Poésie et théâtre
Laisser un commentaire

Mots capturés

Je suis certaine de ne pas être la seule qui, lorsqu’elle lit un livre, souligne constamment quelques passages, en fait ressortir les plus belles phrases, les compile dans un précieux cahier et les utilise une fois de temps en temps quand bon lui semble.

Je suis aussi certaine de ne pas être la seule pour qui une phrase bien construite est un petit bijou littéraire.

Et oui, lorsque, sur Facebook, je tombe sur un article portant un nom comme «  Les 50 proverbes qui font du bien » ou «  Les 100 citations qui ont marqué l’humanité », je saute dessus et j’en lis chacune des phrases avec attention et passion. À tout coup, je tombe amoureuse de quelques-unes de ces phrases.

J’ai donc décidé d’assouvir ici mon « besoin de belles phrases » et de vous en partager quelques-unes. J’ai choisi différents extraits de romans. Je les ai choisis parce qu’ils valent la peine d’être lus, d’être dégustés et d’être cités une fois de temps en temps.

«  Mais on a compris que les choses dépendent de notre volonté, qu’elles existent parce qu’on le veut bien, parce qu’on choisit, à chaque seconde, de ne pas les détruire. Elles existent si peu qu’on peut dire que rien n’existe. »

– Réjean Ducharme (L’Hiver de force)

«  Dans chaque histoire d’amour fou il y a un tournant ; cela peut venir plus ou moins vite mais en général cela vient assez vite ; la plupart des couples ratent le tournant, dérapent, font un tonneau et vont s’écrabouiller contre le mur, les quatre roues en l’air. La raison en est simple : contrairement à ce qu’on avait cru pendant les premières heures, les premiers jours, tout au plus les premiers mois de l’enchantement, l’autre ne vous a pas métamorphosé. Le mur contre lequel on s’écrase après le tournant, c’est le mur de Soi. Soi-même : aussi méchant, mesquin et médiocre qu’auparavant. La guérison magique n’a pas eu lieu. Les plaies sont toujours là, les cauchemars recommencent. Et l’on en veut à l’autre de ce qu’on a pas été refait à neuf ; de ce que l’amour n’ait pas résolu tous les problèmes de l’existence ; de ce que l’on ne se trouve pas en fin de compte au Paradis, mais bel et bien, comme d’habitude, sur Terre. »

– Nancy Huston (L’empreinte de l’ange)

« Il y avait des matins où je me sentais tellement seule que j’imaginais descendre du troisième étage, choisir quelqu’un dans la rue, n’importe qui, et lui demander : « Voudrais-tu être mon meilleur ami ?» , sur le ton du Petit Prince s’adressant au Renard. »

– Christine Orban (N’oublie pas d’être heureuse)

«  Et je veux vivre comme un fou, comme un défoncé, je veux manger la vie comme de la vache enragée ! Et je veux dévorer du temps comme un avaleur de sable, planté debout, gueule ouverte, sous le trou du grand sablier de l’éternité. »

– Stéphane Bourguignon (L’avaleur de sable)

« Je veux que tu l’évites, que tu chantes de toutes tes forces… Que tu vives un bonheur délirant, ou au moins que tu ne le repousses pas. Je sais que cela va te sembler mielleux, mais l’amour est passion, obsession, quelque chose sans lequel tu ne vis pas, et moi je dis : jette toi à corps perdu, trouve quelqu’un à aimer à la folie et qui t’aimes de la même manière. Comment le trouver ? Bah, oublie ton cerveau et écoute ton œil. Moi je n’entends pas ton coeur. Parce que  la vérité, mon trésor, c’est que vivre n’a pas de sens si cela manque. Faire le voyage et ne pas tomber profondément amoureux ça, c’est comme ne pas vivre. Mais tu dois essayer, parce que si tu n’as pas essayé, tu n’as jamais vécu.

« Et moi, j’espère l’avoir convaincu qu’il l’a déjà trouvé, ce quelqu’un. […] Mais je ne suis pas pressée. ». Je t’entendrai. Et je t’attendrai. Et je t’attendrai encore. Pour te voir, pour t’avoir, pour me sentir à nouveau heureuse. Heureuse comme un ciel au crépuscule. »

– Federico Moccia (J’ai envie de toi)

« La pluie est la matérialisation du temps. Les secondes ne s’égrainent pas, elles s’abattent avec la brusquerie d’une averse. Rien n’est plus inexact que les montres et les calendriers : dix heures défilent en un clin d’œil, il faut une minute pour que dix ans s’évanouissent. »

– Martin Page (Une parfaite journée parfaite)

 » Les hommes fantasment la liberté plus qu’ils ne l’utilisent, ils la gardent précieusement sur une étagère au lieu de l’employer. Là, elle sèche, se racornit et meurt bien avant eux. Car la liberté n’existe que si l’on s’en sert. »

– Éric-Emmanuel Schmitt (Petits crimes conjugaux)

« C’est important de ne pas se perdre en route. La légende dit que Charlie Chaplin et Adolf Hitler se changeaient en lion à la nuit tombante; l’un a concentré son énergie vers la création, l’autre, vers la destruction. Pourtant, dans leur forme animale, il était quasiment impossible de les  discerner l’un de l’autre. »

– Mathias Malzieu (Métamorphose en bord de ciel)

« Si une pensée sans penseur se présente, il se peut que ce soit une « pensée égarée », ou ce pourrait être une pensée portant le nom et l’adresse du propriétaire, ou encore une « pensée sauvage ». La question, si une telle chose se présentait, serait de savoir qu’en faire. »

– Wilfred Bion (Un été sans les hommes, de Siri Hustvedt)

« Je m’arrête sur une question qui m’obsède : pourquoi ne se souvient-on pas de l’enfance? Certes, le cerveau n’est pas encore formé, et il y a tant d’explications physiologiques à ce phénomène. Mais je ne veux pas croire à la gratuité de cette donnée; il y a forcément une raison. L’enfance est souvent le terrain des plaisirs primaires, c’est pour beaucoup le paradis des joies simples et faciles à assouvir. Il y aurait surement un risque à se souvenir de tout cela. Je me dis qu’on ne pourrait jamais devenir adulte si on était parasité par la conscience de ce bonheur-là. On vivrait en permanence avec une nostalgie béate complètement paralysante. »

– David Foenkinos (Les souvenirs)

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s