Littérature étrangère
Laisser un commentaire

Le secret des abeilles: doux comme le miel

le secret des abeilles, Sue Monk Kidd, JC Lattès, le fil rouge, le fil rouge lit, littérature, bibliothérapie, littérature étrangère

J’avais envie que l’été s’étire un peu plus. Que la chaleur, le soleil et les vacances durent encore. J’avais envie de me trouver du temps pour m’évader une dernière fois avant la fin de la saison estivale. Et puis, c’est comme si mon vœu s’était exaucé quand j’ai ouvert le livre Le Secret des abeilles. Premier roman de Sue Monk Kidd paru en 2003 dans sa version originale The Secret Life of Bees, il a aussi été adapté au cinéma en 2008 dans le film Le Secret de Lily Owens.

C’est l’été 1964 en Caroline du Sud. Lily Owens a 14 ans et vit sur un verger de pêches. Depuis toute jeune, elle est hantée par le traumatisant souvenir de la mort de sa mère, un accident pour lequel elle se sent coupable. Élevée par un père persécutant, elle ressent d’autant plus l’absence de l’amour maternel. Qui était sa mère? Lily cherche des réponses. Grâce à une vieille photographie lui ayant appartenue, elle atterrie à Tiburon où elle rencontre trois soeurs apicultrices et à la peau noire qui lui feront découvrir le monde des abeilles. Un monde complexe dont elle tirera plusieurs leçons de vie et qui l’aidera également à combler le vide qu’avait laissé le départ de sa mère.

À cette époque, il y a la ségrégation aux États-Unis et on la ressent beaucoup en toile de fond. À l’âge où on découvre encore le monde, Lily, elle, ne comprend pas pourquoi elle ne doit pas être amie avec les personnes noires, pourquoi elles sont traitées différemment. En recherche de modèles, elle trouve beaucoup de bonté, de force et de résilience en ces femmes de couleur. Vaillantes, entrepreneures et indépendantes, elles sont inspirantes.

Rempli de lumière

Malgré tous les chagrins, les coeurs en manque d’affection, les doutes, les mensonges et les injustices que subissent les Noirs, l’ensemble du livre Le Secret des abeilles est lumineux et plein d’espoir. Oui, certaines scènes sont cruelles, mais il y a aussi beaucoup de réconfort. C’est ce que j’ai ressenti tout au long de ma lecture.

-C’est juste que j’ai jamais entendu parler d’un avocat noir. Il faut entendre parler de ce genre de trucs avant de pouvoir les imaginer.

-Foutaises! Il faut imaginer ce qui n’existe pas.

Et la suite de l’Histoire prouve en effet que les Noir(e)s ont finalement obtenu le droit de voter, le droit d’étudier dans le domaine de leur choix, etc. Avec beaucoup de persévérance!

Apprendre la réconciliation

Au final, Le Secret des abeilles est rempli de belles morales qui m’ont beaucoup charmées. À travers les dures étapes, Lily apprend à pardonner et à combler les petits vides qui lui percent l’intérieur. Ce n’est pas sans difficulté et sans peine qu’elle finit par créer son propre bonheur. Elle arrive même à trouver ce sentiment d’amour maternel dont elle rêvait depuis toujours, mais d’une autre manière. C’est le début de l’automne quand elle se retourne vers son passé pour l’observer encore une dernière fois avant de continuer à faire son petit bout de chemin. L’automne, la saison des nouveaux départs.

Avez-vous aussi des lectures que vous reliez aux saisons?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s