Au-delà des livres
Laisser un commentaire

Se maquiller ou ne pas se maquiller, telle est la question ?

ef96a6_3fb06950569b4028aa5570fa1e1a053c.jpg_srz_570_238_75_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srz

Se maquiller, ou ne pas se maquiller, là est la question

Non mais, blasphème , suis-je vraiment en train d’utiliser une phrase si iconique en la remixant à quelque chose d’aussi futile que le maquillage ?
Bien oui. Premièrement , je me trouve un peu drôle dans mon jeu de mots, bien qu’il soit un peu facile . Deuxièmement, le maquillage, je ne trouve pas ça si superficiel.

À 12 ans , j’ai acheté mon premier mascara au zellers ( tsé, l’ancêtre de target pour ceux qui on la mémoire courte): c’était un covergirl , le tube était bleu , il était waterproof et je m’en rappelle tout particulièrement parce qu’il était brun et moi je voulais noir .

À 15 ans , je m’imaginais devenir une vedette de Hollywood ( je n’exagère même pas ), je portais le smooky eyes bleu poudre et j’abusais des petits dessins d’eye liner : se faire trois petits points ou des tourbillons de lignes dans le coin des yeux, c’était full tendance dans mon petit patelin .

Au cégep , je savais déjà un peu plus ce que je faisais , j’y allais dans le naturel… Sauf pour mon fond de teint Vicky qui servait à cacher de l’acné qui avait décidé de se pointer au party en retard . Malgré ma tentative de naturel, je ne sortais presque jamais sans maquillage .

À l’université a.k.a dans le moment présent, j’ai complètement abandonné le projet: si je mets du mascara, je me sens presque aventurière, quand je mets du eye liner (dans le quotidien), j’ai presque l’impression de ne plus être moi-même ….Pas plus que quand j’étais plaquée de fond de teint ou d’ombre à paupières mauve .

Et puis là, vous vous rendez peut-être compte que je ne vous parlerai pas de mes produits de beauté favoris. L’autre jour , sur buzzfeed, je suis tombée sur un article intitulé what i learned when i started wearing makeup everyday for a week . ( lien )

Dans le texte, l’auteur dit :

I think women who don’t wear makeup have an easier time claiming that they are so confident and comfortable in their own skin that they don’t need to wear makeup, while women who always wear makeup can be regarded as insecure or vain.But in reality, I think that not wearing makeup can be as much of a mask as wearing makeup. I think a lot of women who don’t wear makeup do so because they don’t feel they are beautiful enough, or worth the time and money that makeup entails. In the same way that women who usually wear makeup feel insecure without it on, women who usually don’t wear makeup, like me, can feel insecure with it on.

En gros, elle a réalisé que les raisons pour lesquelles les femmes portent du maquillage sont semblables aux raisons de celles qui n’en portent pas.

Avant , je me sentais insécure sans maquillage; maintenant , je me sens insécure avec du maquillage . Est-ce qu’il y en a vraiment un qui a plus de mérite que l’autre ? Non , je ne crois pas . Dire que le maquillage est futile et se venter d’être « tout nu dans la face » , n’a rien de plus glorieux que celles qui prennent un véritable plaisir à se maquiller .

Le problème, à mon avis, c’est quoi y accorde trop d’importance. Et là , je ne parle pas du maquillage en tant que tel , je parle de son impact , je parle de l’attention qu’on accorde à ce demander si les gens vont nous dire qu’on a l’air plus fatigué parce qu’on n’a pas de mascara , ou bien se questionner à savoir si on peut vraiment mettre du rouge à lèvres en classe …ou même se dire « ha non mais je ne me maquille presque pas , si je prends du temps pour le faire ce matin , les gens vont se demander ce qui ce passe , il vont se demander pourquoi … » suis-je vraiment la seule qui se pose ces questionnements , j’espère presque que oui parce qu’ils ne sont pas nécessaires .

Comme dans tout, il faut être à l’aise. Si pour vous être à l’aise, c’est de prendre le temps d’appliquer votre font de teint et votre poudre contour et bien tant mieux ..si vous le faites pour vous et non pas pour vous cacher derrière le maquillage.
Si c’est de dormir 10 minutes de plus et de se passer les mains dans les cheveux en guise de brushing , c’est bien correct aussi… pourvu que ce ne soit pas par insécurité , parce que oui, l’insécurité peut aussi passer par le fait de ne pas se maquiller .

Et si pour moi , être à l’aise c’est de me maquiller ou pas quand bon me semble , y’a rien à en faire un drame intérieur, non ?

Advertisements
This entry was posted in: Au-delà des livres

par

Curieuse depuis toujours, Marjorie s’intéresse à un peu tout, avec un penchant marqué pour les mots, le féminisme, les phénomènes de culture populaire et les mystères de la vie. Elle est bachelière en littérature et cofondatrice du Fil rouge, à travers duquel elle tente de faire son petit bout de chemin, lire le plus possible et surtout, apprendre et connecter avec les autres. Naviguant tant bien que mal à travers la vingtaine, elle trouve ses assises dans la lecture et l’écriture, cherchant toujours à comprendre un peu mieux les contradictions qui rendent la vie intéressante. Elle croit que la littérature fait partie de ces choses qui peuvent changer une vie, la rendre un peu plus douce et mettre un baume là où il faut.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s