Au-delà des livres
Laisser un commentaire

La blogueuse qui ne savait pas écrire

1969132_10204454701221556_3220202028727805653_nIl était une fois une blogueuse, quel drôle de nom, qui ne savait pas écrire. Ce n’est pas qu’elle n’avait pas réussi à suivre les pointillés et à former les A et les B à la petite école. Ce n’est pas qu’elle ne savait pas enchaîner les mots pour leur donner une certaine musicalité, bien qu’à chacun ses propres goûts musicaux. C’est plutôt que les règles verbales ne lui avaient jamais collé à la peau. Elle avait bien beau avoir essayé à l’école secondaire, mais ses copies revenaient inévitablement marquées de rouge. Elle avait réessayé, à l’université, mais pour maintes raisons et maintes excuses, elle n’y mit pas tous les efforts requis, se tira dans le pied et coula le cours.

Ce n’est pourtant pas sorcier. La grammaire est enseignée aux enfants. Un jour, un antidote quasi-miraculeux vint cogner à sa porte. Un sosie de l’original, un sosie qui n’avait pas coûté un rond. Avec ledit antidote, les professeurs marquaient toujours ses travaux de rouge, mais ce rouge semblait moins présent, moins pesant. Elle avait l’impression de faire des efforts, à noter ici l’importance du terme impression. Cet antidote était arrivé comme une solution magique qui lui permettait d’arrêter de faire saigner son papier. Comme cette blogueuse ne savait pas vraiment les bases ni les fondations sur lesquelles agissait cet antidote, elle n’était pas très bien placée pour se rendre compte de tout ce que cette potion supposément magique oubliait sur son passage.

Un jour, cette dite blogueuse fit quelque chose qui était dû depuis bien longtemps: les mises à jour de son ordinateur. Ayant un de ceux qui arborent une pomme, ce fut son système d’exploitation au complet qui se fit donner un subtil lifting. Ce qui était inévitable arriva et le nouveau visage de la pomme lui interdit d’utiliser son antidote, question d’incompatibilité. Peut-être ne serait-ce pas arrivé si elle avait, comme plusieurs, acheté l’antidote qui venait dans une boîte au lieu de voler celui qui provenait des interwebs.

Qu’à cela ne tienne, elle s’est alors retrouvée à la case départ. Le moment de panique n’a pas été long, prenant cette incompatibilité comme un signe, ou du moins, comme un retour du karma, elle se dit que 2015 allait être l’année des mots bien écrits. L’année des vrais efforts requis pour faire la différence entre c’est, ces, ses, s’est et pour se réconcilier avec les fameux participes passés.

Elle vécut heureuse (la majorité du temps) en faisant moins de fautes, en étant capable de se réviser elle-même et en mettant les virgules à la bonne place,  sans espaces.

Cette fin relève plus de la résolution/du défi que d’une fin classique, joyeuse et heureuse, mais bon si, comme moi, (et oui vous n’aviez pas deviné ein !) la grammaire française n’est pas votre force, mais que vous voulez vous améliorer et ce, sans passer au travers des cours universitaires de grammaire VRAIMENT déplaisants… voici quelques ressources qui pourraient peut-être vous aider.

http://www.ccdmd.qc.ca/fr/exercices_interactifs/  Le ccdmd propose une grande variété d’exercices de grammaire. Je connais ce site depuis le cégep, mais cette fois-ci, je compte bien l’utiliser.

http://www.archambault.ca/dumon-jossetsylvie-1001-secrets-de-la-langue-francaise-ACH002663897-fr-pr: Le livre 1001 secrets de la langue française. Grammaire amusante au design qui donne presque le goût de s’y plonger .

http://www3.telebecinternet.com/fol-ecrit/folie.html Des petites folies grammaticales et des exercices interactifs pour améliorer ou pratiquer vos compétences grammaticales .

Advertisements
This entry was posted in: Au-delà des livres

par

Curieuse depuis toujours, Marjorie s’intéresse à un peu tout, avec un penchant marqué pour les mots, le féminisme, les phénomènes de culture populaire et les mystères de la vie. Elle est bachelière en littérature et cofondatrice du Fil rouge, à travers duquel elle tente de faire son petit bout de chemin, lire le plus possible et surtout, apprendre et connecter avec les autres. Naviguant tant bien que mal à travers la vingtaine, elle trouve ses assises dans la lecture et l’écriture, cherchant toujours à comprendre un peu mieux les contradictions qui rendent la vie intéressante. Elle croit que la littérature fait partie de ces choses qui peuvent changer une vie, la rendre un peu plus douce et mettre un baume là où il faut.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s