Auteur : Laurence Lacroix

Kurt Vonnegut, Breakfast of Champions, Le fil Rouge, le fil rouge lit, littérature, bibliothérapie, lecture, les livres qui font du bien, the Dial Press, science-fiction

Breakfast of Champions, du jamais vu

Après avoir terminé sa lecture, mon copain m’a fortement suggéré de livre Breakfast of Champions de Kurt Vonnegut, car il avait adoré cette œuvre littéraire. Vu son enthousiasme, je n’ai pas hésité et je me suis lancée dans cette aventure qu’est ce livre, m’éloignant de ce que je lis habituellement.           La rencontre de deux opposés Ce livre a été écrit en 1973 et est encore très populaire de nos jours. Breakfast of Champions, c’est l’histoire de deux hommes dont les chemins vont se croiser par un, mais pas le meilleur des hasards. Kilgore Trout est un auteur pas très apprécié ou très populaire du public. Il est un personnage récurrent des fictions de Vonnegut. Ses histoires de science-fiction farfelues parsèment l’histoire principale.  Dwayne Hoover, un concessionnaire d’automobiles dont son seul compagnon de vie est son chien va perdre de plus-en-plus la raison à la suite du suicide de sa femme et de la découverte d’une fausse réalité. Lorsque les deux hommes se rencontrent dans le cadre d’un festival, l’œuvre de …

Édition HarperCollins, Becky Albertalli, Bibliothérapie, homosexualité, Le fil rouge, le fil rouge lit, lecture, littérature, love simon, simon vs the homo sapiens agenda

Simon vs. the Homo Sapiens Agenda ou ne pas choisir qui l’on est

La fin de session peut être difficile à vivre pour plusieurs. Dans mon cas, je dois tout faire pour rendre celle-ci plus facile. J’ai donc tendance à réécouter les films qui me réconfortent, manger ce que j’aime et lire des romans plus légers, moins pédagogiques. J’aime donc me retourner vers la littérature jeunesse que j’aime même sans une fin de session dans le décor. Alors, à la suite de ma sortie au cinéma, où j’ai vu le récent film Love, Simon, j’ai acheté le livre Simon vs. the Homo Sapiens Agenda, écrit par Becky Albertalli, et je n’ai qu’une chose à dire : j’ai adoré ce livre. « I’m tired of coming out. All I ever do is come out. I try not to change, but I keep changing, in all these tiny ways. […] And every freaking time, I have to reintroduce myself to the universe all over again. » Pourquoi pas les autres aussi? Simon vs. the Homo Sapiens Agenda c’est l’histoire de Simon Spier, un jeune élève en théâtre qui est confronté à faire son …

le fil rouge, chez le fi rouge, bibliothérapie, les livres qui font du bien, littérature, La Meute, Catherine-Anne Toupin, Théâtre, La Licorne, lecture, le fil rouge lit

La Meute : l’actualité mise en scène

La Meute est la nouvelle pièce écrite par Catherine-Anne Toupin et produite par La Manufacture dont tout le monde parle ces derniers temps. Mon article sort juste à temps pour vous donner l’envie d’aller voir la pièce si vous avez manqué votre chance à la première vague de représentations. Il y aura d’autres du 7 juin au 16 juin et 21 août au 1er septembre au théâtre La Licorne.  Croyez-moi, c’est une pièce à voir. Cette pièce, mise en scène par Marc Beaupré, met en vedette Catherine-Anne Toupin, Guillaume Cyr et Lise Roy. Autour de ce trio, un thriller se construit. La Meute c’est une pièce dont tout est vrai: elle traite de harcèlement, de menaces, de trolls via les réseaux sociaux et d’intimidation. La pièce dure environ 1h30. Elle est construite de dialogues entre les trois personnages et de monologues récités par Catherine-Anne Toupin, jouant Sophie, le rôle principal. Les dialogues permettent de construire l’action et l’histoire, tandis que les monologues accueillent les pensées sombres, très sombres de Sophie. Elle témoigne de sa peine, …

lecture, bibliothérapie, le fil rouge, le fil rouge lit, littérature, les livres qui font du bien, livres, mémoire, the glass castle, du livre au film, jeanette walls, film,

