Art et créativité
Comment 1

Entrevue avec l’artiste de Womanstruation

 

Le fruitL'intérieur à l'ExtérieurWOMANSTRUATION

Ahhh les menstruations… ce moment que la plupart des femmes (et hommes) redoute. Nous avons chacun notre histoire face à ce phénomène biologique. J’ai appris à les accepter et à les «aimer» en quelque sorte et c’est un peu grâce à la coupe menstruelle (je vous en parle dans cet article). C’est aussi grâce à un travail de session à l’université. C’est dans ce même travail que j’ai découvert le blogue de cette artiste française, John Anna. Les messages qu’elle utilise dans l’ensemble de ses œuvres sont venus me chercher. Souhaitant en apprendre plus sur son travail et sur l’artiste, je lui ai posé quelques questions.

₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪ ₪

1) Pouvez-vous me faire une brève description de qui vous êtes ? (Vos origines, votre travail, vos études)

J’ai 23 ans. Je suis française. Je vis à Bordeaux depuis 7 ans pour mes études en design graphique. Je prépare actuellement une licence en design arts appliqués à l’université.

2) D’où est venue l’idée de créer ce blog et cette forme d’art ?

Je n’ai pas créée cette forme d’art. L’utilisation du sang menstruel dans l’art est bien plus ancienne, mais tout le monde ne le sait pas. C’est pourquoi j’ai créé ce blog. Quand j’ai commencé à peindre avec mon sang, j’ai pris conscience que cette pratique méritait d’être hissée au rang de projet à part entière. Le sang menstruel n’est pas une simple encre ou peinture. Il vient du corps. Il a des connotations, des symboles qui lui sont propres. Voilà pourquoi je lui ai consacré un blog. La création d’un blog n’est pas anodine non plus, il est en ligne. La mise en ligne signifie que tout le monde peut y accéder. En bref, j’ai voulu mettre en lumière et diffuser cette pratique méconnue.

3) Comment décrivez-vous votre art ?

Je dirais que mon art est controversé et puissant. Il ne laisse pas indifférent. Il a de l’impact. De tous les avis que j’ai reçus, aucun n’était neutre. Pour moi, une œuvre est efficace si elle provoque des sentiments, des réactions, des débats… Je prête autant d’attention aux réactions positives que négatives. Les réactions font partie intégrante de mon projet. Ce sont ces réactions très vives et opposées qui me font dire que mon art est controversé.

4) Avant d’utiliser le sang menstruel comme outil de travail, est-ce que vous dessiniez ou peinturiez ?

Oui. Je dessine depuis que je suis enfant. Je me suis vraiment épanouie dans le dessin à la pré-adolescence, quand j’ai commencé à lire des mangas. J’étais alors plus axée vers des techniques de dessin graphique (crayons, feutres, stylos…). Je recherchais la justesse et l’expressivité de la ligne avant tout. Arrivée au lycée j’ai appris à varier les techniques. Aujourd’hui, j’aime travailler avec un maximum de techniques. J’essaie aussi de me démarquer du style purement manga que j’avais auparavant. Je me suis longuement intéressée aux personnages. Je tente désormais d’ouvrir maintenant mon champs en expérimentant le paysage. Mes outils préférés sont l’aquarelle et le stylo bille.

5) D’où vous vient cette idée ?

L’idée m’est apparue quand j’étais en BTS, lors de la réalisation d’un mémoire d’histoire de l’art sur le thème du sang. Je savais que certains artistes utilisaient du sang d’animal ou leur propre sang pour peindre, ou au cours de performances. Je n’avais par contre jamais entendu parler de l’utilisation du sang menstruel. Ainsi j’ai découvert des artistes comme Vanessa Tiegs ou Zanele Muholi. Cela m’a donné envie d’expérimenter.

L'Arbre de vie

L’Arbre de Vie John Anna Womanstruation

coeur fendu

Coeur Fendu John Anna¸ Womanstruation

6) Quel rapport avez-vous avec vos menstruations depuis Womanstruation ? 

Je me sens beaucoup plus à l’aise avec mes menstruations. Je les ai totalement acceptées. Je suis même contente quand elles se déclenchent. Leur vue ne me dérange plus du tout, ni même leur odeur.


7) Je sais qu’aujourd’hui vous portez la coupe menstruelle. En quoi elle vous aide (dans votre travail et dans la vie de tous les jours) ?

Oui, je l’utilise depuis bientôt 1 an. Elle m’est très utile pour récolter mon sang. Au delà ce ça, elle est très pratique ! Elle facilite beaucoup de choses. Elle est simple d’utilisation. Elle est aussi beaucoup moins contraignante que les serviettes ou tampons. Que ce soit en terme de stockage, de budget, de santé, de confort… Son impact sur l’environnement et aussi nettement moindre! Je la recommande vivement. J’ai l’esprit beaucoup plus léger depuis que je l’utilise. Je peux aller à la piscine et à la musculation sans soucis!

8) D’où vous viennent vos inspirations ?

Si on parle d’inspirations en tant que références artistiques, je citerai alors les peintres Vermeer et Delaroche, ainsi que le sculpteur Rodin. Ce sont des artistes que j’apprécie beaucoup, de par leur technique, et l’expression de leurs personnages. Je suis très touchée par les postures et visages mélancoliques. Je suis aussi influencée par des ressentis, des sentiments que j’éprouve lorsque j’écoute de la musique ou que j’observe la nature. J’aime beaucoup les ambiances mystiques et l’univers médiéval occidental et japonais. Ma propre vie, mes expériences personnelles prennent aussi part dans mes réalisations.

9) Sur votre blog, nous voyons votre copain faire de la peinture avec votre sang menstruel, comment s’est déroulée son expérience ?

Il était assez à l’aise avec mon sang. Il m’a souvent vue faire et il a bien voulu essayer. Il a été un peu dérangé par l’odeur, mais il s’est amusé. En lui proposant de peindre, j’ai voulu dépasser la barrière de la supposée exclusivité féminine que l’on octroie à ce sang. Je voulais montrer que les menstruations concernaient autant les hommes que les femmes.

This entry was posted in: Art et créativité

par

Avoir une bibliothèque de plus en plus grosse est l’un des projets de vie de Karina. Apprendre et avoir plusieurs perceptions le sont également. Après avoir fait une technique en travail social au Cégep du Vieux-Montréal et travaillé quelques années dans des organismes communautaires (ce qu’elle continue de faire avec joie), elle poursuit ses études en faisant un certificat en études féministes à UQÀM. La littérature lui permet donc de voyager et d’avoir d’autres lunettes sur le monde.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s