Bande dessinée et roman graphique
Comments 4

Fun home : un roman graphique à découvrir

ef96a6_7ae60c9f66f042409f15ef7c10d70c78.jpg_srz_450_669_75_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srz

J’ai découvert ce roman graphique dans le cadre de mon cours de bande dessinée lors de la dernière session. Je suis tombée complètement sous le charme ! Et je ne suis pas la seule : la presse, comme les lecteurs ont été presque unanimes, il s’agit d’une oeuvre unique en son genre et remarquable.

L’auteure, Alison Bechdel, à qui on doit aussi la célèbre règle cinématographique de Bechdel (je ne vous en dis pas plus, Marjorie prépare un article à ce sujet pour mardi prochain !) réussit à merveille, dans ce premier roman graphique, à mêler l’autobiographique et la bande dessinée.

Ces deux genres littéraires (certains grinceront des dents en lisant genre littéraire pour la BD… qui est en soi un médium littéraire !) apportent une sensibilité à l’oeuvre de Bechdel. L’autobiographie permet un récit d’introspection, tandis que le dessin rend hommage au caractère semi-tragique, semi-comique de l’histoire.

Et l’histoire ?

C’est en 2006 qu’Alison Bechdel, une auteure graphique féministe, a publié sa première création graphique soit Fun Home, une tragicomédie familiale. L’histoire raconte celle d’Alison et de sa famille, une histoire assez dysfonctionnelle. La relation père-fille est privilégiée dans ce premier roman graphique, tandis que dans sa deuxième œuvre, C’est toi ma maman, Alison s’intéresse à la relation mère-fille.

Dans Fun home, la famille gère un salon funéraire, situé dans la maison familiale, ce qui explique le « Fun » du titre. Toutefois, malgré la dureté de l’histoire, il en ressort une grande émancipation de la part de l’auteur. On sent réellement la délivrance qu’apporte ce roman graphique.
En fait, la base du roman est liée à la mort (accidentel ou non, le questionnement persiste dans l’oeuvre) de son père, un homosexuel refoulé qui n’a jamais accepté son orientation sexuelle. Ainsi, en perdant son père, Alison retrace les signes liés à l’homosexualité que son père a pu laisser et de la douleur immense que son père vivait. Face à ces questionnements, elle apprend à vivre avec sa propre orientation sexuelle.

Son homosexualité, comme celle de son père, lui permet de mieux comprendre la distance entre ses parents et entre elle et son père. C’est en se remémorant des discussions avec son père et des lectures partagées qu’elle apprendra à s’assumer et à vivre librement son lesbianisme. Elle fera ainsi le deuil d’une enfance, non pas malheureuse, mais confuse et complexe.

Effectivement, la littérature joue un rôle unificateur entre Alison et son père ; que ce soit par Le mythe de Sisyphe d’Albert Camus, une oeuvre emblématique traitant du suicide, ou par des lectures communes de Colette, Marcel Proust et James Joyce. Cette transmission de l’amour des mots et de la littérature est de père en fille et c’est ce qui lui permet, à elle aussi, de se libérer de ses complexes identitaires et familiaux. Elle réussit à vivre la perte de son père en faisant des liens entre sa propre identité et celle de son père.

En s’attardant à la vie de son père, Alison réussit à élucider le mystère de certaines facettes de son enfance où son père passait plus de temps à décorer la maison qu’à s’occuper de ses enfants. Son cheminement identitaire, lié à la déchirure et à la perte paternelle, tout comme à son homosexualité, sont des éléments ancrés au centre de l’oeuvre qui rendent cette dernière chaotique, douloureuse, mais aux combien charmante.

Il faut absolument lire Fun home, cette tragicomédie familiale, pour comprendre le pouvoir des mots et des images. L’œuvre, très littéraire et poétique, m’a fait pleurer (chose que très peu de livres réussissent à faire chez moi !) tellement les scènes entre Alison et son père sont réalistes et émouvantes. Les dessins d’Alison sont en noirs et blancs ; ils sont très sombres et simples. Voilà comment toute l’attention est mise sur le réalisme du décor comme des émotions.
ef96a6_1d714ce695134eefb36c187fcb9ce1de.jpg_srz_500_342_75_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srz
En entrevue, que vous pouvez visionner ici , elle raconte comment il est important pour elle de respecter la réalité. Voilà pourquoi, souvent, elle s’inspire de vraies photographies familiales pour ses dessins. Son processus d’écriture et de recherche est aussi expliqué, et c’est fascinant de réaliser l’ampleur de la charge de travail derrière ce livre.

D’ici quelques mois, je vous parlerai de C’est toi ma maman ? son deuxième roman graphique. Dans ce dernier, il est surtout question de littérature féminine, de psychanalyse et de relation maternelle !

ef96a6_b2a113bfb7e24bd29f02cd27b99d16ca.jpg_srz_736_1090_75_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srz

This entry was posted in: Bande dessinée et roman graphique

par

Lectrice invétérée, Martine est bachelière en études littéraires et la cofondatrice du Fil rouge. Créative et inspirée, elle a l’ambition de faire du Fil rouge un lieu de rassemblement qui incite les lectrices à prendre du temps pour elles par le biais de la lecture. Féministe, elle s’intéresse aux paradoxes entourant les mythes de beauté et la place des femmes en littérature. Elle tentera, avec ses projets pour Le fil rouge, de décomplexer et de dédramatiser le fait d’être une jeune adulte dans une société où tout le monde se doit de paraitre et non d’être. Vivre sa vie simplement et entourée de bouquins, c’est un peu son but. L’authenticité et l’imperfection, voilà ce qui lui plait.

4 Comments

  1. Ping : C’est toi ma maman ? : Quand Alison Bechdel me charme encore |

  2. Ping : Étudier en littérature : top 10 de mes lectures les plus marquantes |

  3. Ping : DÉFI BOUQUINERIE JOUR 18 : Découvre une nouvelle bande dessinée | Le fil rouge

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s