Auteur : Marjorie Rhéaume

Le fil rougeRetirer un terme : Le fil rouge lit Le fil rouge litRetirer un terme : bibliothérapie bibliothérapieRetirer un terme : les livres qui font du bien les livres qui font du bienRetirer un terme : littérature québécoise littérature québécoiseRetirer un terme : recueil de nouvelles recueil de nouvellesRetirer un terme : Julie Bosman Julie BosmanRetirer un terme : nous sommes bien seules nous sommes bien seulesRetirer un terme : leméac leméacRetirer un terme : solitude solitudeRetirer un terme : séparation séparationRetirer un terme : Nous sommes bien seules : des nouvelles douces-amer sur la solitude Nous sommes bien seules : des nouvelles douces-amer sur la solitudeRetirer un terme : sous toutes ses formes. sous toutes ses formes.Retirer un terme : livres sur le fait d'être seule livres sur le fait d'être seuleRetirer un terme : lecture lectureRetirer un terme : les femmes les femmes

Nous sommes bien seules : des nouvelles douces-amères sur la solitude, sous toutes ses formes.

Nous sommes bien seules est une petite plaquette de tout juste 100 pages, résultat du travail de Julie Bosman. Après avoir rencontré et interviewé des femmes, d’âges et de milieux différents, ayant comme point commun le fait d’être seule depuis un bon moment, Bosman fut inspirée à écrire les 15 nouvelles qui forment Nous sommes bien seules. Le résultat est touchant, poignant, empreint à part égale de tristesse et d’espoir. La solitude, bien au-delà du célibat  Les différentes solitudes dépeintes dans les nouvelles de Bosman vont bien au-delà du célibat. Elles abordent aussi la mort, les émotions refoulées, le fait de se sentir seule à deux, les séparations douloureuses, les difficultés à trouver quelqu’un avec qui partager un moment. On se trouve face à une série d’histoires différentes qui font résonner quelque chose en nous. Toutes tournent autour de la solitude, le manque de l’autre, sans tomber dans aucun cliché simple. Bien outre le fait que chacune des nouvelles soit tirée d’un véritable témoignage, on ressent la véracité et l’authenticité de chacune d’elles. Non pas parce qu’elles sont vraies, …

Retirer un terme : apprendre apprendreRetirer un terme : assimiler assimilerRetirer un terme : À vos crayons : oser s'approprier nos lectures À vos crayons : oser s'approprier nos lecturesRetirer un terme : écrire dans ses livres écrire dans ses livresRetirer un terme : écriture écritureRetirer un terme : Bibliothérapie BibliothérapieRetirer un terme : essai essaiRetirer un terme : le fil rouge lit le fil rouge litRetirer un terme : lecture lectureRetirer un terme : ralentir ralentirRetirer un terme : Réflexions littéraires Réflexions littéraire

À vos crayons : oser s’approprier nos lectures

Tout a commencé par quelques pages cornées, ici et là. Doucement, minutieusement, juste pour donner un peu de vécu. Ensuite, rapidement, ce fut les crayons de plomb, les marqueurs jaunes, mais pas dans tous les livres. Seulement les essais, les livres usagés, les livres de psychopop. Les romans restent, pour le moment, intouchables, mais je ne sais pour combien de temps encore. Alors oui, j’ai osé noircir les pages de mes livres, y mettre de l’encre indélébile et même, parfois, y ajouter mes propres mots. Je m’approprie mes lectures et j’en ressors toujours avec une plus grande compréhension, une impression d’immersion plus profonde. Peut-être est-ce l’habitude des textes universitaires que je soulignais et annotais abondamment pour essayer d’en ressortir l’essence. Peut-être est-ce simplement le fait de pouvoir y revenir et y retrouver plus facilement des passages bouleversants, peut-être est-ce simplement le fait d’avoir l’impression de mieux lire ainsi. En fait, c’est sûrement un mélange de tous ces « peut-être ». Ralentir la cadence pour mieux assimiler Je suis quelqu’un qui lit vite. J’embarque dans l’histoire, je …

création, le fil rouge lit, création littéraire, écriture, bibliothérapie, les livres qui font du bien,

Petit exercice d’écriture : entre père et fille

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de mon père et, pour célébrer, pour lui offrir un petit quelque chose de spécial, je fais cet article. Il m’avait parlé, à quelques reprises, de son intérêt à voir publiés nos deux textes sur le blogue, chose due, chose faite. Bonne fête papa !! Tout a commencé par un extrait de Plus on est de fous, plus on lit! Je ne sais plus lequel mais il s’agissait d’un exercice d’écriture où, à tour de rôle, chacun donnait une phase à l’autre et il avait deux heures pour écrire un texte qui débutait avec la phrase choisie par l’autre personne. Mon père, ayant trouvé l’idée bien originale et intéressante, me lança le défi. On a tous deux pris bien plus de deux heures pour écrire nos textes et nous l’avons fait en alternance. Mon père m’a donné une phrase, j’ai écrit un texte. Je lui ai donné une phrase et il a simplement continué ce qui avait été écrit, avec la phrase donnée. C’est un exercice pas trop contraignant et vraiment plaisant à faire, …

