Mois : février 2019

Le fil rouge; Le fil rouge lit; Les livres qui font du bien; Livres; Lecture; Littérature; Littérature québécoise; Bibliothérapie; Maman veut partir; Jonathan Bécotte; Lémeac; Maternité; Enfance; Deuil

Maman veut partir : hommage aux souvenirs d’enfance

Ode à la candeur de l’enfance, Maman veut partir est une œuvre qui témoigne du lien fort qui unit un enfant à sa mère. Ce roman, qui prend la forme d’une succession de courts poèmes, offre un très bel hommage aux mères. L’auteur Jonathan Bécotte y raconte le quotidien de son enfance, ponctué de moments d’heureuse légèreté qu’il partage avec sa mère. À l’instar de son premier roman Souffler dans la cassette, on retrouve dans Maman veut partir une magnifique écriture qui laisse transparaître la grande sensibilité de l’auteur. L’innocence de l’enfance L’auteur réussit avec brio à nous faire ressentir l’étendue de l’amour et de l’admiration d’un enfant envers sa mère. Dans les petits moments, qui pour l’adulte semblent routiniers et anodins, il se dévoile une incroyable magie qui ébahit l’enfant. L’auteur montre l’adorable naïveté d’un petit garçon émerveillé devant sa mère, avec en prime de petites touches d’humour qui nous font sourire. L’écriture de Jonathan Bécotte est tout simplement remarquable. Imagée, poétique et délicate, sa plume nous raconte l’enfance d’une manière simple et accessible, …

Les ananas de la colère, par Cathon

Les ananas de la colère: quand le piña colada est fatal

Sur ma fixation sur les ananas J’ai toujours eu une petite fixation sur les ananas. Ma housse de couette, mon cover de cellulaire, mes tasses et même mes ongles, parfois, peuvent en témoigner. Je crois que c’est, en très grande partie, la raison pour laquelle je me suis sentie attirée comme un aimant par Les ananas de la colère, de Cathon, lorsque je suis allée au Salon du livre de Montréal. À la base, j’ai toujours adoré le visuel des bandes dessinées des Éditions Pow Pow : elles sont un peu funky et, en plus, les histoires ont tendance à sortir de l’ordinaire. Par contre, pour mon budget, c’était un peu exagéré : 22,95$ pour quelque chose dont je savais pertinemment que je passerais au travers en quelques heures à peine, je trouvais que le rapport longueur-prix n’était pas tout à fait valable. Je suis allée au SDLM presque tous les jours cette année. Au sixième jour, j’ai craqué : au diable le budget! Quand ça fait 6 jours que tu lorgnes un livre, s’il y …

ambiance enneigée Mile-End

Pourquoi j’ai juste envie de lire Stephen King en ce mois de janvier glacial

Au moment où j’ai commencé ma lecture pour cet article, nous étions au début du mois de janvier, les températures tournaient autour de -20 degrés Celsius, j’avais froid tout le temps et je recommençais le travail après de longues et belles vacances. Bref, j’avais grand besoin de réconfort, et mon choix s’est tout naturellement arrêté sur un livre de celui qui est surnommé le « maître de l’horreur ». Je vous expliquerai plus loin pourquoi lire Stephen King est pour moi synonyme de réconfort, mais je vous présente d’abord le roman. Doctor Sleep Doctor Sleep est la suite de The Shining, roman qui est particulièrement connu pour son adaptation au cinéma par Stanley Kubrick. Par contre, attention, l’adaptation n’est pas très fidèle au livre, alors, si vous souhaitez vous lancer dans Doctor Sleep, mieux vaut faire abstraction du film. Doctor Sleep raconte l’histoire de Danny Torrence, devenu adulte. Son histoire s’entrecroise avec celle d’Abra Stone, une adolescente dotée du même pouvoir (« the shining ») que lui. Abra et Danny forment éventuellement une alliance pour combattre des personnages …

Le fil rouge, Le fil rouge lit, #Lefilrouge, #Lefilrougelit, livres, bibliothérapie, littérature, récit de voyage, Histoires à dormir debout, Jonathan B. Roy, Voyages, aventures, Vélo-Québec, Vélo, Québec

18 000 km sur deux roues et dans 27 pays : Le récit du voyage de Jonathan B. Roy dans ses Histoires à dormir dehors

