All posts tagged: Monstres et Fantômes

Le fil rouge; le fil rouge lit; bibliothérapie; littérature; lecture; livres; les livres qui font du bien; défis littéraires; Pumpkin Autumn Challenge

Retour sur le Pumpkin Autumn Challenge

Retour sur ma participation au Pumpkin Autumn Challenge, qui s’est déroulé à l’automne passé (oui, déjà!)… Je suis plutôt fière de moi, puisque j’ai terminé mon défi en validant l’option «Un appétit de Goule», comme je l’avais prévu au départ. À part une petite déception, La recluse de Wildfell Hall, d’Anne Brontë, j’ai passé de très bons moments livresques grâce à ce challenge. Un petit retour sur mes lectures les plus chouettes, ça vous dit? Pour celleux qui ne connaissent pas ce défi littéraire ou ne s’en souviennent pas, vous pouvez retrouver mon article précédent ici. Magic Charly d’Audrey Alwett Dans ce premier tome de la série, on rencontre Charly, un garçon en apparence normal, mais accompagné d’un chat aux étranges capacités, dont la vie va être bouleversée lorsque sa grand-mère, Dame Mélisse, réapparaît après plusieurs années d’absence. Cette dernière, aujourd’hui amnésique, était une grande magicière. Lorsqu’il l’apprend, et pour l’aider à recouvrer la mémoire, Charly commence lui aussi son apprentissage en tant que magicier. Cependant, il est loin de se douter du complot sur lequel …

Monstres et fantômes, Collectif, Québec Amérique, La Shop, Recueil de nouvelles, nouvelles, Le fil rouge, Le fil rouge lit, lecture, littérature québécoise,

Quand les femmes racontent leurs monstres et leurs fantômes

On le sait, les auteurs et les autrices du Québec ne sont pas particulièrement reconnus pour la littérature d’horreur. Je suis persuadée qu’un seul nom vous vient en tête dès que vous entendez « littérature d’horreur au Québec », et vous avez raison de penser cela. Patrick Senécal (c’était lui, n’est-ce pas?) a pratiquement l’entièreté de la tribune accordée à ce genre dans notre belle province. En ce sens, nous pourrions donc en conclure que l’une des seules visions (je fais quand même la part des choses) de ce qu’est la littérature de ce genre au Québec est celle décrite par un homme blanc d’une cinquantaine d’années. Nous sommes d’accord? Bon, le problème, ce n’est pas Senécal. J’ai lu la majorité de son oeuvre et je l’ai appréciée plus souvent que le contraire. En réalité, la problématique réside dans le fait que nous ne connaissons pratiquement que cette avenue. Qu’en est-il du regard des femmes? De celles qui sont un peu plus jeunes? Qu’est-ce que l’horreur, le suspense et l’effroi sous une plume québécoise qui …