abusRemove term: Bibliothérapie BibliothérapieRemove term: Chimamanda Gnozi Adichie Chimamanda Gnozi AdichieRemove term: Dogmes DogmesRemove term: L'hibiscus pourpre L'hibiscus pourpreRemove term: Le fil rouge Le fil rougeRemove term: le fil rouge lit le fil rouge litRemove term: les livres qui font du bien les livres qui font du bienRemove term: littérature nigériane littérature nigérianeRemove term: Nigéria NigériaRemove term: religion religionRemove term: violence violenceRemove term: violence psychologique violence psychologique

L’hibiscus pourpre : religion, abus et dogmes

L’hibiscus pourpre, tout dernier roman de l’auteure nigériane Chimamanda Gnozi Adichie est aussi la première fiction de l’auteure qui se retrouve entre mes mains. Après avoir lu – et adoré- Nous sommes tous des féministes et Chère Ijeawele, il était plus que temps de me plonger dans l’un de ses romans. J’aurais tout aussi bien pu me plonger dans Américanah ou Autour de ton cou, mais c’est par L’hibiscus pourpre que j’ai choisi de découvrir la prose de l’auteure. Un lent début Campé dans un Nigéria post coup d’État, Adichie s’immisce dans le quotidien de Kambili, jeune adolescente nigériane vivant dans une famille aisée dont le père, propriétaire d’usines, est un catholique fondamentaliste hautement placé et très respecté dans leur communauté. Les premières pages, disons les 60 premières, m’ont laissée plus ou moins de glace. Pourtant, c’est dans ces premières pages que s’installe le drame, mais tout s’installe tellement doucement, si lentement qu’il faut patienter quelque temps avant de comprendre toutes les subtilités et tous les non-dits dans lesquels se déroule l’histoire. Par contre, du moment où l’histoire …

Remove term: équalité équalitéRemove term: Bibliothérapie BibliothérapieRemove term: Chimamanda Ngozi Adichie Chimamanda Ngozi AdichieRemove term: essai essaiRemove term: féminisme féminismeRemove term: Le fil rouge Le fil rougeRemove term: le fil rouge lit le fil rouge litRemove term: Les femmes Les femmesRemove term: nous sommes tous des féministes nous sommes tous des féministesRemove term: we should all be feminists we should all be feminists

Dear Ijeawle : petit manifeste en 15 suggestions

C’est lors de la journée internationale des droits des femmes, une journée après sa sortie, que je me suis retrouvée en librairie avec la ferme intention de me procurer le nouvel essai de l’auteure Chimamanda Ngozi Adichie. Dans la même veine que Nous sommes tous des féministes, elle  nous revient avec une autre petite plaquette ; Dear Ijeawele, or A Feminist Manifesto in Fifteen Suggestions.   Sous forme de missive, elle prodigue 15 conseils et suggestions  à une amie, nouvellement maman d’une petite fille.  Tout en nuances, Chimamanda offre son opinion sur les possibles marches à suivre pour élever une fille forte et indépendante dans une société qui valorise plus souvent qu’autrement  le contraire. La perspective d’Adichie est intersectionelle, racisée et bien évidemment féministe. Elle crée un espace pour discuter des stéréotypes de genres, des standards de beauté, de la sexualité, en remettant le tout dans un contexte bien ancré dans la culture de son pays d’origine, le Nigéria. D’à peine 80 pages, ce petit essai est rempli de bon sens. Je dois avouer avoir eu, …

Le fil rouge lit, le fil rouge, les livres qui font du bien, bibliothérapie, littérature québécoise, micro récit, la peuplade, un long soir, paul kawczak, exil, poésie, récits,

Un long soir; microrécits à saveur d’exil

Un long soir, de Paul Kawczak, est une petite tablette qui se lit, du début à la fin, en l’espace d’une heure, peut-être deux. C’est la forme de ce livre qui m’a d’abord attirée, outre la couverture assez tape à l’oeil. J’ai eu envie de sortir de ma zone de confort de lectrice, sans pour autant m’engager longuement dans une nouvelle lecture. Une série de courts récits me semblait donc la réponse à mon envie d’aventure littéraire. Je n’aurais pu mieux tomber en termes d’aventure et de dépaysement. Non seulement la structure de type microrécits, mélangée à une écriture poétique et imagée, est venue me rejoindre, mais les thématiques, celles de l’exil, de la quête, du voyage, du passé et du désir sont aussi parfaitement mis en scène et adaptés à la forme. Dans un premier temps, il faut dire que j’ai été impressionnée par toute la force et l’émotion qui se dégagent de chacun des récits. Séparés par chapitres, les lieux, autant les maisons que les pays, sont au cœur de presque tout les récits, d’une …

