All posts tagged: Théâtre

Nino : la maternité

Éditions Somme toute
Nino
Rébecca Déraspe

Advertisements
théâtre, j'suis jamais malade en été, sclérose en plaques, maladie, douleur, le fil rouge lit, texte, écriture, dramatique, humour, entrevue, Patricia, Patricia Rivas, Les livres qui font du bien, dramaturgie, création, inspiration

« J’suis jamais malade en été d’habitude » : Rencontre avec l’auteure et comédienne Patricia Rivas

Il y a déjà quelques semaines, j’ai assisté avec Marjorie à la représentation de la pièce de théâtre J’suis jamais malade en été d’habitude. Nous avons été incroyablement et positivement surprises de cette pièce racontant l’histoire d’une jeune femme qui apprend qu’elle est atteinte de la sclérose en plaques. Avec beaucoup de sensibilité et d’humour, on suit cette jeune fille dans ses questionnements personnels lors de l’annonce de sa maladie à ses proches, puis dans son acceptation de cette maladie. La comédienne principale, Patricia Rivas, est tout à fait remarquable; elle a un regard très communicateur qui nous entraîne rapidement dans le récit. Elle est aussi l’auteure de cette pièce et est elle-même atteinte de la sclérose en plaques. J’ai été vraiment touchée et inspirée par son courage et son talent et j’ai donc eu envie de m’entretenir avec elle pour en savoir plus sur son processus créatif. Je vous invite fortement à suivre la page Facebook de la pièce pour être informé des prochaines représentations; ça vaut vraiment la peine de se déplacer!   …

Amour, Ödön von Horváth, Bibliothérapie, Don Juan, espoir, expressionnisme, Florent Siaud, Guerre, Le fil rouge, Le fil rouge lit, lecture, les livres qui font du bien, littérature, livres, Théâtre Prospero, Théâtre

Ma visite au théâtre Prospero

Il y a quelques temps j’ai dû me rendre au Théâtre Prospero afin d’assister à la pièce de Théâtre Don Juan revient de guerre, une pièce d’Ödön von Horváth, mise en scène par Florent Siaud. C’est une pièce qui raconte l’histoire de Don Juan qui revient perdant de la guerre et fait face à une société hors du commun, complètement changée. Il se retrouve perdu dans ce néant de nouveauté et fait face à son passé, un amour perdu. J’ai adoré la lecture de celle-ci. On doit l’avouer qu’une lecture scolaire obligatoire est plus agréable lorsqu’on apprécie la lecture de celle-ci. Puis, lorsque j’ai vu la pièce jouée, j’ai été fascinée et éblouie. Cette heure et trente minutes a passée trop rapidement, le spectacle était fini que j’en aurais écouté encore plus. L’après-guerre au centre de la pièce La réécriture d’Horváth de Don Juan semble démystifier ce personnage célèbre au théâtre, tout en lui imposant une désunion avec la société, particulièrement les femmes, élément majeur dans l’histoire de Don Juan depuis la création du personnage. Le …

Manifeste pour la lecture du texte dramatique

Les amateurs et les amatrices de lecture n’auront pas toujours le réflexe de lire des pièces de théâtre. C’est assez compréhensible; sans avoir sous nos yeux les acteurs et les actrices, les décors, la mise en scène, on peut avoir l’impression de manquer une partie du spectacle quand on se retrouve devant un texte dramatique. Pourtant, je vous invite à lire du théâtre en tant qu’objet littéraire en soi. Bien sûr, il nous manque la gestuelle, que les didascalies ne font que suggérer, bien sûr on ne peut qu’imaginer les costumes que nous décrit le ou la dramaturge. Par contre, le texte dramatique est une écriture hautement travaillée qui mérite qu’on s’y attarde pleinement. Par exemple, j’ai lu la pièce de théâtre J’accuse d’Annick Lefebvre avant d’aller voir la représentation au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui. La pièce, composée de cinq longs monologues, est truffée de jeux de mots intéressants, de figures de style, de renvois et de références truculentes qui m’auraient sans doute échappé si je n’avais pas lu le texte avant de voir la …

Dans l’intimité des Reines

Publiée le 1er janvier 1991, Les Reines de Normand Chaurette est sans le moindre doute une pièce de théâtre surprenante, tant par son style d’écriture particulier, que par l’histoire rocambolesque. Une atmosphère obscure pour une famille obscure  Plongée à l’intérieur d’un palais londonien en 1483, la pièce présente six femmes affolées dans un univers pesant où toutes convoitent le trône d’Angleterre. La reine Elisabeth, les sœurs Anne et Isabelle Warwick, la reine Marguerite, Anne Dexter et la vieille duchesse d’York âgée de quatre-vingt-dix-neuf ans sont représentées toutes plus angoissées et affolées les unes que les autres. Je dois avouer que suivant ma lecture, je reste dans un état dubitatif. Certaines choses m’ont absolument séduite, par contre, l’histoire semblait par moment quelque peu complexe à suivre; peut-être par le style d’écriture s’appropriant le vocabulaire de l’époque, ou la façon dont elle est écrite, ou l’agitation parfois « mêlante » des personnages. Il reste que l’histoire m’a plu, elle me rappelle les pièces de Shakespeare dont j’ai toujours aimé l’écriture. Une famille entre vérité et mensonge Résumant l’histoire, …

