All posts tagged: lecture

Nino : la maternité

Éditions Somme toute
Nino
Rébecca Déraspe

Advertisements
Le fil rouge Le fil rouge lit bibliothérapie littérature lecture livres les livres qui font du bien boucar disait pour une raison X ou Y Boucar Diouf Presse Sexualité Reproduction humaine Essai

Le sexe selon Boucar

C’est en tentant de répondre à l’incontournable question « Papa, comment on fait des bébés? » — posée par Anthony, alors âgé de six ans — que Boucar Diouf a décidé d’écrire un spectacle et un livre au sujet de la reproduction humaine. Se basant sur les réactions de ses étudiants en physiologie de la reproduction, l’ex-enseignant remet en question la métaphorique éducation sexuelle du passé et désire mieux outiller les parents qui seront un jour confrontés à la « grande question » : Pour ma part, je suis convaincu qu’on sous-estime l’intelligence des enfants et qu’il faudrait, à partir d’un certain âge, leur dire la vérité sans l’enrober de substantifs enfantins. Si on continue à dire aux enfants que les petits garçons naissent dans les choux et les petites filles dans les roses, il y a de fortes chances qu’à l’âge adulte, ils ne fassent pas la différence entre sexe et jardinage. Aussi préoccupé par la culture du viol, il plaide pour le retour des cours d’éducation sexuelle décomplexés, basés sur « la vérité scientifique, la mesure et le respect » : Si …

alcoolisme, Anais Bardeau-Lavalette, Bibliothèque québécoise, Bibliothérapie, je voudrais qu'on m'efface, Le fil rouge, le fil rouge lit, lecture, les livres BQ, les livres qui font du bien, littérature, littérature québécoise, livres, misère, obstacles, pauvreté, Montréal.

Je voudrais qu’on m’efface : on ne choisit pas sa famille

Le 12 août passé a eu lieu la journée « j’achète un livre québécois ». J’en ai donc profité après le travail pour me réfugier en librairie, histoire de participer à cet événement initié par Patrice Cazeault et Amélie Dubé, il y a quatre ans. Mon choix s’est arrêté sur deux œuvres québécoises, Filles de Marie Darsigny et Je voudrais qu’on m’efface d’Anaïs Barbeau-Lavalette. Je voudrais qu’on m’efface est le premier roman de l’auteure de La femme qui fuit, que tout le monde a adoré (je n’ai pas encore rencontré à ce jour quelqu’un qui n’a pas aimé ce livre). Ayant moi-même été particulièrement touchée par la lecture de ce dernier, je me suis rapidement emparée de sa première œuvre littéraire et l’ai lue en quelques jours seulement. Une complicité non assumée De sa petite taille de 145 pages, le livre a la capacité de faire chavirer le lecteur dans diverses émotions fortes qui brûlent en dedans. L’auteure dresse le portrait triste mais juste de trois familles qui vivent dans la misère et la pauvreté d’un immeuble résidentiel, à …

Le monde des autres, Line Deslandes, Québec Amérique, Latitudes, Le fil rouge, Le fil rouge lit, lecture, livres, les livres qui font du bien, littérature québécoise, gros lot, million, argent, ennui, lenteur, amitié,

Gagner le gros lot ne change pas le monde…

Louis vit dans une maison beige meublée de divans beiges; il n’a personne, sa mère est morte et sa femme partie, il vit une vie bien beige et n’a aucun ami. Sauf Michel, le vendeur de voiture, et son garagiste Jack, qu’il ne connait pas personnellement, mais à qui il a inventé une vie palpitante avec sa femme fictive et leurs passe-temps imaginaires. Il y a aussi Josiane, une jeune entrepreneure qu’il a observée sur la couverture d’un magazine une fois et de qui il est tombé amoureux. Puis un jour, Louis gagne le gros lot à la loto. Cinquante-quatre millions de dollars. Louis n’est même pas certain de pouvoir compter jusque-là, il mourrait probablement d’ennui bien avant. Je m’entendis crier en direction du répondeur avant de remonter en courant pour m’asseoir, à bout de souffle, dans mon fauteuil inclinable et m’obstiner à attendre un appel d’outre-tombe, déchiré entre les restes de mon discernement et la perte de mes derniers repères. Je n’avais jamais rien su, sinon que ma mère serait toujours là et combien …

Anne Carson, littérature canadienne, roman, poésie, mythologique grecque, Autobiography of Red, littérature, livres, lecture, le fil rouge, le fil rouge lit, les livres qui font du bien, bibliothérapie

Un peu de brut et de frais : Autobiography of Red

J’avais deux petites semaines de vacances en juillet et une cabane pas d’Internet qui m’attendait sur le bord du fleuve. Deux pièces, la cabane : une cuisine et une chambre. Une grande cour ensoleillée, un recoin d’ombre sur la galerie, quatre poules rousses comme voisines immédiates. J’y suis arrivée un mardi après-midi, toute seule avec mon sac à dos et mes provisions. Je traînais huit livres dans mes bagages. J’avais mis beaucoup de temps à les choisir, avant de partir : je cherchais des histoires particulières, de celles qui donnent envie de raconter les nôtres. Parce que c’était pour écrire, la cabane. La cabane, le fleuve, les poules : un moment soigneusement découpé dans l’été. Je voulais avoir les bons livres. Je voulais lire pour pouvoir mieux écrire. Quelque part dans le lot, il y avait Autobiography of Red. Anne Carson y met en scène, de façon merveilleusement troublante, le personnage de Geryon, jeune garçon puis jeune homme, qui cache une grande paire d’ailes rouges sous ses vêtements. Élevé par une mère qu’il adore, très tôt victime des …

