All posts tagged: livre

Une enfance de Jésus, J. M. Coetzee, Éditions du seuil, Littérature étrangère, Le fil rouge, Le fil rouge lit, littérature, lecture, livre, littérature sud-africaine, bibliothérapie, livres qui font du bien, littérature du réfugié, terre d'accueil

Dans la peau d’un réfugié

Imaginez que vous arrivez dans un nouveau pays. Vous avez fui votre terre natale et avez tout laissé derrière. Dans cette patrie d’accueil, la langue vous est étrangère, les coutumes, non familières. Vous êtes accueilli dans un centre pour réfugiés, mais il s’avère une véritable blague bureaucratique et vous ne trouvez ni la personne responsable de vous assigner une chambre, ni celle en charge de vous donner un repas. Vous finissez par dormir sous un amas de tôles, avec comme seul repas deux maigres tranches de pain à la margarine. Maintenant, imaginez ce scénario à nouveau, mais cette fois ajoutez-y la présence d’un enfant dont vous seul êtes le responsable. Stressant, frustrant et étourdissant, n’est-ce pas? Bienvenue dans la peau de Simon, le protagoniste du roman Une enfance de Jésus de l’auteur sud-africain J. M. Coetzee. Nager en pleine perte de repères  Simon n’est pas le père de David. Un peu par hasard et un peu par obligation, les deux réfugiés se sont retrouvés soudés ensemble. C’est donc main dans la main qu’ils découvrent ensemble leur terre …

Le fil rouge lit; Bibliothérapie; Le fil rouge; lecture; livres; Les livres qui font du bien; Lagom vivre mieux avec moins; Anna Brones; Dunod; Lenteur; Philosophie de vie suédoise; équilibre de vie; équilibre; ni trop ni trop peu; bien-être; Stockholm, Suède; Suédois; simplicité; vivre simplement; lenteur

Lagom, l’art de vie suédois

Les pays scandinaves m’ont toujours intriguée. Quand on a des vacances et qu’on a la chance de se payer un voyage, on sillonne l’Europe, on va dans le Sud, on visite l’Asie, mais les pays scandinaves? La première question que beaucoup de gens m’ont posée lorsque je leur ai dit que je partais pour Stockholm, c’est: « Mais pourquoi la Suède? ». C’est dire à quel point ces terres à peine plus froides qu’ici sont méconnues, puisqu’elles ont pourtant tellement à offrir pour l’explorateur avide de dépaysement. Et la Suède est très inspirante entre autres par son art de vivre nommé Lagom, qui favorise une existence basée sur la simplicité. Ce n’est pas juste un concept pour vendre des livres, je l’ai réellement ressenti quand j’y étais. Préconiser un équilibre entre le ni trop et le ni trop peu. J’ai voulu pousser plus loin le sujet en lisant là-dessus. Quelques livres sont sortis récemment sur le sujet, mais j’ai choisi Lagom, vivre mieux avec moins, d’Anna Brones, parce que l’auteure, aussi artiste et productrice de …

Baie déception, Julie Hétu, Planète rebelle, Julie McClemsn, Patrick Hivon

Baie déception : ou effleurer un monde qui ne vous quittera plus

Ce roman est mon grand coup de cœur de l’année! Julie Hétu nous offre Baie Déception que j’ai eu l’immense intuition d’acheter au Salon du livre de Montréal le mois dernier. Je suis encore habitée par cette histoire, de la confusion qui règne en moi, en nous sans doute, au moment de refermer les pages. Juste avant la fin, dans le livre, l’autrice nous suggère d’écouter les enregistrements de la mère, sur le CD d’accompagnement. SVP, respectez la consigne! La mère du petit Isaac prend vie par la voix de Julie McClemens, son père décédé, par la voix de Patrick Hivon… ajout tellement précieux à la lecture de ce grand roman. La création sonore des pistes à écouter est du compositeur Simon Angell (du groupe de Patrick Watson). Je vous promets… vous serez conquis! La tragédie de Baie Déception Baie Déception, c’est une baie en forme de cuillère à laquelle s’accrochent des montagnes, formant un manche. Cette baie fait partie du détroit d’Hudson, au nord de la péninsule d’Ungava, dans le Nord-du-Québec. Si vous voulez élargir vos …

Arlington Park Éditions de l'Olivier Bibliothérapie Féminisme Le fil rouge le fil rouge lit Le quotidien des mères lecture les livres qui font du bien littérature livre Rachel Cusk Réflexions littéraires vie domestique

