All posts tagged: Littérature étrangère

amitié, Éditions Robert Laffont, Carlos Ruiz Zafón, Barcelone, Bibliothérapie, Le fil rouge, le fil rouge lit, lecture, les livres qui font du bien, littérature, Littérature étrangère, livres, Marina, mort, mystère

Marina de Carlos Ruiz Zafón: le mystère du teufel

Ce qui se cache dans les ombres de Barcelone «À la fin des années soixante-dix, Barcelone était une fantasmagorie faite d’avenues et de ruelles où l’on pouvait voyager trente ou quarante ans en arrière rien qu’en franchissant le seuil d’un immeuble ou d’un café. Temps et mémoire, histoire et fiction se mélangeaient dans cette ville ensorcelée, comme des couleurs d’aquarelle sous la pluie.  C’est là que, lointain écho de rues qui aujourd’hui n’existent plus, des cathédrales et des édifices échappés de légendes ont formé le décor de cette histoire.» (Zafón, 1999, p. 13). Ainsi débute l’histoire du roman Marina de Carlos Ruiz Zafón, publié dans sa version originale en espagnol en 1999. On se retrouve plongé dans une Barcelone peuplée de fantômes, d’ombres et de souvenirs, dans une Espagne nouvelle. Jeune étudiant de quinze ans, c’est lors de l’une de ses nombreuses excursions à la rencontre de cette capitale catalane qu’Óscar Drai fait la rencontre de Marina Blau, dans le quartier de Sarriá. Jeune femme du même âge avide d’aventures, elle l’entraîne dans une investigation …

Ör, Auður Ava Ólafsdóttir, Éditions Zulma, Mort, Reconstruction, Humanité, littérature étrangère, Le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothéraphie, littérature, lecture, livres, les livres qui font du bien

Ör d’Auður Ava Ólafsdóttir ou découverte de la littérature islandaise

Tout en douceur et tout en simplicité, Auður Ava Ólafsdóttir offre un roman d’une grande délicatesse avec Ör. Court récit d’une fluidité considérable qui se parcourt en une lecture, l’œuvre traite avec sensibilité de la mort, des blessures, des cicatrices et de tout ce que cela signifie pour chaque individu. « L’idée m’a traversé comme un éclair : je vais disparaître. Ainsi n’aurai-je pas à craindre que Nymphéa trouve mon corps. Comme un oiseau qui descend en tourbillonnant, plane à l’horizontale sur quelques mètres, puis s’abat et périt. Un dernier battement d’ailes avant la faille béante, dernier point de mire, et les os blanchis serviront de repère au voyageur. » (Ólafsdóttir, 2017, p. 67) La mort, la vie et ce qui mène de l’un à l’autre Ör, c’est avant tout Jónas Ebeneser, homme à la fin de la quarantaine pour qui la vie n’a plus de sens et pour qui le suicide est la fin qui s’impose. Homme divorcé, il quittera son pays, son île, pour aller se perdre dans un pays inconnu où la …

le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, les livres qui font du bien, Notre château, Emmanuel Régniez, Le tripode, littérature étrangère, roman d'épouvante, histoire d'horreur, maison hantée, histoire de fantômes

Les obsessions dans Notre château

L’horreur est une manière parmi d’autres de réagir aux pressions et aux exigences du quotidien. L’horreur permet de s’évader de nos vies ordinaires vers des mondes inattendus où on se laisse surprendre par la peur. Voilà pourquoi j’ai voulu consacrer un article à un roman d’épouvante. Également, pour conjuguer l’utile à l’agréable, je suis allée piger dans la maison d’édition Le Tripode, dans laquelle je n’avais jamais puisé et dont les couvertures et les titres sont tous plus charmants les uns que les autres. Un quotidien imperturbable Emmanuel Régniez nous donne à lire un roman d’un peu plus de cent pages, tout en paradoxe : une forme très allégée, plusieurs petits chapitres séparés en trois parties, mais un fond lourd, une histoire très sombre. En effet, Octave, le personnage principal, narre sa propre vie imperturbable et non perturbée depuis que sa sœur et lui vivent dans une somptueuse demeure qu’ils appellent « Notre château ». Ce château occupe presque la moitié de l’histoire à lui seul, et les descriptions que le personnage principal nous en fait sont …

Bibliothérapie, chez le fil rouge, editions les malins, Elisabetta Gnone, Fairy Oak, Fantastique, Le fil rouge, le fil rouge lit, lecture, les livres qui font du bien, littérature, Littérature étrangère, Littérature jeunesse, livres, W.I.T.C.H.

