Poésie et théâtre
Comment 1

La nuit du 4 au 5, pas qu’une pièce de théâtre

Le fil rouge, Le fil rouge lit, littérature, théâtre, dramaturgie, les livres qui font du bien, la nuit du 4 au 5, CEAD, viol, culture du viol, #metoo, dramaturges éditeurs, salon du livre, Rachel Graton, Mathilde Corbeil, Montréal, Solidarité

Depuis mon cours de dramaturgie l’année passée, je garde un œil sur les programmations théâtrales des théâtres les plus populaires de Montréal. Je m’intéresse au gagnant du prix Gratien-Gélinas du CEAD (Centre des auteurs dramatiques) chaque année, et je me dis chaque fois, un peu comme je me le dis avec les livres, « si ça gagne un prix, c’est que ça doit être bon », alors je m’oblige, à mon plus grand plaisir, à aller voir cette pièce. Je n’ai pas pu voir la pièce La nuit du 4 au 5, de Rachel Graton, par manque de temps, et depuis j’ai tenté de traquer cette pièce pour au moins la lire, sans réussir. Jusqu’au Salon du livre de Montréal de cette année où je l’ai aperçue au loin, quasiment entourée d’un halo, chez Dramaturges Éditeurs. En plus, à mon plus grand bonheur, c’est une illustration de Mathilde Corbeil qui habillait la première de couverture. Que du bonbon pour les yeux.

Une construction particulière

Lors de mes premiers moments de lecture, j’ai trouvé la pièce décousue, probablement en raison du fait que Rachel Graton construit sa pièce sans réelles indications techniques. Il peut y avoir un ou plusieurs personnages, et les lignes de ceux-ci ne sont pas clairement identifiées. Une majuscule en début de phrase signifie que c’est un nouveau personnage qui parle. Il faut donc s’habituer à lire pour bien comprendre et, encore là, j’imagine que l’interprétation peut être différente pour chacun. J’aurais bien aimé voir la pièce et voir ce que serait la mise en scène. Ma propre interprétation est que chaque nouvelle ligne dite par un nouveau personnage rappelle le commérage qui a souvent lieu à la suite d’un événement, dans ce cas-ci dans un voisinage, et que chaque nouvelle ligne est un voisin ou la protagoniste. Tout au long de ma lecture, j’ai aimé la façon dont les personnages sont décrits et mis en action, simplement. Il n’y a pas de grands artifices dans la pièce de Rachel Graton, elle y incorpore de la vérité et c’est un grand atout de l’oeuvre.

Un sujet important

La nuit du 4 au 5 est, de plus, intéressante, car elle porte sur un sujet important: le viol. C’est l’histoire d’une femme qui a été agressée et qui s’est défendue. Elle en sort vivante, mais non intacte. Son cri a fait fuir son attaquant et a réveillé ses voisins. Elle passe donc à travers les différents protocoles médicaux et policiers, mais sa mémoire lui joue des tours. Tentant de décrire son agresseur, elle est confrontée à de vagues souvenirs. Rachel Graton fait le portrait d’une jeune fille comme les autres, à qui ce genre d’événement pourrait arriver, et ne tente pas de créer une image fausse d’une survivante, mais bien une histoire honnête d’une jeune femme en route vers la résilience. À travers le mouvement #metoo, la dramaturge choisit de faire le portrait d’une femme qui a choisi de dénoncer et, en tant que lecteurs, nous l’accompagnons par solidarité.

Une petite lecture pour grandir

La pièce se lit très rapidement, elle se lit d’un coup. Je voudrais tellement que tout le monde la lise pour comprendre l’importance de ce sujet. Elle devrait être à lire dans les écoles. C’est une pièce qui devrait servir d’outil, autant pour prévenir que pour guérir. Je la recommande, j’incite, même, tout le monde à lire ce chef-d’œuvre, car c’est par des petits gestes que le monde peut réellement changer.

Y a-t-il des livres qui vous ont réellement marqués?

Un commentaire

  1. Monique Pouliot says

    Merci du partage, du site et des critiques fort intéressantes. Merci pour l’engagement et la poursuite de vos objectifs. Je suis fan et contente de voir des plus jeunes se lancer par passion et par gout de l’aventure pour la lecture sous toutes ses formes. La société a besoin de gens comme vous, de modèles actuels et passionnés.
    Monique

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s