Littérature étrangère
Comment 1

Une écrivaine belge chez les japonais

Amélie 2

Amélie Nothomb

Ou 8 romans de l’auteure qu’on doit lire.

Au cours de l’année 2014, je me suis donnée comme défi de lire tous les romans d’Amélie Nothomb. Avec cette auteure tu aimes ou tu n’aimes pas son monde. Elle écrit des romans courts et faciles à lire. Son écriture m’intrigue et j’aime embarquer dans ses folies.

Amélie Nothomb est un personnage, une dame qui aime porter des chapeaux extravagants. Elle est née au Japon de parents belges, dont son père fut l’ambassadeur de la Belgique. «[Elle] passe ses cinq premières années au Japon, dont elle restera profondément marquée, allant jusqu’à parler couramment japonais et à devenir interprète. Mais son expérience ne s’arrête pas là puisqu’elle vivra successivement en Chine, à New York, au Bangladesh, en Birmanie et au Laos, avant de débarquer à dix-sept ans sur le sol de Belgique, berceau de sa famille où elle entame une licence en philologie romane à l’Université Libre de Bruxelles.» (Source : Babelio) Et ce fut en 1992 qu’elle publia son tout premier roman, «Hygiène de l’assassin», depuis ce jour à chaque année elle publie un roman.

Nothomb a une vie remplie de voyages et de cultures. Au cours de mes lectures j’ai pu constater quelques thèmes récurrents. La relation amour/haine, l’amour, les êtres humains, le concept de beauté, etc.

Je vous ferai part de quelques uns de ses romans dont j’ai le plus apprécié ma lecture.

1) HYGIÈNE DE L’ASSASSIN

Est le premier roman de Nothomb. Nous retrouvons un auteur obèse qui vit avec plusieurs manies étranges. L’homme est décrit comme étant laid, repoussant et fort peu sympathique. Voilà que nous apprenons qu’il va mourir et il accepte à la grande surprise de tous de passer des entrevues. Plusieurs journalistes masculins vont à sa rencontre tout en ressortant malheureux. Sauf une. La seule lectrice qui a lu tous ses romans, la seule qui gagnera face au grand méchant loup.

J’aime cette histoire, parce que rares sont les livres de Nothomb qui sont une histoire de fiction, puisque la plupart de ses livres sont des autobiographies. Nous retrouvons dans cette histoire un petit mystère, une intrigue et un réel dégoût envers le personnage. Malgré cela nous souhaitons en connaître plus sur celui-ci. Vous savez, cette curiosité malsaine que nous avons…

2) SABOTAGE AMOUREUX

Ce roman fait partie des premières autobiographies de l’auteure. Nous vivons avec elle sa vie en Chine et son premier amour. Elle vit également son premier deuil avec le Japon et sa nounou. Elle nous raconte sa colère face à ce nouveau pays d’adoption, le «pays des ventilateurs». Le livre est intéressant par sa structure et par l’histoire, parce que tout comme Amélie nous sommes en colère. Il me rend également jalouse de la vie qu’elle a pu avoir avec tous ses voyages, mais en même temps si déchirante avec tous les deuils qu’elle a vécus (quitter les personnes et les pays qu’elle a aimés).

3) LES COMBUSTIBLES

Les combustibles est écrit plus sur forme de pièce de théâtre. Nous rencontrons un trio. Une jeune femme, un jeune homme (tous deux étudiants) et un vieux professeur. Tous trois passionnés par la littérature. Mais voilà, nous les retrouvons en période de guerre et en plein hiver. Tous les trois recherchent la chaleur, voilà qu’ils vivent avec un dilemme. Doivent-ils brûler les livres de la grande bibliothèque et par quel livre devons-nous commencer? Pour des passionnés de littérature, disons que l’idée est intéressante puisque nous pouvons nous poser la même question, quel livre tenterons-nous de garder précieusement? Il fait partie de mes préférés.

4) MERCURE

Ce livre fut ma première rencontre avec Nothomb et ce fut un coup de cœur. J’aime l’idée de l’histoire, le mystère que nous retrouvons, le mélange de beauté et de vieillesse. Nous retrouvons aussi un personnage qui tente de connaître la vérité. Ce qui l’emmènera dans le pétrin et dans sa misère elle nous fera découvrir des vérités. Ce qui est vraiment intéressant dans ce roman est que nous voulons savoir pourquoi ce vieil homme enferme une jeune femme dans une maison sans miroir, peu importe où elle va, elle ne verra son reflet. Il est beaucoup question de beauté, de dualité.

5) STUPEUR ET TREMBLEMENT

L’un des romans les plus connus de Nothomb. C’est une autre de ses autobiographies où nous la retrouvons au Japon, adulte et ayant son premier emploi. Dans cette histoire nous faisons face à la culture nipponne, où il est beaucoup question de perfection. Nous retrouvons une rivalité entre Amélie et l’une de ces collègues. Au cours de cette lecture tu vis une certaine frustration face aux hommes misogynes que tu rencontres, face aux embuches créées par cette collègue, etc. Ce roman est intéressant puisque nous retrouvons un «clash» entre la perception du monde d’Amélie, et ses petites folies, qui sont plutôt farfelues et la réalité du Japon. Une lecture forte agréable qui fut adaptée en film, que je n’ai toujours pas eu la chance de voir.

6) ROBERT DES NOMS PROPRES

Je considère ce roman comme l’un des plus beaux, ou un de ceux qui laissent une trace. Nous retrouvons l’histoire d’une jeune adolescente qui ne semble avoir aucun talent sauf dans la danse, comme ballerine. J’aime cette histoire parce qu’elle est touchante, car la jeune femme souffre d’anorexie. Dans d’autres romans de Nothomb (Biographie de la faim), nous pouvons constater que l’auteure a une drôle de relation avec la nourriture. L’histoire du roman est très sensible, les sujets abordés sont d’actualité et peuvent nous faire réfléchir sur notre perception du monde.

7) ACIDE SULFURIQUE

Si je vous conseillais un roman de Nothomb, ça serait celui-ci. Je l’aime parce qu’il est inspiré de la seconde guerre mondiale pour ses camps de concentration avec un mélange de téléréalités. Ce roman est un bon moyen de ridiculiser la relation malsaine que nous avons avec les autres, notamment de vouloir connaître tout de la vie des autres. Il est en quelque sorte une bonne «claque en pleine face», un réveil brutal sur notre conception de la réalité, de ce qui est important. Nous rencontrons de nouveau un versus, beauté contre la laideur. Vraiment un de mes romans préférés de l’auteure pour sa critique sociale et par le fait de nous faire réfléchir.

8) NI D’ÈVE NI D’ADAM

Nous retrouvons Amélie au Japon à la même époque de «Stupeur et tremblement». Cependant nous découvrons un autre côté de sa vie, une Amélie fiancée à un japonais  qui souhaite apprendre le français. Nous avons ici une autre perception de la culture japonaise. Les ébats amoureux de Nothomb, les grands parents de son fiancé qui se retrouvent à être deux vrais petits comiques impolis et une fin tragique. Nous pouvons constater une certaine suite dans les romans de Nothomb, dans un certain ordre nous retrouvons sa naissance à aujourd’hui.

Un commentaire

  1. Ping : Champagne, volubilité et authenticité : rencontre littéraire avec Amélie Nothomb | Le fil rouge

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s