Du livre au film : The Glass Castle

À Noël dernier, une pluie de livres s’est abattue sur moi à mon plus grand plaisir, et à celui de mon portefeuille. J’avais demandé les mémoires de Jeannette Walls, The Glass Castle (Le château de verre), car j’avais vu le film sorti en 2017 quelques mois auparavant, et je l’avais bien aimé. J’aime toujours comparer une œuvre d’un médium à l’autre me permettant ainsi d’unir une œuvre à travers deux de mes passions. Normalement, je lis le livre en premier et ensuite j’écoute le film, mais cette fois-ci, j’ai su qu’un livre existait après le visionnement de l’œuvre cinématographique seulement. Laissez-moi donc vous présenter ce livre que j’ai adoré et ce film qui ne m’a pas déçue. Le livre où Jeannette se dévoile Le livre dépeint la vie de Jeannette Walls, une vie de nomade favorisée par ses parents marginaux : sa mère, artiste en tout genre (peinture, écriture de théâtre, de romans, de nouvelles) et son père, inventeur alcoolique ayant pour but de construire un château de verre qui révolutionnera leurs vies et leurs problèmes …

, Le fil rouge, le fil rouge lit, lecture,

Mes découvertes théâtrales à l’université (partie 3)

Comme je me sentais inspirée et que mon amour pour le théâtre – surtout le théâtre québécois – croît de jour en jour, j’ai décidé de faire une troisième partie à ma suite d’articles portant sur mes découvertes théâtrales. Ces découvertes se sont produites dans le cadre de mes cours universitaires, qui à mon plus grand bonheur m’ont permis de développer une véritable passion. Vous pouvez lire la partie 1 ici et la partie 2 ici. Laissez-moi tout d’abord vous expliquer que le théâtre québécois est en pleine effervescence en ce moment. Les scènes sont remplies d’inspirantes créations. Parmi celles-ci, on retrouve des créations des « Trentenaires », une catégorie regroupant les jeunes dramaturges québécois.e.s dans la trentaine ou qui en sont près. Le travail des auteur.e.s est de plus-en-plus reconnu; il n’est désormais plus seulement question des metteur.e.s en scène. Ces artistes sont très d’actualité et s’inspirent de la société dans laquelle ils grandissent pour créer leurs œuvres dramaturgiques. Marianne Dansereau, Sarah Berthiaume et Olivier Choinière sont des auteur.e.s que je connais depuis peu, mais dont …

Savoir compter de Marianne Dansereau

Si vous avez consulté les critiques au sujet de la pièce Savoir compter de Marianne Dansereau présentée au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, vous en avez peut-être lu  quelques-unes défavorables. Par contre, il faut toujours se rappeler que le théâtre, l’art et les goûts en général sont subjectifs. Je n’ai donc pas laissé ces critiques influencer ma pensée avant de me rendre à la salle, et finalement j’ai adoré mon expérience. Je vous partage donc ma soirée au théâtre en espérant vous faire vivre ce que j’ai vécu. Premièrement, il faut mentionner que j’avais, outre les critiques, un parti pris pour Marianne Dansereau, cette jeune auteure dramaturgique qui a également écrit la pièce Hamster. Je l’ai découverte dans mon cours de dramaturgie québécoise et elle m’a permis de rendre un travail de fin de session agréable. Dans ce même cours, j’ai également pu lire la pièce Savoir compter et j’ai tout simplement adoré, j’avais très hâte de vivre l’expérience théâtrale. L’arrivée Lorsque je suis arrivée au théâtre, je me suis dirigée vers la petite salle, la …

Actes sud, bibiothérapie, dramaturgie québécoise, Félix-Antoine Boutin, Folio, Ionesco, Le fil rouge, le fil rouge lit, lecture, Leméac, Les Belles-Soeurs, les femmes au théâtre, les livres qui font du bien, littérature, Macbett, Michel Tremblay, Petit guide pour disparaitre doucement, Théâtre, théâtre québécois, université

Mes découvertes théâtrales à l’université (partie 2)

Cet article se veut la suite de mon premier article sur mes découvertes théâtrales à l’université. Heureusement, dans les dernières semaines, j’ai beaucoup lu et j’ai fait des découvertes encore plus fraîches. Étant inscrite dans un cours de dramaturgie québécoise cette session, j’ai pu découvrir un classique des classiques qui est automatiquement devenu un coup de cœur, ainsi que quelques nouveautés. Ce que j’aime particulièrement de l’école, c’est justement les découvertes inattendues que l’ont fait en tant qu’étudiant.e. Les professeur.e.s nous incitent à sortir de notre zone de confort et, ainsi, nous pouvons nous créer une bonne connaissance générale de divers types de littérature. Comme dans mon précédent article, j’ose insister sur la nécessité d’un corpus d’œuvres diversifiées autant au niveau des sexes que des cultures. J’aimerais bien découvrir la dramaturgie d’Afrique ou d’Asie par exemple. Voici donc trois de mes coups de cœur les plus récents. Macbett d’Ionesco Macbett est une satire de la pièce originale de Shakespeare, Macbeth, écrite en 1972. L’histoire relatée par Ionesco reprend celle de Shakespeare, soit l’histoire de Macbeth, …

