Auteur : Anne-Marie Shink

Le fil rouge; Le fil rouge lit; Bibliothérapie; Littérature; Lecture; Livres; Les livres qui font du bien; Les Aveugles; Bi Feiyu; Chine; Éditions Philippe Picquier; Littérature étrangère;

Plongeon dans l’univers des Aveugles, par Bi Feiyu

Des fois, la ligne est mince entre la sociologie et la littérature. Un bon ouvrage sociologique peut se lire comme un roman policier avec un mystère, l’observation d’une anomalie et une enquête pour en découvrir la source. De même, certains romans sont tellement précis dans leur représentation de l’univers dans lequel évoluent les personnages et le type d’interaction qu’il y a entre ceux-ci, que l’on dirait de l’observation sociologique. Il ne manque plus qu’une question de recherche et une analyse des données! C’est pour ça que je crois que certains auteurs, comme Léon Tolstoï, Virginia Woolf et Annie Ernaux, auraient aussi fait de bons sociologues. C’est aussi le cas de l’auteur qui nous occupe dans cet article : Bi Feiyu. Bi Feiyu est un auteur chinois qui écrit à la fin du XXe siècle, alors que la Chine connaît un début d’ouverture sur le reste du monde et que les écrivains sont à la recherche de leurs racines culturelles. Dès ses premières publications, il connaîtra une grande popularité, autant chez les critiques que parmi les …

Le fil rouge; Le fil rouge lit; Bibliothérapie; Littérature; Lecture; Livres; Les livres qui font du bien; Les tranchées; Fanny Britt; Nouveau Projet; Maternité; Essai

J’aurais voulu qu’on me parle de maternité multiple, dans Les Tranchées de Fanny Britt

Les tranchées évoquent la guerre, les combats, les bons et les mauvais jours, les victoires et les défaites. Quand j’ai commencé ce livre de Fanny Britt (autrice très appréciée chez Le Fil Rouge!), j’avais très hâte d’apprendre ce qu’elle avait à me dire sur la maternité. Honnêtement, mes attentes étaient très élevées, ce qui explique peut-être pourquoi j’ai fini ma lecture avec un fort sentiment d’insatisfaction. J’avais l’impression d’être devant quelque chose de partiel, comme s’il manquait l’autre côté de la médaille. Je n’ai pas été déçue par la qualité de l’écriture de Fanny Britt ou par les idées qu’elle élabore au travers des histoires, témoignages et discussions. L’angle d’approche qu’elle aborde est généralement bien développé et défendu. Mais voilà, pour moi, le problème résidait justement dans le fait qu’il y a seulement une partie de l’expérience de la maternité, plutôt sombre d’ailleurs, qui était présentée. Elle voulait parler d’ambiguïté dans la maternité, tenter de décloisonner le rôle de mère et de rejeter les étiquettes qui sont parfois contraignantes et angoissantes. C’est une démarche qui …

Le fil rouge; Le fil rouge lit; Bibliothérapie; Littératur; Lecture; Livres; Les livres qui font du bien; Hannah Arendt; Béatrice Fontanel; Lindsay Grime; Grands Destins de Femmes; Biographie

Hannah Arendt à travers la BD

Quand j’étais jeune, je détestais les bandes dessinées, je trouvais que ça laissait trop peu de place à mon imagination et je n’arrivais pas à prendre le rythme. C’est bien plus tard, alors que je travaillais à la bibliothèque de mon cégep, que j’ai découvert le plaisir des romans graphiques. J’ai appris à aimer la vitesse, particulièrement cette certitude qu’avant la fin de la journée j’aurais fini ma lecture. J’aime aussi comment on peut combler quelques minutes de vide, en suspens entre deux obligations, avec une BD. C’est une chose que je trouve beaucoup plus difficile à faire avec un roman. Et j’aime le nouvel esthétique adopté par de nombreux romans graphiques, qui semble s’inspirer de l’aquarelle et du dessin au pastel. Bref, je me suis réconciliée avec ce genre littéraire et c’est tant mieux parce que cela me permet de faire de magnifiques découvertes, comme la biographie de Hannah Arendt en image. Qui est Hannah Arendt? Elle est née en Allemagne, en 1906, où elle étudiera la philosophie, mais étant juive, elle devra fuir, …

Littérature américaine; Autobiographie; Relation avec sa mère; Maya Angelou; Lady B; Le fil rouge; L fil rouge lit; Bibliothérapie; Littérature; Lecture; Livres; Les livres qui font du bien

