Littérature canadienne
Laisser un commentaire

L’amour en sourdine dans la toundra

Le roman La nuit sur les ondes (titre original : Late Nights on Air) d’Elizabeth Hay aura toujours une place privilégiée dans mon cœur. Je l’ai lu en anglais quelques années après sa parution en 2007 et je l’ai relu récemment pour retrouver les personnages qui ont tellement envahi mon imaginaire au Cégep. Traduit par Hélène Rioux aux éditions XYZ, il est maintenant offert en français.

Aux Territoires du Nord-Ouest, dans les années 1970, une communauté de personnages se lie d’amitié, d’amour ou d’animosité. Ils se connaissent et font partie de la même communauté parce qu’ils travaillent tous à la station de Radio-Canada de Yellowknife. Dido Paris, mystérieuse femme fatale, annonce les nouvelles de sa voix sexy et accentuée par sa langue maternelle, le néerlandais; Harry Boyd, DJ qui a déjà été célèbre, anime maintenant les ondes la nuit au bout du monde; et Gwen Symon a conduit d’Ottawa à Yellowknife juste pour réclamer un poste à la station. Ces trois personnages (et les autres que je n’ai pas pris le temps de décrire) forment la communauté dépeinte dans le roman.

Personnellement, c’est Gwen qui a le plus retenu mon attention à ma première lecture. C’est à Gwen que je me suis identifiée. Tellement que j’ai toujours pensé qu’il s’agissait du personnage principal du roman! Mais, à ma récente relecture, je me suis bien rendue à l’évidence qu’il n’y a pas vraiment de personnage principal à proprement parler dans le roman de Hay. En tout cas, Harry l’est tout autant que Gwen. Sauf que cette chère Gwen émeut par sa gêne tellement incapacitante et le refoulement de ses émotions, traits de caractères, disons-le, dans lesquels je me suis sans doute retrouvée lorsque j’étais au Cégep, pour penser qu’elle était la vedette du roman. Mais Gwen n’est pas juste gênée, elle est aussi déterminée, comme le démontre sa longue route d’Ottawa à Yellowknife à faire de la radio!

Lauréat du prestigieux Giller Prize, le roman n’est pas pour autant pour tout le monde. Je trouve que l’écriture de Hay est un baume sur le cœur : poignante, douce et tellement tendre. Mais en même temps, je dois concevoir que, malgré la troisième partie du roman qui suit les personnages alors qu’ils s’adonnent à un périple de six semaines de canot-camping sur les traces de John Hornby, ce n’est pas un roman rempli d’action. Plutôt un roman psychologique, voire atmosphérique. En effet, une atmosphère un peu craintive, assurément solitaire, est rapidement créée par l’insistance éloquente de Hay sur les désirs inavoués et sur les chances manquées de ses personnages.

La radio étant au cœur du texte, il n’est pas surprenant que Hay fasse autant de descriptions des voix de ses personnages. J’ai l’impression que je reconnaîtrais les personnages tant à leurs voix qu’à leurs visages si je les croisais dans la rue!

Ainsi, comme vous l’avez peut-être remarqué et même si le roman se déroule sur plusieurs années, je ne saurais exactement vous dire ce qu’est son « histoire ». Sans doute s’agit-il simplement de la vie quotidienne de Gwen, Harry et Dido, avec les hauts et les bas de leur travail sur les ondes. L’amour est également présent partout, mais on n’a pas le droit à une histoire d’amour à proprement parler non plus. Il y a des personnages qui meurent, d’autres qui disparaissent à mi-chemin, des relations qui se forment et se déforment, mais surtout, il y a de la vraie tendresse humaine exposée.

Bref, je vous recommande ce livre si vous êtes amoureux de la toundra, des introvertis, de la radio ou d’une certaine tendresse dans l’écriture. Pour moi, ce sera toujours un incontournable pour bercer mon penchant pour une douce solitude réparatrice et pour continuer de rêver aux grands espaces de la toundra.

Voir aussi : Alone in the Classroom (2011), Garbo Laughs (2003), A Student of Weather (2000).
cliquez-ici-pour-visiter-notre-boutique-en-ligne

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s