All posts tagged: les âmes soeurs

Croyez-vous en l’âme sœur?

Ça fait un petit bout de temps que je cherchais un vrai bon livre sur l’amour, le vrai, celui qui donne envie de se lever le matin, celui qui donne des frissons, celui qui donne des ailes, celui qui nous fait vivre une montagne d’émotions et surtout celui qui nous permet de croire qu’il surpassera le temps. Tu verras, les âmes se retrouvent toujours quelque part de Sabrina Phillippe est ce type de roman là. Certes, je lui ai trouvé quelques longueurs, mais dans l’ensemble, ce livre à mi-chemin entre la croissance personnelle, le conte spirituel et le magnifique roman d’amour m’a plu énormément. Petit résumé : L’histoire se passe comme suit : 2 femmes se rencontrent dans un café de l’Île Saint-Louis à Paris, la plus jeune est psychologue/chroniqueuse à la télé (comme l’auteure!), la plus vieille est une ancienne journaliste. Les 2 ont plusieurs points en commun, mais ce qui les réunit c’est l’amour, le vrai. La plus jeune donne des conseils à la télévision aux gens et aux couples, la plus vieille a connu sa véritable âme sœur …

Le fil rouge, Le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, les livres qui font du bien, les âmes soeurs, Valérie Zenatti, France, Points, Éditions de l'Olivier, mort, deuil, photographie, tristesse, littérature étrangère, amour, liberté, famille, femme

Les âmes sœurs de Valérie Zenatti, au cœur des vagues violentes qui déferlent en nous

Parfois, c’est par hasard que l’on découvre un auteur qui va nous rejoindre profondément par son écriture, pour qui on va avoir un coup de cœur. C’est ainsi par grand hasard que j’ai découvert Valérie Zenatti. Ça remonte aux moments du début de ma vie d’adulte où je me rendais presque hebdomadairement à ma bibliothèque de quartier, endroit que je parcourais inlassablement, rangée par rangée, dans l’espoir qu’une tranche de livre particulièrement attrayante attire mon regard. Je n’avais pas d’auteurs écrits sur un bout de papier, je ne cherchais rien, mais j’espérais vraiment trouver quelque chose. Et par son nom de famille qui commence par « z », Valérie Zenatti se trouvait à la toute fin de la dernière étagère, où je me retrouvais nécessairement à chaque fois, après avoir arpenté chacune des rangées, une à une. J’ai d’abord dévoré En retard pour la guerre, puis Quand j’étais soldate, puis Une bouteille dans la mer de Gaza, dont il a été récemment tiré une adaptation cinématographique. Puis, même si tous ses romans sont à découvrir, …