L’univers magique de Fairy Oak

On a tous une part de magie en nous. Enfant, j’aimais m’imaginer que nous étions entourés de petites fées, d’elfes protecteurs et d’autres farfadets invisibles à l’oeil nu, mais pourtant bien présents. Aujourd’hui, je replonge dans ces croyances lointaines avec mes enfants, à travers la lecture de récits fantastiques comme celui de Fairy Oak, d’Elisabetta Gnone. Retrouver la magie Ce livre, il est arrivé justement «comme par magie» un jour où l’on farfouillait à travers les rayonnages de la bibliothèque à la recherche de quelque chose de différent. Une lecture de jeunesse qui ne serait pas à l’image de tous ces maudits dessins animés que l’on voit sur les écrans, hyper-énervés, hyper-colorés, hyper-stimulants, hyper-chargés… Oh! comme ces livres sont trop chargés en informations! Ils laissent si peu de place au silence, ce silence nécessaire à l’imagination. Je cherchais de l’authenticité, un beau récit de qualité, propice au rêve et qui me ramène à ma propre enfance. En fait, ce livre, je le cherchais davantage pour moi que pour ma fille, il faut l’avouer. J’avais besoin …

le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, les livres qui font du bien, héros d'humanité, jean-marie pelt, flammarion, biographies, droits de l'homme, droits humains, écologie, littérature étrangère

Combattre pour les droits de l’homme et l’écologie

Cela faisait un bout de temps que j’avais lu une bonne biographie, donc j’errais dans cette section à la bibliothèque lorsque je suis tombée sur ce livre. Mon oeil a d’abord été attiré par les couleurs, puis par le titre. Héros d’humanité, c’est accrocheur. C’est accrocheur, car c’est différent. Les héros que nous connaissons habituellement sont des héros à l’intérieur de combats ou de quêtes contre des vilains, mais dans ce livre de Jean-Marie Pelt, les héros sont tout autre. Ils avaient tous des idéaux bien au-delà des conquêtes territoriales, car ils se sont tous battus pour défendre leurs valeurs. De ce fait, ils ont changé, à leur façon, le sort de l’humanité. Droits de l’homme et écologie Ce livre est d’abord séparé en deux parties. La première est réservée aux personnes ayant travaillé pour améliorer les droits des humains et la deuxième traite d’hommes et de femmes ayant fait de l’écologie leur priorité. Chacune des parties est ensuite séparée en courts chapitres, et chaque chapitre présente une personnalité importante. Cette oeuvre est entièrement dédiée …

le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, les livres qui font du bien, littérature, livre surprise, livres, Guillaume Musso, La fille de Brooklyn,

Ma première expérience de livre mystère

Tout récemment, je me suis laissée tentée par l’expérience des livres mystères! L’idée est que les romans nous sont présentés dans un sac ou un emballage, avec une description sommaire nous permettant d’avoir une idée de base de ce qui se trouve à l’intérieur. Ce n’est pas la première fois que le concept est utilisé; Amélie a déjà fait un article sur sa propre expérience avec les livres mystères que vous pouvez aller lire ici! J’ai toujours trouvé l’idée géniale, mais c’est la première fois que j’y avais accès à ma bibliothèque. Il y avait environ une dizaine de choix, allant du classique de la littérature à la poésie, en passant par le roman à l’eau de rose et les histoires d’ici. Je me suis laissée tentée par un roman à suspense! Je suis repartie de la bibliothèque avec mon sac comme une enfant qui repart d’un magasin de jouet avec un sac cadeau mystère, j’étais impatiente de découvrir ce qui se cachait à l’intérieur.   Sur le chemin du retour, je me suis demandé ce …

Bibliothérapie, le fil rouge lit, lecture, littérature, livres, livres qui font du bien, littérature estonienne, Estonie, Les groseilles de novembre, Andrus Kivirähk, Le tripode, mythologie, folklore.

