Littérature étrangère
Comments 2

Le ‘KING’ de l’horreur

Stephen King est un écrivain américain né le 21 septembre 1947 à Portland, dans le Maine (États-Unis). Il a publié son tout premier roman en 1974 et est rapidement devenu célèbre pour ses romans d’horreur. Il écrit également des livres d’autres genres ; le fantastique, la fantasy, la science-fiction et le roman policier. Tout au long de sa carrière, il a écrit et publié plus de cinquante romans et environ deux cents nouvelles.

Il fut longtemps dédaigné par les critiques littéraires et les universitaires, car il était considéré comme un auteur « populaire ». Il a souvent été critiqué pour son style familier, son recours au gore et à la longueur jugée excessive de certains de ses romans. À l’inverse, son sens de la narration, ses personnages vivants et colorés ont toujours été appréciés par son public.

C’est ma mère qui m’a fait découvrir Mr. King : je voyais plusieurs de ses romans dans sa bibliothèque et sur sa table de chevet. J’aimais déjà beaucoup les films d’horreur, je me suis dit qu’il y avait de fortes chances que j’aime cela sous forme de roman.

« Jessie », 1993

Ma première lecture de King me fût racontée par l’un de mes professeurs du secondaire : c’était le roman « Jessie ». Je ne l’ai jamais lu, mais j’en garde un excellent souvenir. Est-ce par la manière dont mon enseignant racontait l’histoire ? Reste qu’il a réussi à nous donner des frissons. C’est l’histoire d’un couple qui va dans un chalet en forêt, éloigné de la civilisation. Les amoureux décident de passer un moment coquet ensemble, la femme attachée au lit par des menottes… C’est alors que son mari meurt d’une crise cardiaque. Qu’arrivera-t-il, tout en sachant que dans les parages qu’il y a un meurtrier qui aime bien les doigts ?

« La ligne verte », 1996

Ma deuxième rencontre avec Mr. King s’est faite avec un film que j’aime beaucoup. Je n’ai toujours pas eu la chance de lire le roman, mais cela ne saurait tarder. C’est «La ligne verte», vous savez le film où nous pouvons retrouver John Coffey, ce charmant personnage dont nous ne pouvons croire qu’à l’innocence. Ce roman/film nous permet de constater que Mr. King n’écrit pas seulement de l’horreur et que nous pouvons retrouver, dans ses écrits, une très grande force au niveau de la création de ses personnages, ce que nous découvrirons également dans d’autres de ses romans.

« Je suis fatigué patron, fatigué de devoir courir les routes et surtout d’être seul comme un moineau sous la pluie…Fatigué d’avoir jamais un ami pour parler, pour me dire où on va, d’où on vient et pourquoi…Mais surtout je suis fatigué de voir les hommes se battre les uns les autres. Je suis fatigué de toute la peine et la souffrance que je sens dans le monde. »

– John Coffey

« Carrie », 1976

J’ai lu quelques classiques à la King. Une de mes vieilles lectures est son célèbre personnage « Carrie ». Cette jeune fille vivant de l’intimidation, vivant avec une mère amoureuse de Dieu et qui l’enferme dans un placard pour la protéger des tentations, pour la purifier. Ce qui est le plus effrayant dans cette histoire est sa fin très connue de tous maintenant, suite à ses nombreuses adaptations et clin d’œil dans d’autres œuvres. Carrie est un personnage dans lequel nous pouvons facilement nous reconnaître, nous avons tous vécu les pires moments lors de notre adolescence, il est donc facile de s’attacher à ce personnage. Mais quel monstre elle fut…

« IT’S JOHNNY ! »

« Shinning », 1979

Si j’avais à vous aider à choisir entre le livre et l’adaptation, je dirais le livre, car même si l’adaptation est très bien faite et respecte bien le ton du livre. Celui-ci est mieux construit et pour ma part, je trouve la fin tellement plus théâtrale, tellement bien faite ! Bref, je vous conseille l’un des meilleurs King que j’ai lu, « Shinning ». On y retrouve le style de l’auteur, le fait qu’il adore jouer avec la psychologie de ses personnages, et que dire de Jack..! Il n’aurait pas pu mieux choisir comme acteur que Jack Nicholson pour l’interprétation du personnage.

« La part des ténèbres », 1990

« La part des ténèbres » est également un des romans que j’ai eu la chance de lire et auquel j’adhère totalement. C’est l’histoire d’un écrivain qui aurait un frère jumeau dans sa tête (en fait, c’est un peu compliqué à expliquer comme ça). Bref, l’écrivain aurait un frère imaginaire, tout cela, entremêlé d’histoires de meurtre. On ne comprend rien à l’histoire et c’est pourquoi nous voulons justement continuer à tourner les pages pour pouvoir tout saisir.

« Misery », 1989

Et un autre célèbre roman, « Misery » que je viens tout juste de terminer. Mon intérêt pour cette lecture était pour son personnage d’Annie. Parce que je trouve toujours les personnages de « fou » très intéressants et fascinants. Et je peux confirmer que c’est réussi avec celle-ci. La construction du roman est très intéressante, puisque Misery se retrouve à être un personnage d’un roman dont l’auteur qui s’est fait kidnapper/«sauver» par sa «fan #1» (Annie). Ce personnage qui fut tué par l’auteur, Paul. Ainsi, nous retrouvons des parties de manuscrits, etc. Bref, ce roman reste un autre classique de King. L’adaptation est également très connue de tous pour l’interprétation de Annie qui semblerait serait tellement réaliste que s’en est effrayant ! (À suivre)

« Écrire n’engendre pas la misère, écrire naît de la misère. » – Misery

Mr King sera toujours là pour vous donner des frissons. Même si ses histoires plus actuelles sont un peu moins intéressantes que les autres, où l’on peut se tanner de son style, il reste un bon auteur à lire pour ce genre de lecture. Je crois qu’il est parfait pour lecture facile, une petite lecture de salon. Évidemment pour ne pas trop s’écœurer, je vous conseille d’en lire un de temps en temps.

Ma prochaine lecture que je voudrais faire de King serait ses deux romans « Ça ». Vous savez… l’histoire du clown (« IT »).

This entry was posted in: Littérature étrangère

par

Avoir une bibliothèque de plus en plus grosse est l’un des projets de vie de Karina. Apprendre et avoir plusieurs perceptions le sont également. Après avoir fait une technique en travail social au Cégep du Vieux-Montréal et travaillé quelques années dans des organismes communautaires (ce qu’elle continue de faire avec joie), elle poursuit ses études en faisant un certificat en études féministes à UQÀM. La littérature lui permet donc de voyager et d’avoir d’autres lunettes sur le monde.

2 Comments

  1. Ping : Lectures d’horreur pour se préparer à l’Halloween | Le fil rouge

  2. Ping : L’outsider: le nouveau roman effrayant de Stephen King | Le fil rouge

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s