Au-delà des livres
Comments 4

Combattre l’inertie

Avec le printemps qui se pointe timidement le bout du nez et le beau temps qui devrait (théoriquement) revenir, les projets ont tendance à bourgeonner comme les arbres! Évidemment, il n’y a pas un moment de l’année plus propice qu’un autre pour se lancer dans une nouvelle aventure, mais je trouvais que la venue du printemps se prêtait bien à mes propos.

« Ah, quand j’aurai du temps, je commencerai à écrire mon roman! »
« À un moment donné, quand j’aurai un peu plus d’argent, je vais partir en voyage. »
« J’aimerais vraiment me lancer en affaires, mais… c’est trop dur. Peut-être l’an prochain? »
« J’ai toujours voulu jouer de la guitare… sauf que pour l’instant, j’ai l’impression que c’est pas le bon moment. Dans quelques années, je vais m’inscrire à des cours! »

Ça vous dit quelque chose? Non? Je ne vous crois pas. Tout le monde a déjà, un jour ou l’autre, énoncé un souhait du genre. Bon, durant l’enfance, on le faisait souvent, avec la fameuse mention « quand je serai grand(e), je… » C’était normal, de dire ça. Comme enfant, on n’a pas vraiment de pouvoir sur notre horaire, sur nos déplacements. On n’a pas de voiture, pas d’argent, pas d’autonomie, pas vraiment de moyens d’agir concrètement sur nos rêves. Alors on joue, on rit, on répète qu’on va finir par faire ce qu’on veut, quand on aura atteint l’âge adulte. Et on continue de rêver.

Sauf que les années passent. On devient adulte. On obtient notre permis de conduire. On s’achète une première voiture. On déménage en appartement. On termine nos études, on commence à travailler. Parfois, on achète une maison, on fait des enfants à notre tour. Mais les rêves d’autrefois sont toujours là, tenaces. Ils s’accrochent, nous reviennent en mémoire, clignotent dans nos têtes comme des lucioles. Et c’est là qu’on se trouve des dizaines de défaites, comme le temps, l’argent et le niveau de difficulté, pour calmer nos ardeurs et tenter de se donner bonne conscience, de justifier notre inertie.

Sauf que tout ça, c’est de la bullshit. Et vous le savez aussi bien que moi.

Oui, c’est vrai que l’argent est un facteur important si vous désirez, par exemple, partir faire le tour du monde. Par contre, il n’est jamais trop tard pour commencer à mettre des économies de côté, afin de rendre le rêve plus accessible. Oui, c’est vrai qu’écrire un roman, peindre des toiles ou composer une symphonie demande beaucoup de temps et d’énergie. Cependant, prendre le temps de s’asseoir et d’y consacrer une demi-heure, une heure par jour est un bon point de départ, pour espérer arriver un jour au produit fini.

L’important, c’est d’agir.

IMG_20150325_101248~2

Personnellement, ça m’a pris du temps à le comprendre. Depuis que je suis toute petite, je rêve de publier, d’écrire des romans, d’être lue. Pendant des années, j’ai écrit pour le plaisir, en participant à l’occasion (et souvent avec succès!) à divers concours, mais je n’écrivais pas de façon régulière, assidue. J’entendais souvent dire que pour espérer publier un jour, il fallait être rigoureux, écrire sur une base quotidienne, travailler son style, accepter les critiques. Malgré tout, je continuais d’écrire au compte-goutte, sans cesser toutefois de répéter que c’était mon rêve, en disant à mes proches, mais surtout en me disant « qu’un jour, j’allais le faire sérieusement ».

Puis, il y a environ deux ans, j’ai eu un déclic. J’étais une adulte. Je continuais de baigner dans mon inertie, à espérer la concrétisation de projets pour l’atteinte desquels je ne travaillais pas assez fort. Et c’est là que j’ai compris que le « un jour »… c’était quand, sinon aujourd’hui, là, maintenant? Alors, je me suis mise au travail. Inspirée, entre autres, par un de mes amis du baccalauréat qui a décidé de foncer et qui, à ce jour, continue de mettre sur pied des projets qui auraient pu sembler inatteignables, j’ai décidé de prendre mes rêves en main et de faire le nécessaire pour réussir.

Cela m’a permis de créer mon propre blogue, de devenir collaboratrice pour ce cher Fil rouge, de rencontrer des auteurs professionnels qui m’ont donné des conseils et sont devenus des amis, d’améliorer jour après jour mon écriture, d’occuper mes temps libres de façon hautement constructive et, surtout, de me procurer un bien fou, parce que quand la passion nous transporte, le moral ne peut qu’être au plus haut!

Alors, peu importe quel est le rêve que vous chérissez, quels sont les projets que vous souhaitez voir se concrétiser: n’hésitez plus. Mettez-vous en action, dès maintenant. Ça va peut-être vous sembler difficile, voire irréalisable au départ, mais si vous voulez réellement y arriver, les choses vont se mettre en place au gré de vos efforts. Bien sûr, cela n’est pas une garantie que vous aurez instantanément du succès, ou que votre rêve se réalisera dans les semaines qui vont suivre! Cependant, ce dont je ne doute pas, c’est que vous mettre en action vous fera le plus grand bien, et vous ouvrira la porte à une multitude de nouvelles possibilités.

N’attendez plus! « Un jour », c’est aujourd’hui.
Et vous, quel est le projet que vous souhaitez mettre en branle?

Advertisements
This entry was posted in: Au-delà des livres

par

Auteure, agente de communication, maître en création littéraire et blogueuse, Raphaëlle explore diverses facettes du milieu du livre à travers sa passion intarissable pour les mots et les histoires. Elle mène d'ailleurs de front une multitude de projets variés, au cœur desquels l'écriture se trouve toujours au premier plan. Dans ses créations, elle a un petit faible pour les littératures de l’imaginaire (fantasy, fantastique, épouvante, suspense), mais côté lecture, elle dévore un peu de tout, vraiment. En fait, elle n’accorde pas réellement d’importance à la notoriété des auteurs ou aux genres qu’ils pratiquent ; ce qui compte pour elle, c’est d’abord et avant tout de découvrir leurs univers, pour ensuite partager ses trouvailles avec les autres. Son but en tant que lectrice? Être émue, bouleversée, émerveillée, éjectée hors de sa zone de confort. Son but en tant qu’auteure? Tenter de transmettre aux lecteurs toutes ces émotions vives et brutes qui, à ses yeux, font de la littérature une aventure sans âge et sans frontières.

4 Comments

  1. france says

    Oui, merci pour cette super dose d’optimisme…personnellement,je viens de réaliser un rêve vieux ..de 30 ans…!!! tout arrive… !!! avec l’opiniâtreté,la patience, la volonté d’abaisser les barrières, passer outre les écueils et puis la maturité pour le savourer…c’est …super !!!! Il n’y a pas d’âge pour savourer…

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s