All posts tagged: Bande dessinée

Le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, les livres qui font du bien, L’Esprit du Camp, Axelle Lenoir, Michel Falardeau, Cab, Studio Lounak, Bande dessinée, lecture d’été, camp de vacance, nostalgie, amitié, mystère

Mystères et souvenirs de jeunesse

L’automne est de retour et pour être franche, l’été torride que nous venons de traverser ne me manque pas du tout! Par contre, je me surprends à m’ennuyer de mes étés de jeunesse, quand j’attendais avec impatience le moment où mes parents me déposeraient pour une semaine au camp Baseley. C’est probablement parce que je viens de terminer ma lecture du deuxième tome de L’Esprit du Camp. Les artistes Axelle Lenoir et Caroline Breault nous ont offert dernièrement la conclusion de ce diptyque. L’histoire se déroule en 1994 dans une colonie de vacances près du petit village de Dégelis. L’héroïne, Élodie, se voit forcée par sa mère de passer son été comme monitrice au camp du Lac à l’Ours. Elle se retrouve ainsi à devoir gérer une troupe de campeuses rousses diaboliques et prouver à ses collègues qu’elle peut survivre à cet été d’enfer. Elle se noue d’amitié avec une monitrice, Catherine a.k.a. Miss Perfection, et découvre qu’une terrible créature semble menacer leur sécurité. Un récit intrigant agrémenté par les magnifiques illustrations d’Axelle et la touche colorée …

roger et ses humains, cyprien, paka, lecture, littérature, Le fil rouge, le fil rouge lit, livres, bande-dessinée, france, éditions dupuis

Roger et ses humains, plaisir assuré!

En 2015, le Youtubeur français Cyprien publie la bande dessinée Roger et ses humains, en collaboration avec l’illustrateur Paka. Étant une grande fan de Cyprien, j’ai demandé à une amie qui allait en voyage à Paris de me ramener une copie, seulement quelques semaines après sa sortie! C’était la première fois que j’obtenais une bande dessinée avant sa date de sortie prévue ici! Heureusement, la bande-dessinée est arrivée dans les librairies québécoises quelques mois plus tard! L’histoire nous présente d’abord Hugo, un jeune homme accro aux jeux vidéos qui n’a pas grande ambition. Le jour de son anniversaire, il est convaincu que tout le monde, y compris sa petite amie avec qui il vit, l’a oublié, jusqu’à ce qu’il trouve une boîte mystérieuse devant sa porte contenant un petit robot à l’intelligence plus que développée. Le petit robot en question s’appelle Roger et malgré ses connaissances infinies, il peine à comprendre toutes les subtilités du monde qui l’entoure. Roger se donnera alors pour mission de s’adapter du mieux qu’il peut à Hugo et à sa copine, …

le fil rouge lit; La légèreté; Catherine Meurisse; Dargaud; Charlie Hebdo; bibliothérapie; roman graphique; Art; livres

Quand la vie perd son sens, comment retrouver sa légèreté

N’étant pas la plus grande lectrice de romans graphiques, je ne croyais pas un jour écrire un article portant sur ce genre littéraire. Or, dans le cas de La légèreté, je trouvais inévitable de partager ce coup de cœur. La scénariste et illustratrice de La légèreté est Catherine Meurisse, dessinatrice à Charlie Hebdo. Au moment de l’attentat contre le journal, elle y travaille depuis près de 10 ans. Or, ce 7 janvier 2015, elle arrive en retard à la conférence de la rédaction et survie à l’attentat alors que ses collègues, amis et mentors sont tués et blessés à l’intérieur des lieux. Dans la Légèreté, elle explique son processus pour guérir de l’immense blessure créée par cet événement tragique et retrouver sa légèreté. La légèreté, c’est tout ce que j’ai perdu le 7 janvier 2015 et que j’essaie de retrouver. La légèreté, c’est aussi le dessin. L’art comme remède à la douleur Vivant un profond traumatisme à la suite de ces événements, Catherine Meurisse dépeint, dans la première partie, les dix mois qui suivent l’attentat alors qu’elle est confuse …

Bandes dessinées, BD, romans, lecture, réflexion littéraire, le fil rouge réfléchit, le fil rouge lit, paralittérature, la vraie lecture?, le fil rouge,

La lecture de bandes dessinées est-elle moins valorisante que la lecture de romans?

