Au-delà des livres
Comment 1

La mémoire textile

En lisant le livre Women in clothes, dont je vous parlerai quand j’aurai fini de le lire, je me suis rendue compte de l’importance des vêtements dans mes souvenirs et dans ma mémoire. Certains vêtements me donne confiance, parce que je les ai précédemment portés dans une certaine situation,  ou bien je me souviens de ce que portait quelqu’un la première fois que je l’ai rencontré ou lors d’un moment important. Il n’est donc pas si étonnant que je porte parfois autant attention à ce que je vais porter à certains moments de ma vie, j’y accorde non seulement une importance, parce que ça m’aide à me sentir bien et en confiance, mais aussi parce que ça fait partie de la manière dont je me remémore mes souvenirs.

Je me souviens de ce que j’ai porté la première journée à ma nouvelle école en 6ième année, de ce que j’ai porté aux funérailles de mon grand-père quand j’avais 8 ans, de ce que mes « crush » portaient la première fois que je les ai vus ou bien même ce que certains de mes amis portaient aussi la première fois que je les ai rencontrés, vous voyez le genre.

C’est pourquoi j’ai décidé de passer en revue ma garde robe (du moins celle que j’ai apportée avec moi pour l’été), pour voir quels vêtements éveillent en moi des souvenirs d’une importante quelconque et de partager avec vous l’exercice, dans l’esprit de Women in clothes qui tient à approcher le vêtement de manière plus sociologique.

11668163_10205675819268744_1677488383_n

La robe devenue gilet

J’avais acheté cette robe (je l’ai coupée depuis) le soir de mes 21 ans parce que j’allais voir Passenger avec Valérie (du Fil rouge, bien sûr!)  et je n’aimais pas ce que je portais. Je me suis tout de suite sentie en confiance dedans et ce fut l’une de mes plus belle fête. J’avais  réussi à réunir plusieurs de mes amies ensembles, j’étais allée voir un super show et, le soir même, j’ai rencontré quelqu’un de bien important à mes yeux. Je ne mettrai pas tout le crédit de la soirée sur le dos de la robe, mais je me sentais bien, belle et en confiance dedans. Elle est vite devenue trop courte et, récemment, j’en ai fait un t-shirt dans lequel je me sens tout aussi bien que quand c’était une robe et, en plus, je peux le porter plus souvent. Gagnant-gagnant pas mal comme situation,

11715876_10205675818708730_219093680_nLe Kimono du Primark

Primark, c’est un magasin de vêtements super populaire en Angleterre. J’ai acheté ce kimono à Londres, durant un voyage en Europe il y a deux ans et le je le  trouve toujours aussi beau. Il m’a suivie durant les chaudes journées en Italie et bien souvent après, à mon retour. Au moment où je l’ai acheté, je trouvais ça original les kimonos et je me trouvais bien  avant-gardiste (je suis un peu naïve parfois). Pour moi, il représente le voyage, l’aventure et l’été.

11120928_10205675818308720_441280150_n

La jupe intemporelle

J’ai acheté cette jupe à la fin de mon secondaire 5, il y a 6 ans. Je l’ai portée la première fois que je suis allée au cégep, aux funérailles de ma marraine, pour des entrevues et  pour quelques soirées un peu trop arrosées. Pour moi, c’est la jupe de toutes les occasions, littéralement. Elle est taille haute, style  crayon, en jean, donc à la fois classique et simple. Je ne la porte presque plus depuis deux ans, mais je ne peux m’en départir. Je sais que j’aurai l’occasion de la reporter un jour.

Le crop top des premières fois 

lfrCe haut, crop top, n’est pas le type de truc que j’achète habituellement et j’ai un peu hésité avant de l’acheter, au Camden Market, à Londres.  Je l’ai porté pour une soirée au bar de l’auberge où je restais et c’est une des fois ou je me suis sentie le mieux dans ma peau et le plus en confiance dans ma vie, merci crop top. Je l’ai aussi porté (comme on peut le voir sur la photo) pour ma première journée de la partie solo de mon voyage, à Nice, ainsi que pour  un tour de vélo de groupe  en toscane. Deux moments où j’ai dû surmonter ma petite angoisse pour aller vers les gens, puisque j’étais seule. Les shorts sont encore une de mes paires favorites, mais je ne porte plus le t-shirt qui a rapetissé au lavage et qui, après ce fastidieux et très chaud tour de vélo, a quelque peu perdu sa blancheur, oh well, ça lui donne encore plus de vécu.

Et vous, vos souvenirs ? Ils sont particulièrement associés à quoi ?

Advertisements
This entry was posted in: Au-delà des livres

par

Curieuse depuis toujours, Marjorie s’intéresse à un peu tout, avec un penchant marqué pour les mots, le féminisme, les phénomènes de culture populaire et les mystères de la vie. Elle est bachelière en littérature et cofondatrice du Fil rouge, à travers duquel elle tente de faire son petit bout de chemin, lire le plus possible et surtout, apprendre et connecter avec les autres. Naviguant tant bien que mal à travers la vingtaine, elle trouve ses assises dans la lecture et l’écriture, cherchant toujours à comprendre un peu mieux les contradictions qui rendent la vie intéressante. Elle croit que la littérature fait partie de ces choses qui peuvent changer une vie, la rendre un peu plus douce et mettre un baume là où il faut.

Un commentaire

  1. Je comprends tellement ton attachement pour certains morceaux de vêtements ! J’ai une paire de jeans que j’ai acheté avec ma première ou deuxième grosse paie dans ma vie, ce sont des buffalos, taille 00 ! Évidemment, il ne me font plus depuis un bon moment déjà, mais c’est impossible que je pense même à les jeter ! 🙂

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s