All posts filed under: Bande dessinée et roman graphique

Le fil rouge; le fil rouge lit; bibliothérapie; littérature; lecture; livres; les livres qui font du bien; bande dessinée; BD; les grands espaces; Catherine Meurisse; campagne; nature; enfance; Dargaud

Les grands espaces : l’enfance à la campagne

Je suis une fille de la campagne. J’ai vécu mon enfance et mon adolescence au milieu des champs, dans une maison en perpétuelle rénovation, coincée entre une forêt et une rivière dans une région française qu’on appelait Poitou-Charentes. Catherine Meurisse, qui signe ici une bande dessinée autobiographique, a passé son enfance à la campagne, dans une vieille bâtisse à restaurer, entourée d’un immense jardin et d’arbres à perte de vue. En Poitou-Charentes. Comme souvent, j’ai choisi ce livre pour sa couverture, mais surprise! Elle et moi avons vécu une enfance similaire. Une balade dans la campagne française Première page. Catherine, adulte, dessine sur les murs de son appartement parisien une porte imaginaire qu’elle traverse pour se retrouver au milieu d’un champ de tournesols. Commence alors notre voyage dans son enfance. Catherine et sa sœur apprennent le nom des arbres, à planter des graines, participent aux fêtes de village et à l’abattage du cochon. Elles s’épanouissent dans un monde où la beauté et l’authenticité côtoient pourtant les dommages infligés à la nature par l’agriculture moderne. L’autrice …

le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, les livres qui font du bien, Mile End, Michel Hellman, Pow Pow, ville, Montréal, écrivain, saisons, bande dessinée

Le Mile End selon Michel Hellman

Quand j’ai vu Mile End de Michel Hellman dans le corpus de livres à lire dans le cadre de mon cours de paralittérature, j’ai ressenti un bonheur qui ne m’arrive que très peu souvent : avoir hâte de lire un livre obligatoire. Depuis un moment déjà, je le reluquais dans toutes les librairies que je croisais, le feuilletant et essayant de trouver une bonne raison de l’acheter, considérant que ma pile à lire contient déjà plus d’une centaine de livres. J’avais maintenant une raison parfaite : être une élève modèle. La bande dessinée déconstruite Cette lecture, je l’ai savourée une tasse de thé à la main et un sourire aux lèvres. C’est avec une grosse dose d’humour et une touche de douceur que Michel Hellman nous amène dans son univers d’écrivain vivant dans le Mile End. Son personnage, qui est autobiographique, est représenté sous la forme d’un ours, ce qui le rend attachant à souhait. C’est le genre de livre qui nous donne envie de nous lover dans une couverture et de passer des heures à lire …

Les ananas de la colère, par Cathon

Les ananas de la colère: quand le piña colada est fatal

Sur ma fixation sur les ananas J’ai toujours eu une petite fixation sur les ananas. Ma housse de couette, mon cover de cellulaire, mes tasses et même mes ongles, parfois, peuvent en témoigner. Je crois que c’est, en très grande partie, la raison pour laquelle je me suis sentie attirée comme un aimant par Les ananas de la colère, de Cathon, lorsque je suis allée au Salon du livre de Montréal. À la base, j’ai toujours adoré le visuel des bandes dessinées des Éditions Pow Pow : elles sont un peu funky et, en plus, les histoires ont tendance à sortir de l’ordinaire. Par contre, pour mon budget, c’était un peu exagéré : 22,95$ pour quelque chose dont je savais pertinemment que je passerais au travers en quelques heures à peine, je trouvais que le rapport longueur-prix n’était pas tout à fait valable. Je suis allée au SDLM presque tous les jours cette année. Au sixième jour, j’ai craqué : au diable le budget! Quand ça fait 6 jours que tu lorgnes un livre, s’il y …

Jane Deuxard, Deloupy, Love story à l'iranienne, Iran, politique, relations amoureuses, Delcourt, roman graphique.

