Le monde du livre
Comments 2

Une fileuse au Salon du livre : mes conseils pour aborder nos auteur-e-s

Depuis près de 10 ans, je vais religieusement au Salon du livre de Montréal. Au départ, j’y allais principalement pour rencontrer Anne Robillard et ses chevaliers d’émeraude (ou encore ses agents secrets de sa série A.N.G.E. Oui! oui! J’ai beaucoup admiré cette auteure lors de mon secondaire). Mais à force d’y aller, j’ai pu constater que je pouvais rencontrer d’autres auteur-e-s dont je lisais les romans.

Cette année, le Salon du livre de Montréal se tiendra du 16 au 21 novembre 2016. Je suis déjà impatiente d’y aller, je compte presque les dodos! Et comme à chaque année, le Salon du livre se tiendra à la Place Bonaventure (au métro du même nom).

À force d’y aller, j’ai quelque-uns-e-s de mes ami-e-s qui me demandent des conseils, surtout en ce qui concerne la manière d’aborder un-e auteur-e. Je suis une personne très timide, il m’est alors souvent difficile de faire les premiers pas, mais dans ce genre de contexte je trouve que c’est plus facile. Et au pire, la seule chose que tu auras dite à l’auteur-e aura été ton nom et un merci et c’est ben correct !

Étant une personne qui aime l’organisation, je vais vous partager quelques-uns de mes conseils.

PRÉ-SALON

  • Regarder dans sa bibliothèque les livres des auteur-e-s que nous aimerions rencontrer. On peut même y aller avec de l’international, parfois ils sont présents! (J’ai eu la chance de rencontrer Guillaume Musso, Marc Levy, Éric-Emmanuel Schmitt, Kathy Reichs…) Hé oui, vous avez le droit d’apporter un livre de chez vous au Salon du livre, ça permet de ne pas dépenser de l’argent pour un nouveau livre de l’auteur-e dont on fait la connaissance. Ça permet également d’en discuter, de lui dire ce que nous avons aimé, etc.
  • Ensuite, faire une liste des auteur-e-s présent-e-s, tout en inscrivant l’heure et le kiosque (une fois au Salon, prenez une de leur revue, vous allez y trouver un plan. C’est facile de s’y retrouver).
  • Une chose que je peux vous dire, c’est de ne pas apporter tous les livres que vous avez de l’auteur que vous rencontrez, non seulement parce que ça va être trop lourd, mais aussi pour les autres personnes qui attendent dans la file.
  • Apportez un lunch de la maison. Il y a bien une aire de restauration, mais bon, un repas d’épargné, un livre de plus dans le sac à dos!

RENCONTRE AVEC LES AUTEUR-E-S

  • Arrivez 30 à 45 minutes d’avance. Vous n’êtes pas obligés d’être devant son kiosque, mais tenez-vous autour, cela vous permettra d’être le plus efficace possible. Évidemment, tout dépend du nombre d’auteur-e-s que vous souhaitez rencontrer! Cependant, pour certain-e-s- auteur-e-s, je vous conseille d’arriver une heure d’avance (oui, ça peut paraître fou). Prenons par exemple Patrick Senécal, plusieurs personnes désirent le rencontrer (heureusement il est souvent présent) Si vous  le souhaitez aussi, préparez-vous mentalement à attendre longtemps! Ça peut être la même chose avec des auteur-e-s internationaux.
  • Prendre une grande respiration, souriez et avancez vers elle ou lui.

Certain-e-s auteur-e-s sont plus faciles d’approche que d’autres (exemple : Simon Boulerice). Une chose qui est sûre, ne vous gênez pas pour leur dire que vous aimez leur travail, ou pour leur demander s’il y aura une suite. Sachez même que parfois les auteur-e-s sont intimidé-e-s de nous rencontrer. Mais, comme la plupart des humains, elles ou ils aiment recevoir de l’amour et se faire dire comment ils sont bons. Après tout, c’est de leur bébé dont on parle!

Quel-le-s auteur-e-s aimeriez-vous rencontrer au Salon du livre? Pour ma part, je sais que je vais aller visiter ma bonne amie Debbi qui publie sa première BD avec les Éditions BerBer!

cliquez-ici-pour-visiter-notre-boutique-en-ligne

Advertisements
This entry was posted in: Le monde du livre

par

Avoir une bibliothèque de plus en plus grosse est l’un des projets de vie de Karina. Apprendre et avoir plusieurs perceptions le sont également. Après avoir fait une technique en travail social au Cégep du Vieux-Montréal et travaillé quelques années dans des organismes communautaires (ce qu’elle continue de faire avec joie), elle poursuit ses études en faisant un certificat en études féministes à UQÀM. La littérature lui permet donc de voyager et d’avoir d’autres lunettes sur le monde.

2 Comments

  1. Puis-je ajouter mon grain de sel?
    Si vous rencontrez un auteur qui vous présente son dernier romain, de grâce, ne faites pas comme les journalistes, ne lui demandez pas ce que sera le suivant. Pas tout de suite, l’auteur-e a peut-être pris un an, deux ans et même plus pour réussir à faire publier celui qui est devant vous. Peut-on commencer par parler de celui-là?
    Bien sûr si vous apportez le tome 3 de la maison, là vous pourrez vous informer si le tome 4 s’en vient. À moins qu’il ne soit déjà sur la table!
    Bon salon.
    Et n’hésitez pas aussi à aller voir ceux et celles qui n’ont pas de file du tout. Qui sait, vous aurez peut-être de belles surprises.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s