Autour des livres
Laisser un commentaire

Autour des livres : Rencontre avec Raphaëlle, collaboratrice chez Le fil rouge

Connaissez-vous le questionnaire de Proust ? Il s’agit de questions posées par l’auteur Marcel Proust, principalement connu pour sa majestueuse oeuvre À la recherche du temps perdu. Celles-ci permettent de mieux comprendre ou connaitre quelqu’un. Dans ce questionnaire, on y trouve des questions telles que La fleur que j’aime ou Mes héroïnes préférées dans la fiction. L’animateur littéraire Bernard Pivot s’est inspiré de ce questionnaire pour créer le sien, qu’il faisait passer à ses invités à son émission Bouillons de culture. C’est ainsi que m’est venue l’idée de créer un questionnaire Le fil rouge où on pourrait en apprendre davantage sur une personne, et ce, au sujet de ses habitudes de lecture, de création, d’organisations et au niveau de ses préférences littéraires.
11180328_943817742317151_881179905976136298_n

1. Quel est ton premier souvenir en lien avec la lecture?

Je sais que mes parents avaient l’habitude de me lire des histoires à chaque soir avant d’aller dormir, mais j’en ai la connaissance (vidéos et photos à l’appui) plutôt que le souvenir authentique ; le premier « vrai » souvenir tangible qui me vient en tête, autrement, date de ma première année. Lorsque tous les autres enfants de la classe allaient s’asseoir à l’avant pour apprendre à lire, je restais à mon bureau, à dévorer de petits romans. J’avais appris à lire avant d’entrer à l’école et j’adorais ça ; ma professeure avait même dû, dans un de mes bulletins, écrire à mes parents que dans mes temps libres, je refusais de m’exercer dans mon petit cahier de mathématiques parce que je préférais lire des histoires!

2. Avais-tu un rituel de lecture enfant ou un livre marquant ? Et maintenant, as-tu un rituel de lecture?

Il y avait, bien sûr, l’incontournable histoire du soir, à tous les soirs. J’affectionnais tout particulièrement le (très) gros livre Les contes du joli bois, de Tony Wolf, avec de superbes images et mettant en scène des gnomes, fées, géants et une multitude d’animaux parlant. Sinon, tout au long de mon primaire, les romans et récits de La courte échelle ont fait partie intégrante de mon imaginaire. Aujourd’hui, je n’ai pas vraiment de rituel de lecture: je lis de tout, à n’importe quel moment, n’importe où. Tant que j’ai un livre dans lequel plonger, le contexte et ce qui m’entoure m’importe peu.

3. As-tu une routine d’écriture, des rituels ? Dans quel état d’esprit dois-tu être pour écrire?

Depuis quelques années, j’essaie d’écrire (de la fiction) à tous les jours, au moins quelques lignes. J’ai surtout pris l’habitude d’écrire le matin, avant d’aller au travail! Autrement, je peux écrire un peu n’importe quand, au gré de mes inspirations et de mes envies. En réalité, pour écrire de façon efficace et satisfaisante, je dois simplement être dans l’état d’esprit correspondant au type de texte que je m’apprête à écrire (c’est-à-dire être de bonne humeur pour écrire quelque chose de léger ou d’humoristique, me plonger dans une ambiance sinistre pour écrire du drame ou de l’épouvante, cultiver ma mélancolie pour produire un texte aux accents de tristesse, etc.) Je vis une grande symbiose psychologique avec mon écriture.

4. Quels sont les livres qui t’ont donné envie d’écrire ?

Honnêtement, je ne sais pas! J’ai toujours aimé raconter des histoires ; avant même de savoir écrire, je dictais des récits à ma mère, je narrais des histoires à voix haute pendant des heures en tournoyant dans la maison et je noircissais des dizaines de petits calepins avec des dessins, créant ainsi de petites bandes dessinées sans mots. Je crois que le goût d’écrire m’est venu avec les histoires que l’on me racontait, autrement, j’ai l’impression que cette envie a toujours été nichée au fond de moi.

5. Quel est le livre qui t’a le plus fait cheminer personnellement et pourquoi ?

Je vais être un peu « plate », mais je dois avouer que je ne saurais pas lequel choisir. C’est bête, n’est-ce pas? Chaque livre que je lis et que j’aime me fais cheminer d’une façon ou d’une autre, je pense… même si je ne saurais expliquer pourquoi.