Arlington Park : juste une de ces choses de la vie

Le quotidien est densément rempli par nos bavardages sur tout et rien, mais il est également rempli de toutes ces choses qui ne sont pas dites. Ce que je pourrais qualifier de petits mensonges dans les « oui, ça va bien » alors que pourtant on se retrouve souvent épuisé par le rythme où va la vie, ont attiré ma curiosité. À quelle image parfaite s’accroche-t-on quand on dissimule l’épuisement du quotidien? Le roman de Rachel Cusk que j’ai choisi de lire révèle une facette cachée, et vécue, du quotidien dans la vie domestique. Sujet banal ? Bien au contraire… Le cynisme dans le quotidien À Arlington Park, il pleut cette journée-là. La pluie tombe sur toutes les demeures du riche quartier anglais et elle teintera de gris le roman. Celui-ci fait la narration d’un jour bien précis, mais qui en fait aurait pu être n’importe quel autre jour dans la vie des femmes dont il est question dans le récit. Je le rappelle, Rachel Cusk s’attarde dans ce roman au quotidien. Ce cher quotidien qui nous guette …

Le fil rouge; Le fil rouge lit; Bibliothérapie; Littérature; Lecture; Livres; Les livres qui font du bien; Le dernier siècle après Béatrice; Amin Maalouf; Léon l'Africain; La fin du monde; Histoire catastrophe; Roman historique

Ma version préférée de la fin du monde, avec Amin Maalouf

Personnellement, je ne suis pas une grande fan de film-catastrophe. Ils m’apparaissent souvent exagérés et irréalistes. Ma seule exception c’est The Day After Tomorrow. Alors, il y avait peu de chances que je m’intéresse à un livre catastrophe. C’est pourquoi le roman d’Amin Maalouf, Le dernier siècle après Béatrice, fut une si grande révélation. J’ai adoré la narration lente et posée de l’auteur, si différente du rythme effréné des grandes catastrophes. Ici, l’enjeu est sournois, ce qui rend la question de l’évitement encore plus épineuse. Après une carrière journalistique, Amin Maalouf se consacrera à la littérature, privilégiant le roman historique d’inspiration occidentale. Dans cette catégorie, son roman le plus connu est probablement Léon l’Africain. Il propose un regard différent, à la découverte de l’autre. C’est une écriture qui s’apparente aux chroniques, une narration épique de faits réels. La narration lente nous oblige à nous poser le temps de notre lecture, à être réflexifs face aux enjeux du passé. Dans ce sens, Le dernier siècle après Béatrice est une entorse au style de l’auteur, puisque Maalouf propose une vision du …

littérature jeunesse, turtles all the way down, tortues à l'infini, john green, troubles anxieux, trouble obsessif compulsif, le fil rouge, le fil rouge lit, livre, lecture, livre jeunesse, les livres qui font du bien, nouveauté,

John Green conquiert à nouveau notre cœur avec Tortues à l’infini

J’ai toujours un peu souffert d’anxiété, ce n’est un secret pour personne… mais ça l’a déjà été pour moi. Quand j’étais adolescente, je me demandais constamment si c’était normal, de ressentir autant les émotions, d’avoir besoin de me retrouver seule aussi souvent (quitte à aller m’isoler dans un cubicule du département de musique de ma polyvalente pour être loin des gens, du bruit et des situations sociales). J’angoissais à l’idée d’aller dans des partys (durant lesquels je finissais quelques fois dans un coin, à écouter de la musique sur mon disque-man pour me couper des gens et « recharger mes batteries »). J’aurais aimé tomber sur un auteur aussi compréhensif que John Green pendant mon adolescence. Je dois avoir lu absolument toute son œuvre, et chaque fois, je me reconnais un peu dans ses personnages qui sont si foncièrement… humains. Avec des doutes, des défauts, des peurs, et, dans le cas du personnage principal de son dernier roman Tortues à l’infini, de troubles obsessifs compulsifs dus à une grande anxiété. Aza est une adolescente qui souffre d’une …

Rouvrir des plaies pour mieux les guérir avec Rupi Kaur

Quand j’ai commencé ma lecture du premier recueil de Rupi Kaur, Milk and Honey, j’étais assise à la terrasse d’un restaurant, et derrière mes verres fumés, je pleurais à chaudes larmes. Donc, lorsque je me suis procuré son second opus, The Sun and Her Flowers, c’est dans l’intimité de ma chambre que je l’ai débuté. Le livre de poèmes est divisé en 5 parties : wilting (se flétrir), falling (tomber), rooting (s’enraciner), rising (s’élever) et blooming (fleurir). À travers ces différents chapitres, Rupi Kaur explore les thématiques de l’abus, du viol, de la peine d’amour, de l’immigration, du déracinement, de la famille, de l’amour envers les autres et envers soi, mais surtout, celui de la résilience. J’ai dû prendre mon temps pour lire The Sun and Her Flowers, car certains poèmes venaient rouvrir de vieilles blessures et me faisaient pleurer à en hoqueter. Oui, ce livre devrait être précédé d’une introduction listant tous les « trigger warnings » possibles et inimaginables. Mais attention! Si Rupi Kaur vient tourner le couteau dans la plaie, c’est pour mieux en faire sortir le méchant, désinfecter …

