All posts tagged: Théâtre

Le guide cadeaux des fileuses, partie 3 : idées d’expériences littéraires à offrir

Une expérience littéraire, qu’est-ce que ça mange en hiver ? Pour nous, il s’agit de tout ce qui tourne autour de la littérature, que ce soit une pièce de théâtre, une playlist ou bien un recueil de citations fait maison. On a donc demandé aux fileuses de nous parler des expériences littéraires qui, selon elles, s’offrent bien en cadeau. Une paire de billets pour aller voir Déterrer les os au Théâtre D’Aujourd’hui. Bon, on a un parti pris ici puisque Fanie, l’auteure de Déterrer les os, a été une fileuse durant quelques années et nous avons adoré son premier roman, au point de le mettre dans notre coffret de septembre 2016. Nous irons voir la pièce, c’est assuré, et on vous invite à faire de même. C’est une magnifique manière d’allier théâtre et littérature tout en offrant en cadeau un moment plutôt qu’un objet, quoi que vous pourriez toujours offrir le livre avec, comme marque page, une  paire de billet.   Caroline propose d’offrir, en encadré, une citation du livre favoris de la personne à …

Actes sud, bibiothérapie, dramaturgie québécoise, Félix-Antoine Boutin, Folio, Ionesco, Le fil rouge, le fil rouge lit, lecture, Leméac, Les Belles-Soeurs, les femmes au théâtre, les livres qui font du bien, littérature, Macbett, Michel Tremblay, Petit guide pour disparaitre doucement, Théâtre, théâtre québécois, université

Mes découvertes théâtrales à l’université (partie 2)

Cet article se veut la suite de mon premier article sur mes découvertes théâtrales à l’université. Heureusement, dans les dernières semaines, j’ai beaucoup lu et j’ai fait des découvertes encore plus fraîches. Étant inscrite dans un cours de dramaturgie québécoise cette session, j’ai pu découvrir un classique des classiques qui est automatiquement devenu un coup de cœur, ainsi que quelques nouveautés. Ce que j’aime particulièrement de l’école, c’est justement les découvertes inattendues que l’ont fait en tant qu’étudiant.e. Les professeur.e.s nous incitent à sortir de notre zone de confort et, ainsi, nous pouvons nous créer une bonne connaissance générale de divers types de littérature. Comme dans mon précédent article, j’ose insister sur la nécessité d’un corpus d’œuvres diversifiées autant au niveau des sexes que des cultures. J’aimerais bien découvrir la dramaturgie d’Afrique ou d’Asie par exemple. Voici donc trois de mes coups de cœur les plus récents. Macbett d’Ionesco Macbett est une satire de la pièce originale de Shakespeare, Macbeth, écrite en 1972. L’histoire relatée par Ionesco reprend celle de Shakespeare, soit l’histoire de Macbeth, …

Elfriede Jelinek, Anton Tchekhov, Odon von Horvath, La Mouette, Drames de princesses, La jeune Fille et la Mort, Don Juan revient de la guerre, le fil rouge, le fil rouge lit, bibiothérapie, les livres qui font du bien, théâtre, le Livre de Poche, l'Arche, lecture, les femmes au théâtre, université, littérature

Mes découvertes théâtrales à l’université (Partie 1)

J’étudie à l’université en écriture de scénario et création littéraire, ce programme bi-disciplinaire est constitué à 50% de cours orientés vers la littérature, puis l’autre moitié vers le cinéma. Lors de mes cours de littérature, je me suis principalement dirigée vers les cours de dramaturgie pour les cours à choix. À mon plus grand plaisir, je suis tombée en amour avec le genre, je trouve que l’évolution de cette forme d’écriture est passionnante. Dans cet article je vous présente mes coups de cœur à travers mes découvertes théâtrales au cours de mon bac. La mouette de Tchekhov De tout ce que j’ai lu de littérature russe, j’en ai toujours apprécié la lecture. Il n’est donc pas étonnant que La Mouette d’Anton Tchekhov soit l’œuvre dramaturgique que j’ai le plus appréciée au cours de mon parcours scolaire jusqu’à maintenant. C’est une histoire de famille, une histoire de triangle amoureux, une histoire de passion. L’art devient le nœud de l’histoire, chacun aspire à se découvrir et réussir de leur passion. Nina veut devenir actrice, Treplev cherche la …

lefilrougelit, les livres qui font du bien, bibliothérapie,Festival de littérature,Larguer les amours, ruptures, FIL, Festival international de littérature, événements littéraires, L'une et l'autre, Delphine de Vigan, La Grande Sophie, Chronique d'un coeur vintage, Émilie Bibeau, Nirlitt, Julianna Léveillé Trudel, Salomé Leclerc, Marie Thèrese Fortin, théâtre,

Les fileuses au Festival International de Littérature ; bilan de nos expériences

L’une et l’autre  Martine : J’ai passé une agréable soirée en compagnie de Gabrielle et de ces deux femmes exceptionnelles : Delphine de Vigan et La Grande Sophie. Étant une grande admiratrice de l’œuvre de De Vigan, j’allais à l’événement avec beaucoup d’attentes. J’ai aimé la façon dont les textes de De Vigan répondaient à la musique de La Grande Sophie et vice versa. Il y avait une belle énergie dans la salle, on sentait l’amour et l’attention que les gens portaient aux mots prononcés et aux mélodies. C’était un moment délicieux, touchant, dans lequel j’ai senti toute la profondeur et la qualité des œuvres respectives de ces deux grandes artistes. J’ai été fort heureuse d’assister à ce moment unique à Montréal. Gabrielle : Le spectacle L’une et l’autre m’a agréablement surprise. Si, au départ, il me semblait que ce serait difficile d’allier les univers respectifs des deux auteures, au contraire, elles s’arrimaient et se répondaient parfaitement, l’une et l’autre! C’était un spectacle touchant, autant grâce aux extraits poignants lus par De Vigan qu’aux paroles sublimes de La Grande …

