Littérature québécoise
Comment 1

Spisak : Un cadeau ne se refuse pas

Photo : Karina

Photo : Karina

Il y a de cela quelques jours que j’ai terminé ma lecture du premier roman de Maryse Charbonneau et j’ai le sentiment de quitter (pour un moment) des ami-e-s. Lorsque j’ai lu les dernières lignes, je savais qu’une suite nous attendait (l’auteure me l’a confirmé elle-même, à suivre dans mon prochain article).

Après quelques pages du roman, je me savais dans une histoire où la famille allait être très importante. Nous faisons la connaissance d’un jeune père de trois enfant, musicien et ayant beaucoup de cœur. C’est alors que son destin changera. Il fera la rencontre d’êtres Immortels. Ces Immortels ont des clans, des codes et un mode de vie différent. Ils tentent de se faire discrets face aux mortels. Graigor, tente de faire le deuil de son ancienne vie pour sa nouvelle Existence. Son rôle dans le clan bleu est d’être le précepteur du fils du maître Vlad et de la maîtresse Lydia. Cet enfant sera un être exceptionnel, puisque les immortels sont habituellement stériles. Peter, le fils, grandira lentement. C’est pourquoi qu’après 25 ans de vie il ne ressemble qu’à un petit garçon de 5 ans.

Cela faisait un long moment que je n’avais pas lu de livre fantastique et, à chaque fois, c’est un petit plaisir. Outre les êtres immortels, nous retrouvons aussi des esprits dans l’histoire. Nous sommes également à l’époque de la renaissance. Ainsi, mon côté féministe était parfois choqué de certains rôles qu’avaient les personnages féminins, mais j’ai pu constater que l’auteure donne une très grande importance aux femmes et reste fidèle aux valeurs de l’époque.

Maryse Charbonneau, en plus d’avoir une plume poétique semble être une passionnée d’histoire et de langue. Son personnage principal tente de devenir interprète, ce qui fait en sorte que lors de ma lecture, j’ai pu lire différentes phrases et c’était tout comme entendre différentes mélodies.

Lorsque je lisais le roman de Charbonneau, j’avais presque le sentiment d’être dans une télé série suite aux nombreuses descriptions qui nous permet de s’imaginer tous les gestes des personnage. Mais également à cause de toutes les péripéties qu’ils vivent, à croire que ça n’arrête jamais!

Lors de ma lecture, j’ai pu constater que l’auteure est très sensible aux droits des êtres humains. Elle touche à divers sujets sensibles dont l’inceste, la violence envers les femmes et l’homosexualité (et la bisexualité!). Parce que le personnage principal se trouve à être bisexuel (à sa plus grande surprise)! C’est quelque chose que j’ai beaucoup apprécié, puisqu’elle réussit à décrire le vrai amour. Pour ce que j’ai pu constater, les amours homosexuels décrits dans les romans sont souvent éphémères, mais cette fois c’est un amour éternel.

La suite nous laisse entendre que nous allons continuer à suivre les aventures de Graig. Je reste dans l’espoir que j’aurai réponses à mes questions et que nous connaîtrons mieux le passé de certains autres personnes et clans.

Je vous invite également à visiter le site de Maryse Charbonneau où vous pourrez découvrir qui est l’auteure, mais également son aventure dans la publication de son premier roman ! Juste ICI !

Advertisements

Un commentaire

  1. Ping : Entretien avec l’auteure du roman Spisak : un cadeau ne se refuse pas |

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s