Littérature québécoise
Comment 1

Curieuses histoires d’apothicaires, pour le plaisir de découvrir toutes ces anecdotes

Le fil rouge, le fil rouge lit, lectures, livre, les livres qui font du bien, bibliothérapie, Gilles Barbeau, Curieuses histoires d'apothicaires, Septentrion, histoires de la pharmacie, anecdotes, plantes médicinales, récit historique, histoires d'apothicaires

Pendant plusieurs de mes années à l’université, j’ai mis la lecture de côté. L’étude prenait tellement de mon temps en dehors de mes cours que la dernière chose que j’avais envie quand je m’accordais une pause, c’était d’ouvrir un livre. En plus, j’étais obsédée par le fait que si je lisais autre chose que mes notes de cours, je devais en retirer des connaissances utiles. On peut donc dire que de lire des bons romans, simplement pour le plaisir de décrocher et de me détendre, ça ne faisait pas partie des options. Heureusement, j’ai fini par me reconnecter avec le plaisir de lire et ainsi recommencer à varier mes lectures.

Malgré tout, j’ai toujours gardé un faible pour les livres qui me permettent d’approfondir des connaissances sur des sujets variés et d’élargir ma culture générale. Pour ma part, je considère les livres de vulgarisation comme des ouvrages clés pour quiconque désire s’initier à des sujets plus complexes. Un bon ouvrage de vulgarisation est rigoureux puisqu’il doit être appuyé par la littérature scientifique mais il doit surtout être accessible, éviter les lourdeurs et traiter le sujet de façon intéressante et captivante. C’est exactement toutes ces qualités que j’ai retrouvées dans le récit historique Curieuses histoires d’apothicaires écrit par Gilles Barbeau, professeur émérite de l’Université Laval et ancien doyen de la faculté de Pharmacie.

Curieuses histoires 

Cet hiver, pendant que le froid montrait encore tout son savoir-faire, j’ai vu passer le titre dans la liste de livres de la rentrée du printemps. Avec du recul, je sais pas si c’est le sujet qui m’a attirée ou bien le fait qu’inconsciemment il était relié au mot printemps, mais j’avais noté sa date de sortie pour me le procurer. Et ce fut réellement une superbe découverte! Ce livre illustré regorge d’histoires et d’anecdotes toutes plus intéressantes les unes que les autres. Je vous invite sincèrement à le découvrir.

Dès l’introduction, l’auteur nous parle de sa démarche afin de mettre en oeuvre ce livre.

« Après plus de 30 ans de recherches historiques sur l’histoire de la pharmacie et enseignant cette histoire à la fois aux étudiants en pharmacie et aux étudiants du troisième âge de Québec, je me propose donc de vous faire connaître les curieuses histoires de ces héros de la santé, l’histoire de quelques savants apothicaires et pharmaciens. Cette histoire est curieuse parce qu’elle est peu connue parce qu’elle nous fait découvrir des apothicaires ou des pharmaciens de tous les milieux […] qui ont marqué non seulement leur temps par leurs découvertes, mais aussi le nôtre, puisque leurs « inventions » ont encore une influence sur notre vie et notre qualité de vie. »

Une question d’humeur 

Êtes-vous de « bonne ou mauvaise humeur» aujourd’hui ?

Vous arrive-t-il quelques fois d’avoir des «sautes d’humeur» ?

Vous êtes «d’une humeur noire» ?

Vous vous faites «du mauvais sang» pour quelqu’un ?

À priori, ce sont des expressions que l’on entend souvent! Mais connaissez-vous leur origine ? Personnellement, j’ai été très surprise d’apprendre que celles-ci proviennent des premières avancées de la médecine et des soins de santé. En effet, il faut connaître la  théorie des humeurs pour qu’elles prennent tout leurs sens!

«Selon cette théorie, nous avons dans notre organisme quatre humeurs ou liquides : le sang, la bile jaune, la bile noire ou l’atrabile et le flegme. Ces liquides sont nécessaires et doivent être en équilibre pour que nous soyons en santé. Si l’une de ces humeurs est en excès (ou pléthore) ou en déficit, s’il y a un déséquilibre, nous devenons malade. Pour corriger ce déséquilibre, il faut saigner le malade, le purger, le faire suer, lui donner un lavement (clystère). »

Malgré que ce résumé de la pratique semble simple, détrompez-vous. Au cours de votre lecture, vous serez étonné de constater la complexité de cette théorie mais surtout, vous remercierez les avancées dans les connaissances de la médecine qui nous ont permis de nous libérer de celle-ci ! (Maintenant nous savons que des saignées n’aident en rien à la guérison d’une fracture du tibia et on peut éviter une amputation !  YÉ!)

La veuve noire 

Connaissez-vous l’histoire de Marie Becker, surnommée la veuve noire ? Cette femme a empoisonné onze femmes causant leur mort. Elle fut appréhendée le jour où elle était sur le point de commettre son douzième meurtre.  Elle utilisait une plante nommée la digitale pourpre, qui est magnifique et utilisée pour soigner les maladies cardiaques. Par contre, à forte dose, elle est aussi très toxique!

Les fascinantes histoires d’apothicaires

Au cours des chapitres vous découvrirez l’histoire du père de la pharmacie et du premier apothicaire de la Nouvelle-France, Louis Hébert. Vous en saurez davantage sur des vieilles croyances, des anciens remèdes et d’autres toujours utilisés aujourd’hui. Vous pourrez également en connaître plus sur les différentes plantes et leurs propriétés médicales. Croyez-moi, vous n’avez pas fini d’être impressionné par ces histoires méconnues racontées par l’auteur Gilles Barbeau, mais également par toute la complexité de la Nature qui nous entoure présentée dans ce livre.

Avez-vous des livres coup de coeur qui vous ont permis d’élargir votre culture générale ?

 

Advertisements

Un commentaire

  1. Ping : Curieuses histoires d’apothicaires, pour le plaisir de découvrir toutes ces anecdotes | Le Bien-Etre au bout des Doigts

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s