Mois : septembre 2018

Le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, les livres qui font du bien, moi qui marche à tâtons dans ma jeunesse noire, roxane desjardins, les herbes rouges, adolescence, journal intime, poèmes, blessures, amour, peine d'amour, poésie et théâtre

Le bricolage poétique de Roxane Desjardins

Mon coloc a récemment décidé de se débarrasser de presque tous ses livres. C’est dans un bonheur incrédule que je me suis emparée de tout ce qui me passait sous la main. Parmi mes nouvelles acquisitions : Moi qui marche à tâtons dans ma jeunesse noire de Roxane Desjardins. Ce recueil est arrivé dans ma vie comme un baume sur une plaie ouverte dont je ne soupçonnais pas l’existence. « Comment c’était avant, est-ce que ça m’est vraiment déjà arrivé, d’être confortablement emmitouflée dans les chaudes couvertes de l’enfance. » Enchantement désordonné Visuellement parlant, j’étais déjà conquise. Le recueil est beau, mettant en vedette une illustration à la fois enfantine et étoffée. À l’intérieur, du pêlemêle et du beau. J’avais l’impression, le temps de 93 pages, d’entrer dans l’esprit de Roxane Desjardins et de partager toutes ses blessures, ses joies et ses peines. Le plus bel aspect de ce livre, c’est son ordre incertain, ces choix que nous avons à faire tout au long de notre lecture. C’est que chaque poème a sa construction particulière, qui …

le fil rouge, le fil rouge lit, les livres qui font du bien, bibliothérapie, livres, lecture, Mathieu Hidalf, Christophe Mauri,

La difficile tâche de trouver un successeur à Harry Potter

Comme toutes les bonnes choses ont une fin, Harry Potter a la sienne. Après avoir passé un an à le lire en famille, nous nous sommes retrouvés un peu orphelins, complètement démunis face au grand vide laissé par Harry derrière lui. Que lire à présent ? Il y avait quelque chose dans la lecture longue qui a fait que nous nous sommes particulièrement attachés aux personnages et à l’intrigue, puisque ces derniers ont fait partie de notre quotidien et ont alimenté nos conversations pendant des mois. D’ailleurs, nous ne sommes pas les seuls, Marion a déjà parlé bien mieux que moi de son amour des pavés. Revenir à des récits plus courts nous laissait sur notre faim et ne rassasiait plus la curiosité et l’envie de grandes aventures qu’Harry Potter avait déclenché chez nous. Alors nous avons tenté d’autres séries, mais, bien que plusieurs d’entre elles nous aient semblé prometteuses, nous n’avons pas accroché et avons souvent arrêté notre lecture à la fin du premier tome. Coup de chance Par hasard, j’ai lu un entretien …

The year of less: le récit d’une année sans achats et bien plus

The year of less avait capté mon attention à plusieurs reprises, lors de mes trop longs moments passés à magasiner des livres sur Internet. C’est évidement un peu ironique de dépenser pour un livre dont le sujet principal tourne autour d’une année sans dépenses. Pourtant, je l’ai justement acheté pour m’inspirer à faire ce type de défi, je l’ai lu en l’espace de 48h et je ne regrette rien! Beaucoup plus qu’un guide pratique pour diminuer ses dépenses et réfléchir à sa consommation de biens matériels, The year of less est le récit d’une année dans la vie de  l’autrice Cait Flanders et de sa quête vers un mode de vie qui lui convient mieux. Du personnel à l’universel Dans The year of less, Cait Flanders écrit sur son rapport à l’alcool et à la nourriture, sur la  sobriété, sur le divorce de ses parents, sur sa carrière et nous invite à entrer dans son intimité, à partager ses démons et ses états d’âmes. C’est très personnel et c’est, à mon avis, la meilleure manière de …