Elfriede Jelinek, Anton Tchekhov, Odon von Horvath, La Mouette, Drames de princesses, La jeune Fille et la Mort, Don Juan revient de la guerre, le fil rouge, le fil rouge lit, bibiothérapie, les livres qui font du bien, théâtre, le Livre de Poche, l'Arche, lecture, les femmes au théâtre, université, littérature

Mes découvertes théâtrales à l’université (Partie 1)

J’étudie à l’université en écriture de scénario et création littéraire, ce programme bi-disciplinaire est constitué à 50% de cours orientés vers la littérature, puis l’autre moitié vers le cinéma. Lors de mes cours de littérature, je me suis principalement dirigée vers les cours de dramaturgie pour les cours à choix. À mon plus grand plaisir, je suis tombée en amour avec le genre, je trouve que l’évolution de cette forme d’écriture est passionnante. Dans cet article je vous présente mes coups de cœur à travers mes découvertes théâtrales au cours de mon bac. La mouette de Tchekhov De tout ce que j’ai lu de littérature russe, j’en ai toujours apprécié la lecture. Il n’est donc pas étonnant que La Mouette d’Anton Tchekhov soit l’œuvre dramaturgique que j’ai le plus appréciée au cours de mon parcours scolaire jusqu’à maintenant. C’est une histoire de famille, une histoire de triangle amoureux, une histoire de passion. L’art devient le nœud de l’histoire, chacun aspire à se découvrir et réussir de leur passion. Nina veut devenir actrice, Treplev cherche la …

Montréal, 375è de montréal, Ahuntsic, Bibliothérapie, Le fil rouge, le fil rouge lit, lecture, les livres qui font du bien, littérature

375e de Montréal : Découvrir Ahuntsic

Il y a un peu plus de deux ans, j’ai quitté le nid familial, ou plutôt, mes nids familiaux. J’ai suivi mon copain qui déménageait en appartement. On a trouvé l’appartement parfait sur Kijiji, on l’a visité, on a supplié le proprio d’accepter notre chien, et l’affaire était réglée en moins de deux jours. Ma première chasse à l’appartement fut un vrai succès. Nous logeons donc depuis août 2015 dans un grand 3 ½ sur la rue Prieur à Montréal. La rentrée 2015 s’est donc caractérisée par une vague de changements (début de l’université et nouvelle demeure), qui bien que me réjouissant, m’a bouleversée. Même si j’étais heureuse de devenir plus indépendante, j’aurais pu habiter chez mes parents quelques années de plus sans problème. Il m’a fallu un bon 6 mois pour trouver une routine adéquate « école, épicerie, devoirs, ménage, vie sociale » avant de me sentir réellement chez moi. Le quartier que nous avons choisi, Ahuntsic, a certainement participé à créer un environnement agréable afin de devenir un endroit où je me sens …

alcoolisme, Anais Bardeau-Lavalette, Bibliothèque québécoise, Bibliothérapie, je voudrais qu'on m'efface, Le fil rouge, le fil rouge lit, lecture, les livres BQ, les livres qui font du bien, littérature, littérature québécoise, livres, misère, obstacles, pauvreté, Montréal.

Je voudrais qu’on m’efface : on ne choisit pas sa famille

Le 12 août passé a eu lieu la journée « j’achète un livre québécois ». J’en ai donc profité après le travail pour me réfugier en librairie, histoire de participer à cet événement initié par Patrice Cazeault et Amélie Dubé, il y a quatre ans. Mon choix s’est arrêté sur deux œuvres québécoises, Filles de Marie Darsigny et Je voudrais qu’on m’efface d’Anaïs Barbeau-Lavalette. Je voudrais qu’on m’efface est le premier roman de l’auteure de La femme qui fuit, que tout le monde a adoré (je n’ai pas encore rencontré à ce jour quelqu’un qui n’a pas aimé ce livre). Ayant moi-même été particulièrement touchée par la lecture de ce dernier, je me suis rapidement emparée de sa première œuvre littéraire et l’ai lue en quelques jours seulement. Une complicité non assumée De sa petite taille de 145 pages, le livre a la capacité de faire chavirer le lecteur dans diverses émotions fortes qui brûlent en dedans. L’auteure dresse le portrait triste mais juste de trois familles qui vivent dans la misère et la pauvreté d’un immeuble résidentiel, à …