Au-delà des livres
Laisser un commentaire

Petit guide 101 : le référendum écossais

«  L’écosse devrait–elle  être un pays indépendant ? » telle est la question à laquelle répondront, par l’affirmative ou par la négative, les écossais ce vendredi ( heure du Québec). C’est une question qui résonne beaucoup au Québec car l’indépendance, qu’on soit pour ou contre, est aussi un sujet très québécois. Bien que plusieurs tissent des liens entre les deux, ce ne sont ni des similitudes, ni des différences que je tiens à aborder, mais bien la question même du référendum écossais, question d’en connaître les bases d’ici vendredi.

Voici donc quelques faits à savoir pour être éclairé sur la situation :

L’écosse est  déjà un pays . Par contre, elle est l’une des quatre nations constitutives du Royaume-Uni, avec l’Angleterre, l’Irlande  du nord  et le Pays de Galles, ce qui veut dire que les écossais sont des citoyens britanniques.

L’écosse à ce qu’on appelle une dévolution de pouvoirs (c’est-à-dire, un transfert des pouvoirs politiques) sur l’éducation, la santé et les prisons. Par contre, Londres conserve le contrôle en matière d’immigration, de sécurité sociale, de défense et de politique étrangère.

Si le oui gagne : L’Écosse et  le Royaume-Uni entreront en négociation sur des sujets tels que la monnaie, l’armée, la répartition des actifs et des responsabilités . L’indépendance ne se ferait pas du jour au lendemain et l’Écosse serait considéré comme un pays à part entière à partir de mars 2016. Elle devra aussi négocier à la fois avec l’OTAN et l’Union Européenne  pour se faire sa propre place .

Si le non gagne, le rêve d’indépendance de plusieurs écossais sera bel et bien fini, puisque les leaders du parti SPN ont indiqué qu’ils abandonneront toutes poursuite de l’indépendance, advenant que cette tentative échoue.

Se sont les questions d’ordre économique qui ressortent le plus des débats entre le oui et le non, car si l’Écosse devient un pays indépendant, elle pourra prendre le contrôle des revenues  du pétrole trouvé dans les eaux écossaises. De plus, la question de devise monétaire est aussi très importante, le Royaume-Uni refusera  que l’Écosse garde le livre sterling advenant le cas où elle deviennerait un pays.

Il  y a beaucoup plus à comprendre sur ce débat, toute une histoire derrière le choix de l’Écosse à vouloir devenir pays à part entière, mais avec ces quelques points, les ingrédients de bases seront mis sur table, à vous de faire la recette si l’envie vous prend.

Voici un document fort intéressant sur le sujet, fait par l’institut de recherche sur le Québec .

Advertisements
This entry was posted in: Au-delà des livres

par

Curieuse depuis toujours, Marjorie s’intéresse à un peu tout, avec un penchant marqué pour les mots, le féminisme, les phénomènes de culture populaire et les mystères de la vie. Elle est bachelière en littérature et cofondatrice du Fil rouge, à travers duquel elle tente de faire son petit bout de chemin, lire le plus possible et surtout, apprendre et connecter avec les autres. Naviguant tant bien que mal à travers la vingtaine, elle trouve ses assises dans la lecture et l’écriture, cherchant toujours à comprendre un peu mieux les contradictions qui rendent la vie intéressante. Elle croit que la littérature fait partie de ces choses qui peuvent changer une vie, la rendre un peu plus douce et mettre un baume là où il faut.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s