Le mangeur de bicyclette, un tourbillon par Larry Tremblay

Ça fait plusieurs décennies déjà que Larry Tremblay fait partie du paysage littéraire québécois. Il s’y est même taillé une place importante ; de nombreux prix, des adaptations au théâtre, des traductions et des publications à l’étranger en témoignent. Nous vous en avons même parlé à maintes reprises sur le Fil Rouge, notamment pour L’orangeraie et Le Christ obèse.  Le mangeur de bicyclette est une réédition d’un roman publié pour la première fois en 2002. Oui, oui! Quinze années plus tard, ce récit réapparaît dans le paysage littéraire québécois pour notre plus grand plaisir. Il s’en est passé du temps! Heureusement, ce roman est tout aussi contemporain et correspond encore aux univers créés par l’auteur. Je n’ai pas du tout été déçue. Après avoir terminer la lecture, je me suis même ennuyée de son univers déjanté, déstructuré, sans frontière et profondément humain. Une bouffée d’inventivité qui fait du bien et qui rejoint l’universel. Poudre de kumkum Petit fait cocasse, j’ai lu à plusieurs reprises un autre livre du même auteur, Poudre de kumkum, publié la même …

Gabrielle Roy, La Petite Poule d'eau, Boréal, Le fil rouge, Le fil rouge lit, livres, roman, Manitoba, Boréal Compact, bibliothérapie, livre

Gabrielle Roy, au-delà de Bonheur d’occasion

Plusieurs d’entre nous avons lu Bonheur d’occasion, le roman le plus connu de Gabrielle Roy. Toutefois, j’ai l’impression que, contrairement aux générations qui précèdent la mienne, les personnes de ma génération connaissent moins le reste de l’œuvre de cette grande écrivaine. Du moins, c’était mon cas et c’est pour remédier à ce constat que je m’étais procurée dans une librairie usagée le dernier ouvrage de Gabrielle Roy, son autobiographie inachevée, La détresse et l’enchantement.  J’ai profité de mes vacances pour me plonger dans ce livre, et de retour au pays, je n’ai qu’une seule envie, lire le reste de l’œuvre de Gabrielle Roy, car en plus d’avoir adoré sa plume, j’ai trouvé le parcours de cette femme accomplie particulièrement remarquable. En lisant ce livre où l’auteure franco-manitobaine revient sur sa jeunesse et ses années de jeune adulte, j’ai senti qu’il m’était inévitable de parcourir son œuvre maintenant que j’avais eu accès aux personnes, aux événements et aux lieux qui l’avaient inspirée. La Petite Poule d’Eau Pour commencer mon incursion dans l’œuvre de Gabrielle Roy, j’ai arrêté mon choix sur …

amour, bibliothérapie, le fil rouge, le fil rouge lit, lecture, livre, les livres qui font du bien, aziz ansari, modern romance, penguin, romance, modernité, humour, humoristique, master of none, parks and recreation, humoriste, livre, modernité, dating

La romance moderne, selon Aziz Ansari

Il est difficile de ne pas aimer Aziz Ansari; avec plusieurs spectacles humoristiques à son actif, un rôle dans Parks and Recreation et le succès des deux saisons de sa série Master of None sur Netflix, le monde entier semble unanime dans son appréciation collective d’Aziz. Et je n’y échappe pas! Lorsque je me suis plongée dans son livre Modern Romance, je m’attendais simplement à retrouver plusieurs éléments récurrents abordés préalablement dans ses one man shows : le monde difficile du dating à l’ère de la modernité, les difficultés engendrées par l’omniprésence de la technologie, les réticences éprouvées par les gens face à l’engagement, etc. Je ne pensais aucunement avoir affaire à des éléments de recherche aussi étoffés, à des graphiques, à des statistiques et à un historique méticuleux. Le tout est écrit avec brio, avec l’équilibre parfait entre l’humour déjanté du comédien et les résultats des recherches de plusieurs experts. J’ai donc été agréablement surprise. Aziz Ansari a su dresser, avec l’aide du sociologue Eric Klinenberg, un portrait juste et précis de la romance moderne …