Au-delà des livres
Laisser un commentaire

Cherche et trouve

6ae7d38d93547f12f1c244ab1ddae30fLa vie, c’est un peu comme une constante partie de cache-cache avec soi-même. Des fois, on a l’impression de se perdre, l’illusion de s’être trouvé, ainsi de suite, dans un interminable jeu de cherche et trouve. À 22 ans, malgré tout mon orgueil qui aurait le goût de vous dire que je sais qui je suis, c’est loin d’être le cas et le prétendre n’y aide en rien.

Tout ça, c’est loin d’être la fin du monde. Dans la vingtaine, personne ne prétend vraiment avoir une idée fixe sur son avenir et ceux qui pensent le savoir se retrouvent souvent bien vite face au mur . Par contre, ne pas savoir n’est pas une excuse pour ne pas se donner la peine de  chercher, parce qu’il n’y a pas de cherche et trouve si on n’essaie pas de trouver quelque chose, même lorsqu’on ne sait pas trop ce qu’est ce quelque chose. En fait, peut-être que nous avons affaire à un constant jeu d’essais et erreurs. Il faut en essayer des choses pour savoir, pour comprendre, pour se connaître. Il faut en faire des erreurs pour savoir, pour comprendre, pour se connaitre et ça, ce n’est, à mon avis, pas toujours facile à accepter.

Bien oui, c’est un beau mélange entre s’extasier à l’idée d’une infinité de possibilité et angoisser à ne pas savoir par où commencer. Sauf que parfois, j’aimerais déjà savoir, savoir tout de moi et de cette attitude, que vous pourrez attribuer à ma génération, à mon éducation, à mon signe astrologique (oui oui, encore l’astrologie) ou à tout ce que vous voudrez. Malheureusement, savoir est l’antithèse de toute bonne  partie de cherche et trouve.

Ne pas vouloir chercher, car on croit déjà savoir, ou plutôt ne pas faire l’effort d’essayer, car l’orgueil nous dit qu’on devrait déjà savoir, ça ne laisse que place à l’erreur, surtout sans les essais. Ça ne laisse place qu’à une fausse identité semi-construite qui pense qu’elle mérite sa place et qu’elle est complète, une semi-construction qui n’est pas exploitée (un peu comme l’ilot voyageur, tsé). Prétendre savoir qui l’on est, au complet, à 22 ans, ce n’est pas se rendre service, c’est refuser de regarder la réalité, c’est refuser d’accepter le changement. Pourtant, on va se le dire, j’espère vraiment ne pas être, tout au long de ma vie, la personne que je suis présentement. Pas parce que je suis horrible, pas parce que je suis immonde, pas parce que je ne m’aime pas à ce point là, juste parce que je ne sais pas. J’ai une idée, j’ai des listes, je sais certaines choses, mais je suis en constante mouvance et ça serait bien plate d’arrêter tout ça, drette là, juste parce que j’ai la tête dure . Juste parce que j’ai peur, juste parce que c’est dure, juste parce que je ne veux pas regarder la réalité en face, m’avouer mes défauts, m’avouer mes tords .

Bref, je ne ferai pas une Simone De Beauvoir de moi-même en vous disant qu’à travers moi, je vous parle à tous et de tous, mais si vous vous retrouvez un peu dans ces mots, dans ce comportement et que vous trouvez que le chapeau vous fait  et bien peut-être que c’est le temps d’enlever ce chapeau-là, parce que laissez-moi vous dire qu’il est laid, qu’il ne fait bien à personne, qu’il est trop petit et qu’il ne vous complimente vraiment pas .

013d359e116d291e21dd00e89ae1d5b9

 

Advertisements
This entry was posted in: Au-delà des livres
Tagged with: , ,

par

Curieuse depuis toujours, Marjorie s’intéresse à un peu tout, avec un penchant marqué pour les mots, le féminisme, les phénomènes de culture populaire et les mystères de la vie. Elle est bachelière en littérature et cofondatrice du Fil rouge, à travers duquel elle tente de faire son petit bout de chemin, lire le plus possible et surtout, apprendre et connecter avec les autres. Naviguant tant bien que mal à travers la vingtaine, elle trouve ses assises dans la lecture et l’écriture, cherchant toujours à comprendre un peu mieux les contradictions qui rendent la vie intéressante. Elle croit que la littérature fait partie de ces choses qui peuvent changer une vie, la rendre un peu plus douce et mettre un baume là où il faut.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s