All posts tagged: essaie

Quand les fibres textiles racontent le devoir de mémoire

Armoire aux costumes, Charles Sagalane Toute une bête qu’est cette publication d’à peine 177 pages. Je ne peux même pas catégoriser la chose! Présentée tel que faisant partie d’un projet qui s’insère dans un vaste édifice littéraire : le Musée Moi… par ses moyens indisciplinaires! Ça situe déjà l’aventure. D’abord intéressée par la relation aux textiles sur le devoir de mémoire et comment ils peuvent altérer notre relation au monde, à soi, aux autres, j’abordais donc cette œuvre avec mes préalables… totalement à l’ouest! Je crois que c’est ici que réside sa grande force, proposer un territoire commun, connu pour nous emporter loin, très loin! J’ai adoré l’aventure! En voici la structure! Commencer par le dessert Joint à cette parution, un carnet rose intitulé Choses qu’on ne porterait jamais, expérience du vêtir. Ma copie numérotée 63/73 commençait comme suit : bas de nylon chemise verte pantalon avec de « l’eau dans cave » mini-jupe extensible … crocs J’ai évidemment amorcé cette rencontre avec l’univers de Sagalane par la fin, par ce carnet qui au final… …

Comment « Journal d’un morphinomane » a bien failli avoir raison de moi!

J’ai dû m’armer de patience pour parvenir à mettre la main sur Journal d’un morphinomane à la BAnQ. Le précieux livre m’est donc parvenu… et son effet fut plus que surprenant! Auteur anonyme, entouré d’un certain halo de mystère… jusqu’à ce qu’on amorce la lecture. En avant-propos, on nous explique que ce document fut publié en 1896 (ce n’est pas une faute de frappe… 1896, donc il y a 121 ans!) dans une revue médicale : Archives d’anthropologie criminelle, de médecine légale et de psychologie normale et pathologique, pour être très exacte. Publiée, donc, comme vous le devinez sans doute, par un médecin. Pourquoi ce journal d’un drogué mérita-t-il de paraître dans cette revue médicale? Parce qu’il fut écrit par un vrai médecin! OK… les romantiques dans la salle viennent illico de voir une splendide image de Clive Owen dans The Knick, non? OK pour les autres… C’est moi qui régale : Source : The Knick Alors, tout comme le médecin du livre, cette image de Clive représente le moment où tout va bien, fier et …