Auteur : Marianne C.Cossette

Bibliothérapie, Éditions Ça et Là, Bande Dessinée, Annie Sullivan & Helen Keller, Joseph Lambert, Le Fil Rouge Lit, Lecture, Les Livres qui font du Bien, Le Fil Rouge, Brail, Langue des Signes, Surdité, Éducation,

Annie Sullivan & Helen Keller : le sens du monde

Photo: Marianne C.Cossette

Advertisements
Homo Sapienne La Peuplade Littérature Étrangère Groenland Queer Nordicité Niviaq Korneliussen Le Fil Rouge Lit Livres qui font du bien Le fil rouge Lecture Femme Féministe Bibliothérapie

Homo Sapienne: du territoire intérieur

Le Groenland. Lorsque j’entends son nom, je pense à l’immensité brute de ce territoire, à sa blancheur, à son opacité. Ce n’est pourtant pas ce qu’aborde Niviaq Korneliussen, jeune auteure groenlandaise, dans son premier roman, Homo Sapienne. Depuis sa parution originale en 2014, ce livre a fait couler tellement d’encre, que je me suis longuement demandé « pourquoi diable ai-je choisi d’en parler pour mon premier article au Fil Rouge?». Au cœur de mon doute, toutefois, subsiste quelque chose qui me rattache aux personnages peuplant les (trop courtes) 213 pages du roman: l’importance de la subjectivité, et le discours intérieur comme réalité première. De l’enfermement Homo Sapienne est un de ces livres qu’on entame, la tête pleine d’attentes bâties par toutes les critiques qui nous préviennent: vous ne pouvez qu’être chamboulée par cette lecture. Pourtant, les premières pages se font dures. Sous la plume tranchante et inventive de Niviaq Korneliussen, rien n’est filtré ni embelli. Si, dans l’imaginaire populaire, le Grand Nord se charge de romantisme, il en est autrement dans le quotidien de ceux …