Le livre est roi sur instagram : partie 2

En 2016, j’avais écrit un article sur les comptes Instagram de livres qui m’inspiraient, puisque c’est une plateforme en constante évolution qui semble contenir de plus en plus de beaux comptes dédiés aux livres. J’ai décidé de vous en présenter d’autres. Instagram est, pour plusieurs dont moi, une grande source d’inspiration pour découvrir de nouvelles lectures. C’est d’autant plus inspirant de voir que de plus en plus de gens s’y mettent et qu’une grande communauté d’amoureux de la lecture se développe. Voici donc quelques comptes à suivre !! N.B. : La photo de chacun des comptes est celle au dessus de chaque paragraphe       j.lis_ Jeanne est une montréalaise passionnée de littérature – et collaboratrice au blogue page par page – qui partage autant ses coups de coeur littéraires que ses escapades dans les cafés et les  bibliothèques. C’est elle qu’il faut suivre pour découvrir de nouveaux lieux en lien avec les livres ou des lectures intéressantes et engagées. a.panneton Bien avant qu’Amélie devienne notre collaboratrice, j’adorais jeter un coup d’oeil à son Instagram. En plus …

X BibliothérapieX essaiX féminismeX haymarket booksX Le fil rougeX le fil rouge litX les livres qui font du bienX littératureX men explain things to meX rebecca solnitX mansplaining

Men explain things to me : au-delà du mansplaining

Ce recueil d’essais de Rebecca Solnit était dans ma liste de livres à lire depuis bien longtemps. C’est en découvrant l’auteure et ses autres œuvres, à travers le compte instagram Her pickings, que je me le suis finalement procuré. Il faut dire que toute l’actualité autour du terme mansplaining (1) , popularisé par l’essai de Solnit, a aussi pesé dans la balance. Alors que je croyais me retrouver devant une série de textes personnels racontant des anecdotes mettant en scène des hommes qui remettaient en question les compétences de Solnit parce qu’elle est une femme, c’est devant un tout autre type de texte que je me suis retrouvée et, à tout dire, c’est bien mieux ainsi. Un titre « click bait »  Men explain things to me, un titre qui fait jaser, qui fait vendre, mais qui, à mon avis, reflète peu le contenu du livre, passé le premier texte. En fait, il aurait aussi bien pu s’appeler Rebecca explains feminism to you . Dans  chaque essai, l’auteure aborde de manière très politique et publique des thèmes tels que la violence faite …

X le fil rougeX le fil rouge litX bibliothérapieX littérature étrangèreX histoire vraiX biographieX saroo brierleyX australieX indeX destionX espoirX livreX lectureX lion

Lion : l’improbable histoire de Saroo

L’improbable histoire de Saroo est une histoire vraie. Celle d’un petit bout d’homme de six ans, perdu dans une grande ville indienne après s’être endormi dans un train en y cherchant de la nourriture avec son frère. C’est un récit de survie, d’adoption, d’identité et d’espoir. La petite histoire Après quelques mois où l’on se demande bien comment un enfant de six ans a pu survivre seul dans une grande ville indienne, Saroo se retrouve dans un orphelinat et se fait adopter par une famille en Tasmanie. Déjà là, l’histoire semble plus vraie que nature et pourtant ce n’est que le début. 25 ans plus tard, bien qu’heureux dans sa vie, Saroo entreprend des recherches pour essayer de retrouver son village natal. N’étant qu’un petit garçon au moment de son adoption, il n’avait que peu d’informations sur son village natal, ni même le nom de sa mère. Par contre, doté d’une mémoire photographique, il regroupa tous les souvenirs qu’il pouvait, se remémorant le chemin pour se rendre chez lui, route qu’il parcourait quotidiennement avant de se …

Quelque chose en moi choisit le coup de poing, le fil rouge lit, littérature québécoise, essai, théâtre, le fil rouge lit, bibliothérapie, performance de soi, autofiction, livres , lecture

Le coup de poing et la performance de soi

Quelque chose en moi choisit le coup de poing est un oeuvre hybride entre essai et théâtre, écrite par Mathieu Leroux et publié chez La Mèche. C’est à la fois un rassemblement de courtes et moins courtes pièces écrites et mises en scènes par Leroux, précédé d’un essai sur la performance de soi dans l’art, plus particulièrement dans l’écriture. Le coup de poing, c’est la démarche autobiographique, c’est le Je dans l’écriture, le Je dans l’art, c’est l’acte de se mettre en scène, de se performer. Bien qu’il compare la réalité et la fiction à un coup de poing et une caresse, respectivement, il n’y a  pas pour autant de hiérarchie établie entre les deux. C’est seulement que, pour Leroux, quelque chose en lui choisit le coup de poing. N’ayant pas d’énormes connaissances en théâtre, j’ai trouvé intéressant d’être immergée dans une forme peut-être un peu moins classique, sans pour autant y être plongée sans notions quelconques. Que ce soit l’essai du début, auquel je reviendrai, ou bien l’entièreté des pièces dans lesquelles sont aussi …