Autour des livres
Laisser un commentaire

Autour des livres : Rencontre avec Marika G, collaboratrice chez Le fil rouge

Connaissez-vous le questionnaire de Proust ? Il s’agit de questions posées par l’auteur Marcel Proust, principalement connu pour sa majestueuse oeuvre À la recherche du temps perdu. Celles-ci permettent de mieux comprendre ou connaitre quelqu’un. Dans ce questionnaire, on y trouve des questions telles que La fleur que j’aime ou Mes héroïnes préférées dans la fiction. L’animateur littéraire Bernard Pivot s’est inspiré de ce questionnaire pour créer le sien, qu’il faisait passer à ses invités à son émission Bouillons de culture. C’est ainsi que m’est venue l’idée de créer un questionnaire Le fil rouge où on pourrait en apprendre davantage sur une personne, et ce, au sujet de ses habitudes de lecture, de création, d’organisations et au niveau de ses préférences littéraires.

Cette semaine, on vous présente Marika, notre collaboratrice! 

10846207_10152582840523391_3824930168394937241_n

Crédit : Michaël Corbeil

1. Quel est ton premier souvenir en lien avec la lecture?

Ma mère. Sous mon œil, la littérature vu le jour sous la forme de ma mère. Le livre, c’était elle. La bibliothèque, c’était un constituant de sa personne. J’étais fascinée par ce rite qu’elle mettait en pratique chaque soir. Le silence qui l’enfermait, la concentration qu’elle y mettait et cette belle solitude qui l’enveloppait. Je fus rapidement intriguée par ce rituel. Je voulais également y participer. Je ressentais l’envie d’avoir moi aussi ma bulle de silence et de solitude.

2. Avais-tu un rituel de lecture enfant ou un livre marquant ? Et maintenant, as-tu un rituel de lecture?

Durant mon enfance, j’adorais lire à l’extérieur. J’avais cette drôle d’impression que dans la nature toutes les possibilités pouvaient s’enclencher. De cette manière, je n’étais pas restreinte à une pièce ou à un bâtiment, j’avais le monde comme terrain de jeu.

Aujourd’hui, la présence du crayon de plomb est de mise. J’adore annoter mes textes, et ce, peu importe si la lecture est scolaire ou personnelle. Je souligne beaucoup. Je prends des notes. J’y ajoute des astérisques ici et là. Finalement, je n’ai pas trop changé mon rituel: le livre est toujours mon terrain de jeu.

3. As-tu une routine d’écriture, des rituels ? Dans quel état d’esprit dois-tu être pour écrire?

Je dois avouer que je n’ai pas vraiment de routine d’écriture. Lorsque l’idée passe, je tente de la saisir au vol. En fait, il m’arrive souvent d’être dans une position inattendue lorsqu’une envie d’écriture me prend. Le métro est un de mes endroits de prédilection. C’est beaucoup en observant le genre humain que ma créativité littéraire se met en action. Mon esprit est vide. Je remarque un détail. Hop! J’en fais une nouvelle. Je suis une écrivaine sur le vif.

4. Quels sont les livres qui t’ont donné envie d’écrire ?

Les livres de Dany Laferrière m’ont définitivement donné ce désir de l’écriture. Lorsque j’ai découvert cet auteur, j’étais à l’école secondaire et mon besoin de m’exprimer se trouvait à son apogée. C’est donc dans ses grandes enjambées que j’ai tenté de suivre le pas. Je copiais son style. Je cherchais les aventures. Je voulais retrouver cette rencontre entre le masculin et le féminin.

 

11898835_10153129207003391_4841453241727230865_n

Crédit : Michaël Corbeil

5. Quel est le livre qui t’a le plus fait cheminer personnellement et pourquoi ?

Cette question est difficile. Selon l’époque de mon existence, plusieurs livres s’inscrivent dans cette catégorie. Après mûre réflexion, je dirais Les thanatonautes de Bernard Werber. Ma conception de la vie après la mort est constamment en changement, mais si j’avais à choisir, je choisirais sa théorie. La science-fiction n’a jamais été mon genre de prédilection en littérature, mais avec lui j’y ai cru.

Malgré ce qu’on pense de la crédibilité de ces propos, Bernard Werber présente ses théories de façon à ce qu’on y croit comme à une réalité. À travers ses personnages, j’ai vu et vécu l’acceptation de la différence, le non refoulement des fantasmes, le droit à l’abandon et la liberté de croire à l’invraisemblable. Grâce à son œuvre, je suis devenue une personne plus ouverte à l’étrange. J’ai nommé Les thanatonautes, mais il en va de plusieurs de ses romans dont Les fourmis, roman qui a particulièrement transformé mon approche au monde des insectes et à la vie sous toutes ses formes.

6. Si tu pouvais vivre dans un monde littéraire, ce serait ?

Définitivement celui d’Harry Potter. Le monde des Moldus m’est toujours apparu comme banal. Je n’y ai jamais trouvé ma place. Je serai toujours à la recherche de magie.

7. Quel livre relis-tu constamment sans même te tanner ?

La poésie de Charles Baudelaire. Il fut le premier à m’initier à l’art de la poésie et chaque fois que je retourne à sa rencontre, je fais de nouvelles découvertes. Après toutes ces années, il est encore d’actualité et c’est dans sa relecture que son œuvre se dévoile à nouveau. Il est un peu comme un puits sans fond.

8. Quel est ton mot préféré de la langue française ?

J’aime les adverbes. Ils ont un pouvoir absolu sur le contexte. Langoureusement est l’un des mots qui m’interpelle le plus, autant dans son signifiant que dans son signifié. Lorsque nous le lisons, nous avons ce goût de langueur jusque dans la gorge. Je pense que ce mot est en vie.

9. Quel livre aurais-tu aimé avoir écrit ?

La métaphysique des tubes d’Amélie Nothomb.

10. Si tu écrivais ta propre biographie, quel serait le titre ?

La fille de l’air.

This entry was posted in: Autour des livres

par

Le fil rouge est un blogue littéraire créé par deux amies, Marjorie et Martine, toutes deux passionnées par la littérature et par les vertus thérapeutiques de celle-ci. Notre approche face aux bouquins est liée à la bibliothérapie, car nous pensons sincèrement que la lecture procure un bien-être et que les oeuvres littéraires peuvent nous aider à cheminer personnellement. Nous tenons aussi à partager notre amour pour les bouquins, l’écriture, la création et sur les impacts positifs de ceux-ci sur notre vie et notre bien-être. Notre mission première est de favoriser la découverte de livres et de partager l’amour de la lecture, car ceux-ci peuvent avoir des impacts sur nos vies et sur notre évolution personnelle. Que ce soit le dernier roman québécois qui fait parler de lui, le vieux classique, le livre de cuisine ou bien même le livre à saveur plus psycho-pop, chez Le fil rouge, on croit fermement aux effets thérapeutiques que peuvent apporter la lecture et la littérature. Voilà pourquoi les collaboratrices et les cofondatrices se feront un plaisir de vous faire découvrir des bouquins qui leur ont fait du bien, tout simplement.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s