Mois : décembre 2014

L’effet placébo des astres

Demain, ce soir à minuit, hier, dépendamment du moment où vous lisez ce texte, on aura changé d’année. Encore une. J’aurais bien voulu que 2013 reste un peu plus longtemps, que 2014 passe son tour, que 2015 arrive en 4e vitesse, mais tout ça, c’est relatif. On se dit souvent que le début de l’année, c’est le moment parfait pour changer, pour débuter de nouvelles bonnes habitudes. Les résolutions, ça se passe le premier, si tu y penses le 2, t’es fait, tu dois attendre un an encore . Ça a l’air que c’est  la seule fois de l’année où on a le droit de croire qu’on va peut-être réussir à être à temps dans ses travaux, qu’on va aller au gym, qu’on va arrêter de manger des chips à minuit un dimanche soir, puis qu’on va devenir une mademoiselle chose du ménage, de l’organisation. Bref, au Nouvel An, on a souvent l’espoir de se transformer, du jour au lendemain, en superwoman, mais ça c’est une autre histoire. En fait, je ne vous parlerai pas …

Se sauver dans l’été

Ce joli petit bouquin m’a attirée dès la seconde où je l’ai aperçu : la couleur et le titre me parlaient. Après, j’ai constaté que c’était publié chez les éditions Cheval d’août, qui m’avaient charmée avec le superbe Chercher Sam. (J’en ai parlé ici) Et l’opération séduction a continué : j’ai ouvert le livre et j’ai lu une citation de Woolf. Il n’en fallait pas davantage pour que je l’achète. Les filles bleues de l’été raconte une histoire d’amitié fusionnelle entre deux amies, Clara et Chloé. Amies depuis l’enfance, elles tenteront d’échapper au monde le temps d’un été. Chacune reste troublée et brisée par la vraie vie. Clara, complètement esseulée d’un amour perdu et qui lui a enlevé le goût de tout, sauf de lui. Et Chloé, malade de son petit corps frêle incapable d’être bien. Le roman traite de plusieurs sujets lourds, de boulimie, de dépression, de mutilation, mais surtout d’amitié. Ces amies essaieront de s’évader des tourments de la vie quotidienne en retournant au chalet où elles passaient leur enfance. Elles passeront des …

En 2015, je lis un livre québécois par mois

Chez le fil rouge, vous le savez, on veut partager notre amour pour les livres et la lecture. Et on aime bien les défis. C’est donc grâce à l’article de Karina sur les défis littéraires pour 2015 qu’on a eu envie de créer notre propre défi littéraire Le fil rouge ! En fait, nous allons créer le défi En 2015, je lis un livre québécois par mois.  L’idée est simple, on veut se créer une petite communauté de lecteurs, autant les plus passionnés que les moins habitués, et inciter les participants à lire un livre québécois par mois. Pour s’y faire, on va créer un événement Facebook, ce sera donc plus facile pour nous et pour vous, de faire connaître notre défi et d’inciter vos amis à LIRE un roman québécois par mois en 2015! C’est aussi une manière pour nous d’encourager le milieu de l’édition littéraire québécoise, les librairies, les auteurs, les illustrateurs et les lecteurs ! Le lien pour l’événement est ICI. Comment ça fonctionnera ? On va créer un groupe Facebook où tous les …

« Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir »

Il y a déjà quelques semaines, je suis allée voir The theory of Everything au cinéma, (La théorie de l’univers, en version française). Je dois avouer que même si je ne suis pas une fan de la science et de la physique, j’ai été complètement estomaquée par le film, autant par l’incroyable performance des acteurs que par l’histoire. En bref, La théorie de l’univers raconte l’histoire du célèbre théoricien physicien Stephen Hawking. Le film s’attarde surtout à la relation amoureuse qui unit Hawking à sa femme Jane, alors pour les néophytes comme moi concernant la physique, vous serez tout aussi conquis. Le scénario est basé sur le livre écrit par Jane Hawking en 1991, Travelling to Infinity: My Life with Stephen où elle raconte sa vie de couple avec le physicien. Or, celui ci étant atteint de dystrophie neuromusculaire, la nature de leur relation a entièrement changé pour laisser place à de l’entraide et de l’aide. C’est ce point d’ancrage qui a su inspirer le scénario et le contenu du film, car même si on suit Stephen Hawking …