«Quel besoin est assez puissant pour pousser un jeune homme à quitter son emploi, sa famille et ses amis, à mettre ses possessions en boîte et à partir pédaler de par le monde?» Ces premières lignes du livre Histoires à dormir dehors sont suffisantes pour me mettre l’eau à la bouche. Je dois dire que j’adore lire des récits de voyage et encore plus ceux dont les séjours racontés s’étalent en longueur et en distance, ou qui incluent une dimension sportive, qui est ici celle du vélo. Et je suis servie : le livre raconte l’incroyable périple de Jonathan B. Roy qui, pendant les années 2016 et 2017, parcourt 18 000 km en vélo et traverse 27 pays. Qui est Jonathan B. Roy? Qu’est-ce qui l’a effectivement poussé à partir? Quels sont les obstacles qu’il a rencontrés, les gens qu’il a croisés, les pays qu’il a visités? Le livre Histoires à dormir dehors est le récit de ses aventures, par lui-même et sur un ton personnel investi d’un très beau regard sur le monde. Personnellement, cette lecture m’a charmée, et il y …

Les livres de madame sacoche, un livre ça sert à quoi, l'enfant des livres, Angèle Delaunois, Caroline Merola, Éditions Isatis, Chloé Legeay, Tom'poche, Oliver Jeffers, Sam Winnston, Éditions Scholastic, le fil rouge, le fil rouge lit, les livres qui font du bien, blogue littéraire, littérature enfantine, littérature jeunesse, album pour enfant, livre pour enfant, livre qui parle des livres, livres à propos de la lecture, livre qui fait l'éloge de a lecture, éloge des livres

Ces livres qui rendent hommage aux livres

Les livres dans les livres J’ai toujours été fascinée par les livres qui abordent la lecture. J’aime noter les livres que les personnages de roman lisent. Muriel Barbery m’a donné envie de découvrir l’œuvre de Tolstoï; Haruki Murakami, celle de Tchekhov. Je jubile devant une référence littéraire. Quelques-uns de ces petits bijoux de papier se retrouvent dans ma bibliothèque jeunesse. Voici mes incontournables : Les livres de Madame Sacoche – Angèle Delaunois, Caroline Merola « Quelques fois, ses histoires sont tristes, d’autres jours, elles nous font rire ou encore réfléchir. Mais toujours, elles font pétiller nos yeux. Avec elle, on voyage partout. Dans le passé, dans l’avenir, et même dans des mondes qui n’existent pas. Madame Sacoche est championne pour développer notre imagination. » Madame Sacoche a au moins douze sacoches remplies de ses histoires préférées. Elle a une telle passion des livres qu’elle en parle partout où elle en a l’occasion, surtout dans les écoles. Son talent indéniable pour raconter des histoires transporte les enfants dans des mondes de rêves. Inspirée d’Andrée Racine – la …

tant que nous sommes vivants, Anne-Laure Bondoux, Éditions Gallimard, jeunesse, livre, roman, littérature, les livres qui font du bien, le fil rouge, bibliothérapie

Tant que nous sommes vivants, conte moderne tendre et captivant

J’ai reçu Tant que nous sommes vivants en cadeau de Noël. Malgré que le roman soit classé dans la section jeunesse chez Gallimard, on m’a assuré que l’histoire n’était toutefois pas enfantine. J’ai d’abord été intriguée par la couverture; les dessins représentent quelques intrigues de l’histoire et piquent juste assez notre curiosité pour nous donner envie d’y plonger. Je ne m’étais pas fait beaucoup d’attentes avant d’en commencer la lecture, j’ai préféré me laisser absorber dans l’histoire sans attente ni jugement et je crois que c’est pour cela que j’ai finalement autant apprécié ce livre. Selon la quatrième de couverture, Anne-Laure Bondoux décrit son oeuvre comme un conte moderne rare, puissant et hypnotique. L’histoire d’une grande aventure de deux amoureux qui devront traverser un périple unique pour faire survivre leur amour. L’histoire de Bo et Hama Tout commence dans une petite ville ouvrière quelque part dans un pays en guerre et en pleine crise économique. Les emplois sont rares, et l’usine est l’unique moteur des environs. Bo y travaille de jour; Hama, de nuit. Ils se croisent …

amitié, Éditions Robert Laffont, Carlos Ruiz Zafón, Barcelone, Bibliothérapie, Le fil rouge, le fil rouge lit, lecture, les livres qui font du bien, littérature, Littérature étrangère, livres, Marina, mort, mystère