Quand la BD dépeint une enquête sur les relations amoureuses des jeunes iraniens

Jane Deuxard est le pseudonyme d’un couple de journalistes indépendants qui ont décidé de se rendre de manière clandestine en Iran pour recueillir les témoignages de jeunes iraniens concernant leur vie amoureuse. Leurs rencontres avec ces jeunes provenant de différents coins de l’Iran sont reproduites dans le roman graphique Love story à l’iranienne illustré par Deloupy. Ce livre, qui prend la forme d’un reportage, m’a particulièrement marquée en raison du climat politique particulier de l’Iran que l’on découvre dans ce livre. Idylles amoureuses, jeunesse et régime théocratique Le livre est divisé en plusieurs parties dont chacune est dédiée à un jeune iranien qui fait part au couple de journalistes de sa situation ainsi que de sa vision des relations amoureuses dans un pays où elles sont interdites avant le mariage et où les mariages arrangés sont fréquents. C’est très intéressant, car devant des règles aussi strictes, la question se pose : comment les jeunes iraniens vivent-ils leurs idylles amoureuses dans une société qui les interdit? Les journalistes ont fait l’effort de rencontrer des jeunes aux …

Le fil rouge; le fil rouge lit; bibliothérapie; littérature; lecture; livres; les livres qui font du bien; Tulipe; Les voyages de Tulipe; Sophie Guerrive; éditions 2024; bande dessinée; BD; comic strip; strip; philosophie; poésie

Tulipe : la vie entrecoupée de pauses crêpes

Sous un ciel entièrement bleu, au milieu d’une étendue verte, se dresse un arbre. Adossé à son tronc, Tulipe, un ours philosophe habillé d’un débardeur rayé, somnole. Autour de lui, ses amis s’activent dans tous les sens : Crocus le serpent, Violette l’oiseau, Narcisse le tatou, Capucine la chauve-souris, Rose la poule. Tous ont des noms de fleurs, excepté l’arbre, le caillou et l’œuf, ce qui ne les empêche pas de pouvoir penser et parler comme les autres. Car c’est bien là que se situe la magie des petits ouvrages de Sophie Guerrive : dans les dialogues et les pensées de ses personnages. Entre sublime et absurde Chacun d’eux est traversé par des questionnements à la fois philosophiques et existentiels, sur l’amitié, l’amour, la mort, la confiance, la timidité, l’ennui, l’efficacité, la solitude, etc. Tous un brin névrosés, ils s’interrogent sur le sens de la vie. Ce qui donne des dialogues poétiques (parfois des monologues, mais jamais bien longtemps, tout le monde venant y mettre son grain de sel!), emprunts de mélancolie et d’humour. Ainsi, …

La Grande Agatha Christie illustrée, Caroline Guillot, Agatha Christie, le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, les livres qui font du bien

Jouer au détective avec Agatha Christie

Ma passion pour Agatha Christie remonte à vraiment longtemps. J’étais en secondaire deux quand j’ai lu pour la première fois Le Crime de l’Orient-Express, une des seules lectures obligatoires qui m’aie vraiment marquée. J’ai été captivée par son univers. Ce roman, un de ses plus grands succès (et je dois le dire aussi, un de mes préférés), m’a tout de suite convaincue de lire le reste de son œuvre. Il va sans dire qu’Agatha Christie a eu une carrière prolifique, son œuvre compte plus de 80 romans et je garde la liste chez moi, dont je barre les titres au fur et à mesure que je les lis. Pour tous ceux qui comme moi cultivent une grande admiration et une fascination pour la reine du crime, je voulais partager une récente découverte qui m’a fait replonger dans son univers avec le plus grand bonheur, le livre graphique La Grande Agatha Christie illustrée. À la fois livre-hommage, livre-bibliographique de ses plus grands succès, mais aussi livre-jeu, l’album présente plusieurs scènes tirées de ses romans les plus …

Le fil rouge, le fil rouge lit, #lefilrouge, #lefilrougelit, bibliothérapie, livres, littérature, les livres qui font du bien, Marie Kondo, Manga, The Life-Changing Manga of Tidying Up, Yuko Uramoto, Rangement, Magie du rangement, Inspirer la joie, La magie du rangement illustrée, bien-être,

S’initier à la magie du rangement avec « The Life-Changing Manga of Tidying Up » de Marie Kondo et Yuko Uramoto

À moins d’être totalement absent.e de Facebook, de YouTube ou d’Instagram, vous avez sûrement déjà dû entendre parler de la femme d’affaires et autrice japonaise Marie Kondo – surnommée KonMarie – et la frénésie incroyable qui a suivi la publication de ses ouvrages sur le rangement Le pouvoir étonnant du rangement et Ranger inspire la joie. En fait, je crois que jamais le fait de ranger n’a provoqué autant d’enthousiasme! Personnellement, suite à la lecture des deux livres de l’autrice, je peux dire que plusieurs aspects de sa méthode m’inspirent tandis que d’autres me laissent un peu plus sceptique – à ce sujet, mon opinion ressemble beaucoup à celle de Martine dans son article juste ici. Au niveau du style d’écriture, cependant, j’ai eu beaucoup de difficulté avec ses ouvrages, que j’ai, en fait, trouvés plutôt insupportables à lire. De par leur ton moralisateur, ça ne passait pas du tout, et pourtant, certaines parties du livre m’avaient l’air vraiment intéressantes. C’est pour ça que j’ai été très heureuse de trouver The Life-Changing Manga of Tidying …