Ces livres qui font du bien

Dans cet article, je vais vous partager la lecture de trois romans graphiques. Le point commun de ces trois romans est la présence d’émotions fortes. Ces émotions dont nous avons bien souvent honte mais que nous vivons tous. Ces émotions qui font en sorte que nous nous sentons seul-e-s. Ces trois romans aident à soulager, ou du moins, à se sentir moins coupable. À aider à comprendre ce que nous pouvons vivre, à aider à l’expliquer. La forme qu’utilise Zviane ressemble plus à une vraie bande dessinée. Nous y retrouvons un personnage féminin qui raconte son retour au travail, les difficultés qu’elle rencontre, etc. Le ton qu’elle utilise est sombre et lourd. Nous sentons le malaise du personnage et avec elle, nous nous sentons mal. Malgré cela, c’est une lecture qui nous fait du bien, parce qu’elle permet de comprendre, de se sentir moins seul. Les deux romans de Catherine Lepage mettent des mots sur les images et des images sur les mots. Tout semble plus clair, nous sortons de ce brouillard créé par nos …

Beauté fatale : être victime des apparences

Si vous vous êtes promenés le moindrement sur le web cette semaine, vous avez entendu parler du documentaire de Léa Clermont-Dion, Beauté fatale, c’est sûr ! Tout le monde en parlait, Facebook, Twitter, blogues, alouette! Je ne ferai pas changement en vous en parlant ici, aussi ! Ha ! Tout d’abord, si vous ne l’avez pas encore vu, il est disponible juste ICI sur le site de Télé-Québec. Brièvement, il s’agit d’un documentaire sur le culte de la beauté, mais surtout sur la quête de Léa Clermont-Dion face à ses propres paradoxes (et à ceux de notre société) face à la beauté et à l’aliénation de celle-ci. Plusieurs ont été déçus lors du visionnement, (falloir voir Twitter s’enflammer!) de constater qu’on voyait beaucoup Léa et son histoire. En effet, la première partie du documentaire est réellement consacrée à Léa et à une discussion avec sa mère au sujet de son anorexie. Ayant été atteinte d’anorexie dans son plus jeune âge, (11 ans !) Léa en reparle avec sa mère pour la première fois et essaie …

C’est toi ma maman ? : Quand Alison Bechdel me charme encore

Il y a déjà quelques mois, je vous parlais ICI du roman graphique Fun home : une tragicomédie familiale écrite et dessinée par Alison Bechdel que j’ai complètement adorée. Tout d’abord, il faut savoir que Bechdel est une féministe et une bédéiste engagée, il suffit de penser à La règle de Bechdel qui analyse les films en fonction de leurs rapports avec les femmes. Marjorie vous en parlait ICI. J’ai tellement aimé Fun home que j’étais un peu anxieuse lors de la lecture de C’est toi ma maman ? parce que je souhaitais tant retrouver ce mélange de bonheur et de tristesse qu’avait suscité en moi la lecture de Fun home. Or, je n’ai pas été déçue, ce deuxième roman graphique, traduit en français en 2013 chez les éditions Denoël, m’a tout autant charmé. Sa façon de travailler reste la même, elle continue de mélanger la bande dessinée au récit autobiographique. Dans Fun home, elle s’intéressait à son rapport avec son père, tandis que cette fois-ci, elle traite de sa relation maternelle. Or, ce que j’adore dans ces …

Décorer son appart à petit prix pour Noël

C’est mon premier Noël dans mon nouvel appart et je n’ai aucune décoration pour le temps des fêtes. C’était une de mes anciennes colocataires qui avait le sapin, alors là je me retrouve pas mal toute nue. Ce ne serait habituellement vraiment pas dans mes priorités de décorer pour Noël, mais moi et mon copain on reçoit des amis à souper le 22 et on voulait avoir une ambiance des fêtes.

Coeur de premier émoi amoureux

En lisant Coeur de slush, il faut se replonger dans nos premiers émois et dans nos premiers souvenirs de désirs soft-sexu(els) (je vole ce terme à Sarah-Maude Beauchesne!). Il faut vraiment reconnecter avec la petite adolescente en soi pour retrouver ce désir si fort de goûter et d’avoir un corps contre le sien. Un coup qu’on arrive à se replonger dans ces périodes de nos vies, on comprend Billie, une jeune fille de 17 ans qui travaille dans un parc aquatique, qui veut tant connaître l’amour, mais surtout l’amour physique. Elle tombera donc sous le charme de Pierre, le gars au nom laid et con, mais qui est si beau avec ses cuisses de cycliste. Comme je connaissais déjà Sarah-Maude Beauchesne parce que je la lisais depuis quelques années sur Les fourchettes (un blog de nouvelle soft-sexu, comme elle le dit si bien!) et que j’avais acheté son premier recueil de nouvelles Les je-sais-pas-pentoute, j’ai comme été surprise de l’écriture qui est un peu moins langagière, érotique et poétique. Mais je suis certaine que la …