Littérature québécoise
Comments 4

Tout ce qui se cache derrière… Nos regards traîtres

Il faut le reconnaître, Jason Roy a le vent dans les voiles. L’an dernier, l’auteur sherbrookois lançait un premier recueil de nouvelles et un premier roman (dont j’ai d’ailleurs fait la critique ici), et force est de constater qu’il n’a pas chômé depuis! En plus de compléter son mémoire de maîtrise en création littéraire, il a pondu le recueil de nouvelles Nos regards traîtres, dont le lancement a eu lieu à la mi-octobre.

Nos regards traîtres, ce sont vingt-cinq nouvelles, tantôt longues, tantôt très courtes, qui entraînent le lecteur dans l’univers du point de vue et de la perception (du regard, quoi.) En effet, chaque récit met de l’avant une forme de regard, que ce soit celui du personnage lui-même, celui des autres qui l’épient, un regard inventé, qui n’existe que dans l’imagination, ou, encore, notre propre regard de lecteur. Ces nouvelles aux accents souvent fantastiques sont divisées en cinq sections, qui permettent ainsi au lecteur de se faire une petite idée des thématiques qui y seront abordées, ou du ton emprunté.

Avec Nos regards traîtres, Jason Roy a créé un recueil qui intrigue, fait frémir : l’un de mes aspects favoris était sans contredit la présence d’un fantastique parfois subtil, parfois bien assumé, disséminé par touches à travers les histoires. Les nouvelles « La fille du passage », « Ce qui reste à l’aube » et « La rue Bordas » m’ont beaucoup plu pour cette raison, et ont même réussi à m’arracher quelques frissons. Aussi, à la lecture de certaines nouvelles, le lecteur ne peut que se prendre à voyager. En effet, la section « Regardez, là-bas… » présente des nouvelles qui se déroulent toutes, au moins partiellement, hors du Canada. Les descriptions sont précises, on ressent bien cette sensation de dépaysement à la lecture; c’est là une grande force de l’auteur. Deux de mes nouvelles favorites du recueil, « Blanche la ville » et « Une ville au centre », m’ont charmée par le petit côté exotique de leur univers. Des contrées lointaines en passant par un campus universitaire, un quartier résidentiel en apparence banal ou des lieux non définis, Jason Roy nous fait découvrir ici tout un éventail de regards.

Ceci étant dit, il me faut souligner que, malgré le fait que la grande diversité des lieux, sujets et époques dépeints pouvait m’apparaître au départ comme une bonne idée, dans ce cas-ci, j’ai eu l’impression que cela a parfois nui à la cohésion de l’ensemble. J’ai donc eu le sentiment d’avoir en main, un recueil inégal, autant sur le plan du fond que sur celui de la forme. Certaines nouvelles étaient exquises, avec une écriture fort juste et un suspense bien mené; malheureusement, plusieurs autres m’ont semblé moins maîtrisées, avec des dialogues un peu faibles et des conclusions que j’ai trop souvent trouvées prévisibles.

Malgré ces quelques petits défauts, je dois reconnaître que l’auteur est resté fidèle à sa ligne directrice et a su exploiter avec brio le thème du regard, sans jamais le négliger. De plus, j’ai éprouvé un plaisir certain à faire la lecture de chacun des vingt-cinq récits, et c’est, pour ma part, un point essentiel! En somme, Nos regards traîtres est un recueil étonnant, qui renferme de petits bijoux narratifs. Il suffit pour cela de savoir bien regarder…

Pour découvrir et vous procurer les livres de Jason : http://meslivres.wixsite.com/jasonroy


cliquez-ici-pour-visiter-notre-boutique-en-ligne

Advertisements
This entry was posted in: Littérature québécoise

par

Auteure, agente de communication dans un centre culturel, maître en création littéraire et blogueuse, Raphaëlle explore diverses facettes du milieu du livre à travers sa passion intarissable pour les mots et les histoires. Elle mène d'ailleurs de front une multitude de projets variés, au cœur desquels l'écriture se trouve toujours au premier plan. Dans ses créations, elle a un petit faible pour les littératures de l’imaginaire (fantasy, fantastique, épouvante, suspense), mais côté lecture, elle dévore un peu de tout, vraiment. En fait, elle n’accorde pas réellement d’importance à la notoriété des auteurs ou aux genres qu’ils pratiquent ; ce qui compte pour elle, c’est d’abord et avant tout de découvrir leurs univers, pour ensuite partager ses trouvailles avec les autres. Son but en tant que lectrice? Être émue, bouleversée, émerveillée, éjectée hors de sa zone de confort. Son but en tant qu’auteure? Tenter de transmettre aux lecteurs toutes ces émotions vives et brutes qui, à ses yeux, font de la littérature une aventure sans âge et sans frontières.

4 Comments

  1. genevieveprovencher03 says

    Merci pour cette critique! Je suis en cours de lecture de « Nos regards traîtres » et j’avoue avoir été agréablement surprise de l’habileté de l’auteur à nous donner des frissons à chaque page. La gamme d’émotions passe par l’angoisse, l’attente, la perplexité parfois et chose certaine, le suspense est assuré! On est parfois même désorienté mais toutes ces histoire de regards et de perceptions sont vraiment captivantes. Jason Roy est un auteur prolifique et très talentueux!

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s