Féminisme
Comments 2

Pour une sexualité des femmes saine et assumée

Ayant eu l’audace de publier, en 2014, leur propre parcours sexuel dans le fanzine Caresses Magiques, l’origine, Sophie Bédard, Sara Hébert et Sarah Gagnon-Piché ont pu encourager d’autres femmes à prendre part, elles aussi, à une lutte affirmée contre les tabous entourant leur sexualité, de sa genèse à aujourd’hui. Par appel de textes du trio féminin, un recueil s’est doucement mis en branle et a pu voir le jour en novembre 2015. Riche de 41 parcours sexuels différents décrits avec des mots justes, des illustrations cocasses ou des bandes dessinées brillantes, Caresses Magiques réussit, une page à la fois, à faire avancer la cause d’une sexualité féminine plus saine et assumée, dans un combat loin d’être terminé.

Ce n’est pas encore gagné, non, parce qu’à travers la lecture des différents témoignages, on réalise assez vite que la culpabilité du plaisir sexuel chez la femme domine encore. Et souvent, cela remonte à notre plus tendre enfance. Grandir en se faisant dire que c’est honteux de se procurer du plaisir LÀ ou graviter dans un monde qui privilégie l’omertà à cet égard aide peu à notre épanouissement autoérotique féminin. Difficile donc de se défaire de ces chaînes quand ce pattern nous est imposé depuis bien des années. À travers ce recueil, on veut donc faire taire les tabous sexuels en offrant une voix aux femmes et ainsi favoriser notre épanouissement. À bas la honte, ayons du plaisir!

Caresses Magiques nous fait jeter un regard sur plein d’intimités et simultanément, on n’a pas le choix d’entrer dans la nôtre, par la grande porte d’en avant. Avec ses ratés et ses épiphanies. Face aux différents parcours généreusement partagés, on prend rapidement conscience du lien si puissant entre nos premières expériences et leurs échos qui inévitablement se répercutent sur notre sentiment d’être à l’aise ou pas. Avec notre sexe et avec notre sexualité.

Comme le dit la quatrième de couverture, Caresses Magiques est un «bouillon de poulet pour l’âme de la vulve». Et je vous en conseille vivement sa lecture, tous sexes confondus. Parce que les différentes auteures dévoilent avec honnêteté leur vécu intime, parfois drôle ou tragique, elles ont toutes réussi à me toucher, qu’elles aient 50 ou 20 ans. J’ai eu l’agréable impression de lire des bribes de leur journal intime tellement c’est écrit sans pudeur. On se retrouve dans un monde de désirs, de déceptions parfois et d’espoir toujours. De découvertes et d’introspection aussi.

Entre le blogue féministe visant à contrer les tabous sur la sexualité et Caresses Magiques le livre, notre écho se fait entendre. Merci donc aux trois femmes pour cette initiative afin de nous donner cette précieuse voix. Et c’est loin d’être terminé! Ça vous intéresserait de prendre part au deuxième recueil prévu? Allez voir l’appel de textes du deuxième tome pour faire une différence et qui sait, être publiées vous aussi! Avant le 15 avril 2016, nous sommes invitées à rédiger et à leur soumettre notre texte sur ce qui se passe dans notre tête (ouf!) durant le plaisir en duo, ou en solo. Chaud sujet qui promet!

 

Advertisements
This entry was posted in: Féminisme

par

Un vent de nostalgie lui souffle parfois dessus, lui faisant revivre ses journées d’enfance passées avec un J’aime lire sous les yeux ou à manier son pousse-mine à composer des chansonnettes pour sa grand-mère Bernadette. Aujourd’hui bien campée dans la vie d’adulte sans trop l’être, lire et écrire sont restés pour elle synonymes de plaisir. Stéphanie a pris le chemin des sciences (elle est infirmière clinicienne) après un passage fort apprécié dans le domaine des arts & lettres. Depuis la fin de son récent bacc. du côté pragmatique, elle est ravie de (re)vivre enfin en lisant et écrivant ce qui lui plaît. Elle a un fort penchant pour le québécois contemporain, poésie ou romans, des essais ou encore pour son précieux guide des médicaments. Elle aime beaucoup voyager, le yoga, prendre des photos pas toujours réussies, cuisiner végé, le vieux punk, le classique et le sens du mot liberté.

2 Comments

  1. Ping : Lire à l’ère numérique | Le fil rouge

  2. Ping : Nos suggestions de roman écrit par une femme pour le mois de mars du défi #jelisunlivrequébécoisparmois | Le fil rouge

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s