Littérature québécoise
Laisser un commentaire

Ce que je lis entre Noël et le Jour de l’An depuis près d’une décennie

Il y a des livres qui, pour une raison ou une autre, vous marquent particulièrement, vous suivent tout au long de votre vie. Des livres que vous avez lus plus de deux fois, par lesquels vous êtes irrésistiblement attirés, auxquels vous revenez périodiquement. Des livres qui font du bien parce qu’ils résonnent profondément en vous, parce que les personnages prennent une place importante dans votre vie. Pour moi, il y a les Harry Potter, Orgueil et préjugés et Jeanne, fille du roy.

À la fin de mon secondaire 2, le thème de l’examen de français était la Nouvelle-France. Et parmi les lectures supplémentaires suggérées il y avait Jeanne, fille du roy par Suzanne Martel. Ce fut pour moi le début d’une grande fascination pour les filles du roi, qui sont venues peupler la Nouvelle-France. Je me suis mise à lire tout ce que je trouvais à leur sujet, remplie d’admiration pour ces filles et ces femmes. C’est aussi à cette époque que j’ai développé une peur irrationnelle de mourir du scorbut, quelle fin indigne pour mes héroïnes et pathétique pour moi! Mais l’histoire de Jeanne, fille du roy est restée ma préférée parmi toutes.

J’ai aimé le personnage de Jeanne Chatel dès les premières pages. Une fille joviale et énergique qui possède une imagination débordante. Dans toutes ses aventures, de la traversée de l’Atlantique à la rencontre de son mari, en passant par ses rencontres avec les Amérindiens, Jeanne ne se laisse jamais décourager, elle est toujours en mode solution. Surtout, elle est drôle. Peu importe que j’aie lu ce roman une dizaine de fois, je ris encore aux mêmes places. Jeanne me touche profondément. À sa façon, dans son propre combat avec la vie, elle change le monde pour les gens qui l’entourent.

Alors, quand le congé des fêtes arrive, Jeanne est mon plaisir coupable. Je m’installe le matin avec le livre et je vais me coucher seulement lorsque je l’ai terminé. Je l’engloutis en une journée, pressée de suivre Jeanne dans ses aventures, incapable de prendre une pause. Jeanne, fille du roy est un remède éclair contre la morosité.

Advertisements
This entry was posted in: Littérature québécoise

par

Anne-Marie vient tout juste de terminer une maîtrise en sociologie et elle prépare un doctorat dans le même domaine. Elle se spécialise en sociologie de la littérature parce qu'elle est convaincue que les livres sont bien plus qu'un tas de feuilles reliées ensemble, plus qu'un divertissement, elle pense qu'ils sont les témoins d'un époque et des guides pour leurs lecteurs. Anne-Marie a toujours un livre avec elle, juste au cas, on ne sait jamais à quel moment on aura besoin du secours de la littérature. Elle aurait voulu être BFF avec Jane Austen.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s