Art et créativité
Comment 1

Happy : c’est quoi le bonheur ?

Ce soir, j’ai rhappy1-337x450egardé le documentaire Happy et j’avoue que je suis assez perplexe. On utilise tellement le mot bonheur à toutes les sauces. Même Coca Cola l’utilise dans ses publicités. Et une des chansons les plus populaires autour du monde y fait son hymne. Allo Pharrell.

C’est l’ultime quête humaine: trouver le bonheur. On y vend des promesses de bonheur éternel sous signe d’argent et de luxure accordées à la possession d’un Vitamix ou d’une voiture Volvo. Chacun a sa propre conception de ce que c’est le bonheur et c’est tant mieux. Le problème, c’est quand on essaie de nous vendre des moyens miracles pour attendre ce si cher bonheur.

Combien de livres de psycho-pop se vendent par jour au monde et qui garantissent la recette pour parvenir au bonheur? La pensée positive devenue une nouvelle forme de la psychologie populaire. Dans le documentaire, on apprend même que la classe la plus populaire de la prestigieuse Université Harvard était lié au bonheur. C’est assez incroyable de penser que les gens (je m’inclus là-dedans) veulent tant trouver le bonheur et ce, dans tellement d’éléments superficiels. Par exemple, en s’achetant des choses ou en ayant beaucoup d’argent. On le sait, une célèbre chanson québécoise le fredonnait L’argent ne fait pas le bonheur, celui qui a dit ça est un sacré menteur, l’argent aide à réaliser ses plus grands rêves, mais il faut toutefois rester réaliste, le bonheur ne s’achète pas. Et surtout, le bonheur n’est pas une destination.

En écrivant toutes ces formules clichées, je réalise à quel point même dans notre langage quotidien, le bonheur prend une place si importance. Ce simple mot, bonheur, fait partie intégrante de notre façon de voir, de parler et de concevoir la vie et notre existence.

Le gène du bonheur 

On a tous déjà entendu quelqu’un dire, Ah moi, j’ai le gène du bonheur! Les scientifiques et les psychologues s’entendent pour dire qu’il existe bel et bien ce gène du bonheur. Il influencera le bonheur d’une personne à 50%. Tandis que les circonstances de la vie tels que les drames personnels, le travail, les études, la famille, bref toutes les circonstances personnelles d’une personne ne seraient responsables du bonheur qu’à 10%,

Ce que je comprends là-dedans, c’est qu’on cherche au mauvais endroit la recette du bonheur. La plupart des gens vont affirmer ne pas être entièrement heureux à cause de leur travail, de leur situation familiale ou financière. Or, on réalise que dans le fond, cela ne correspond qu’à un maigre 10% dans l’influence que ces éléments ont réellement sur notre conception du bonheur.

Le 40% restant est lié à la façon dont on décide de l’utiliser. En fait, à l’action qu’on décide de mettre face à cette quête ultime du bonheur. Ce qui veut dire que les gens qui décident de se créer leur propre bonheur selon leur propre conception de celui-ci et qui font en sorte d’y parvenir ont plus de chance de l’atteindre, ce bonheur. Ça peut être aussi le contraire, se dire que notre vie est pourrie à cause d’éléments extérieurs ne fera pas grands changements non plus. L’action, peu importe la manière dont on la dirige, influencera notre conception du bonheur et de comment on peut la changer. Et aura par le fait même une influence sur notre propre bonheur.

Le documentaire nous présente un modèle inspirant en y présentant une femme qui a vécu un grave accident qui l’a défigurée et qui l’a amenée à réapprendre à marcher, à parler, etc. Cette femme arrive tout de même à affirmer qu’elle est heureuse aujourd’hui, et ce, malgré les périodes plus noires de son existence. Le bonheur serait un état d’esprit, donc.

Le flow du bonheur

Le psychologue Mihaly Csikszentmihalyi, a crée le concept du Flow. Il entend par là, les activités qui nous font oublier le temps et qui nous permettent de se plonger entièrement dans quelque chose et lorsqu’on s’immerge entièrement dans un état d’extrême concentration et que plus rien n’a réellement d’importance. Il arrive à la conclusion que les gens qui connaissent ce flow régulièrement dans leur vie quotidienne seraient plus heureux. Il peut s’agir d’un travail, d’un passe-temps, d’une relation, etc. Ce serait donc de faire quelque chose qui nous rendrait plus heureux et moins un état d’esprit? Ça devient de plus en plus compliqué de répondre à ces questions: C’est quoi le bonheur? et surtout Comment y parvenir?

Le documentaire nous emmène aussi au Japon où on découvre ce qu’est le Karoshi. Il s’agit d’un style de vie japonais où les gens s’épuisent et meurent au travail. Une importance tellement grande est mise sur la réussite professionnelle que les gens s’oublient et oublient leur famille. En ne prenant pas soin d’eux et en oubliant de dormir, souvent, les japonais se rapprochent tranquillement de la mort. Le bonheur alors, ce serait aussi de prendre soin de soi et de connaitre ses limites? En prenant soin de soi et en faisant des choix pour soi, on se rapprocherait un peu plus de ce qu’est le bonheur?

La solution serait peut-être de faire comme au Bhutan et de mettre l’atteinte du bonheur comme priorité sur les projets politiques et sociaux? Dans le fond, une nation heureuse, ça améliore un peu toutes les sphères de la société, non?

Ouf, cette réflexion est épuisante.

Alors au final, le documentaire, basé sur une étude scientifique, nous apprend que certains éléments peuvent avoir de l’influence sur notre bonheur ? Il s’agit de :

  1. L’activité physique
  2. La reconnaissance
  3. Accomplir quelque chose
  4. L’entourage

Je vous encourage tout de même à regarder le documentaire, car la réflexion est intéressante. On y découvre des gens inspirants qui savent trouver le bonheur dans les choses les plus simples. Je pense au cuisinier qui fait le même métier depuis 14 ans et qui continue de dire que cela le rend heureux ou même au surfeur qui atteint le bonheur chaque fois qu’il surf. En parcourant la planète pour parvenir à nommer ce dit bonheur, les documentaristes ont réussi à nous offrir une réflexion intelligente et culturellement intéressante.

Et vous, quelle est votre conception du bonheur? Et qu’est-ce qui vous rend vraiment heureux ?

Advertisements
This entry was posted in: Art et créativité

par

Lectrice invétérée, Martine est bachelière en études littéraires et la cofondatrice du Fil rouge. Créative et inspirée, elle a l’ambition de faire du Fil rouge un lieu de rassemblement qui incite les lectrices à prendre du temps pour elles par le biais de la lecture. Féministe, elle s’intéresse aux paradoxes entourant les mythes de beauté et la place des femmes en littérature. Elle tentera, avec ses projets pour Le fil rouge, de décomplexer et de dédramatiser le fait d’être une jeune adulte dans une société où tout le monde se doit de paraitre et non d’être. Vivre sa vie simplement et entourée de bouquins, c’est un peu son but. L’authenticité et l’imperfection, voilà ce qui lui plait.

Un commentaire

  1. Ping : Conversation sur la dictature du bonheur |

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s