Au-delà des livres
Laisser un commentaire

Quand on voyage dans les Europes

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

 

 

 

 

 

Il y a de ça un an et demi, j’ai fait ce que bien des jeunes adultes en quête d’aventure font: j’ai paqueté mon sac à dos et je suis allée me perdre dans les Europes. Mon voyage était relativement planifié d’avance: mon amie et moi avions déjà réservé nos auberges, on était un peu dans la ouate. Quand j’y repense, je me rappelle à quel point j’étais fière d’être partie 1 mois (dont deux semaines seule), mais je me dis aussi que c’était un voyage de novice dans un chemin mille fois tapé… Mais ça, j’essaie de pas trop y penser, question de ne pas enlever toute la beauté à mon voyage.

En voyage, on est un peu une personne différente, plus libre, comme si on pouvait, l’espace d’un moment, se reconstruire un peu . En un mois , j’ai rencontré bien des gens, j’ai visité des places que je n’aurais jamais pensé voir de mes propres yeux et j’ai poussé mes limites quelques fois ( aka faire une ride de vélo d’une journée sous le soleil du mois d’aout dans les campagnes de la Toscane…avec un t-shirt blanc, qui n’est plus très blanc . ) Fek là , avec tout mon peu de savoir de voyageuse débutante , j’ai décidé de faire mention de quelques éléments qu’on ne retrouve peut-être pas toujours dans les guides .

A/s/v

Être backpacker , c’est un peu comme dans le temps de MSN: tu add quelqu’un que tu ne connais pas trop , tu uses du si pratique a/s/v et ce n’est qu’après cette formalité que la convo se continue…ou non . En voyage , c’est la même chose, s’introduire en répondant aux questions Where are you from / where have you been/ where are you going next , c’est la norme , c’est comme une règle non écrire qui vient avec le sac à dos et les auberges . Le monde se juge tout un peu là-dessus et c’est comme la fondation sur laquelle les rencontres se basent .

Welcome to Paris

Aller à Paris et s’attendre à parler en français, c’est comme vouloir se faire servir en français en allant à New York , c’est bien rare que ça arrive . Je ne parle pas des parisiens que vous croiserez et qui assumerons peut-être que vous parlez anglais à cause de votre accent, mais plutôt dans les auberges où, même ceux qui travaillent, ne parlent pas français. Vous pourrez vous vanter de parler français ( et apprendre aux autres à sacrer #méchantcliché) un peu partout ailleurs ..mais en France, ça passe un peu moins).

Plus c’est gros , mieux c’est ?

Privilégiez les petites auberges au lieu des grosses, c’est un risque à prendre, mais un risque qui en vaut souvent la peine . Dans les grosses auberges, c’est bien le fun: il y a souvent plein d’activités , un bar et parfois des repas . L’affaire, c’est que c’est souvent des groupes de 3-4 qui vont dans ce type d’auberge , c’est plus dur de connaître les gens , de jaser et de , parfois même , se faire des amis . Par contre, il faut aussi s’attendre à ce que votre petite auberge n’ait peut-être pas toujours la même ambiance de party que celle à 5 étages avec des chambres de 12 personnes .

L ‘universalité de Games of thrones

Games of thrones , ça l’air que c’est assez universel , j’aurais peut-être dû l’écouter avant de partir , question de pas avoir l’air trop stupide en demandant c’est quoi ou juste le « red wedding ». La culture populaire passe par-dessus les frontières, surtout quand il est question d’internet …genre que les « inside » de 9gag et de reddit n’ont pas de limites et que sum41 est encore bien populaire en suède .

Le mythe australien

Le mythe australien, c’est loin d’être un mythe . Ils sont partout et ils ont une capacité d’ingestion d’alcool assez phénoménale. J’ai rencontré des Australiens dans toutes les villes que j’ai visitées et ça a toujours donné des moments assez intéressants , genre se perdre dans les rues de Florence avec un dit australien , boite de vino roso à la main , pour retrouver des amis dans un club, pour finalement se ramasser dans le plus petit bar dans lequel j’ai mis le pied, à danser sur de la musique folklorique , sans payer un verre parce que le proprio nous avait trouvé bien sympathique . Bref, tout ça pour dire que si vous rencontrez des Australiens ( et ce n’est pas vraiment un si ), vous venez de vous assurer une soirée bien le fun et un méchant mal de tête le lendemain.

P.s ..je sais pas si je suis en trin de propager un faux stéréotype sur les Australiens , mais bon…c’est ce que j’ai entendu, ce que j’ai vu et ce que j’ai vécu.

Alors voilà… quelques petits morceaux de voyage éparpillés ici et là , la prochaine fois..je parlerai des gens parce que …même si la tour Eiffel est vraiment belle quand elle s’illumine, ça ne serait pas pareil sans les gens qui la regardent avec vous!

 

 

This entry was posted in: Au-delà des livres
Tagged with: ,

par

Curieuse depuis toujours, Marjorie s’intéresse à un peu tout, avec un penchant marqué pour les mots, le féminisme, les phénomènes de culture populaire et les mystères de la vie. Elle est bachelière en littérature et cofondatrice du Fil rouge, à travers duquel elle tente de faire son petit bout de chemin, lire le plus possible et surtout, apprendre et connecter avec les autres. Naviguant tant bien que mal à travers la vingtaine, elle trouve ses assises dans la lecture et l’écriture, cherchant toujours à comprendre un peu mieux les contradictions qui rendent la vie intéressante. Elle croit que la littérature fait partie de ces choses qui peuvent changer une vie, la rendre un peu plus douce et mettre un baume là où il faut.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s