Autour des livres
Laisser un commentaire

Autour des livres : Rencontre avec Mikella Nicol

En 2014, Le fil rouge a été sous le choc avec la publication du premier roman de Mikella Nicol, Les filles bleues de l’été. Dans une langue simple, poétique et un imaginaire fortement inspiré de notre génération, Les filles bleues de l’été est devenu un coup de coeur indéniable pour l’équipe.

L’auteure a donc eu la gentillesse d’accepter de participer à notre questionnaire Autour des livres pour en apprendre davantage sur sa façon de créer et sur son rapport aux livres. Rencontre avec une jeune auteure inspirante.

mikella_yann_jobin_web

Crédit : Yann Jobin

Quel est ton premier souvenir en lien avec la lecture ?

Je me souviens surtout qu’à l’école primaire, je lisais sur mes genoux, le livre caché sous mon pupitre. J’ai commencé à vraiment « aimer l’école » très, très tardivement dans ma vie (je fais présentement une maîtrise en études littéraires), et donc je m’ennuyais. J’en avais parlé à ma mère, qui m’avait dit que dans ce cas, je devais faire mon propre enseignement. En lisant en cachette, par exemple.

Avais-tu un rituel de lecture enfant ou un livre marquant ? Et maintenant, as-tu un rituel de lecture?
À part ce dont je viens de parler, je ne me souviens pas, pour l’enfance. Maintenant, je suis victime du grand paradoxe du fait d’étudier en littérature depuis le bac : peu de temps pour lire, et si oui, pas souvent des livres que je choisis. J’ai toujours essayé d’en avoir un en cours en tout temps, qui serait purement pour mon plaisir. Celui-là, je le lis dans le métro, dans le bain, ou dans mes pauses, à la job.

As-tu une routine d’écriture, des rituels ? Dans quel état d’esprit dois-tu être pour écrire ? Le moment le plus propice à l’écriture, c’est pendant le café du matin. La plupart du temps, pour écrire, je dois être relativement de bonne humeur et enthousiaste. Même quand j’écris des choses tristes, il faut que ce soit dans un état d’esprit qui me laisse penser que c’est possible et réalisable, comme projet. Le matin, avant d’être assaillie par quarante-cinq autres obligations, c’est encore le cas. Sinon, une émotion un peu plus violente que d’habitude est aussi efficace. Là, c’est quand ça monte, n’importe quand dans la journée.

4. Quels sont les livres qui t’ont donné envie d’écrire ?
Tous les bons livres que je lis ! De mon premier coup de cœur (Catcher in the Rye de Salinger) à ce que je lis en ce moment (La mort d’un père, Karl Ove Knausgard).

5. Quel est le livre qui t’a le plus fait cheminer personnellement et pourquoi ? Peut-être la poésie d’Anne Sexton. Elle est assez méconnue ici, mais moi je l’adule. Son recueil Love Poems, particulièrement, me tue à chaque fois. Ses poèmes m’ont fait cheminer sur le plan de l’écriture, ils m’ont pointé du doigt quel genre de réalité vécue par les femmes j’avais envie d’aborder dans mes propres textes.

919165

6. Si tu pouvais vivre dans un monde littéraire, ce serait lequel ? Je voudrais peut-être être une amazone, comme dans Les Guérillères de Monique Wittig. Ce n’est clairement pas de tout repos, par exemple, comme univers.

7. Quel livre relis-tu constamment sans même te tanner ? Probablement The Bell Jar de Sylvia Plath. C’est un peu déprimant, mais ma fascination pour sa prose est trop forte.
8. Quel est ton mot de la langue française préféré ? Je ne peux pas en nommer juste un… J’éprouve de la satisfaction envers les mots qui ressemblent (ou sonnent comme) ce qu’ils évoquent. « Délester », par exemple, c’est un mot que j’aime parce que j’ai vraiment l’impression que l’on comprend, on visualise l’action juste en le prononçant. Des mots efficaces.

9. Quel livre aurais-tu aimé avoir écrit ? Franny and Zooey, de Salinger (seigneur, quel livre !). Et plus généralement, j’aurais voulu inventer la famille Glass, que Salinger met en scène dans un grand nombre de ses nouvelles. Cette famille-là a une histoire et une dynamique interne, tout en restant tellement mystérieuse. Elle nous échappe. Et l’ensemble ne prend pas des airs de saga familiale avec rebondissements. Bref, j’aurais voulu créer l’univers de cette famille.

10. Si tu écrivais ta propre biographie, quel serait le titre ?
Peut-être Tu dors Nicol, comme le titre du film (mais orthographié comme mon nom). J’ai un ami malicieux qui m’appelle comme ça. Comme je passe pas mal ma vie entière à essayer de retrouver les objets que je perds, à me perdre parce que je n’ai pas le sens de l’orientation, à tout oublier, à briser les objets dont je fais juste m’approcher… je pense que le surnom me va quand même bien. Mais la biographie ne serait pas terrible.

Advertisements
This entry was posted in: Autour des livres

par

Le fil rouge est un blogue littéraire créé par deux amies, Marjorie et Martine, toutes deux passionnées par la littérature et par les vertus thérapeutiques de celle-ci. Notre approche face aux bouquins est liée à la bibliothérapie, car nous pensons sincèrement que la lecture procure un bien-être et que les oeuvres littéraires peuvent nous aider à cheminer personnellement. Nous tenons aussi à partager notre amour pour les bouquins, l’écriture, la création et sur les impacts positifs de ceux-ci sur notre vie et notre bien-être. Notre mission première est de favoriser la découverte de livres et de partager l’amour de la lecture, car ceux-ci peuvent avoir des impacts sur nos vies et sur notre évolution personnelle. Que ce soit le dernier roman québécois qui fait parler de lui, le vieux classique, le livre de cuisine ou bien même le livre à saveur plus psycho-pop, chez Le fil rouge, on croit fermement aux effets thérapeutiques que peuvent apporter la lecture et la littérature. Voilà pourquoi les collaboratrices et les cofondatrices se feront un plaisir de vous faire découvrir des bouquins qui leur ont fait du bien, tout simplement.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s