Quelque chose en moi choisit le coup de poing, le fil rouge lit, littérature québécoise, essai, théâtre, le fil rouge lit, bibliothérapie, performance de soi, autofiction, livres , lecture

Le coup de poing et la performance de soi

Quelque chose en moi choisit le coup de poing est un oeuvre hybride entre essai et théâtre, écrite par Mathieu Leroux et publié chez La Mèche. C’est à la fois un rassemblement de courtes et moins courtes pièces écrites et mises en scènes par Leroux, précédé d’un essai sur la performance de soi dans l’art, plus particulièrement dans l’écriture. Le coup de poing, c’est la démarche autobiographique, c’est le Je dans l’écriture, le Je dans l’art, c’est l’acte de se mettre en scène, de se performer. Bien qu’il compare la réalité et la fiction à un coup de poing et une caresse, respectivement, il n’y a  pas pour autant de hiérarchie établie entre les deux. C’est seulement que, pour Leroux, quelque chose en lui choisit le coup de poing. N’ayant pas d’énormes connaissances en théâtre, j’ai trouvé intéressant d’être immergée dans une forme peut-être un peu moins classique, sans pour autant y être plongée sans notions quelconques. Que ce soit l’essai du début, auquel je reviendrai, ou bien l’entièreté des pièces dans lesquelles sont aussi …

Trois souris… dans la souricière

Agatha Christie, la reine du crime, a de nombreux classiques du roman policier à son actif : Le crime de l’Orient-Express, Les dix petits nègres, Le meurtre de Roger Ackroyd et Mort sur le Nil, pour n’en nommer que quelques-uns. Elle est la spécialiste du mystère et s’amuse à angoisser l’homme avec des énigmes qui sollicitent la logique. Agatha Christie écrit autant pour les enfants que pour les adultes : ses lecteurs se comptent par millions. Dans la nouvelle Les trois souris, parue en 1948, Agatha Christie réussit à intégrer cette morbidité enfantine à son mystère. Trois souris, une comptine anglaise du 17e siècle, donne son nom à la nouvelle. L’histoire est donc écrite dans le respect de cette petite comptine, où la mort de trois personnages est réalisée dans un huis clos pratiquement charmant, une pension familiale perdue en pleine tempête de neige. Un de ces personnages dit même lors du premier acte : J’adore les comptines, pas vous? Elles sont toujours tragiques et macabres. C’est pourquoi les petits enfants les aiment…  L’adaptation de cette nouvelle policière est la pièce phare du répertoire …

887 et la mémoire de Lepage

Paru le 16 novembre dernier, ce volume illustré de la dernière pièce de Robert Lepage, 887, réussit à immortaliser le brio de l’auteur. (Laurence a d’ailleurs parlé de ses impressions de la pièce ici.) Le défi, en portant le théâtre sur papier, était de ne pas dénaturer la mise en scène magistrale de Lepage ainsi que de réussir à conserver cette unicité si caractéristique de l’auteur : l’utilisation de la technologie. Savamment illustré par Steve Blanchet, 887 plonge dans les méandres de la pensée du Robert Lepage d’aujourd’hui, entrelacée de celle du petit Robert des années 60-70. Pour moi, le théâtre, ça commence ici: dans un lit à deux étages avec ma soeur Lynda dans une chambre d’enfant de l’appartement 5 du 887 de l’avenue Murray, dans le quartier Montcalm à Québec. […] Quand, tout à coup, l’un deux eut l’idée d’utiliser son ombre pour illustrer son histoire. À l’aide de la lumière des flammes, il fit apparaître sur les murs de la carrière des créatures plus grandes que nature. Les autres, ébahis, y reconnurent tour à tour …

Voyage sur le rythme des reels du rire

Mon copain en avait entendu parler à la première chaîne. Évidemment, tout commence souvent avec Plus on est de fous, plus on lit. La troupe du Théâtre du futur allait présenter au Théâtre d’Aujourd’hui le troisième volet de la Trilogie du Québec intitulé Épopée Nord. Olivier Morin, metteur en scène et comédien, ainsi que Guillaume Tremblay, auteur et comédien,  étaient invités à l’émission en janvier 2015 pour lire des extraits de la pièce. Vous pouvez d’ailleurs entendre le tout ici. Dès la première seconde, il est tombé sous le charme et m’a transmis la bonne nouvelle. Le Québec de 2036, le clonage de Fred Pellerin, le soulèvement des Premières Nations, des chansons à répondre et de la satire à souhait, il n’en fallait pas plus pour nous emballer. Nous nous sommes donc acheté des billets pour assister à l’une des représentations. Et je vous jure que nous n’avons pas été déçus. Nous sommes sortis avec un mal de ventre d’avoir trop ri et un sourire placardé au visage. Tout y était. Les performances, le texte, …