Marina de Carlos Ruiz Zafón: le mystère du teufel

Ce qui se cache dans les ombres de Barcelone «À la fin des années soixante-dix, Barcelone était une fantasmagorie faite d’avenues et de ruelles où l’on pouvait voyager trente ou quarante ans en arrière rien qu’en franchissant le seuil d’un immeuble ou d’un café. Temps et mémoire, histoire et fiction se mélangeaient dans cette ville ensorcelée, comme des couleurs d’aquarelle sous la pluie.  C’est là que, lointain écho de rues qui aujourd’hui n’existent plus, des cathédrales et des édifices échappés de légendes ont formé le décor de cette histoire.» (Zafón, 1999, p. 13). Ainsi débute l’histoire du roman Marina de Carlos Ruiz Zafón, publié dans sa version originale en espagnol en 1999. On se retrouve plongé dans une Barcelone peuplée de fantômes, d’ombres et de souvenirs, dans une Espagne nouvelle. Jeune étudiant de quinze ans, c’est lors de l’une de ses nombreuses excursions à la rencontre de cette capitale catalane qu’Óscar Drai fait la rencontre de Marina Blau, dans le quartier de Sarriá. Jeune femme du même âge avide d’aventures, elle l’entraîne dans une investigation …

Claude La Charité - Le meilleur dernier roman #Lefilrouge #lefilrougelit #leslivresquifontdubien #linstantmême #littératurequébécoise

Claude La Charité et son meilleur premier roman

Le meilleur dernier roman est le tout premier roman de Claude La Charité. Et heureusement pour nous, ce n’est pas son dernier. Moi qui viens tout juste de terminer un baccalauréat en études littéraires et qui pouvais choisir n’importe quel livre, mon dévolu est finalement tombé sur celui-ci, dans lequel l’action principale se passe dans le département de littérature d’une université. En effet, l’histoire se déroule en grande partie dans les réunions des professeurs de littérature de l’Université du Québec maritime (ne cherchez pas, elle n’existe pas). Ces professeurs, soucieux du nombre décroissant des inscriptions, veulent se démarquer des autres universités pour eux aussi avoir la cote. Pour s’y prendre, ils décideront de créer le prix de littérature Anthume du meilleur dernier roman, aussi appelé le prix Anthanase-David. Cela peut sembler macabre à première vue, mais il en est tout autrement. Je me suis rendu compte, après cette lecture, que le roman de Claude La Charité me rappelait un peu mon ascension de l’Acropole des Draveurs. C’est abstrait, mais je tâcherai de bien m’expliquer. L’ascension Les …

le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature québécoise, littérature, lecture, livres, livres qui font du bien, Faunes, Éditions Alto, Christine Vadnais, évolution, changements climatiques, faune

Faunes : une lecture à dévorer

Lune verte, brume tenace et pluie diluvienne plantent le décor de Faunes, le premier roman de Christine Vadnais que j’ai dévoré. Le livre nous plonge dans un futur pas si éloigné où les changements climatiques ont forcé la faune, autant animale qu’humaine, à s’adapter, à évoluer. On y suit l’histoire de Laura, une biologiste, qui assiste, aux premières loges, à cette évolution alors qu’elle étudie une nouvelle forme de parasite qui vicie les eaux et met en jeu notre survivance. « Il est dit que le ciel est bleu et que l’eau traversée par sa lumière adopte la même couleur; mais dans ce lieu, l’air embué tient à la fois du vert et du gris, teintes tantôt parfaitement mates, tantôt fluorescentes. La rivière cache sous ses reflets des créatures et une menace inédite, croisement de milliards d’années d’évolution et de bouleversements climatiques récents. » On se laisse glisser dans cette histoire, dans son atmosphère mystérieuse, empreinte de sensualité, qui flirte avec l’horreur. C’est un court roman qui emprunte la forme du recueil de nouvelles : c’est une suite …

Le fil rouge, Le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, les livres qui font du bien, littérature québécoise, Manuel de la vie sauvage, Jean-Philippe Baril Guérard, Les éditions de Ta Mère, Ta Mère, entrepreunariat, entreprise, marché québécois, technologie, réseaux sociaux, trahison, deuil, parler aux morts

Manuel de la vie sauvage : Transformer le deuil

Le titre reste vague, son long sous-titre pareillement, mais tout prend son sens une fois dépassé plus de la moitié du nouveau pavé de Jean-Philippe Baril Guérard, chez les Éditions de Ta Mère. Après avoir abordé des mythes locaux aux allures de fables animalières dans Ménageries, fait une satire de la vie huppée de jeunes vedettes dans Sports et divertissements et traité avec froideur du BAC en droit à l’Université de Montréal dans Royal, l’auteur nous plonge cette fois dans les étapes cruciales, voire inévitables, de la création d’une entreprise de technologie. Kévin, le narrateur, raconte son parcours rempli d’embûches en s’adressant au lecteur, comme dans une bonne autobiographie à la Steve Jobs. Faire de son mieux avec l’information disponible C’est l’idée qui traverse le livre, et ça explique aussi pourquoi il peut sembler si difficile d’en parler sans divulguer l’intrigue et les épreuves vécues par les personnages de ce « manuel ». Toutes les pièces, aux dires du narrateur, sont déjà en place depuis longtemps et nous obligent à constater que, même en se …