S’appartenir(e) au féminin, sous toutes ses formes

S’appartenir(e) est une petite plaquette qui me faisait de l’oeil depuis un bon moment déjà. Publiée dans la collection « pièces » chez atelier 10, s’appartenir(e) se décrit ainsi ; Jouissif et décomplexé, «S’appartenir(e)» rassemble les paroles de neuf auteures. On y parle de notre façon d’être moderne et préhistorique à la fois. De notre rapport à l’éducation. De cette foutue question du pays qui se pose encore bizarrement. De nos paradoxes si multiples. De l’Histoire. Celle qui s’écrit. Celle qui nous échappe parce que trop peu enseignée. Celle des peuples autochtones encore mal comprise. Celle qui nous définit. On y parle des nuances qui s’évaporent dans les brumes de l’inconscience collective. C’est le thème de l’appartenance à soi-même, d’abord et avant tout, qui est venu me chercher. C’est ce jeu entre politique et privé tout comme ce jeu entre les formes et styles utilisés, qui a par la suite su garder mon attention. Le collectif. Avec le temps, force est d’admettre que je suis de plus en plus fan de collectifs. J’aime la pluralité des voix, …

théâtre, j'suis jamais malade en été, sclérose en plaques, maladie, douleur, le fil rouge lit, texte, écriture, dramatique, humour, entrevue, Patricia, Patricia Rivas, Les livres qui font du bien, dramaturgie, création, inspiration

« J’suis jamais malade en été d’habitude » : Rencontre avec l’auteure et comédienne Patricia Rivas

Il y a déjà quelques semaines, j’ai assisté avec Marjorie à la représentation de la pièce de théâtre J’suis jamais malade en été d’habitude. Nous avons été incroyablement et positivement surprises de cette pièce racontant l’histoire d’une jeune femme qui apprend qu’elle est atteinte de la sclérose en plaques. Avec beaucoup de sensibilité et d’humour, on suit cette jeune fille dans ses questionnements personnels lors de l’annonce de sa maladie à ses proches, puis dans son acceptation de cette maladie. La comédienne principale, Patricia Rivas, est tout à fait remarquable; elle a un regard très communicateur qui nous entraîne rapidement dans le récit. Elle est aussi l’auteure de cette pièce et est elle-même atteinte de la sclérose en plaques. J’ai été vraiment touchée et inspirée par son courage et son talent et j’ai donc eu envie de m’entretenir avec elle pour en savoir plus sur son processus créatif. Je vous invite fortement à suivre la page Facebook de la pièce pour être informé des prochaines représentations; ça vaut vraiment la peine de se déplacer!   …

Amour, Ödön von Horváth, Bibliothérapie, Don Juan, espoir, expressionnisme, Florent Siaud, Guerre, Le fil rouge, Le fil rouge lit, lecture, les livres qui font du bien, littérature, livres, Théâtre Prospero, Théâtre

Ma visite au théâtre Prospero

Il y a quelques temps j’ai dû me rendre au Théâtre Prospero afin d’assister à la pièce de Théâtre Don Juan revient de guerre, une pièce d’Ödön von Horváth, mise en scène par Florent Siaud. C’est une pièce qui raconte l’histoire de Don Juan qui revient perdant de la guerre et fait face à une société hors du commun, complètement changée. Il se retrouve perdu dans ce néant de nouveauté et fait face à son passé, un amour perdu. J’ai adoré la lecture de celle-ci. On doit l’avouer qu’une lecture scolaire obligatoire est plus agréable lorsqu’on apprécie la lecture de celle-ci. Puis, lorsque j’ai vu la pièce jouée, j’ai été fascinée et éblouie. Cette heure et trente minutes a passée trop rapidement, le spectacle était fini que j’en aurais écouté encore plus. L’après-guerre au centre de la pièce La réécriture d’Horváth de Don Juan semble démystifier ce personnage célèbre au théâtre, tout en lui imposant une désunion avec la société, particulièrement les femmes, élément majeur dans l’histoire de Don Juan depuis la création du personnage. Le …

Manifeste pour la lecture du texte dramatique

Les amateurs et les amatrices de lecture n’auront pas toujours le réflexe de lire des pièces de théâtre. C’est assez compréhensible; sans avoir sous nos yeux les acteurs et les actrices, les décors, la mise en scène, on peut avoir l’impression de manquer une partie du spectacle quand on se retrouve devant un texte dramatique. Pourtant, je vous invite à lire du théâtre en tant qu’objet littéraire en soi. Bien sûr, il nous manque la gestuelle, que les didascalies ne font que suggérer, bien sûr on ne peut qu’imaginer les costumes que nous décrit le ou la dramaturge. Par contre, le texte dramatique est une écriture hautement travaillée qui mérite qu’on s’y attarde pleinement. Par exemple, j’ai lu la pièce de théâtre J’accuse d’Annick Lefebvre avant d’aller voir la représentation au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui. La pièce, composée de cinq longs monologues, est truffée de jeux de mots intéressants, de figures de style, de renvois et de références truculentes qui m’auraient sans doute échappé si je n’avais pas lu le texte avant de voir la …