Cuba raconte-moi une histoire

«Viva Cuba libra !» Une simple phrase si connue qui résume si bien cette lecture. Dire que j’avais choisi ce livre que pour sa magnifique couverture (et oui, choix un peu superficiel, mais ça me réserve souvent de belles surprises!). Et ce fut effectivement le cas cette fois-ci aussi! Je fus complètement charmée par cette lecture. Chantel Acevedo, l’autrice du titre enchanteur Lointaines merveilles, a su créer des personnages féminins forts dans une époque historique importante à Cuba. Je me suis laissée bercée par son histoire et par la manière dont elle la raconte. Elle donne une voix forte à son personnage principal, Maria Sirena, qui est elle-même conteuse. C’est donc grâce à la voix de son personnage que je me suis laissée guider dans cette histoire. Lointaines merveilles est raconté par une Maria Sirena âgée. Elle se trouve dans un petit village de Cuba quand l’ouragan Flora frappe le pays. Contre son gré, Maria se retrouve  dans l’ancienne demeure du gouverneur avec sept autres femmes âgées de son village. Tandis que la tempête fait des …

le fil rouge lit, le dernier chalet, yvon rivard, llittérature québécoise, gabrielle roy, introspection, roman méditatif, roman d'introspection, les livres qui font du bien, bilbliothérapie, roman québécois, éditions lémeac,

Entre fleuve, oisiveté et mots

Gabrielle Roy est l’une de mes autrices phares, une source à laquelle je m’abreuve et je reviens souvent. J’en ai parlé quelques fois déjà sur le blogue. Découvrant que le tout dernier roman d’Yvon Rivard traitait en partie de cette grande écrivaine, je me suis laissée vaguer vers cette oeuvre que, je l’avoue d’emblée, m’a émue aux larmes et m’a véritablement traversée. Le dernier chalet, publié aux Éditions Lémeac, c’est l’histoire d’Alexandre, l’alter ego de l’auteur qui, accompagné de Marguerite, son amoureuse, nous raconte une saison dans son chalet, lieu de repos, d’écriture et de contemplation, où ils décident ensemble de se réfugier pour écrire. Dans la soixantaine, le narrateur se questionne sur l’essence d’une vie réussie, sur ses amours, sur le passage du temps, sur l’importance d’aimer, sur la puissance des mots, et ce, en rêvassant devant le fleuve comme l’a fait avant lui Gabrielle Roy. Cet été qui chantait C’est en apprivoisant la mort, le commencement de l’après, qu’il arrive à réfléchir sur son passé ainsi que le futur. Il revient sur ses …

Le fil rouge, le fil rouge lit, littérature québécoise, dramatrugie québécoise, antioche, Sarah Berthiaume, Éditions Ta mère, théâtre, bibliothérapie, lecture, littérature, féminisme, immigration

Antioche: les filles en criss

Dans Antioche, la pièce de Sarah Berthiaume publiée chez les éditions de Ta Mère, les trois personnages,  Antigone, Jade et sa mère Inès, se révoltent de l’intérieur, un peu comme chaque fille dans le monde. Les trois femmes en crisse permettent de portraiturer chacune à leur manière une femme révoltée par les injustices qu’elle vit selon différentes caractéristiques (le groupe d’âge, la situation amoureuse, les origines, etc.).  Antioche établi une résistance contre le monde établi. Le terme «emmuré» est souvent employé pour décrire le quotidien des femmes; elles sont enfouies sous le poids de la routine et des normes établies. Les trois femmes cherchent à fuir ce qu’elles vivent: l’ennui. La pièce se construit sur des sujets importants et actuels, comme l’immigration, la révolte et l’adolescence. Jade Jade passe son temps sur son ordinateur à discuter avec un homme qu’elle ne connait qu’à travers son écran et qui garde l’anonymat. Ensemble, ils bourrent leur crâne de conspirations capitalistes et leur désir de rébellion devient de plus-en-plus éminent. Jade veut fuir l’ennui qu’elle vit chaque jour et l’incertitude …

le fil rouge; le fil rouge lit; bibliothérapie; littérature; livres; lecture; les livres qui font du bien; Chasse aux licornes; Toutou tango; Baron Marc-André Lévesque; Éditions de l'Écrou; Poésie et théâtre; Poésie québécoise

Repousser les frontières de la poésie avec Baron Marc-André Lévesque

Il y a quelques mois, mon exploration de la poésie québécoise m’a fait découvrir un auteur hors du commun – et son nom en témoigne – , Baron Marc-André Lévesque. Le poète a beau toujours attendre que la Reine lui accorde son titre de noblesse autoproclamé, cela ne l’a pas empêché de publier deux flamboyants recueils aux Éditions de l’écrou,  Chasse aux licornes (2015) et Toutou tango (2017). Je m’y suis plongée avec une grande curiosité, et le style unique de l’auteur m’a charmée. Une prose agréablement déjantée et atypique D’emblée, il faut souligner l’originalité de la poésie de Baron;  on est très loin ici d’une poésie dite traditionnelle, autant dans la forme que dans le contenu. L’auteur joue beaucoup avec la langue française, notamment en reproduisant le parler québécois par l’omission de certaines syllabes et en réinventant la syntaxe des phrases.  Très imagée, son écriture mêle le fantastique et le réel.  Les sous-titres « Bain de foudre », « Un sundae aux dragons » et « Les matelots s’en câlissent » du recueil Chasse aux licornes en témoignent d’ailleurs. J’ai personnellement …

Envie d’un livre qui vous donnera faim ?