Lady B, Par Maya Angelou ou l’empreinte d’une mère

«Et c’est au cours de cette visite que je compris clairement, et pour la première fois, pourquoi une mère est si importante. Pas seulement parce qu’elle nourrit, aime, dorlote et même chouchoute un enfant, mais parce que d’une façon mystérieuse et presque surnaturelle, elle se tient au-dessus du vide. Elle fait le lien entre l’inconnu et le connu.» Maya Angelou c’est un de mes plus grands coups de foudre littéraires. Pendant toute ma lecture de Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage je me demandais pourquoi personne ne m’avait fait lire cette autrice avant. C’est comme si elle et moi nous étions faites pour se rencontrer sur le papier. J’étais tout simplement renversée face à sa prose, presque muette devant la résonance que son écriture avait en moi, bien que ma vie soit si différente de la sienne. Ses autobiographies sont, pour moi, un coup de poing au ventre, mais aussi un baume pour le cœur. L’autrice Afro-Américaine a connu une vie difficile. Née en 1928, elle grandira en Arkansas, un état ségrégationniste, puis en Californie, …

Le fil rouge; L fil rouge lit; Bibliothérapie; Littérature; Lecture; Livres; Les livres qui font du bien; Les auteurs du 4-Mai; Mouvement du 4-Mai, Lu Xun, Lao She, Xiao Hong, Mao Dun, Chine, Révolution par les livres

Les Auteurs du 4-Mai : comment faire la révolution avec des romans

Lorsque je faisais mon bac en sociologie, j’ai suivi un cours de littérature chinoise contemporaine. Je l’ai choisi juste comme ça, parce que la Chine m’avait toujours fascinée et que j’avais envie de découvrir un autre monde littéraire. Tout le monde a ri de moi, quel cours inutile! Pourtant, c’était un cours captivant, rempli d’histoire, de culture et d’écrivains rebelles. J’avais toujours hâte d’y assister. Et c’est avec un grand plaisir que j’ai fait mentir tout le monde en y trouvant mon sujet de mémoire, quel cours utile finalement! Alors, pendant 2 ans, j’ai travaillé sur le Mouvement du 4-Mai en Chine, qui regroupait plusieurs centaines d’auteurs. Qu’est-ce que le Mouvement du 4-Mai? C’est au début du XXe siècle qu’émerge le Mouvement du 4-Mai. C’est un mouvement à la fois littéraire et politique qui a pour principal objectif de moderniser la Chine, afin de la rendre plus compétitive face aux grandes puissances impériales de l’Europe. Comment comptent-ils y arriver? Grâce à la littérature, évidemment! Les romans deviennent alors le principal vecteur de diffusion des idées …

Jennifer Worth; Call the midwife; Appelez la sage-femme; Londres; 1950; Angleterre; Le fil rouge; le fil rouge lit; bibliothérapie; littérature; lecture; livres; les livres qui font du bien; littérature étrangère

Appelez la sage-femme : Du rire aux larmes, la vie dans tous ses états

Il y a quelques années, l’infirmière britannique Jennifer Worth a constaté qu’il y avait très peu d’information disponible sur le rôle joué par les sages-femmes en Angleterre, particulièrement au XXe siècle. Afin de remédier à la situation, elle a décidé d’écrire ses mémoires sur l’époque où elle était elle-même sage-femme, dans les années 1950 à Poplar, un quartier pauvre de Londres. Sous sa plume, elle fait revivre tout un quartier, aujourd’hui disparu, dans une trilogie aussi captivante qu’émouvante. « J’ai fait plusieurs autres visites ce matin-là, mais mon esprit revenait continuellement à Mrs. Warren. Elle sortait vraiment de l’ordinaire. La plupart de nos patientes étaient des Londoniennes originaires de ces faubourgs, comme leurs parents et grands-parents avant eux. Les étrangers étaient rares, surtout parmi les femmes. Toutes les habitantes du quartier menaient une vie très collective et se mêlaient sans cesse des affaires les unes des autres. Mais si Mrs. Warren ne parlait pas l’anglais, elle ne pouvait faire partie de la communauté des femmes. » (Worth, 2002:212-213) Chaque livre est divisé en plusieurs chroniques qui présentent …

Le fil rouge; Le fil rouge lit; Bibliothérapie; Littérature; Lecture; Livres; Les livres qui font du bien; Amie de ma jeunesse; Alice Munro; Canada; Femmes; Nouvelles