Depuis quelque temps, j’entends un commentaire récurrent qui me titille les oreilles. Il prend la forme suivante : « Je ne lis que des bandes dessinées ces temps-ci, mais ça ne compte pas pour de la lecture. » Ce à quoi je rétorque : « Ah oui? Pourtant, la lecture c’est de la lecture, non? » Je ne comprends pas cette tendance à considérer la lecture de bandes dessinées comme moins valorisante, moins pertinente. Ce genre de propos me donne l’impression que les seules lectures qui valent la peine d’être mentionnées comme telles sont celles issues des grands classiques. Bref, j’entends : « Tu ne lis pas si tu ne lis pas du Proust, du Flaubert ou du Zola. » Évidemment, vous l’avez peut-être déjà compris, je suis totalement en désaccord avec cette façon de penser et je tiens à vous prouver en quoi la lecture de bandes dessinées compte à mes yeux comme de la lecture à part entière. Valoriser la diversité Je ne le dirai jamais assez, s’ouvrir à la diversité est le moyen le plus sûr pour devenir …

le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, livres, les livres qui font du bien, littérature, Ovidie, Diglee, Libres!, Manifeste pour s'affranchir des diktats sexuels, anti-guide, féministe, féminisme, sexualité, sexe, homosexualité

Libres! un anti-guide nécessaire

Lors de mon dernier passage à Paris, j’ai bien sûr pris le temps de visiter une librairie! J’ai fait un tour à la sublime librairie Jousseaume, dans le passage Vivienne du 2ème arrondissement, fondée en 1826! Mais c’est à la FNAC que j’ai trouvé Libres! Manifeste pour s’affranchir des diktats sexuels, écrit par Ovidie et illustré par Diglee. Se voulant comme un anti-guide, cet ouvrage franc, cru et nécessaire aborde plusieurs sujets essentiels et intimes tout en conservant une simplicité rafraîchissante. On y parle de sperme, de rapports homosexuels, de poils, de statistiques, du couple, des relations ouvertes et de sadomasochisme. J’ai particulièrement apprécié le ton direct et déculpabilisant de l’autrice, en plus de la page de bande dessinée terminant chaque chapitre. Ovidie et Diglee, un duo d’enfer Ovidie, féministe engagée et française, milite depuis l’âge de 15 ans. Elle s’est d’abord intéressée à l’homophobie et le sexisme, puis se concentre maintenant sur le féminisme et la libération sexuelle. Elle est également l’une des seules femmes à avoir réalisé des films pornographiques, principalement destinés à un …

Ciel, le tout premier roman de Sophie Labelle

Depuis plusieurs années, je suis le travail de l’artiste et bédéiste Sophie Labelle via sa page facebook et son blogue Tumblr. Lorsque j’ai appris la sortie de son tout premier roman jeunesse, j’ai voulu me le procurer immédiatement. L’idée de retrouver son univers engagé et sensible sous forme de roman me semblait pertinente et nécessaire. Peut être connaissez-vous déjà l’artiste qu’est Sophie Labelle? Elle est populaire pour son militantisme avec le mouvement LGBTQ2. C’est justement ce qu’elle fait dans sa BD Assignée garçon: elle raconte les péripéties et la réalité d’une jeune trans, Stéphie. Qui est Ciel ? Alors qu’on pouvait s’attendre à retrouver une BD, Ciel est un roman jeunesse. Le seul dessin que nous avons la chance de retrouver de Sophie Labelle est sur la couverture. On aurait pu croire qu’elle veuille mettre encore une fois en vedette son personnage Stéphie; au contraire, Sophie a voulu mettre en avant son personnage Ciel qui se retrouve à être la meilleur-e ami-e de Stéphie. Ciel peut nous sembler un peu compliqué-e à cerner parce qu’ille nous …