6. Si tu pouvais vivre dans un monde littéraire, ce serait lequel ?

Je ne serai pas très originale là-dessus, mais ce serait l’univers imaginé par J.K Rowling pour la série Harry Potter (la partie incluant Poudlard et les sorciers, évidemment, parce qu’autrement, être moldue, je le suis déjà à temps plein, merci!) Je suis de ceux qui ont grandi avec Harry, Ron et Hermione ; à chaque nouvelle sortie de livre, je venais d’avoir le même âge qu’eux. Forcément, cette série a eu un impact fou sur mon imaginaire et mon adolescence… Ah! J’oubliais ; j’aurais bien aimé aussi évoluer dans l’univers de la trilogie À la croisée des mondes, de Philip Pullman. J’ai rêvé des années durant que j’avais mon propre daemon (je lui avais même donné un nom!) et je me questionnais sans cesse à savoir quelle forme définitive il prendrait… En fait, en y pensant bien, chaque fois que je termine une série ou un livre qui m’a beaucoup plu, je passe quelques jours dans une sorte d’état étrange, à ressentir un fort désir d’habiter l’univers que je viens de laisser derrière moi… c’était le cas dans mon enfance, et c’est encore le cas aujourd’hui. Et des univers, il y en a tellement! Je ne saurais en choisir un seul.

7. Quel livre relis-tu constamment sans même te tanner ?

Aliss, de Patrick Senécal. J’ai découvert ce livre-là autour de mes seize ans. Il a été pour moi comme une révélation, sa lecture s’est avérée un véritable jeu : à mon goût, il contenait juste assez de violence, d’agressivité, d’humour noir, de sexe, d’ironie, d’intertextualité, d’originalité, de matière brute, de fragments crus… et, en plus, il est le fruit d’une imagination toute québécoise! Ça m’a fait tripper de découvrir que je pouvais tripper sur de la littérature québécoise à ce point-là, je pense.

8. Quel est ton mot de la langue française préféré ?

Quelle question terrible! Les mots, ils sont tous nécessaires pour écrire, parler, s’exprimer avec justesse…(D’accord, c’est bon, vous m’avez démasquée. Au-delà de cette réponse un peu vague se cache la vérité : une fois de plus, devant une telle abondance de possibilités, je ne parviens pas à faire un choix!)

9. Quel livre aurais-tu aimé avoir écrit ?

Honnêtement? Je n’en ai aucune idée. De façon générale, je vais admirer certains auteurs (Victor Hugo, Haruki Murakami, Guy Gavriel Kay, Patrick Senécal, George R. R. Martin, Marie-Claire Blais, Ariane Gélinas, Dominique Scali, Audrée Wilhelmy, Guy de Maupassant, etc.) pour les particularités que renferme leur écriture ; je vais préférer certains récits (Basara, Soie, 1984, Anima, Les liaisons dangereuses, Fullmetal Alchemist, La religion, Les piliers de la terre, Le petit Nicolas, et des centaines d’autres…) en raison de leur histoire singulière, de passages particuliers ou de personnages percutants. Mais de là à dire lequel j’aurais aimé avoir écrit… Ouf! C’est angoissant, ce questionnaire, vous ne trouvez pas?

10. Si tu écrivais ta propre biographie, quel serait le titre ?

Je ne crois pas que j’éprouverais le désir d’écrire ma propre biographie; je préfère de beaucoup raconter les histoires d’autres gens, surtout lorsqu’ils sont imaginaires (même s’il est vrai que je mets un peu de moi dans tout ce que j’écris…)! Cependant, si je devais le faire, elle aurait un titre du genre Et j’ai laissé ma plume au vent…

Advertisements
This entry was posted in: Autour des livres

par

Le fil rouge est un blogue littéraire créé par deux amies, Marjorie et Martine, toutes deux passionnées par la littérature et par les vertus thérapeutiques de celle-ci. Notre approche face aux bouquins est liée à la bibliothérapie, car nous pensons sincèrement que la lecture procure un bien-être et que les oeuvres littéraires peuvent nous aider à cheminer personnellement. Nous tenons aussi à partager notre amour pour les bouquins, l’écriture, la création et sur les impacts positifs de ceux-ci sur notre vie et notre bien-être. Notre mission première est de favoriser la découverte de livres et de partager l’amour de la lecture, car ceux-ci peuvent avoir des impacts sur nos vies et sur notre évolution personnelle. Que ce soit le dernier roman québécois qui fait parler de lui, le vieux classique, le livre de cuisine ou bien même le livre à saveur plus psycho-pop, chez Le fil rouge, on croit fermement aux effets thérapeutiques que peuvent apporter la lecture et la littérature. Voilà pourquoi les collaboratrices et les cofondatrices se feront un plaisir de vous faire découvrir des bouquins qui leur ont fait du bien, tout simplement.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s