Bande dessinée et roman graphique
Comment 1

Tout pour tuer Shakespeare

Je marchais, tout doucement, à travers les allées plus que bondées du Comiccon de Montréal, vendredi dernier, quand une magnifique voix tonitruante est venue attirer mon attention.

Elle m’invitait à m’approcher.

Ce que j’ai fait.

Cette voix, c’était celle de Conor McCreery, l’un des auteurs de la bande dessinée Kill Shakespeare. Il essayait, comme un vrai professionnel habitué à la vente, de me vendre son produit.

Quand je me suis approchée, je me suis sentie prise au piège, comme quand quelqu’un étant reconnu pour beaucoup trop parler, te regarde et t’a dans sa mire ; qu’il s’approche et qu’il commence une conversation avec toi. Une conversation qui, tu le sais, ne se finira pas de sitôt.

Bref, même si je me sentais comme tel, j’y suis quand même allée. Pas nécessairement par plaisir, je l’avoue, mais plus parce que je me sentais obligée. J’avais déjà eu ce petit « eye contact » qui t’empêche de faire comme si tu n’avais rien vu, rien entendu.

Trop tard.

Il avait commencé son speech de vente et nous avait, ma coloc et moi, dans sa mire.

Donc, je l’ai écouté.

À ma grande surprise, ça ne ressemblait finalement en rien à un speech de vente ordinaire. Ni le produit, ni le vendeur ne m’ont semblé ordinaires. Ils étaient tous deux hors du commun.

L’idée des créateurs et des artistes de cette bande dessinée, comme j’ai pu le comprendre en écoutant doucement les idées sortir de la tête de ce cher « vendeur », c’est d’écrire une histoire qui est différente de tout ce que tu auras vu. Une histoire qui met en scène des héros pas tout à fait comme les autres. En effet, ils n’ont pas de pouvoirs particuliers, mais se trouvent à être des personnages issus des pièces de théâtre de William Shakespeare !

Brillant!

Quoi de plus alléchant que d’entrer dans le monde, revisité, de certains personnages de cet illustre auteur ? Des personnages tels que : Hamlet, Roméo, Juliette, Macbeth, Othello et compagnie. Il paraît que, même si tu ne connais pas sur le bout de tes doigts l’œuvre de Shakespeare, tu trouveras quand même ton bonheur à la lecture de Kill Shakespeare. Quoi de plus tentant qu’une toute nouvelle intrigue les mettant en scène, ces fameux personnages ?

C’est donc une découverte bien spéciale que je partage avec toi! Je n’ai pas encore lu cette chère BD, mais ça ne saurait tarder!

J’attends de tes nouvelles, si tu décides de la lire ! Attends-toi à recevoir de mes nouvelles d’ici peu !

Pour en savoir plus, tu peux aller voir ici.

Un commentaire

  1. Ping : L’amour est un cirque! | Le fil rouge

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s