lequel …

#bibliothérapie : les lectures salvatrices des abonné.e.s instagram (partie 1)

Les hashtags concernant les livres et la lecture gagnent en popularité sur instagram : #lefilrougelit, #littqc, #lecturedumoment, #liretv, #instalecture, #bookstagram, #bookish, etc. Une communauté de lectrices et de lecteurs est bien présente afin d’y partager ses coups de cœur littéraires ou simplement afficher ses lectures pour en discuter avec d’autres amoureux des mots. À la mi-mars, j’ai fait un appel de textes sur instagram : Je suis à la recherche d’utilisateurs instagram qui aimeraient participer à un article sur le blogue littéraire Le fil rouge. Le concept est simple : j’aimerais que vous nous parliez d’une lecture qui fut salvatrice pour vous à un certain moment de votre vie, ou qui vous a fait du bien, tout simplement. Huit grands lecteurs se sont prêtés au jeu : Delphine Larose (@delphiii22), 26 ans, Muséologue  À l’aube de mes 21 ans, j’ai décidé de partir pour la première fois de ma vie seule en voyage, à l’autre bout de l’océan. Je me suis donc envolée vers la Grande-Bretagne, où j’allais passer trois semaines à visiter les musées et m’imprégner …

Les corps extraterrestres, Pierre-Luc Landry, roman, Éditions Druide, littérature, lecture, livres, Le fil rouge, Le fil rouge lit

À combustion lente : Les corps extraterrestres

Quand Stella est arrivée avec ses bordées de neige invraisemblables, à la mi-mars, j’ai repensé au deuxième roman de Pierre-Luc Landry. Dans Les corps extraterrestres, le récit alterne entre les mondes de deux personnages, Hollywood et Xavier, qui ne communiquent qu’en rêve. Pour l’un d’entre eux, la planète suffoque de chaleur; pour l’autre, la neige n’arrête jamais de tomber. Je lisais les comptes rendus catastrophistes des médias, au lendemain de la tempête du 14 mars, et tout d’un coup j’ai pensé à Xavier, dont tous les déplacements sont ralentis par un hiver ininterrompu et lourd de précipitations. Je me suis souvenue de la ouate qui l’enveloppe et qui, un peu comme la neige quand elle tombe, assourdit pour Xavier les bruits du monde. Je me suis sentie replonger dans la nébuleuse de cette histoire, faite de rencontres impossibles et de grandes fatigues. Les corps extraterrestres est paru en 2015; je l’ai lu au tout début 2017. La vie publique des livres, celle des critiques et des chroniques, des listes de fin de saison et des …

La mort d’une princesse, ce n’est pas de la chick-lit et on aime ça !

Je le dit d’emblée, car j’avoue qu’avec India Desjardins (que j’aime de tout mon coeur,) je m’attendais avec son dernier roman à tomber dans de la fameuse chick-lit/littérature de poulettes et ce n’est pas du tout ce qui s’est produit. La mort d’une princesse est de loin le livre le plus mature d’India à mon avis, et je le décrirais plutôt comme un roman d’amour ultra moderne. Franchement, si vous n’avez jamais lu du India Desjardins, c’est vraiment le bon moment de commencer. Rapidement, voici l’histoire du roman. Sarah, trentenaire, femme d’affaires accomplie, vient de se faire larguer par l’homme de sa vie qui lui a été infidèle. Elle décide donc de tuer sa princesse intérieure qui rêve de prince charmant et d’amour qui durera toujours et choisit de prendre sa vie en main. L’amour, elle n’a pas besoin de ça, elle est une femme d’affaires qui a du succès et à qui tout réussit, a-t-elle vraiment besoin d’un homme à ses côtés ? Cette situation durera 7 ans. On pourrait croire que notre Sarah est désillusionnée, mais c’est, …

Êtes-vous un potentiel giflé? ou L’art de la gifle en 7 leçons par Roxanne Bouchard

La gifle de Roxanne Bouchard est un petit bijou. Je vous le dis tout de suite. Méconnu de l’auteure dont les autres titres ont fait plus de bruit – Whisky et paraboles, Nous étions le sel de mer, le monologue amoureux J’t’aime encore – c’est un « mini » roman qui a l’aplomb d’une brique de 500 pages, mais la légèreté de la courte nouvelle, la puissance d’un raz-de-marée et le goût décadent, mais fin d’un dessert de chez Juliette et Chocolat. En bref, c’est du béton, mais aussi du bonbon pour l’esprit, attachez votre tuque, vous risquez d’être échevelé! Le roman met d’abord en scène l’histoire rocambolesque de François « Francesco » Levasseur, peintre médiocre et coureur de jupons. Les péripéties autour de sa vie d’artiste, sa famille italienne et ses aventures amoureuses lui réservent un lot de surprises et de désagréments. On peut le dire, François Levasseur a un don inné pour se mettre les pieds dans les plats, mais surtout une croyance aveugle en la vie et en sa « luck ». François Levasseur n’est pas …

Passer du livre à l’écran, une bonne idée ?