Un novembre moins gris avec Andrus Kivirähk

Novembre : la pluie, la grisaille, les arbres nus qui ont perdu toutes leurs couleurs, l’obscurité de plus en plus envahissante. Voilà l’ambiance de ce mois mal-aimé, dans laquelle nous plonge parfaitement le livre Les groseilles de novembre d’Andrus Kivirähk. « Peu avant midi, le soleil se montra un instant. Cela faisait plusieurs semaines que l’on n’avait plus vu un tel prodige : depuis le début d’octobre, le temps était resté gris et pluvieux. L’astre du jour épia une dizaine de minutes entre les nuages, puis le vent se leva, reboucha le mince interstice qui s’était ouvert brièvement, et le soleil disparut. De la neige fondue se mit à tomber. » (p.9) Cet incipit n’est qu’un exemple de ces passages décrivant le climat morose de novembre. Le livre contient 30 chapitres comme les 30 jours du mois. Ainsi chaque chapitre décrit une journée de novembre du matin au soir, en commençant par une description de la météo. Mais malgré la neige fondante, le vent humide et la « bouillie liquide » (slush) qui nous ramènent facilement à notre quotidien …

Le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, les livres qui font du bien, Le Messager, Markus Zusak, Éditions Kero, littérature étrangère, accomplissement personnel, amour, amitié, quête de soi, héroïsme, bonté, compassion, réalisation de soi, Le Messager ou la quête d'un antihéros

Le Messager ou la quête d’un antihéros

Markus Zusak signe un roman d’une grande sensibilité dans Le Messager. Mettant de l’avant un antihéros par excellence, l’auteur orchestre avec finesse un ensemble de péripéties touchantes transfigurant le personnage principal. Récit empli d’espoir et d’humanité, le roman met en scène des personnages authentiques ancrés dans la réalité, à l’image du commun des mortels.  L’histoire nous envoûte, un as à la fois. La quête des quatre as (♣ ♦ ♥ ♠) «1. À l’âge de dix-neuf ans, Bob Dylan était un interprète aguerri de Greenwich Village, à New York. 2. Salvador Dalí avait déjà produit plusieurs œuvres exceptionnelles, picturales et révolutionnaires, à l’âge de dix-neuf-ans. 3. Jeanne d’Arc était la femme la plus recherchée du monde à l’âge de dix-neuf ans, parce qu’elle avait déclenché une révolution. Et puis il y a Ed Kennedy, également âgé de dix-neuf ans… […]  Je me demande sans arrêt: «Voyons, Ed, qu’est-ce que tu as fait de beau au cours de tes dix-neuf années d’existence?» La réponse est simple: Que dalle.» (Zusak, 2002, p. 25-26). Le Messager, c’est l’histoire d’Ed …

La peur qui m’habite

Distinguer le vrai du faux nous donne parfois l’impression d’établir une justice et un équilibre dans une société aussi désaxée que la nôtre. C’est un sentiment paisible qui nous murmure à l’oreille que nous sommes bons, justes et honnêtes. La vérité nous procure une certaine confiance ainsi qu’un sentiment de contrôle total alors que le mensonge se caractérise plutôt par ce qui est mauvais et honteux. Pourtant, l’un et l’autre ne s’éloignent jamais bien longtemps. Et même si nous avons la profonde conviction que la vérité doit toujours avoir le dessus, elle ne donne pas toujours pour autant la réponse à certaines de nos questions. La vie, la mort et tout ce qui se trouve entre les deux ne sont qu’une suite d’évènements dont nous sommes le héros, ou bien la victime. Et dans ce dernier cas, le faux est peut-être plus facile à accepter. Car la vérité n’existe pas toujours. Il y a ces zones grises, ces choses odieuses qu’on ne peut expliquer et qui, parfois, nous obligent à nous reconstruire dans le silence.  …

le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, livres, lecture, les livres qui font du bien, Le Siècle, La Chute des géants, L'Hiver du monde, Aux portes de l'éternité, Le Livre de Poche, Ken Follet, Première Guerre mondiale, Deuxième Guerre mondiale, Guerre froide, droits des femmes, droits des noirs, romans historiques, littératures étrangères

Un siècle en trois tomes

Lire Le Siècle, de Ken Follet, c’était le projet d’un été. Moi qui espérais lire un bon nombre de romans durant les vacances scolaires, je peux dire que ce fut un échec. Par contre, j’ai lu 3249 pages avec les trois tomes de cette série et je ne peux pas dire que je me suis ennuyée. Trois tomes, trois guerres Même en format de poche, ces romans demeurent des briques. D’un autre côté, il y a tant à dire sur le XXe siècle, notamment trois grands événements marquants. Chaque tome a comme thème central une guerre. Le premier, La Chute des Géants, traite donc de la Première Guerre mondiale, le deuxième, L’Hiver du Monde, de la Seconde, et le dernier, Aux portes de l’Éternité, de la guerre froide. Par contre, bien que les grands conflits mondiaux soient les thèmes principaux, l’auteur touche de nombreux autres sujets qui ont marqué ce siècle. Il s’agit donc bien de romans historiques et non pas de récits de guerre. Les autres grands thèmes incluent notamment l’avènement des syndicats, les droits des femmes, …