Souffler dans la cassette, Jonathan Bécotte, lémeac jeunesse, les livres qui font du bien, le fil rouge, bibliothérapie, lefilrougelit, journal d'un refugié de campagne, jean bébard, campagne, nature, autosuffisance, liberté, indépendante, nature, retour à la terre, moi aussi je voulais l'emporter, Julie Delporte, féminisme, création, art, rupture, bande dessinée, roman graphique, éditions pow pow, art, moomins,

Nos clubs de lecture mai 2018 : Souffler dans la cassette, Moi aussi je voulais l’emporter et Journal d’un réfugié de campagne

En mai, c’était le début de nos trois clubs de lecture de l’été à Montréal. Nous avons lu trois livres complètement différents pour ce premier mois, les avis ont été mitigés et c’est ce que nous préférons, car cela créé des discussions excessivement riches! C’était aussi un grand plaisir de retrouver d’anciennes participantes et d’en rencontrer des nouvelles. On sent déjà que cette session estivale sera riche en inspirantes discussions autour des livres. Voici donc les comptes rendus de nos rencontres : Groupe #1, Rencontre au café Sfouf, lecture : Journal d’un réfugié de campagne de Jean Bédard Il s’agissait, pour toutes les participantes, de la première immersion dans l’oeuvre de Jean Bédard. De notre côté, deux participantes d’un autre de nos clubs de lecture ont adoré les romans de cet auteur, donc nous avions quelques attentes pour cette lecture. Or, ce livre-ci est bien loin d’être un roman. Comme le titre l’indique, il s’agit vraiment du journal de l’auteur qui vit à la campagne et qui partage son temps à entretenir sa terre et …

fil rouge, fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livre, les livres qui font du bien, Vogue la valise, Siris, la Pastèque, bande dessinée, roman graphique, famille, mort, alcoolisme, intimidation, résilience, famille d'accueil

Une enfance en nid de poule

Quand j’ai enfin ouvert Vogue la valise, j’ai été surprise de voir que, malgré mes hautes attentes, le bédéiste Siris les surpassait toutes. À chaque page, je me posais de nouvelles questions sur ma perception de la vie et de la société qui m’entoure. Sur mon enfance et les souvenirs qui y sont rattachés. Pour certains, les bons souvenirs dépassent de loin les mauvais. Pour d’autres, il y en a plus de mauvais que de bons. Et il y a ceux pour qui ces souvenirs sont si rares qu’ils sont souvent engloutis par tout ce qui fait mal et tout ce qui brise l’âme. L’auteur a su illustrer la réalité des enfants mal-aimés, laissés de côté et les répercussions que cela peut avoir sur leur vie. Une valise lourde de sens L’histoire commence avec Renzo, un alcoolique semi-attachant, qui enchaîne les bouteilles d’alcool aussi vite qu’il perd ses emplois. Il rencontre Luce, une femme douce et résiliente, qui deviendra sa femme et la mère de ses cinq enfants : Louis, Josée, Chantal, Claudine et finalement, La Poule. …

Paper Girls, Bande dessinée, Brian K. Vaughan, Cliff Chiang, Matt Wilson, Le Fil rouge lit, Le Fil rouge, Littérature, Lecture, Science-Fiction, Féminisme

Paper Girls : les filles d’hier pour les enjeux de demain

Depuis peu, je me suis découvert une nouvelle passion pour le genre de la bande dessinée. J’ai toujours été une lectrice de manga, mais depuis l’automne, je me laisse surprendre par des bandes dessinées aux styles différents et aux provenances diverses. À ce propos, je vous ai déjà parlé de Rat Queens, véritable révélation littéraire pour moi. Je me suis aussi plongée dans Bitch Planet un peu avant Noël. En ce moment, j’hésite à me procurer le deuxième tome puisque la lourdeur de la trame narrative me demande une certaine volonté. Disons que je cherche présentement des lectures de détente, des lectures qui font du bien. Comme la vie est bien faite, je suis tombée sur la bande des Paper Girls et laissez-moi vous dire que ces filles ont comblé le sentiment de béatitude que j’espérais obtenir à travers la lecture d’un tout nouveau récit. Paper Girls, ça raconte quoi? Paper Girls est une bande dessinée américaine de Brian K. Vaughan, Cliff Chiang et Matt Wilson. Elle est traduite par la maison d’édition Urban Comics qui …