le fil rouge, le fil rouge lit, lecture, Bibliothérapie, littérature, livres, les livres qui font du bien, Watchmen, Dave Gibbons, Alan Moore, DC comics, super-héros, meurtre, enquête, Manhattan, sang, bonhomme sourire, pouvoirs, bande dessinée, roman graphique

Watchmen : le super-héros du roman graphique

Nous sommes en 1985. Dans un monde parallèle au nôtre, les super-héros font partie du quotidien. Dans ce monde dystopique, la guerre règne en maître. La corruption n’a plus aucune limite tandis que Richard Nixon en est à son cinquième mandat. L’angoisse est à son comble, et même les idoles d’autrefois ne sont plus que l’ombre d’elles-mêmes. La mort d’un comédien Cette histoire commence par la mort d’un ancien super-héros. C’est sur le pavé, après une chute de plusieurs étages, que la vie d’Edward Blake prend fin. Fidèle à lui-même, son ancien collègue fait de la découverte du coupable sa mission. Sa paranoïa l’entraîne à croire qu’une conspiration est derrière cet assassinat et que ses semblables et lui-même en sont les prochaines cibles. C’est dans une ambiance de polar illustré que les personnages se présentent à nous.  Reconnu comme étant un mercenaire sarcastique et violent qui est tout sauf attachant, Edward Blake porte comme un gant le surnom de Comédien. Pour lui, la vie est une blague. De nature indépendante, Rorschach n’a besoin de rien …

Nick Cave, Mercy on Me, Roman graphique, Reinhard Kleist, Biographie fictionelle, Lecture, Littérature, Musique, Poésie, Artiste, Dessin, Le Fil rouge lit, Le Fil rouge

Nick Cave à l’état brut

Il n’est pas surprenant de voir Nick Cave se mêler au domaine de la littérature. Sous mon œil, il demeure l’un des plus grands poètes de notre temps. Loin de moi l’idée de relancer le débat sur le prix Nobel de littérature de Bob Dylan, mais il faut appeler un chat un chat: Nick Cave, artiste d’origine australienne ayant un parcours musical impressionnant depuis les années 70, nous a livré certaines des chansons les plus poétiques depuis que l’humain est en mesure de mettre des paroles sur de la musique. Pas besoin de vous dire que je suis vendue. Reconnu pour ses ballades narratives au sein desquelles Cave donne vie à des personnages aux prises avec leurs pulsions et leurs contradictions, il est plutôt aisé de repérer les propres angoisses de l’artiste dissimulées sous sa plume. Créateur multidisciplinaire, il a publié plusieurs recueils de poésie ainsi que quelques romans, en plus de participer à l’écriture de scénarios destinés au cinéma. Bref, tout ce que touche Nick Cave se transforme en or, en art… pour ne …

le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, livres qui font du bien, Moi ce que j'aime c'est les monstres, Emil Ferris, Éditions Alto, Fantagraphics, roman graphique, Deuxième Guerre mondiale, enquête, monstres,

Certains aiment les monstres. Moi, ce que j’aime, c’est les découvertes!

Sortir de ma zone de confort littéraire est la ligne directrice que je me suis donnée pour guider le choix des lectures que je partage ici sur Le fil rouge, et je suis rarement déçue des découvertes qui en résultent. Ma plus récente, Moi, ce que j’aime, c’est les monstres ou My Favorite Thing Is Monster dans sa version originale, a justement été toute une découverte! Je n’ai pas l’habitude des romans graphiques et je n’avais aucune idée dans quoi je me lançais. Les critiques étaient dithyrambiques et le livre a été qualifié de chef-d’œuvre dès sa sortie en 2017. C’était en soi très intrigant, mais ce qui m’a réellement poussée à le lire, c’est l’histoire peu commune de l’autrice Emil Ferris. Réapprendre à dessiner Illustratrice de métier, Emil Ferris s’est retrouvée, après une piqûre de moustique, dans un lit d’hôpital, partiellement paralysée. La forme la plus grave du virus du Nil menaçait de la priver de sa mobilité et de sa motricité. Les médecins redoutaient qu’elle ne puisse marcher et encore moins dessiner de …