Un univers canadien à travers la plume d’Alice Munro

Il y a quelques années, je me suis aperçue que mis à part Lucy Maud Mongmery avec Anne la maison aux pignons verts et Émilie de la Nouvelle Lune, je ne connaissais absolument rien à la littérature canadienne. Des auteurs québécois oui, bien sûr j’en avais lu plusieurs, mais je pouvais difficilement nommer un auteur d’une autre province. Alors, lorsque la Canadienne Alice Munro a gagné le prix Nobel de littérature en 2013, je me suis empressée d’acheter un de ses recueils de nouvelles et je l’ai ajouté à ma longue liste de « à lire ». C’est trois ans plus tard que j’ai finalement ouvert le livre, prête à plonger dans l’univers d’Alice Munro. Au moment où j’ai commencé son recueil Amie de ma jeunesse, je venais de lire plusieurs romans américains et je m’attendais à rester dans le même ton avec le même genre de références socioculturelles. Quelle ne fut pas ma surprise de me retrouver dans un univers si proche et pourtant si différent du mien. Ni littérature québécoise, ni littérature américaine, j’avais l’impression de plonger …

Bibliothérapie; DArcy gentleman; Jane Austen; Le fil rouge; Le fil rouge lit; Lecture; Livre; Orgueil et Préjugés; Pemberley; Romance; Pamela Aidan; Les livres qui font du bien

Incursion dans la tête de Mr Darcy

Que toutes celles (et ceux) qui ont lu ou regardé un nombre de fois inavouable Orgueil et préjugés lèvent la main! Je serais, sans aucun doute, l’une des premières à lever la main, sans qu’une once de culpabilité ne me traverse. Je suis une fan inconditionnelle de Jane Austen. J’aime son style, j’aime que l’amour soit une foi qui prend du temps, j’aime me faire croire que j’ai un petit quelque chose d’Élizabeth Bennet et, il faut bien l’avouer, j’ai un faible pour Mr Darcy. Lire un Jane Austen c’est une garantie d’avoir une fin heureuse, petits papillons dans le ventre inclus. Et je ne suis pas la seule fan de Jane Austen chez Le fil rouge! Vous pouvez aussi aller lire les articles de Karina Ici et Ici. C’est seulement après avoir fait plusieurs lectures de l’oeuvre originale que j’ai découvert les fanfictions sur l’univers de Jane Austen. Que se passe-t-il après le beau grand mariage? Comment ont fini les personnages de Mary et Kitty Bennet? Et plus encore, que se passe-t-il dans la tête de nos personnages masculins …

Pourquoi l’amour fait mal?

Il n’est pas toujours facile de justifier mon choix d’aller faire un doctorat en sociologie. Certains pensent que ce n’est pas une «vraie science», d’autres ajoutent que les sociologues sont juste des «pelleteux de nuage», plusieurs croient que je n’arriverai pas à trouver un bon emploi stable dans mon domaine. Bref, toutes les raisons sont bonnes pour me décourager, pourtant quand je lis un livre comme celui d’Eva Illouz, je sais que j’ai pris la bonne décision en choisissant la sociologie. Avoir un regard sociologique, c’est se montrer curieux face à une situation, c’est une volonté de mieux comprendre les mécanismes et les constructions sociales, une meilleure compréhension de la société dans laquelle on évolue permet d’agir sur celle-ci. Une meilleure compréhension de l’amour à l’époque contemporaine dans le monde occidental, voilà donc l’ambition de l’autrice. Si vous pensiez avoir affaire à un livre de «psycho-pop» pour vous aidez à gérer votre vie amoureuse, vous serez déçu. Par contre, si vous souhaitez mieux comprendre comment l’amour est socialement codifié aujourd’hui, vous serez renversé! «L’ambition de …

Construction de la féminité

Un des livres qui m’a le plus marquée au courant de l’année 2016 est sans aucun doute La femme gelée, par Annie Ernaux. Pour moi, l’autrice trouvait chaque fois les mots justes pour construire des phrases percutantes qui venaient ébranler mes certitudes et en même temps me donner l’impression d’être éminemment comprise. Ma relation avec Annie Ernaux n’a pas toujours été aussi simple. La première fois que j’ai lu un de ses livres, j’étais au cégep et je n’ai pas du tout aimé. L’écriture épurée de l’autrice, presque dénuée d’émotion, m’avais semblé froide, voire impénétrable. La jeune fille de 19 ans que j’étais à l’époque avait été incapable de se reconnaître à travers le récit ou même d’éprouver de l’empathie. Tout aurait pu finir là, une rencontre littéraire ratée, puis plus rien. Mais une de mes proches amies adore cette autrice et m’a encouragée (lire tordu un peu le bras) pour que je lise d’autres récits d’Ernaux. Elle m’a expliqué qu’Annie Ernaux faisait de l’auto-socio-biographie, d’où l’impression de distance, puisqu’elle se pose toujours comme témoin et …