Étonnamment, cet article ne sera pas sur un livre de cuisine. Je sais bien qu’avec ce titre c’est ce que vous aviez pensé, mais cette critique et ce livre vous donneront l’eau à la bouche, c’est promis ! Célébrer le plaisir des sens Treize à table est un collectif de nouvelles inspiré et dirigé par Chrystine Brouillet et Geneviève Lefebvre. Elles ont choisi d’attabler 11 de leurs collègues écrivain(es) pour nous partager leurs souvenirs entourant les plaisirs de la table. On nous parlera d’odeurs, de voyages, de descriptions ultra détaillées de recettes qui font rêver, de souvenirs intimes, d’histoires émouvantes ou inventées, et souvent, et surtout, on nous parlera de nourriture, bien évidemment. C’est à Michel Marc Bouchard, Rafaële Germain, Patrice Godin, Michel Jean, Samuel Larochelle, Geneviève Brouillette, François Lévesque, Annie L’Italien, Ian Manook, Michèle Plomer et finalement Erika Soucy qu’on a demandé de nous raconter ce que la table leur inspirait et croyez-moi, vous ne serez pas déçus. Dans ce livre, on fait référence aux bonnes tables (ce resto qu’on se paye une fois dans sa vie), aux voyages qui …

Steven Price Alto L'homme aux deux ombres Littérature canadienne Roman d'enquête

L’homme qui avait deux ombres

Il est rare que je lise des romans d’enquête. Pourtant, à chacune de mes lectures, j’ai un vrai plaisir à essayer de comprendre les personnages, à découvrir avant eux qui est l’auteur-trice du crime. Or, à mon avis, ce roman n’est pas un réel thriller ou roman de détective, c’est plus une histoire portée sur la construction de personnages et de ce qui l’englobe. Steven Price, l’auteur, s’est concentré à rendre ses personnages vivants. Je n’irais pas jusqu’à dire que c’est un roman psychologique, mais l’intégrité de ses personnages est très importante. Il réussit à rendre l’histoire intrigante et accrocheuse. Son rythme d’écriture est plutôt lent, mais c’est ce qui nous permet d’être encore plus plongés dans l’histoire. En plus d’être attirée par sa magnifique couverture dorée, c’est surtout par l’époque où se déroule l’histoire que j’étais excitée. L’histoire se déroule à la fin du 19ième siècle, dans les années 1885. À travers différents chapitres, nous faisons des retours en arrière, ce qui nous permet de comprendre les liens qui existent entre les personnages. On se …

Moi aussi, immigrante, j’avais trouvé des semblables : Les platanes d’Istanbul

Des aquarelles floues et un titre qui mentionne Istanbul, il ne m’en fallait pas plus pour avoir envie de découvrir Les platanes d’Istanbul, écrit par Tassia Trifiatis-Tezgel et illustré par Caroline Laverge, paru aux Éditions du passage. Le quatrième de couverture se lit ainsi: Un jour de 2011, mon mari H. et moi avons tout quitté pour déménager à Istanbul. Lui y retournait après 10 ans; moi, j’y allais pour la première fois, sans savoir si je reviendrais. Les yeux grands ouverts, j’ai fait mes papiers comme si j’allais rester. La prémisse est plutôt claire, c’est le récit d’une expatriée à Istanbul. Alors que ce type d’histoire peut prendre plusieurs formes, on se retrouve ici face à un objet bien unique, un livre-oeuvre d’art qui porte aux réflexions sur la vie, la mort, l’amitié, et qui, à travers un collage de moments et d’instants, retrace le parcours de cette femme – l’autrice – durant ses trois années de vie à Istanbul, en Turquie. Ralentir la cadence  Ce récit mérite d’être lu et relu lentement, de …