Avec la sortie du dernier livre de la saga Harry Potter, plusieurs fans se sont lancés dans un marathon télévisé de l’intégralité des films et d’autres se sont plutôt tournés vers une relecture de la version originale romancée. Cette fureur médiatique m’a permis de réfléchir sur les fameuses adaptations cinématographiques. Dans certains cas, elles sont plus que réussies et fidèles à la réalité et dans d’autres, elles sèment l’émoi et sortent les lecteurs de leurs gonds. Mais pourquoi exigeons-nous, en tant que lecteurs, une si grande précision de la part du réalisateur ? Des interprétations divergentes  Le livre est un objet complexe. L’action de lire nécessite une importante activité cérébrale. Des pages et des mots sont sous nos yeux, il en revient à nous seul d’en déchiffrer le sens. Les images, les sensations et les personnages, nous les créons, nous les imaginons. L’auteur nous offre une description, certes, mais le résultat final en revient toujours au lecteur et varie considérablement selon un amalgame de facteurs : la compréhension du lecteur, ses origines, ses croyances, son bagage …

Étudiants, cégep, David Turgeon, Discussions, Le continent de plastique, lecture, littérature. le fil rouge, Prix littéraire des collégiens, livres, roman, le Quartanier

Prix littéraire des collégiens 2017 : Ce que des étudiants ont pensé du Continent de plastique de David Turgeon

Enseignante de littérature dans un cégep, j’ai motivé un groupe de douze étudiants à participer au Prix littéraire des collégiens 2017 au cours de la session d’hiver. Toutes les deux semaines, nous nous rencontrons pour discuter des œuvres sélectionnées, pour les décortiquer et les critiquer et ainsi en déclarer une gagnante du Prix littéraire des collégiens 2017. Le continent de plastique de David Turgeon était la lecture de la seconde rencontre du Prix. Les étudiants ont remarqué le style d’écriture recherché, le vocabulaire soutenu et la finesse de la langue. Un très grand travail sur la forme a été effectué par David Turgeon. La quatrième de couverture vendait une oeuvre très alléchante (vocabulaire employé par les étudiants) et intrigante : un homme de lettres qui aspire à une carrière d’auteur et qui se retrouve l’assistant d’un écrivain. Les personnages Le personnage du maître, grand écrivain de son époque, prolifique et intéressant, et celui de Denise Bruck ont trouvé grâce aux yeux des lecteurs. Le maître puise l’étincelle de départ pour ses romans dans la vie quotidienne, dans les petits …

Le grand cahier d’Agota Kristof

La trilogie des jumeaux, zoom sur Le grand Cahier   « Un roman magnifique sur le déracinement, la séparation, l’identité perdue et les destins brisés dans l’étau totalitaire. » L’Express Agota Kristof, auteure hongroise décédée en 2011, fût romancière, poétesse, écrivaine et dramaturge. Elle écrivit la plupart de ses œuvres en français, sa deuxième langue, qu’elle considérait comme une langue « ennemie ». Le grand cahier fait partie de la Trilogie des jumeaux. Résumé qui peut sembler banal Deux jumeaux, Klauss et Lucas, sont déposés bien contre leur volonté chez leur grand-mère (qui fait passer la mère d’Aurore comme une biche) parce que la guerre qui sévit force leur mère à prendre cette difficile décision. Instinct de survie oblige. Ils tenteront de survivre à cette femme immonde, au froid, à la faim et à cette cruelle réalité dans laquelle ils sont forcés d’évoluer. Ils amorcent cette auto-analyse/éducation de leurs apprentissages, tant monstrueux que fascinants, ils rejettent les valeurs apprises et la morale pour créer leur propre système de fonctionnement. Aucuns lieux communs L’écriture de Kristof est froide, factuelle, cinglante, …

Tout ce qui meurt derrière les apparences

Il y a peu de temps, je me suis plongée au cœur de Chrysalide, un roman d’Aude, choisi au hasard dans ma bibliothèque (j’ai emprunté ce livre à une amie il y a quelque temps). Chrysalide, qui m’a d’abord attirée par son titre, puis par le résumé en quatrième de couverture, raconte l’histoire de Catherine. Enfant unique de deux parents aimants et ne voulant que son bien-être et son bonheur, à l’aube de ses 14 ans, Catherine sent croître en elle une forme d’inconfort qu’elle n’arrive pas à nommer. Le jour même de son anniversaire, où elle est joyeusement entourée de ses amis, de sa famille et de cadeaux, elle fuit et tente de mettre fin à ses jours, comme ça, sans qu’elle-même s’y attende. Elle ne supporte plus l’univers superficiel dans lequel elle vit depuis toujours, douillet, mais douloureusement vide. Elle devient une jeune femme, après avoir brisé quelque chose entre elle et les gens qui l’avaient entourée jusque-là. Catherine les dérange. Jusqu’à l’adolescence, je m’étais si bien conformée à ce que les autres …