Le fil rouge; Le fil rouge lit; Bibliothérapie; Littérature; Lecture; Livres; Les livres qui font du bien; Bad Girls Throughout History; Ann Shen, Album illustré; Les femmes qui font l'histoire; Pionnières

Bad Girls Throughout History, parce que les femmes font définitivement l’Histoire

Mon premier vrai cours d’Histoire au secondaire fut une véritable révélation pour moi, j’étais avide de savoir et de comprendre comment le monde s’était bâti et qui étaient ceux et celles qui en avait été les maîtres d’oeuvre. Il était facile de connaître les grands hommes de l’Histoire, mais la tâche était plus complexe pour ce qui est des grandes femmes. Si mes intérêts personnels m’ont poussée à aller chercher plus d’informations sur les pionnières de différents domaines, les résultats restaient quand même limités. Comment chercher de l’information sur quelqu’un dont le nom n’est jamais nommé? Parfois, j’avais l’impression que les femmes avaient été entièrement restreintes à la procréation et aux tâches domestiques jusqu’au XIXe siècle. Elles ne faisaient pas l’Histoire. Avec le recul et les connaissances que j’ai acquises depuis, je sais que c’était absurde! Les femmes ont toujours fait l’Histoire, elles sont seulement très peu présentes dans nos manuels scolaires. C’est pour cette raison que j’étais si intéressée par le livre d’Ann Shen et je n’ai pas été déçue. Shen présente évidemment des …

Organiser ses lectures grâce au Bullet Journal

Si vous êtes comme moi et que l’écriture est une manière d’organiser vos pensées, peut-être serait-ce intéressant de penser au Bullet Journal. Tout d’abord, qu’est-ce qu’un Bullet journal? C’est un cahier, habituellement aux pages pointillées, dans lequel on fait principalement des listes! Ce peut être des listes des choses à emmener en camping, mais aussi de sujets visant plutôt le long terme, tels qu’un objectif de perte de poids, des films vus, des petits bonheurs quotidiens, des recettes à essayer… Il n’y a aucune limite! Souvent, les listes sont agrémentées de petits dessins très simples faits à main levée (doodles en anglais) et parfois d’autres articles de papeterie comme des autocollants, des rubans adhésifs colorés (washi tape) ou encore de traits de surligneurs aux couleurs pastel. Encore une fois, la seule limite est celle de l’imagination! Il peut être très organisé et symétrique, ou encore pêle-mêle. La beauté de tout ça, c’est que chacun peut l’adapter à sa personnalité.   Source: @bullet_journal_2go J’ai commencé mon Bullet journal en juin et je suis tout de suite …

lefilrougelit, lefilrouge, Bernard Werber, Les thanatonautes,Cycle des anges, au-delà, vie après la mort, paradis, vision, perception

Quand la fiction modifie nos perceptions

Ce n’est probablement pas la première fois que nous mentionnons cela ici et ce n’est définitivement pas la dernière, mais les livres ont ce pouvoir, cette capacité de modifier notre vision du monde. Je ne peux plus compter le nombre de fois que cette transformation a opéré pour moi. Évidemment, nous sommes des humains facilement influençables, qu’il est possible de modeler. Des idées de partout viennent nous inspirer et l’univers littéraire regorge de petits trésors. Bien que cette expérience me soit arrivée à de nombreuses reprises, l’une de celles-ci est immanquablement la rencontre qui m’a le plus changée. Le monde de Bernard Werber a chamboulé ma conception de nos existences. J’ai découvert l’auteur français à travers Les Thanatonautes, possiblement son roman qui a eu le plus grand impact sur moi. En fait, ce qui m’a particulièrement attirée dans son univers, c’est que les deux protagonistes principaux, Michael Pinson et Raoul Razorbak, deux jeunes chercheurs, se fixent comme mission d’explorer le continent des morts. Cette aventure les mène à cartographier ce qu’il appelle la « terra incognita …

Nos suggestions de lectures « premier roman » pour le mois d’octobre du défi #jelisunlivrequébécoisparmois

Je me fais toujours un plaisir de découvrir de nouvelles et nouveaux auteurs. C’est justement le thème pour le mois d’octobre. La première parution d’un roman; un premier roman d’un-e auteur-e. Le livre que vous allez choisir doit donc être le premier roman qu’il/elle a écrit. De mon côté, je vais y aller avec mon achat du #12août. C’est le premier roman d’Élie Maure (qui serait en fait un pseudonyme) : Le cœur de Berlin. Le choix des fileuses : Marjorie : Puisque j’en entends parler de manière très TRÈS positive depuis sa sortie, je crois bien me plonger dans De bois debout de Jean-François Caron. Il y a eu un gros buzz autour de ce premier roman de l’auteur (il a déjà écrit de la poésie et autre) et tout le monde semble s’accorder sur la beauté du roman, c’est donc dur d’y résister. Surtout après avoir lu cet article d’Andréanne. La suggestion de Martine Ce mois-ci, j’ai envie de lire Les murs d’Olivia Tapiero. Ce premier de l’auteure m’a été recommandé à maintes reprises et même …

royaume scotch tape, livre du constant désir, la sueur des airs climatisés, leonard cohen, simon boulerice, poésie, poésie québécoise, poésie contemporaine, chloé-savoie bernard, livre, littérature, lecture, les livres qui font du bien, le fil rouge lit, bibliothérapie, #lefilrougelit

3 livres pour s’initier à la poésie… différemment!

Ces derniers temps, plusieurs de mes ami.e.s m’ont demandé conseil pour commencer à approfondir leurs connaissances en matière de poésie. Souvent, mes proches n’avaient que tâtonné ce style de littérature bien particulier lors de lectures imposées au secondaire ou au cégep, et trouvaient que ce qu’ils avaient déjà lu était… comment dire? Poussiéreux?