Autour des livres
Laisser un commentaire

Autour des livres : Rencontre avec Iris, bédéiste

1. Quel est ton premier souvenir en lien avec la lecture?
La lecture faisait partie du rituel du dodo quand j’étais petite. Ma mère me lisait des livres en français et mon père des livres en anglais. Sinon, mon plus loin souvenir de lecture en solo, ça doit être un Astérix. Je ne pouvais pas encore déchiffrer les mots, mais je le feuilletais et je regardais les images. J’avais tellement hâte de pouvoir lire les phylactères!

 

2. Avais-tu un rituel de lecture enfant ou un livre marquant ? Et maintenant, as-tu un rituel de lecture?
Un de mes livres préférés était « Cars and trucks and things that go » de Richard Scarry. Ma mère l’avait encore récemment mais je crois qu’on l’a jeté parce qu’il était tout moisi. Quand j’étais petite j’adorais les camions, les motos, tout ça… Sinon, plus vieille, je ne sais pas si on peut appeller ça un rituel, mais on allait très très souvent à la bibliothèque municipale. J’avais une forte envie de partager ma passion des livres et j’avais une idée un peu romantique de la correspondance anonyme. J’avais laissé un petit message dans un roman jeunesse, un message du genre « Salut, moi j’ai beaucoup aimé ce livre. Et toi? Réponds-moi avec un message et cache-le dans ce livre. » Je n’ai pas de souvenir de la suite de cette initiative. J’ai peut-être même oublié d’aller vérifier ensuite si j’avais eu une réponse. 🙂 Ça ne fait pas longtemps que je me suis mise à relire de façon soutenue. J’ai lu énormément enfant, adolescente et pendant mes années d’université. J’étais vraiment boulimique de lecture. Ensuite, on dirait que je n’avais plus le temps ou enfin, je ne trouvais pas le temps. Là je lis principalement dans le bain. Je trouve que c’est le moment parfait. Mais j’ai perdu de ma vitesse de lecture… il y a dix ans, je lisais un roman en trois jours, maintenant, c’est un roman en trois mois… :/

3. As-tu une routine d’écriture, des rituels ? Dans quel état d’esprit dois-tu être pour écrire?

Pour écrire, je dois avoir beaucoup de temps devant moi et pouvoir vraiment me plonger dans l’univers de mon projet. Si j’ai un rendez-vous dans la journée ou si je sais que je n’ai que quelques heures, ça ne le fait pas, je suis mieux de travailler sur quelque chose de plus concret: un dessin, de l’encrage, de la coloration. Sinon, j’aime bien m’installer ailleurs qu’à mon bureau pour écrire et faire du découpage (le découpage en bande dessinée est vraiment une forme d’écriture, à mon avis). Souvent, je scénarise dans mon lit, sur mon sofa, sur le balcon… Je n’écris pas vraiment de scénario complet à l’ordinateur. Je prends quelques notes et ensuite, je passe directement au découpage des dialogues et des cases. C’est l’étape de mon travail qui me demande le plus de concentration.

4. Quels sont les livres qui t’ont donné envie d’écrire ?
Holàlà… Plein!!!! Des films me font cet effet aussi. Peut-être parce que dans la bande dessinée on partage ce côté « scénario » avec le cinéma. Les livres qui me donnent envie d’écrire sont pas mal mes livres préférés en tant que lectrice. Les auteurs que j’apprécie le plus et qui m’inspirent sont ceux qui font un excellent travail sur les personnages. Voici une sélection non exhaustive des livres qui m’ont donné envie d’écrire, depuis le début! J’ai essayé de faire une sélection dans ma bibliothèque (voir photo) (PS: Ne sont pas présents sur la photo pour cause de prêt à des amis: « Le facteur de l’espace de Guillaume Perreault, « Cigish » de Florence Dupré La Tour et « Pouvoir Point » d’Erwann Surcouf.) Sinon, ma réponse à la question 5 et 9 peut un peu répondre à celle-ci aussi. Les livres que j’aurais aimé avoir écrits sont ceux qui me donnent envie d’écrire. 😉

5. Quel est le livre qui t’a le plus fait cheminer personnellement et pourquoi ?
Récemment, je dirais « My education – a book of dreams » de William S. Burroughs. Je travaille moi-même sur un projet de journal de rêves en bandes dessinée. Ça fait déjà un moment que je travaille dessus et les avis sont très partagés: soit on me dit que ça va être un super projet, soit on me dit que les rêves racontés, ça n’a aucun intérêt. J’ai adoré le livre de rêve de Burroughs. Ça m’a réconfortée, ça m’a donné confiance en mon projet. Je me dis que c’est faisable, un livre de rêves intéressant.

6. Si tu pouvais vivre dans un monde littéraire, ce serait lequel ?
Haha! Bonne question… On dirait qu’il ne me vient en tête que des univers dans lesquels je ne voudrait PAS vivre… Genre dans un roman de Kafka… ou dans le roman « The road ». J’aimerais bien vivre dans l’esthétique et la folie du langage de « Clockwork orange » de Burgess, mais sans la violence. Sinon l’univers de Boris Vian! Ou dans certaines histoires de Zviane.

7. Quel livre relis-tu constamment sans même te tanner ?
La série « Gus » de Christophe Blain, « La vieille qui marchait dans la mer » de Frédéric Dard, « The rule of the bone » de Russel Banks et tous les romans de François Blais.

8. Quel est ton mot de la langue française préféré ?
Ça dépend. Pour sa sonorité? Son graphisme? Sa signification?

9. Quel livre aurais-tu aimé avoir écrit ?
« La classe de madame Valérie » de François Blais, « Like a velvet glove cast in iron » de Daniel Clowes, la série « Gus » de Blain, « Cigish » de Florence Dupré La Tour…

10. Si tu écrivais ta propre biographie, quel serait le titre ?
« Si seulement j’avais le temps de… – Les projets inachevés »

Advertisements
This entry was posted in: Autour des livres

par

Le fil rouge est un blogue littéraire créé par deux amies, Marjorie et Martine, toutes deux passionnées par la littérature et par les vertus thérapeutiques de celle-ci. Notre approche face aux bouquins est liée à la bibliothérapie, car nous pensons sincèrement que la lecture procure un bien-être et que les oeuvres littéraires peuvent nous aider à cheminer personnellement. Nous tenons aussi à partager notre amour pour les bouquins, l’écriture, la création et sur les impacts positifs de ceux-ci sur notre vie et notre bien-être. Notre mission première est de favoriser la découverte de livres et de partager l’amour de la lecture, car ceux-ci peuvent avoir des impacts sur nos vies et sur notre évolution personnelle. Que ce soit le dernier roman québécois qui fait parler de lui, le vieux classique, le livre de cuisine ou bien même le livre à saveur plus psycho-pop, chez Le fil rouge, on croit fermement aux effets thérapeutiques que peuvent apporter la lecture et la littérature. Voilà pourquoi les collaboratrices et les cofondatrices se feront un plaisir de vous faire découvrir des bouquins qui leur ont fait du bien, tout simplement.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s